Skip to navigation – Site map

Introduction

Muriel Verbeeck-Boutin

Full text

Version française

Un livre c'est la naissance d'un voyage, le tracé d'un itinéraire.


Tahar Ben Jelloun

1Deuxième numéro hors série réservé aux diplômés en conservation-restauration, EGG-2011 rassemble les primo-articles d’une vingtaine de jeunes auteurs. Leurs contributions reflètent la diversité des travaux de fin d’études entrepris dans nombre de Hautes Écoles et Universités européennes: cas pratiques, réflexions théoriques, recherches et expérimentations scientifiques se côtoient et s’interpénètrent, fournissant un large panorama des sujets abordés au sein des formations qui s’inscrivent dans le cadre de Bologne. Nous avons choisi de les présenter en alternant langue française et langue anglaise, interventions sur des pièces anciennes et recherches sur les matériaux contemporains. Nous espérons ainsi sensibiliser le lecteur aux différentes modalités d’une discipline qui se complexifie, mais aussi s’enrichit dans l’interdisciplinarité. Nous vous avions proposé voici un an, des Horizons à explorer : nous suggérons cette fois des Itinéraires, comme autant de voies menant à ces derniers.

2En ce qui concerne la méthode pour rassembler et éditer les textes publiés dans ce volume, nous avons globalement repris celle qui avait prévalu pour le premier hors série. Nous avons diffusé l’appel à contribution par le biais de la newsletter de Consdistlist et de l’ICCROM, envoyé un mailing à l’ensemble des membres du réseau ENCoRE, contacté nos relais académiques et institutionnels ; enfin nous avons sollicité notre fichier membres, et relayé l’appel via les réseaux sociaux (notamment les forums, Twitter et LinkedIn).

3Une vingtaine d’Universités et Hautes Écoles ont répondu à l’appel, et quinze ont, en définitive, mené avec leurs jeunes diplômés la démarche jusqu’au terme: saluons, parmi les nouveaux venus, le Royal College of Art-Victoria & Albert Museum, l’Université de Torun, l’Université de Split et l’École Condé.

4Au sein de chacune des formations de conservation-restauration, nous avons, comme lors de la précédente édition, sollicité une personne-relais, intermédiaire entre l’étudiant ou le tout récent diplômé, et notre comité de rédaction. Cette personne de contact était chargée de sélectionner un maximum de deux contributions, et de vérifier leur conformité, quant au fond et à la forme, avec la charte éditoriale de la revue.

5Nous remercions ces intermédiaires : Patrick Storme (Artesis Hogeschool Antwerpen),  Dominique Driesmans et Marianne Decroly (École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, Bruxelles), Nico Broers (École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège), Patricia Vergez (Institut national du Patrimoine), Sylvie Nayral (École Supérieure des Arts d’Avignon), Dominique Biésel (École Supérieure des Beaux-Arts de Tours), Aurelie Rogalia von Bierberstein (Haute école de Conservation-restauration ARC de La Chaux-de-Fonds), William Lindsay, (Royal College of Art/Victoria & Albert Museum), Jean Brown (Northumbria University, Newcastle), Isidoro Castello (Opificio delle Pietre Dure), David Strivay (Université de Liège. Centre européen d’Archéométrie), Elzbieta Szmit-Naud (Université Nicolas Copernic de Torun), Iwona Szmelter (Academy of Fine Art, Warsaw), Sagita Mirjam Sunara (Université de Split, Croatie), Olivier Nouaille (École Condé).

6Sur base de ce travail préalable, le comité de rédaction a opéré une première sélection, avant l’envoi pour révision des textes au comité scientifique ;  la plupart de ses membres nous accompagnent depuis le premier numéro, et nous tenons une fois encore à souligner la générosité qui est la leur et qui, malgré des charges multiples et des emplois du temps serrés, leur fait répondre positivement à nos sollicitations régulières. Qu’ils soient, une fois encore, remerciés de leur participation active à cette revue des Pairs, véritable gage de qualité.

7Nous avons maintenu le choix –exigeant en temps- de l’accompagnement pédagogique. La qualité de la démarche, du contenu, l’originalité du sujet ont parfois emporté l’acquiescement d’un comité scientifique réservé, qui n’a pas hésité, quelquefois, à proposer d’importantes modifications. La majeure partie des auteurs s’est prêtée aux révisions et corrections suggérées. Comme nous l’avons déjà souligné, la communication est un métier qui se maîtrise. Nous ne souhaitons pas répéter les erreurs du marché du travail, qui exige de l’expérience au jeune diplômé, sans lui offrir l’occasion de la gagner : d’où notre engagement d’accompagner, si nécessaire ou souhaité, le travail rédactionnel. À chaque nouvelle publication d’articles de jeunes auteurs cependant, nous élargissons le corpus d’exemples et de modèles : pour ceux que la démarche de publication effraie encore, voici au total des deux numéros hors série, une cinquantaine de primo-articles qui les encouragent à sauter le pas, et à diffuser à leur tour le résultat de leurs recherches.

8La communication de la « littérature grise », c’est-à-dire des travaux menés au sein des formations, est en effet un enjeu important du développement de la conservation-restauration. Il y a là une mine informationnelle sous exploitée, tant en matière de recherche scientifique au sein des Instituts, qu’au sein des ateliers où exercent les praticiens. Aussi, aux côtés de la prochaine publication EGG-2012, nous réfléchissons à l’opportunité d’organiser une journée de présentation de ces travaux, ce qui constituerait une occasion de rencontres entre jeunes diplômés et professionnels de la conservation-restauration. Notons qu’une telle initiative existe déjà au Royaume-Uni, et que l’Association Fil à Fil, de l’École d’Avignon, avait tenté également une expérience similaire. Contacts ont déjà été pris en ce sens, pour tenter de coordonner les initiatives. En attendant, nous lançons d’ores et déjà un appel à articles pour les tout récents diplômés de juin 2012, et ceux qui le seront à l’automne de cette même année. Notre prochain volume paraîtra au printemps 2013, et devrait cette fois être téléchargeable –et archivable- sous forme de livre électronique.

9Nous conclurons cette brève introduction sur un dernier éclaircissement: nous avons choisi pour ce second volume, le titre pluriel d’ « Itinéraires ». En effet, chemins et routes gagnent tous, au-delà de leurs méandres, ces « horizons » que nous avions précédemment évoqués. Reconnaissons sans détour qu’une même curiosité, un même intérêt pour la conservation-restauration, quelles qu’en soient les formes, nous rassemblent.

10Or, comme en témoigne l’écrivain contemporain Yves Simon :

C'est cela l'itinéraire : parcourir ensemble des chemins différents qui conduisent au même endroit.

11L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

English version

A book is the beginning of a journey, the outline of an itinerary.

Tahar Ben Jelloun

12EGG-2011, the second special issue dedicated to conservation-restoration graduates, brings together the very first articles by about twenty young authors. Their contributions reflect the diversity of end-of-study dissertations at the many European Colleges and Universities. Practical cases, theoretical approaches, scientific research and experiments sit side by side and interlink to offer an extensive overview of the subjects covered by the different training courses which are part of the Bologna Reform. We have chosen to present, alternately in French and English, contributions about ancient pieces and research on contemporary materials. In this way, we hope to raise the reader’s awareness of the different methods involved in a discipline that is becoming increasingly complex, but at the same is also being enriched by interdisciplinary practices. A year ago, we suggested a number of Horizons to explore; this time, we suggest different paths and itineraries leading to these horizons.

13In terms of the method used to bring together and edit the texts published in this issue, we have largely taken over the method adopted for the first special issue. We issued the call for contributions using the Constdistlist and ICCROM newsletters, sent a mailing campaign to all members of the ENCoRE network, contacted our academic and institutional partners and finally used our members’ file, as well as social networks (especially forums, Twitter and LinkedIn).

14About twenty Universities and Colleges answered the call for papers, and fifteen brought this to term together with their young graduates: let us greet, among the newcomers, The Royal College of Art-Victoria and Albert Museum, The University of Torun, The University of Split and the School de Condé

15Within each of the conservation-restoration institutions, we wanted to appoint one person to act as a contact between the student or recent graduate and our editorial board. This contact person was responsible for selecting a maximum of two contributions, and checking that they complied, both in format and content, with the journal's editorial charter. We thank these contacts: Patrick Storme (Artesis Hogeschool Antwerpen),  Dominique Driesmans et Marianne Decroly (École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, Bruxelles), Nico Broers (École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège), Patricia Vergez (Institut national du Patrimoine), Sylvie Nayral (École Supérieure des Arts d’Avignon), Dominique Biésel (École Supérieure des Beaux-Arts de Tours), Aurelie Rogalia von Bierberstein (Haute école de Conservation-restauration ARC de La Chaux-de-Fonds), William Lindsay, (Royal College of Art/Victoria & Albert Museum), Jean Brown (Northumbria University, Newcastle), Isidoro Castello (Opificio delle Pietre Dure), David Strivay (Université de Liège. Centre européen d’Archéométrie), Elzbieta Szmit-Naud (Nicolas Copernic University, Torun), Iwona Szmelter (Academy of Fine Art, Warsaw), Sagita Mirjam Sunara (Split University, Croatia), Olivier Nouaille (École Condé).

16On the basis of this preliminary work, the editorial board made an initial selection before sending the texts to the scientific committee; the majority of its members have assisted us since the first issue and we want to highlight, once again, the generosity which, despite their heavy workloads and tight schedules, enables them to respond positively to our regular requests. We wish to thank them again for their active participation in this peer review, which greatly contributes to and guarantees the quality of our work.

17We have maintained the time-consuming choice of providing educational support. The quality of the approach and content, and the originality of the subject have gained the endorsement of a hesitant scientific committee, which sometimes have not thought twice about making major changes. The majority of authors agreed to the proposed revisions and corrections. As we have already highlighted, communication is a profession in its own right.  We do not want to repeat the common mistake of the labour market, which demands that a young graduate has experience, without giving him the chance to gain it, which explains our commitment to supporting, if necessary or if desired, the writing work. Nevertheless, with every new publication of articles by young authors we continue to expand the body of examples and models: for those still terrified by the publication approach, in the two special issues, there are about fifty first-time articles which should encourage them to take the step and, in turn, disseminate the results of their own research.

18The communication of “grey literature”, namely work carried out during training, is a major challenge for the development of conservation-restoration. It offers an under-exploited mine of information, as much in the field of scientific research at institutes, as in the frame of workshops where practitioners apply their techniques. Also, alongside the forthcoming EGG-2012 publication, we are considering the opportunity of organising a day to present this work, which will offer an opportunity for young graduates and conservation-restoration professionals to meet. Note that this type of initiative already exists in the United Kingdom, and that the Avignon School’s Association Fil à Fil has already attempted a similar experience. Contacts have already been made in order to try to coordinate initiatives. In the meantime, we are already launching a call for articles among those graduating in June 2012 and those who will graduate in the autumn.  Our next issue will be published in spring 2013 and, this time, it should be possible to download it – and archive it – as an e-book.

19We conclude this short introduction with one final point of interest: for this second issue, we have chosen the plural title Itinéraires – or Itineraries.  In effect, beyond their meandering, all paths and routes arrive at the “horizons” which we referred to previously. We must understand that a common curiosity, a common interest for conservation-restoration, regardless of its form, unites us all.  

20And, as the contemporary author Yves Simon says:

That is what an itinerary is: following different paths which all lead to the same place.

21Access to the journal is free. Please register for the CeROArt Newsletter, which will notify the next issue. To register, click the link.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Introduction », CeROArt [Online], EGG 2 | 2012, Online since 19 June 2012, connection on 18 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2544

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org