Navigation – Plan du site

Préface

Restauration, spoliations et controverses
Léonie Hénaut

Texte intégral

1De la Révolution française à la chute de l’Empire napoléonien, des centaines d’objets – antiques, tableaux, sculptures, dessins, livres, textiles ou encore spécimens d’histoire naturelle – ont été prélevés dans les collections princières et les édifices religieux de tous les territoires d’Europe conquis par Napoléon, afin de créer à Paris « le plus beau musée de l’univers ». Détachés, déposés ou démontés, tous ces objets ont été mis en caisses, transportés à fond de cale ou de chariots, puis systématiquement restaurés avant d’être montrés au public tels des trophées. La période n’est pas moins éprouvante pour les nombreux restaurateurs qui ont participé à la réalisation de ces opérations. Certains ont été obligés d’agir dans la précipitation ou sous la contrainte, quand d’autres pensaient manipuler et traiter les œuvres avec tout le soin nécessaire, mais ont vu très vite leurs actions violemment critiquées. On assiste en effet à l’époque à une impressionnante série de mises en cause réciproques : dans les pays spoliés, des voix s’élèvent pour dénoncer le « pillage » et le « vandalisme » exercés par les commissaires sur place et par les restaurateurs français à Paris, tandis que les responsables de cette politique considèrent au contraire qu’ils ont enfin rendu aux œuvres leur « liberté » et les ont sauvés d’un péril certain en leur offrant de bien meilleurs traitements de restauration et conditions de conservation. Les Français eux-mêmes sont divisés quant à l’opportunité de déplacer et de regrouper en un lieu unique les chefs d’œuvres de toute l’Europe, plutôt que de développer partout la conscience d’un patrimoine universel commun.

  • 1  Akrich, M., « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et culture, 9, 1987, p. 49-64.

2Les objets qui circulent en Europe entre 1789 et 1815 du fait des saisies génèrent ainsi des oppositions entre les représentants des gouvernements, les amateurs, les conservateurs et les restaurateurs de tous les pays et leurs homologues français. Dans le même temps, ils suscitent aussi des innovations, ainsi que la collaboration des praticiens de ces mêmes pays, qui échangent des conseils sur les façons de procéder aux déposes ou aux restaurations. Les réactions et les jugements formulés autour des restaurations révèlent ainsi que les œuvres d’art sont à compter au nombre de ces « objets techniques » qui ont un contenu politique, au sens où ils organisent activement les relations entre les hommes, et entre les hommes et leur environnement1. Ces objets ont aussi un contenu moral, dans la mesure où ils définissent le rôle de ces différents protagonistes, leur attribuent des responsabilités et, se faisant, constituent de puissants ressorts d’accusation dont la durée semble illimitée.

3Les controverses ne s’arrêtent pas, en effet, avec la chute de l’Empire. Les objets restitués à leurs anciens propriétaires suscitent des critiques – à quelques exceptions près, on fustige les traitements réalisés à Paris et on regrette leur caractère irréversible. Pour les objets qui ne sont pas rendus, nombreux, s’amorcent des procès sans fin. Pensez qu’il y a un an à peine, un homme politique et historien italien a encore adressé une lettre demandant à l’épouse du président de la République française d’intercéder en faveur du retour des Noces de Cana de Véronèse à Venise ! Il faut dire qu’au début des années 1990, au moment de la polémique provoquée par l’importante restauration du tableau au Musée du Louvre, elle s’était engagée avec d’autres pour sa restitution. Sans doute cette démarche a-t-elle d’ailleurs été motivée par la mise aux jours des traitements réalisés en 1797 au moment de la saisie du chef-d’œuvre et dans les années qui ont suivies – les radiographies montrent que le tableau a été découpé en deux, plié, roulé, recousu, et les larges lacunes comblées. En 1815, Vivant Denon parvient pourtant à échanger officiellement la peinture de Véronèse contre une toile de Le Brun, en arguant justement de son fragile état matériel. Conservation, spoliations et controverses font décidément bon ménage.

4Si cette période est déterminante pour les historiens de la restauration, c’est qu’elle a donné lieu à une production de discours sans précédent sur le sujet, et sans doute sans équivalent. Partout en Europe sont rédigés des traités, des articles de presse et des ouvrages louant ou dénonçant les déplacements d’œuvres et les restaurations. Les fonds d’archives renferment aussi quantité de lettres, rapports et devis rédigés à l’époque pour documenter l’état des œuvres et les traitements effectués. Tous ces écrits ont déjà donné matière à de nombreux travaux. Mais rendre compte de telles périodes, de telles affaires, ne semble pas aisé. Le manque de temps et de moyens pour voyager, et parfois la barrière de la langue, ont tôt fait de contraindre les historiens à n’étudier qu’un temps de la controverse qui anime leur pays, qu’un point de vue sur les traitements réalisés sur un lot d’objets, ou qu’une facette de la carrière d’un restaurateur. Or, nous venons de le voir, cette période de l’histoire est entièrement caractérisée par la circulation d’objets dont le traitement suscite des réactions nombreuses et contradictoires. Cette circulation ne doit pas devenir le seul sujet de recherche digne d’intérêt, mais amener les chercheurs à en tirer toutes les implications en termes de méthode. Prendre la mesure d’une telle période implique en effet de suivre les objets et ceux dont le métier est d’en prendre soin, dans toutes les épreuves qu’ils traversent : que disent-ils et que dit-on sur eux dans leur pays d’origine, en France, et dans les pays voisins ; à quel moment et par quelles médiations sont-ils glorifiés, fustigés ou tombés dans l’oubli ?

5Confronter les points de vue, c’est le pari qu’a fait Noémie Étienne en invitant à Genève quatorze historiens d’art italiens, allemands, autrichiens, français, russes, polonais et canadiens, travaillant tous sur les restaurations ayant eu lieu en Europe à l’époque des saisies – entreprise inédite, et plutôt rare à l’heure où chacun a tendance à défendre son pré carré et à penser qu’il détient la vérité sur le sujet. Parmi eux se trouvaient bien sûr les auteurs des contributions du présent dossier : Francesca Lui, Natalia Gustavson, Alice Hoppe-Harnoncourt, Mariam Nikogosyan, Robert Skwirblies, Cathleen Hoeniger, Capucine Lemaître, Janusz Krawczyk, Claudia Keller, et Astrid Fendt. Intervenaient aussi Natalie Coural et Claire Gérin-Pierre, Chiara Piva et Maria Beatrice Failla, ainsi que les conservateurs-restaurateurs Mirella Garbicz-Bretonnière, Victor Lopes et Olivier Nouailles. Isabelle Brajer, Mauro Natale, Frédéric Elsig, Giuseppina Perusini et ‪Paolo Bensi‬ ont également particulièrement contribué aux débats.‬‬

6Tout observateur extérieur à cet aréopage se serait amusé lors du colloque. D’abord, il est toujours étonnant de voir avec quelle familiarité les historiens parlent des personnages et des objets du passé dont ils ont suivi la trace de boîte d’archives en boîte d’archives ; étonnant aussi de voir que quatorze personnes donc, plus une vingtaine d’autres assises dans l’amphithéâtre, sont capables d’échanger pendant deux jours sur le pourquoi du comment de l’utilisation de telles caisses pour le transport des sculptures ou sur la paternité de telle méthode de détachement des fresques. Ensuite, le colloque a donné lieu à un impressionnant festival linguistique – tradition suisse dira-t-on, selon laquelle chacun s’exprime dans sa langue maternelle, ou encore en anglais. Enfin, compte tenu de ce qui a été dit plus haut, il était amusant d’observer que les quelques intervenants français présents dans l’assemblée n’ont pu s’empêcher de défendre les responsables de l’époque, qui ont « quand même » sauvé des chefs-d’œuvre en péril et, surtout, établi les premiers jalons de la « déontologie » en vigueur aujourd’hui. À leur décharge, il faut ajouter que certains de leurs collègues ne pouvaient pas non plus tout à fait s’empêcher d’utiliser un registre dénonciateur pour évoquer les interventions des Français. Le colloque a parfois pris les traits d’une expérimentation sur l’attachement des historiens à leur objet.

7Difficile de se déprendre des discours de l’époque qu’on étudie, et de ne pas prendre parti ? Plus encore, il y a cette impossibilité fondamentale à faire avancer un débat quand l’objet dont on parle n’est plus sous nos yeux. Les discours ont toujours tôt fait de se radicaliser, et de n’avoir plus grand-chose à voir avec l’état de conservation. Une solution, dont on a pu voir un exemple de mise en œuvre dans l’atelier de conservation-restauration des peintures du Musée d’art et d’histoire de Genève, est de réexaminer systématiquement les objets traités à l’époque avec les outils d’analyse actuels, et de faire des simulations pour comparer les produits et les méthodes utilisées dans le passé.

8Ce qui a pu être un pari au départ, une expérience, a ainsi donné lieu à un travail de confrontation heuristique pour la connaissance de la période et utile pour les travaux à venir. Chiche que les historiens de la restauration voyagent davantage, travaillent en équipe avec des collègues d’autres pays et avec les conservateurs-restaurateurs d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1  Akrich, M., « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et culture, 9, 1987, p. 49-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léonie Hénaut, « Préface  », CeROArt [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2423

Haut de page

Auteur

Léonie Hénaut

Léonie Hénaut, sociologue, est chargée de recherche au CNRS depuis octobre 2011. Sa thèse portait sur la transformation du champ d’activité de la conservation des biens culturels depuis les années 1930, et sur les changements connus par le groupe professionnel des restaurateurs à partir des années 1970 en France. Elle a également consacré plusieurs articles à la question de l’authenticité des œuvres d’art, à travers l’analyse de controverses en restauration. Aujourd’hui membre du Centre de Sociologie des Organisations (SciencesPo/CNRS), elle poursuit ses recherches dans le sens d’une comparaison internationale de la dynamique des professions du patrimoine en France et aux États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org