Skip to navigation – Site map
Authenticité et intégrité de l’objet

La non-restauration des statues antiques berlinoises à Paris

Astrid Fendt

Abstracts

This essay summerizes the history of the Napoleonic spoliations in Prussia in the field of the ancient sculpture. It questiones the criteria that may explain the lack of restoration of certain works, while the paintings were instead largely restored.

Top of page

Full text

Je tiens à remercier Barbara Angerer, Bruno Bara, Caroline Huguenot et Christian Rapp pour leur aide apportée lors de la correction des épreuves.

  • 1  Entre 1794 et 1809, la France a confisqué des œuvres d’art et des objets en rapport avec des trava (...)

1En 1806, lors des confiscations d’œuvres d’art ordonnées par Napoléon Bonaparte, de nombreux objets appartenant à la maison royale de Prusse arrivèrent à Paris1. Ils y restèrent jusqu’à leur restitution entre 1814 et 1815. Ceux-ci comprenaient des statues antiques, parmi les pièces les plus célèbres de la collection royale prussienne. Ces œuvres spoliées furent présentées dans le cadre d’une exposition temporaire au Musée Napoléon, l’actuel Musée du Louvre. Ces statues avaient été achetées au cours du XVIIIe siècle chez des marchands d’art parisiens et romains afin de décorer les châteaux royaux. Des éléments baroques et néoclassiques, qu’on savait déjà anachroniques au début du XIXe siècle, y avaient été ajoutés. Malgré cela, ces statues étaient des vestiges importants et significatifs de l’Antiquité pour les rois de Prusse comme pour Dominique-Vivant Denon, directeur général du Musée Napoléon et administrateur des arts. Ces sculptures « complétées » ne furent pas restaurées une fois déposées au Louvre. Autour de 1800, l’institution bénéficiait pourtant d’un grand atelier de restauration pour les sculptures antiques en pierre et des archéologues célèbres comme Ennio Quirino Visconti travaillaient à Paris. Comment comprendre cette décision, sachant que les peintures, par exemple, étaient au contraire très largement restaurées et transformées ?

La confiscation des statues antiques à Potsdam et Berlin

  • 2  Sur le personnage et l’activité de Denon, voir Dupuy, M.-A. (éd.), Dominique-Vivant Denon. L'œil d (...)
  • 3 Cullen, M. S. et Von Stockhausen, T., Das Alte Museum, Berlin, Berlin-Edition, 1998, p. 14; Savoy, (...)
  • 4  Conservées aujourd’hui à l’Antikensammlung, Staatliche Museen zu Berlin-Preußischer Kulturbesitz ( (...)
  • 5  Frédéric II dans une lettre du octobre 1742 à Voltaire, cité par Heres, H. et G., « Achill unter d (...)
  • 6  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 222, 591, 353; Dupuy, M.-A., op. cit., p. 304 cat. 300 av (...)

2Afin d’enrichir les collections du Musée Napoléon, Denon ramena de Postdam et Berlin, durant l’hiver 1806/07, le quadrige de la Porte de Brandebourg, mais aussi des tableaux, des camées et intailles, des monnaies, des sculptures, des bustes et des reliefs en marbre et en bronze2.
Denon fit transporter tous ces objets à Paris et les présenta au public dès octobre 18073. Parmi les objets antiques se trouvaient vingt-trois grandes statues principalement fabriquées en marbre4. La plupart d’entre elles étaient originaires de la célèbre collection française du cardinal Melchior de Polignac. Lorsque Frédéric II de Prusse acquît la collection Polignac en 1742, il déclara : « Ce que Polignac, cet homme savant, a jadis laissé disparaître de Rome, nous le laissons disparaître de Paris »5. Soixante ans plus tard, au début du XIXe siècle ces œuvres d’art retournèrent en France et eurent une grande influence pour l’artisanat d’art de l’Empire. Trois de ces statues furent ainsi reproduites en porcelaine afin de servir comme table pour l’Empereur6.

  • 7  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 49, 50, 221, 593, 594, 218, 222, 497, 591; Berlin, Skulpt (...)
  • 8  Avec ce groupe « il bouquet di capolavori del Musée Napoléon » a été complété, voir Rossi Pinellii (...)
  • 9  Voltaire, cité dans Heres, H. op. cit., p. 105.
  • 10  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 494, 496.
  • 11  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 2. Voir G. Zimmer, dans Scholl, A. et Platz-Horster, G. ( (...)
  • 12  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 226, 227.
  • 13  Savoy, B., op. cit., tome I, p. 136–138 dit que les Français ont interprétés avant tout le quadrig (...)

3Les statues les plus connues de la collection Polignac sont celles des membres de la Famille de Lykomède7. Denon fit ramener toute la famille, soit dix statues, qui représentent le mythe du héros grec Achille chez la famille du roi Lykomède à l’île de Skyros. Elles furent vastement restaurées par deux jeunes sculpteurs français, Lambert-Sigisbert Adam et Edmé Bouchardon, autour de 1730 à Rome, avant d’être intégrées dans la collection Polignac à Paris8. À cette époque, les statues de la Famille de Lykomède étaient renommées en Europe pour « leur beauté et leur rareté »9. Les répliques de chefs-d’œuvre de célèbres collections romaines comme la Joueuse d’osselets ou la statue dite Julia, fille d’Auguste, firent également partie de la collection Polignac10. Au début du XVIIIe siècle, elles passaient toutes deux pour des œuvres d’une qualité exceptionnelle. Le chef-d’œuvre de la collection prussienne, une statue en bronze connue sous le nom d’Orant, fut également confisqué11. En outre, Denon emporta des statues avec une forte valeur symbolique, comme les deux Victoires, restaurées autour de 1760 par le sculpteur italien Bartolomeo Cavaceppi à Rome12. À Paris, ces œuvres étaient considérées comme des messagères de la victoire impériale13.

  • 14  Oesterreich, M., Description et Explication des Groupes, Statues, Bustes & Demi-Bustes, Bas-Relief (...)
  • 15  Lettre de Puhlmann à Frédérique Guillaume III du 15.3.1810, voir Savoy, B., op. cit., tome I, p. 1 (...)
  • 16  Cité de Savoy, B., op. cit. tome I, p. 135 (sans date).
  • 17  Ibid., p. 123–130 et Gröschel, S.-G., dans Hüneke, S., op. cit., p. 516 rapportent à ce sujet que (...)

4Denon sélectionna les objets sur la base d’un catalogue de la collection d’art de la couronne de Prusse écrit en français et publié par Matthias Oesterreich en 177414. Ainsi, il connaissait déjà exactement l’emplacement des objets jugés intéressants. Lorsqu’il visita la galerie de peinture du château de Sans-Souci, il fit tout son possible pour faire emporter la statue antique de la Joueuse d’osselets. Le directeur de la galerie, Johann Gottfried Puhlmann, rapporta : « Au lieu d’examiner les tableaux [Denon] marcha avec moi de long en large dans la galerie, il parla beaucoup de Rome, où il avait été peintre dans sa jeunesse, mais aussi de l’Égypte, et il se contenta tout d’abord de confisquer la Joueuse d’osselets placée sur la seconde table »15. En outre, Denon s’était informé sur les biens artistiques de Berlin qui valaient, à ses yeux, d’être confisqués. Visconti, le conservateur des antiques au Louvre, lui avait conseillé dans une lettre de prendre les deux Victoires parce qu’« il paraît, qu’[elles] demeureraient plus volontiers dans les palais de Napoléon que dans ceux de Prusse »16. Denon choisit surtout des objets d’art transportables, considérés, selon les critères de l’époque, comme de première qualité et possédant quelque chose de particulier17.

La présentation des statues antiques de la collection prussienne au Louvre

  • 18  Charles Normand, Benjamin Zix, Vue de la salle de la Victoire, lors de l’exposition des objects d’ (...)
  • 19  Charles Normand, Benjamin Zix, La Salle de Diane, vue prise d’ouest en est, gravure de Normand d’a (...)

5La façon dont les statues antiques de la collection prussienne étaient présentées au Louvre nous est parvenue grâce à des images de la Salle d’Apollon18 et de la Salle de Diane19.

Fig. 1 La Salle d’Apollon du Louvre, aussi appelé Salle de la Victoire

Fig. 1 La Salle d’Apollon du Louvre, aussi appelé Salle de la Victoire

C’est là  qu’étaient présentées des œuvres d’art saisies en Allemagne, dont les statues antiques de la collection royale prussienne, du 14 octobre1807 jusqu’en 1809. Charles Normand, Benjamin Zix, 1807, Gravure de Normand d’après un lavis de Benjamin Zix. H. 0,17; L. 0,26. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 33408.

© RMN

  • 20  Paas, S., op. cit., cat. 137. 138 avec ill.
  • 21  Citation de Savoy, B., dans Paas, S., op. cit., p. 139.

6Les deux salles furent spécialement aménagées le 14 octobre 1807 pour la présentation des œuvres d’art saisies en Allemagne jusqu’en 180920. Dans la Salle d’Apollon, appelée de manière explicite Salle de la Victoire, était mise en scène « une démonstration du pouvoir politique, un mariage des armes et des arts »21. Un buste colossal de Napoléon portant une couronne de laurier dorée était surmonté par un tableau de Pierre Paul Rubens saisi à Cassel en Hesse, appelé Le triomphe du vainqueur. Ce buste était encadré par les deux Victoires antiques de Potsdam. À côté d’un tas d’armes et d’armures provenant d’Autriche, aménagé en trophée, étaient présentées les sculptures antiques de la Prusse, comme la Famille de Lycomède et la Joueuse d’osselets. Ce furent les prises de guerre les plus importantes dans cette salle. Dans la Salle de Diane en revanche, l’Orant était présenté comme la pièce la plus importante placée au centre de l’espace.

  • 22  Savoy, B., dans Paas, S., op. cit., p. 139.
  • 23 Levezow, Konrad, Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. (...)

7De nouveaux modes de présentation furent retenus pour la mise en scène des deux salles « allemandes » du Musée Napoléon. Tout d’abord, une exposition novatrice du point de vue muséologique fut aménagée dans la Salle de Diane : les sculptures, placées symétriquement, pouvaient être comparées et leur laissaient beaucoup de place pour flâner22. Avec ce choix d’objets, la collection royale prussienne était présentée suivant les goûts esthétiques du XVIIIe siècle. Aux yeux de la cour berlinoise ainsi que selon l’opinion des amateurs d’art en France, l’Orant, la Joueuse d’osselets et surtout la Famille de Lycomède en devinrent les pièces les plus célèbres. Cependant, dès les années 1730, les archéologues avaient sans cesse critiqué la restauration et l’interprétation de toutes les figures de la Famille de Lycomède. Cette critique culmina dans une monographie publiée en 1804 par l’archéologue Konrad Levezow concernant les compléments jugés comme erronés ajoutés aux statues de la Famille de Lycomède23.

8L’appréciation des chefs-d’œuvre prussiens changea radicalement après leur restitution autour de 1815. À Berlin, sous le gouvernement du roi Frédéric Guillaume III, un musée d’art accessible au grand public est mis en œuvre. Il fut inauguré en 1830 sous le nom de Königliches Museum (Musée Royal) aujourd’hui Altes Museum (Musée ancien). Avant d’être exposées, les sculptures antiques furent soumises à une campagne de restauration importante sous la direction de l’archéologue berlinois Aloys Hirt et des sculpteurs allemands Christian Daniel Rauch et Friedrich Tieck. L'on remarquera que la plupart des statues ayant séjourné à Paris furent alors complétées par de nouveaux éléments. Cela concernait principalement la Famille de Lycomède.

Fig. 2 La statue d’Ulysse

Fig. 2 La statue d’Ulysse

Faisant partie de la Famille de Lycomède, la statue fut restaurée et complétée à Rome autour de 1730 par le sculpteur français Lambert-Sigisbert Adam.. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 49; de Konrad Levezow, Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. Eine archaeologische Untersuchung, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1804, tav. 6

© SMB-PK, Antikensammlung

Fig. 3 La statue d’Apollon

Fig. 3 La statue d’Apollon

En 1829–1830 le sculpteur allemand Friedrich Tieck a modifié l’Ulysse en Apollon ce qui était le sujet d'origine de cette statue. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 49;

Photo. Johannes Laurentius © SMB-PK, Antikensammlung

  • 24 Heilmeyer, W.-D., dans Heilmeyer W.-D., Heres, H., Maßmann, W., Schinkels Pantheon. Die Statuen der (...)

9Le but de cette transformation était de les rapprocher le plus possible de leur caractère d'origine, en ce qui concerne leur style, leur forme et leur signification. Ces interventions étaient censées refléter les dernières connaissances en matière d’archéologie. Avec la construction du musée de Berlin, Frédéric Guillaume III réagissait à la politique culturelle française. Cependant, en ce qui concerne le contenu aussi bien que les techniques utilisées, le travail sur les statues dans l’atelier de Rauch et Tieck demeurait inspiré des méthodes pratiquées à Rome et importées à Berlin par les personnes chargées de la restauration. Ce fut ainsi une manifestation du transfert de connaissances archéologiques et techniques en la matière24.

Objets scientifiques ou butin de guerre ?

  • 25  Voir Bourgeois, B., Pasquier, A., Le Gladiateur Borghèse et sa restauration, Paris, Louvre édition (...)
  • 26 Savoy, B., op. cit., tome I, p. 334.
  • 27  Ibid., p. 335–336 et p. 339–342: un centre européen de restauration de tableaux qui eut beaucoup i (...)

10Un fonds spécial pour la restauration des peintures, des sculptures et des dessins fut créé pendant les années 1807 à 1810, et servit notamment, en ce qui concerne les Antiques, à la réparation des sculptures de la collection Borghèse de Rome25. Une grande partie de ce financement était réservée aux réparations des dommages dus au transport, mais une petite part était également destinée à la conservation des objets fragiles et à l’enlèvement des compléments modernes26. La plupart des travaux de restauration concernaient sans doute les tableaux27. On cherchait à présenter de « beaux » tableaux dans lesquelles les parties nouvelles s’adaptaient aux anciennes.

Fig. 4  L’Arrivée au musée Napoléon des œuvres saisies à Berlin

Fig. 4  L’Arrivée au musée Napoléon des œuvres saisies à Berlin

Jacques-François Swebach, 1808 (?), Lavis brun, plume et encre brune. H. 0,26 ; L. 0,44. Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques, Inv. rf 6061 

© RMN

  • 28  Bourgeois B., 2007, op. cit., p. 27; Bresc-Bautier, G., dans Dupuy, M.-A., op. cit., p. 135. Une p (...)
  • 29  Martinez, J.-L. (éd.), Les antiques du Musée Napoléon. Édition illlustrée et commentée des volumes (...)

11Aux alentours de 1800, le sculpteur français Bernard Lange, le sculpteur italien Mariano Giosi ainsi que d’autres sculpteurs français et italiens étaient assignés à la restauration des sculptures antiques au Louvre. Les deux restaurateurs en chef avaient auparavant travaillé à Rome : Giosi au Musée Pio Clementino et Lange dans l’atelier du célèbre sculpteur Carlo Albacini. L’on dit que Giosi introduisit la méthode italienne au Louvre. En 1811, Antonio Bonomi devint le chef d’atelier du Louvre. En 1809, Carlo Rocchi et un dénommé Fulgoni se rendirent ensemble à Paris avec les sculptures de la collection Borghèse de Rome28. Pour cette période, nous connaissons également plusieurs exemples de restaurations de sculptures appartenant à d’anciennes collections françaises. Ces sculptures furent déjà complétées de manière totalement incorrecte au XVIIe siècle. Les changements matériels eurent lieu sous la direction de Visconti29.

12Cependant, seules deux des statues antiques prussiennes furent vraiment restaurées à Paris – l’Orant ainsi qu’une figurine nue avec un portrait d’empereur Trajan.  L’Orant fut restauré à Paris par le sculpteur Charles Stanislas Canlers qui n’en modifia pas l’apparence, mais n’y apporta qu’une stabilisation intérieure de la tête et des bras.

Fig. 5 La statue de l’Orant

Fig. 5 La statue de l’Orant

Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 2

Photo. Johannes Laurentius © SMB-PK, Antikensammlung

Fig. 6 La figurine nue avec un portrait d’empereur Trajan

Fig. 6 La figurine nue avec un portrait d’empereur Trajan

Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 355

Photo. Arbeitsstelle für Digitale Archäologie - Cologne Digital Archaeology Laboratory (CoDArchLab) am Archäologischen Institut der Universität zu Köln, FA-Perg001928_02_2173,01 © CoDArchLab

  • 30  Voir une image de cette statue dans Beger, L., Thesaurus Brandenburgicus selectus. Sive Gemmarum, (...)
  • 31  Savoy, B., op. cit., tome I, p. 336–339 avec ill.

13La Figurine nue avec un portrait d’empereur, qui passait pour une « statue impériale très précieuse », a été restaurée par un sculpteur nommé Cartellier contre une somme très importante. Mais le travail exact de cet artiste demeure incertain, car la figurine semble aujourd’hui identique à celle de la fin du XVIIe siècle, lorsqu’elle fut achetée pour Berlin30. Le sculpteur Charles Stanislas Canlers réalisa une intervention sur L’Orant qui n’en modifia pas l’apparence, mais n’apporta qu’une stabilisation intérieure de la tête et des bras31.

  • 32  Les deux images de la Salle de Diane et de la Salle d’Apollon réalisées par Benjamin Zix et Charle (...)
  • 33  C’est aussi l’impression de Jean-Luc Martinez (communication orale, Paris, 19 février 2008), qui p (...)
  • 34  Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 218. Dans Levezow, K., op. cit., tav. 8, la figure est représenté (...)

14En examinant l’histoire des restaurations des sculptures antiques berlinoises et en comparant les différents dessins des pièces32, l’on s’aperçoit ainsi qu’aucune restauration de grande ampleur n’a été réalisée à Paris33. Une petite réparation aux doigts de la muse Euterpe34, ainsi que le complément des deux Victoires, constituent une exception.

Fig. 7 La statue  La muse Euterpe  

Fig. 7 La statue  La muse Euterpe  

La statue est représentée ici dans son état de 1804, quand elle était à Berlin, avec trois doigts de la main gauche mutilés. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 218; de Konrad Levezow, Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. Eine archaeologische Untersuchung, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1804, tav. 8.

© SMB-PK, Antikensammlung

Fig. 8 La statue La muse Euterpe restaurée

Fig. 8 La statue La muse Euterpe restaurée

Cette image démontre l’état de la statue après 1807, avec les doigts complétés. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 218; de Charles-Paul Landon, Annales du Musée ou Recueil complet de Gravures. Sculpture antique, tome III, Paris, Pillet, 1835, tav. 33.

© SMB-PK, Antikensammlung

  • 35  Citation de Savoy, B., op. cit., tome I, p. 355.
  • 36  Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 226, 227.

15Comme dans l’Antiquité, des ailes en bronze leur furent ajoutées, mais, en plus, on leur plaça des insignes dans les mains. Charles Landon décrit leur état en 1807 avec les mots suivants : « De chaque côté du buste on remarque [...] deux statues de Victoire; elles sont ailées et absolument semblables »35. À Paris, ces ailes furent conservées et sont attestées avant la restitution des Victoires, sans doute en raison de leur valeur matérielle. Le sculpteur Rauch rénova ces ailes dans les années 1824–1825, avant qu’elles soient de nouveau exposées au musée de Berlin36.

  • 37  L’image de l’Ulysse (Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 49) dans Landon, Ch.-P., op. cit., t (...)
  • 38  Gaehtgens, T., dans Paas, S., op. cit., p. 180.
  • 39 Savoy, B., op. cit. tome I, p. 352.
  • 40  Il n’existe pas de témoignage sur le transport des statues à Paris en 1806/07. On sait toutefois q (...)

16À Paris, les statues antiques prussiennes furent exposées avec leurs compléments existants inspirés du style baroque et pour la plupart faux37. D’une part, il s’agissait de faire face aux contraintes du moment, qui obligeaient à « traite[r] la masse des œuvres d’art provisoire »38 : le temps disponible entre la confiscation en hiver 1806/07 et leur présentation publique en octobre 1807 était en effet limité39. D’autre part, ces statues correspondaient incontestablement aux critères esthétiques de l’époque déjà appliqués aux tableaux, qui réclamaient une « beauté intacte ». En outre, il est probable que peu de statues aient subi des dommages lors du transport et qu’ils aient été tous réparés40. Les œuvres antiques prussiennes paraissent ainsi être considérées plus comme des trophées de guerre que comme des artefacts historiques, ce qui explique pourquoi elles ne furent pas restaurées à Paris, ou très peu, suivant des mobiles plus politiques que scientifiques.

Top of page

Bibliography

Althöfer, H. (éd.), Das 19. Jahrhundert und die Restaurierung. Beiträge zur Malerei, Maltechnik und Konservierung, München, Callwey, 1987.

Beger, L., Thesaurus Brandenburgicus selectus. Sive Gemmarum, Et Numismatum Graecorum, In Cimeliarchio Electorali Brandenburgico, Elegantiorum Series, tome III, Coloniæ Marchicæ, Impressit Ulricus Liebpertus, Typographus Regius & lectoralis Brandenburgicus, 1701.

Bergvelt, E., Meijers, D. J., Tibbe, L. – van Wezel, E. (éd.), Napoleon's Legacy: The Rise of National Museums in Europe. 1794–1830, Berlin, G+H Verlag, 2009.

Blümel, C., Römische Bildnisse, Berlin, Verlag für Kunstwissenschaft, 1933.

Bourgeois, B., « The ‚French Laocoon’. An impossible restoration », dans Curtis (Penelope) (éd.), Towards a New Laocoon, catalogue d’exposition, Leeds, Éd. Henry Moore Institute,  2007, p. 25–28.

Bourgeois, B., « L’envoi du Gladiateur Borghese au Louvre », dans Bridgland, J. – Brown J. (éds.), ICOM Committee for Conservation, Preprints of the 12th Triennial Meeting, Lyon, 19.8.–3.9.1999, tome I, London, James and James, 1999, p. 155–160.

Bourgeois, B. – Pasquier, A., Le Gladiateur Borghèse et sa restauration, Paris, Louvre éditions, 1997.

Clarac, Feu M. de, Musée de Sculpture Antique et Moderne contenant la Description Historique et Graphique du Louvre, les Bas-Reliefs, Inscriptions, Autels, Cippes, etc. du Musée du Louvre.  Les Statues Antiques des Musées et Collections de L'Europe. Les Statues Modernes du Louvre et des Tuileries. Une Iconographie Égyptienne, Grecque, Romaine et Française, tome III, Paris, L’imprimerie royale, Texier, 1850.

Cullen, M. S.) – von Stockhausen, T., Das Alte Museum, Berlin, Berlin-Edition, 1998.

Dupuy, M.-A. (éd.), Dominique-Vivant Denon. L'œil de Napoléon, catalogue d’exposition, Paris, Édition de la Réunion des Musées Nationaux, 1999.

Grijzenhout, F., « Visiting the Conservation Studio: Putting words to conservation », dans Bergvelt, E. – Meijers, D. J. – Tibbe, L. – van Wezel, E. (éd.), Napoleon's Legacy: The Rise of National Museums in Europe. 1794–1830, Berlin, G+H Verlag, 2009, p. 101–109.

Heilmeyer, W.-D. – Heres, H. – Maßmann, W., Schinkels Pantheon. Die Statuen der Rotunde im Alten Museum, Mainz, Philipp von Zabern, 2004.

Heres, H. – Heres, G., « Achill unter den Töchtern des Lykomedes. Zur Geschichte einer Statuengruppe », Forschungen und Berichte, n° 20/21, 1980, p. 105–146.

Hüneke, S. (éd.), Antiken I. Kurfürstliche und königliche Erwerbungen für die Schlösser und Gärten Brandenburg-Preußens vom 17. bis zum 19. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 2009.

Landon, C.-P., Annales du Musée ou Recueil complet de Gravures. Sculpture antique, trois tomes, seconde édition, Paris, Pillet, 1834–1835.

Levezow, K., Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. Eine archaeologische Untersuchung, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1804.

Martinez, J.-L. (éd.), Les antiques du Musée Napoléon. Édition illlustrée et commentée des volumes V et VI de l'inventaire du Louvre de 1810, Paris, Édition de la Réunion des Musées Nationaux,  2004.

Oesterreich, M., Description et Explication des Groupes, Statues, Bustes & Demi–Bustes, Bas–Reliefs, Urnes & Vases des marbre, de bronze & de plomb, antiques aussi bien que des ouvrages modernes qui forment la Collection de S.M. Le Roi de Prusse, Berlin, Decker, 1774.

Paas, S. – Mertens, S. (éds.), Beutekunst unter Napoleon. Die "französische Schenkung" an Mainz 1803, catalogue d’exposition, Mainz, Philipp von Zabern, 2003.

Rossi Pinelli, O., « Chirurgia della memoria: scultura antica e restauri storici », dans Settis, S. (éd.), Memoria dell'antico nell'arte italiana. Tomo terzo. Dalla tradizione all'archeologia, Torino, Einaudi, 1986, p. 183–252.

Savoy, B., Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800, deux tomes, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme,2003.

Scholl, A. – Platz-Horster, G. (éds.), Die Antikensammlung. Altes Museum. Pergamonmuseum, troisième édition, Mainz, Philipp von Zabern, 2007.

Wagner, C., Arbeitsweisen und Anschauungen in der Gemälderestaurierung um 1800, München, Callwey, 1988.

Top of page

Notes

1  Entre 1794 et 1809, la France a confisqué des œuvres d’art et des objets en rapport avec des travaux scientifiques dans tous les pays qu’elle occupait alors, voir par exemple Bergvelt E.,Meijers D. J.,  Tibbe, L., van Wezel E. (éds.), Napoleon's Legacy: The Rise of National Museums in Europe. 17941830, Berlin, G+H Verlag, 2009; Savoy, B., dans Paas S. et Mertens S. (éds.), Beutekunst unter Napoleon. Die "französische Schenkung" an Mainz 1803, catalogue d’exposition, Mainz, Philipp von Zabern, 2003, p. 137–144. Pour les confiscations en Allemagne, voir Paas S., op. cit.; Savoy, B., Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France an Allemagne autour de 1800, deux tomes, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme,2003.

2  Sur le personnage et l’activité de Denon, voir Dupuy, M.-A. (éd.), Dominique-Vivant Denon. L'œil de Napoléon, catalogue d’exposition, Paris, Édition de la Réunion des Musées Nationaux, 1999, surtout p. 170–187 pour les confiscations en Allemagne. Benjamin Zix, Vivant Denon au Cabinet des Médailles du château de Berlin, lavis, plume et encre brune, Paris, collection particulière : Dupuy, M.-A., op. cit., p. 150 fig. 142.

3 Cullen, M. S. et Von Stockhausen, T., Das Alte Museum, Berlin, Berlin-Edition, 1998, p. 14; Savoy, B., op. cit. tome I, p. 117–146; S.-G. Gröschel, dans Hüneke, S. (éd.), Antiken I. Kurfürstliche und königliche Erwerbungen für die Schlösser und Gärten Brandenburg-Preußens vom 17. bis zum 19. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 2009, p. 516–517.

4  Conservées aujourd’hui à l’Antikensammlung, Staatliche Museen zu Berlin-Preußischer Kulturbesitz (SMB-PK): Odysseus/Apoll (inv. Sk 49), Achill/Apoll (inv. Sk 50), Deidameia/Muse Polyhymnia (inv. Sk 221), Gattin des Lykomedes/weibl. Statue (inv. Sk 593), älteste Tochter/Hygieia (inv. Sk 594), Tochter/Muse Euterpe (inv. Sk 218), Tochter/Muse Urania (inv. Sk 222), Tochter/weibl. Statue (inv. Sk 497), Tochter/Muse Klio (inv. Sk 591), Tochter/weibl. Statue (Skulpturensammlung SMB-PK, inv. 2170, autrefois Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 588), Knöchelspielerin (inv. Sk 494), Viktoria (inv. Sk 226), Viktoria (inv. Sk 227), Hygieia (inv. Sk 353), Betende mit Porträtkopf der Kaiserin Sabina (inv. Sk 496), Eros und Psyche (inv. Sk 151), Merkur (inv. Sk 531), Tochter der Niobe/weibl. Statue (inv. Sk 585), Antinoos (inv. Sk 361), Muse Kalliope (inv. Sk 600), Bacchus (inv. Sk 87), Betender Knabe (inv. Sk 2; bronze). En tout, Denon a choisi 27 statues et 45 bustes pour le Musée Napoléon, voir Hüneke, S., op. cit., p. 3.

5  Frédéric II dans une lettre du octobre 1742 à Voltaire, cité par Heres, H. et G., « Achill unter den Töchtern des Lykomedes. Zur Geschichte einer Statuengruppe », Forschungen und Berichte, n° 20/21, 1980, p. 105.

6  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 222, 591, 353; Dupuy, M.-A., op. cit., p. 304 cat. 300 avec ill. et cat. 301 avec ill.; Heres, H., op. cit., p. 123.

7  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 49, 50, 221, 593, 594, 218, 222, 497, 591; Berlin, Skulpturensammlung, SMB-PK, inv. 2170.

8  Avec ce groupe « il bouquet di capolavori del Musée Napoléon » a été complété, voir Rossi Pinellii, O., « Chirurgia della memoria: scultura antica e restauri storici », dans Settis, S., (éd.), Memoria dell'antico nell'arte italiana. Tomo terzo. Dalla tradizione all'archeologia, Torino, Einaudi, 1986, p. 231.

9  Voltaire, cité dans Heres, H. op. cit., p. 105.

10  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 494, 496.

11  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 2. Voir G. Zimmer, dans Scholl, A. et Platz-Horster, G. (éds.), Die Antikensammlung. Altes Museum. Pergamonmuseum, troisième édition, Mainz, Philipp von Zabern, 2007, p. 63–64 cat. 31 avec ill.

12  Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 226, 227.

13  Savoy, B., op. cit., tome I, p. 136–138 dit que les Français ont interprétés avant tout le quadrige de la Porte de Brandebourg et les insignes de Frédérique II comme des trophées prussiens.

14  Oesterreich, M., Description et Explication des Groupes, Statues, Bustes & Demi-Bustes, Bas-Reliefs, Urnes & Vases des marbre, de bronze & de plomb, antiques aussi bien que des ouvrages modernes qui forment la Collection de S.M. Le Roi de Prusse, Berlin, Decker, 1774.

15  Lettre de Puhlmann à Frédérique Guillaume III du 15.3.1810, voir Savoy, B., op. cit., tome I, p. 126.

16  Cité de Savoy, B., op. cit. tome I, p. 135 (sans date).

17  Ibid., p. 123–130 et Gröschel, S.-G., dans Hüneke, S., op. cit., p. 516 rapportent à ce sujet que dans toutes les collections allemandes les conservateurs ont essayé de cacher les oeuvres d’art devant Denon.

18  Charles Normand, Benjamin Zix, Vue de la salle de la Victoire, lors de l’exposition des objects d’art conquis en Allemagne, vue du nord au sud, gravure de Normand d’après un lavis de Zix, Paris, musée du Louvre, Inv. 33408 : Dupuy, M.-A., op. cit., p. 156 fig. 157.

19  Charles Normand, Benjamin Zix, La Salle de Diane, vue prise d’ouest en est, gravure de Normand d’après un lavis de Zix, Paris, musée du Louvre, Inv. 33407 : Dupuy, M.-A., op. cit., p. 156, fig. 155.

20  Paas, S., op. cit., cat. 137. 138 avec ill.

21  Citation de Savoy, B., dans Paas, S., op. cit., p. 139.

22  Savoy, B., dans Paas, S., op. cit., p. 139.

23 Levezow, Konrad, Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. Eine archaeologische Untersuchung, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1804; Heres, H., op. cit., p. 114–117.

24 Heilmeyer, W.-D., dans Heilmeyer W.-D., Heres, H., Maßmann, W., Schinkels Pantheon. Die Statuen der Rotunde im Alten Museum, Mainz, Philipp von Zabern, 2004, p. 14 sur la caractéristique de l’Orant et les deux Victoires  dans le concept d’installation au Musée Royal en 1830. Sur la grande campagne de restauration à Berlin voir Heres, H. dans Ibid., p. 25–36.

25  Voir Bourgeois, B., Pasquier, A., Le Gladiateur Borghèse et sa restauration, Paris, Louvre éditions, 1997, p. 7 pour la restauration des statues de la Collection Borghèse au Louvre, achetées en 1807 à Rome. C’étaient principalement des dommages du transport. Pour plus de détails sur le transport et la restauration du Gladiateur Borghèse, voir Bourgeois, B., « L’envoi du Gladiateur Borghèse au Louvre », dans Bridgland, J. et Brown J. (éds.), ICOM Committee for Conservation, Preprints of the 12th Triennial Meeting, Lyon, 19.8.–3.9.1999, tome I, London, James and James, 1999, p. 158–159.

26 Savoy, B., op. cit., tome I, p. 334.

27  Ibid., p. 335–336 et p. 339–342: un centre européen de restauration de tableaux qui eut beaucoup innové en cette matière s’était établi à Paris au début du XIXe siècle. Bourgeois, B., « The ‚French Laocoon’. An impossible restoration », dans Curtis, P. (éd.), Towards a New Laocoon, catalogue d’exposition, Leeds, Henry Moore Institute, 2007, p. 26 écrit sur le comité traitant des questions de restauration et aussi sur les restaurateurs indépendants et engagés comme Jean-Michel Picault et François-Toussaint Hacquin. Pour les restaurateurs de tableaux au Louvre, voir Grijzenhout, F., « Visiting the Conservation Studio: Putting words to conservation », dans Bergvelt, E., op. cit., p. 104–106; Bresc-Bautier G., dans Dupuy, M.-A. op. cit., p. 134–135; Gaehtgens, T. dans Paas, S., op. cit., p. 180 pense en revanche qu’il n’y avait pas suffisamment de restaurateurs et pas assez d’argent pour cette « grande mission ». Sur la restauration des tableaux à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, voir Wagner, C., Arbeitsweisen und Anschauungen in der Gemälderestaurierung um 1800, München, Callwey, 1988; Althöfer, H. (éd.), Das 19. Jahrhundert und die Restaurierung. Beiträge zur Malerei, Maltechnik und Konservierung, München, Callwey, 1987, p. 293–296.

28  Bourgeois B., 2007, op. cit., p. 27; Bresc-Bautier, G., dans Dupuy, M.-A., op. cit., p. 135. Une publication sur la restauration des sculptures antiques au Louvre autour de 1800 sur B. Lange et M. Giosi est en cours de réalisation, et je souhaite de remercier vivement Mme Brigitte Bourgeois de m’avoir gentiment renseignée sur ce sujet (Paris, 14 octobre 2008).

29  Martinez, J.-L. (éd.), Les antiques du Musée Napoléon. Édition illlustrée et commentée des volumes V et VI de l'inventaire du Louvre de 1810, Paris, Édition de la Réunion des Musées Nationaux, 2004, p. 203.

30  Voir une image de cette statue dans Beger, L., Thesaurus Brandenburgicus selectus. Sive Gemmarum, Et Numismatum Graecorum, In Cimeliarchio Electorali Brandenburgico, Elegantiorum Series, tome III, Coloniæ Marchicæ, Impressit Ulricus Liebpertus, Typographus Regius & lectoralis Brandenburgicus, 1701, p. 341.

31  Savoy, B., op. cit., tome I, p. 336–339 avec ill.

32  Les deux images de la Salle de Diane et de la Salle d’Apollon réalisées par Benjamin Zix et Charles Normand en 1807 constituent une source importante pour ce sujet, voir ibid., p. 354–257 tav. 71–73. Elles montrent les objets dans leur état après leur arrivée à Paris. Une autre source est le catalogue des sculptures antiques du Louvre de Charles-Paul Landon, dont la première édition avec des images de toutes les sculptures fut publiée en 1807, constitue une autre source fondamentale: Charles-Paul Landon, Annales du Musée ou Recueil complet de Gravures. Sculpture antique, trois tomes, Paris, Pillet, 1834–1835 (cité ici en seconde édition).

33  C’est aussi l’impression de Jean-Luc Martinez (communication orale, Paris, 19 février 2008), qui pense que les sculptures antiques provenant d’Allemagne n’ont pas été fondamentalement modifié, mais ont au mieux été réparées. Les renseignements donnés par Bénédicte Savoy (Berlin, 4 février 2008) et Frans Grijzenhout (Amsterdam, 9 octobre 2008) vont également dans ce sens.

34  Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 218. Dans Levezow, K., op. cit., tav. 8, la figure est représentée avec trois doigts de la main gauche mutilé. Dans Landon, Ch.-P., op. cit. tome III, tav. 33 et dans Feu de Clarac, M., Musée de Sculpture Antique et Moderne contenant la Description Historique et Graphique du Louvre, les Bas-Reliefs, Inscriptions, Autels, Cippes, etc. du Musée du Louvre. Les Statues Antiques des Musées et Collections de L'Europe. Les Statues Modernes du Louvre et des Tuileries. Une Iconographie Égyptienne, Grecque, Romaine et Française, tome III, Paris, L’imprimerie royale, Texier, 1850, tav. 538 n° 1130, les doigts y sont complétés; ils ont peut-être été réparés à Paris.

35  Citation de Savoy, B., op. cit., tome I, p. 355.

36  Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 226, 227.

37  L’image de l’Ulysse (Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 49) dans Landon, Ch.-P., op. cit., tome III, tav. 27 cause des difficultés d’interprétation. En effet, il est représenté avec une épée dans la main droite, tandis que Lambert-Sigisbert Adam l’avait complété en 1729–1732 avec un couteau dans la main droite, voir Levezow, K., op. cit., tav. 6. Ch. D. Rauch a restauré la statue en 1829–1830 et a complètement modifié cette partie, c’est pourquoi il est impossible aujourd’hui de déterminer si une restauration a été réalisée à Paris où si l’épée est une erreur du dessinateur.

38  Gaehtgens, T., dans Paas, S., op. cit., p. 180.

39 Savoy, B., op. cit. tome I, p. 352.

40  Il n’existe pas de témoignage sur le transport des statues à Paris en 1806/07. On sait toutefois que les pièces de la collection Polignac n’ont pas subi de dégâts dus au transport lors de leur transfert de Paris à Potsdam en 1742, voir Heres, H., op. cit., p. 105.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 La Salle d’Apollon du Louvre, aussi appelé Salle de la Victoire
Caption C’est là  qu’étaient présentées des œuvres d’art saisies en Allemagne, dont les statues antiques de la collection royale prussienne, du 14 octobre1807 jusqu’en 1809. Charles Normand, Benjamin Zix, 1807, Gravure de Normand d’après un lavis de Benjamin Zix. H. 0,17; L. 0,26. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 33408.
Credits © RMN
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-1.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Fig. 2 La statue d’Ulysse
Caption Faisant partie de la Famille de Lycomède, la statue fut restaurée et complétée à Rome autour de 1730 par le sculpteur français Lambert-Sigisbert Adam.. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 49; de Konrad Levezow, Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. Eine archaeologische Untersuchung, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1804, tav. 6
Credits © SMB-PK, Antikensammlung
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-2.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Fig. 3 La statue d’Apollon
Caption En 1829–1830 le sculpteur allemand Friedrich Tieck a modifié l’Ulysse en Apollon ce qui était le sujet d'origine de cette statue. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 49;
Credits Photo. Johannes Laurentius © SMB-PK, Antikensammlung
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-3.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Fig. 4  L’Arrivée au musée Napoléon des œuvres saisies à Berlin
Caption Jacques-François Swebach, 1808 (?), Lavis brun, plume et encre brune. H. 0,26 ; L. 0,44. Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques, Inv. rf 6061 
Credits © RMN
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-4.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 5 La statue de l’Orant
Caption Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 2
Credits Photo. Johannes Laurentius © SMB-PK, Antikensammlung
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-5.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Fig. 6 La figurine nue avec un portrait d’empereur Trajan
Caption Berlin, Antikensammlung, SMB-PK, inv. Sk 355
Credits Photo. Arbeitsstelle für Digitale Archäologie - Cologne Digital Archaeology Laboratory (CoDArchLab) am Archäologischen Institut der Universität zu Köln, FA-Perg001928_02_2173,01 © CoDArchLab
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-6.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Fig. 7 La statue  La muse Euterpe  
Caption La statue est représentée ici dans son état de 1804, quand elle était à Berlin, avec trois doigts de la main gauche mutilés. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 218; de Konrad Levezow, Ueber die Familie des Lykomedes in der koeniglichen preussischen Antikensammlung. Eine archaeologische Untersuchung, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1804, tav. 8.
Credits © SMB-PK, Antikensammlung
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-7.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 8 La statue La muse Euterpe restaurée
Caption Cette image démontre l’état de la statue après 1807, avec les doigts complétés. Antikensammlung SMB-PK, inv. Sk 218; de Charles-Paul Landon, Annales du Musée ou Recueil complet de Gravures. Sculpture antique, tome III, Paris, Pillet, 1835, tav. 33.
Credits © SMB-PK, Antikensammlung
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2409/img-8.jpg
File image/jpeg, 237k
Top of page

References

Electronic reference

Astrid Fendt, « La non-restauration des statues antiques berlinoises à Paris », CeROArt [Online], HS | 2012, Online since 10 April 2012, connection on 21 August 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2409

Top of page

About the author

Astrid Fendt

Astrid Fendt a d’abord travaillé comme sculptrice et restauratrice à Berlin. Elle a ensuite étudié l’archéologie classique, l’histoire d’art et l’histoire dans cette ville, ainsi qu’à Munich et Leipzig. En 2009, elle obtient un doctorat à l’université de Bielefeld intitulé « Archéologie et restauration. La restauration, au XIXe siècle, des sculptures antiques de la collection des antiquités de Berlin ». Elle est depuis collaboratrice scientifique à l’Antikensammlung, Staatliche Museen zu Berlin, où elle est responsable pour la publication de la sculpture romaine dans un nouveau catalogue en cours de réalisation.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org