Skip to navigation – Site map
Authenticité et intégrité de l’objet

La question de l’authenticité des meubles et le problème de leur conservation dans le premier musée polonais de Puławy

Janusz Krawczyk

Abstracts

The way the criterion of authenticity was being applied in the evaluation of material relics did depend, among other things, on the kind of object and on the nature of its cultural status metamorphoses. The issue is discussed on the example of two pieces of furniture from the first Polish museum. The author analyses possible sources of inspiration for the conservation practice of that time.

Top of page

Full text

  • 1 Haskell, F., History and its Images. Art and the Interpretation of the Past, New Haven and London, (...)
  • 2 Żygulski, Z. jun., « Introduction », dir. Roztworowski, M., Musée National de Cracovie. Collections (...)

1La fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle s’inscrivent dans l’histoire de la Pologne comme le temps de ruptures politiques et sociales. Face au démembrement du pays par la Russie, la Prusse et l’Autriche, la princesse Isabelle Czartoryska, grande patriote passionnée d’histoire nationale, mais aussi d’art et de littérature européenne, décide de créer un musée qui devait devenir, suivant son dessein, le Temple de la Mémoire. Les grandes étapes de cette entreprise comptent, selon Francis Haskell, parmi les plus remarquables initiatives muséographiques en Europe du XIXe siècle1. Elles correspondent à la construction de deux édifices prévus pour exposer la collection qui comportait à l’époque plus de 4000 objets. Le premier bâtiment du musée, inauguré en 1801, a été construit selon le modèle d’un temple romain antique dont les ruines étaient conservées à Tivoli. Dans ce peripteros appelé par Czartoryska « Temple de Sibylle », des éléments d'architecture païenne sacrée s’alliaient aux motifs provenant de la tradition chrétienne, comme, par exemple, l’abside du temple orientée à l’Est2.

  • 3  Ibid., p. 12.

2L'étape suivante de la création du Musée s’achève en 1809, au moment de l’inauguration solennelle de l’exposition dans la Maison Gothique. Le passage de l’architecture classique du Temple de Sibylle à l’architecture éclectique de ce deuxième bâtiment annonce déjà la victoire définitive du romantisme3. Cependant, l’idée du Musée de Puławy est née une vingtaine d'années plus tôt, en 1790, au cours d'un voyage sentimental en Écosse et en Angleterre, où Isabelle Czartoryska fréquentait les plus grands collectionneurs et achetait les objets qui allaient devenir le germe de sa future collection. Les écrits laissés par la princesse nous renseignent non seulement sur les circonstances de ces acquisitions. Ils dévoilent aussi le lien profond entre la façon dont on percevait ces objets, la pratique muséographique de l'époque et les moyens choisis pour leur conservation.

Fig. 1 Isabelle Czartoryska, Alexandre Roslin, 1774

Fig. 1 Isabelle Czartoryska, Alexandre Roslin, 1774

Photo. Z. Żygulski jun.

Fig. 2 Temple de Sibylle à Puławy, Zygmunt Vogel

Fig. 2 Temple de Sibylle à Puławy, Zygmunt Vogel

Gravure à l’eau-forte de Johann Gottlob Schumann, 1807

Photo. M. Roztworowski

  • 4  Żygulski, Z. jun., «Dom Gotycki w Puławach jako gabinet osobliwości », Materiały Muzeum Wnętrz Zam (...)

3Cet article se propose de répondre aux questions suivantes : quel rôle dans le choix des objets jouait le critère d’authenticité ? Quel était le statut des objets exposés à Puławy? Dans quelle mesure le souci d’authenticité formait-il les attitudes acceptant les traces de destruction visibles sur les objets et par suite sacralisant leur matière? Quel était le rôle de ce besoin d’authenticité dans le processus de formation des principes déontologiques de conservation des objets anciens ? Pour mettre en lumière ces problèmes, je porte mon attention sur l’histoire de deux meubles exceptionnels nommés « la chaise de Shakespeare » et « la chaise de Jean-Jacques Rousseau » qui ont été achetés par la princesse en 17904.

Fig. 3 Chaise de Shakespeare

Fig. 3 Chaise de Shakespeare

Gaine en bronze exposé au début du XIXe siècle au Temple de Sibylle, et à partir de 1811 à la Maison Gothique

Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie

Fig. 4 Chaise de Shakespeare, détail

Fig. 4 Chaise de Shakespeare, détail

Vue d’une planche en chêne du siège de la maison de Shakespeare achetée par Isabelle Czartoryska en 1790

Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie

4Cette année là, au cours de son voyage en Angleterre, Isabelle Czartoryska s'est rendue à Stratford-on-Avon où elle visitait plusieurs endroits liés à la vie de Shakespeare. Dans sa maison natale, dont les croquis ont été faits à la demande de la princesse, elle a acquis un fragment de la chaise en chêne que la tradition attribuait au célèbre écrivain. Dans ses mémoires, elle écrit :

  • 5  Biblioteka Książąt Czartoryskich (= BCz), rkps II 2917, «Krzesło Shakespeara » [w:] [I. Czartorysk (...)

« Sur cette chaise, près de cette cheminée, Shakespeare s'asseyait toujours, et c’était sa place préférée. Ses dernières années, il les passa dans ce hameau, c’est là où il lisait et corrigeait ses œuvres, vivait avec ses amis et passait ses moments en bonheur. Après sa mort, son coin et sa chaise sont devenus l’objet du respect et de la curiosité aussi bien de ses compatriotes que des étrangers. En ce qui me concerne, en m'assoyant sur cette chaise, dans mon délire je voyais devant moi Juliette, Roméo, Mirande, Desdémone, Hamlet et Ophélie »5.

  • 6  BCz, rkps 12234.

5Avant d’accepter l’offre d'Isabelle Czartoryska, la propriétaire de la maison lui a fait part non seulement de son profond respect à l’égard de ce souvenir familial, mais aussi des profits qu’elle retirait de la vente de petits morceaux du meuble qui étaient ensuite incrustés aux bagues et médaillons. La somme de vingt guinées a décidé du succès de la transaction, comme le prouve le document se trouvant au centre de notre réflexion. Il s’agit du certificat d’authenticité, dans lequel le notaire de Stratfort-on-Avon confirme que le siège et le dossier acquis par la princesse proviennent de la véritable chaise de Shakespeare6.

Fig. 5 Certificat de l’authenticité des fragments du siège de Shakespeare achetés en 1790

Fig. 5 Certificat de l’authenticité des fragments du siège de Shakespeare achetés en 1790

Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie

  • 7  Aleksandrowicz, A., op. cit., 113 et les suivants, 152 et les suivants.
  • 8  Ibid., p. 131 et les suivants.

6La même année Isabelle Czartoryska devient propriétaire d’une chaise d’un autre personnage célèbre – Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). Dans le cercle d’amis de la princesse, cet écrivain et philosophe né à Genève était entouré d’un véritable culte. Isabelle l’a connu personnellement au début de l’année 1760 à Paris, étant alors jeune mariée de seize ans. Onze ans après la mort de l'écrivain, elle fait le voyage en Suisse et, dans ce pays selon elle le plus beau du monde, pays de gens fiers qui aiment la liberté avant tout7, elle suivait les endroits liés au roman La Nouvelle Héloïse. C’est là-bas qu'elle a fait la connaissance de Johann Caspar Lavater, pasteur, poète et philosophe, avec lequel elle allait entretenir une relation amicale pendant les années suivantes. C’est aussi au cours de son séjour à Zurich qu'elle rend visite à la veuve du poète Salomon Gessner, avec lequel elle avait correspondu et dont les poèmes idylliques contribuaient à la naissance d’un nouveau type de sensibilité, concentrée sur les relations entre l’homme et la Nature8.

Fig. 6 Chaise de Jean-Jacques Rousseau

Fig. 6 Chaise de Jean-Jacques Rousseau

Gaine en bronze exposée au début du XIX au Temple de Sibylle, et à partir de 1811 à la Maison Gothique

Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie

Fig. 7 Chaise de Jean-Jacques Rousseau

Fig. 7 Chaise de Jean-Jacques Rousseau

Vue du siège canné de la chaise en hêtre achetée en 1790

Photo. Z. Żygulski

  • 9  Żygulski, Z., «Część I: Puławy », dir. Żygulski Z. jun., Muzeum Czartoryskich. Historia i zbiory, (...)
  • 10  BCz, rkps 12234.
  • 11  Ibid.; Żygulski, Z. jun., «Część I: Puławy », op. cit., p. 56.
  • 12  BCz, rkps 12235.

7L’authenticité du siège de Rousseau, une simple chaise en hêtre cannée, était fondée sur l’autorité d'un certain Monsieur Châtelain, Suisse qui a transmis ce témoin du passé provenant selon lui de la maison de l’écrivain sur l’île Saint-Pierre. Peu après, la collection de la princesse s’est enrichie de nouveaux souvenirs, parmi lesquels le vêtement de baptême de Rousseau ainsi que certaines de ses lettres et notes9. Le critère d’authenticité jouait un rôle important non seulement dans le cas des souvenirs de Shakespeare et de Rousseau. Les fonds de la bibliothèque Czartoryski conservent une lettre de Vivant Denon où nous apprenons qu’il envoie « une petit boite, qui enferme les reliques de Rodrigue [dit : le Cid] et de Chimène, dont je vous garantis l’authenticité. Ils sont séparés avec les noms écrits sur chaque petit paquet »10. Le certificat d’authenticité, livré par une autre grande personnalité de la muséographie française de cette époque, Alexandre Lenoir, y est aussi conservé. Il s’agit de la confirmation de véracité des restes d’Abélard et Héloïse provenant de leur cercueil de l’Abbaye du Paraclet dévasté en 179211. Dans le souci de créer des liens particuliers entre les visiteurs du musée et les grands personnages ou événements historiques dont les souvenirs étaient exposés, la princesse réclamait de tels certificats même dans le cas de donations. Le certificat d’authenticité du crâne de Jan Kochanowski, poète polonais du XVIe siècle paraît représentatif de ce genre de documents12.

Fig. 8 Reliques exposées autrefois au Musée d’Isabelle Czartoryska à Puławy, aujourd’hui - collections Czartoryski de Musée National de Cracovie

Fig. 8 Reliques exposées autrefois au Musée d’Isabelle Czartoryska à Puławy, aujourd’hui - collections Czartoryski de Musée National de Cracovie

Photo. Z. Żygulski

  • 13  BCz, rkps. 12146, Historyczne opisanie Świątyni Sybilli w Puławach 1825.
  • 14 Haskell, F., op. cit., p. 280.

8L’importance du critère d’authenticité dans le choix des objets exposés au Musée créé par Isabelle Czartoryska semble plus compréhensible si l’on l'approche dans le contexte général de la collection. Le Temple de Sibylle a été considéré comme « Panthéon à la gloire des Polonais ». Au sujet de la Maison Gothique, Isabelle Czartoryska écrivait que c’était un bâtiment consacré aux « monuments de tous les pays et de toutes les nations, particulièrement aux personnages illustres qui ont rendu ces pays célèbres »13. Il s’agissait entre autres d'Henri IV, de Voltaire, Louis XVI, Marie Antoinette, Washington, Napoléon. Cherchant à saisir les traits caractéristiques du musée de Puławy, Haskell l'a comparé à un grand reliquaire14. Vue sous cet angle, la façon de procéder avec les objets exposés pourrait trouver son explication.

  • 15 Żygulski, Z. jun., « Shakespeare’s Chair and the Romantic Journey of Isabel Czartoryska », Apollo, (...)

9L’attitude à l’égard des chaises de Shakespeare et de Rousseau s'y avère révélatrice. Il n’était pas question de les restaurer pour retrouver leur aspect ou leur fonction d’origine. Il ne s’agissait ni de les « enjoliver » ni de les « refaire ». On cherchait à les conserver dans leur état actuel. Aux alentours de 1800, le dossier du meuble de Shakespeare a été mis dans une gaine en bronze ayant la forme d'une chaise à bras aux formes antiques15. Grâce à la petite porte installée au verso du dossier du meuble en bronze, les visiteurs avaient la possibilité de contempler les planchettes en chêne provenant de Stratfort-on-Avon. Dans le même temps, la question de l’accès à la chaise de l’auteur de « La Nouvelle Héloïse » a été résolue de façon analogue, bien que différente. On enlevait la partie supérieure de la gaine en bronze pour exposer aux yeux des visiteurs le siège en hêtre garni de paille. Ainsi la substance ancienne dans toute son authenticité était valorisée et honorée.

10Si nous analysons cette démarche du point de vue des principes contemporains de la conservation préventive, il paraît évident que les matériaux organiques comme le bois et la paille enfermée dans des boîtes métalliques n’étaient pas dans des conditions ambiantes très favorables. Évidemment, les gaines protégeaient contre les chocs mécaniques, mais les aspects négatifs prédominent : le manque de circulation d’air, le risque de variations hygrométriques et l’humidité élevée liée à la condensation d’eau sur les parois métalliques pouvaient constituer les agents de destruction les plus dangereux. Pourtant, ces moyens de conservation peuvent être analysés dans une perspective sémantique. Nous pouvons poser la question de la signification d'une telle mise d'objets de collection dans des gaines de formes sophistiquées et décoratives. D’où venait l’inspiration d'une telle démarche ? De quels modèles et de quelles traditions culturelles la princesse s’est-elle inspirée pour assurer à ces objets les meilleures conditions de conservation, pour les protéger des injures du temps, pour les éterniser ?

  • 16  Moczulska, K., « O Dominique-Vivant Denonie i kilku jego rysunkach z Egiptu w zbiorach księżnej Iz (...)
  • 17  Moczulska, K., op.cit., p. 290.
  • 18  Ibid.

11Étant donné que le Musée de Puławy disposait des certificats d’authenticité signés par Lenoir et Denon, on serait tenté de chercher l’explication dans les échanges entre la France et la Pologne. Cette hypothèse est d’autant plus attrayante que Denon séjournait en Pologne en 1807, d’où il a emporté à Paris entre autres le Jugement Dernier de Hans Memling et les tableaux de Canaletto16. Le rassemblement des œuvres d’art au Louvre était évidemment un instrument de la politique culturelle dont Denon était en grande partie responsable. Les objets de musée, traités comme des documents, servaient non seulement à l’instruction publique, mais aussi à l’histoire de l’art dont la fiabilité en tant que science dépendait de l’authenticité des objets étudiés. Cependant, en examinant les écrits d’Isabelle Czartoryska, il semble qu’elle ne connaissait personnellement ni le Directeur du Musée Napoléon, ni l’organisateur du Musée des Monuments Français. Les objets et les lettres envoyés par Denon et conservés au Musée National de Cracovie avaient d’autres destinataires - la princesse les recevait par l’intermédiaire des aristocrates polonais qui soutenaient la campagne napoléonienne17. De même, c’est par personne interposée que la princesse est devenue propriétaire des restes d’Abélard et d’Héloïse, ainsi que du certificat délivré par Lenoir18.

  • 19  Wrigley, R., The politics of appearances: representations of dress in revolutionary France, Oxford (...)

12En écartant l’hypothèse de l’échange direct, je propose de chercher des explications au niveau des croyances et des pratiques quasi religieuses ayant cours à l’époque des Lumières. Nous pouvons prendre pour point de départ le reliquaire provenant du haut Moyen-Age qui a été découvert par les héritiers de Denon dans son cabinet après sa mort en 182519. Ce reliquaire a été détourné de sa fonction primitive : au lieu de saintes particules, il comporte les restes d’Abélard et d'Héloïse, du Cid et de Chimène, des cheveux de Napoléon et les restes d’Agnès Sorel. Non seulement le choix des restes fait penser à la collection d’Isabelle Czartoryska. Il est évident que certaines de ces reliques proviennent de la même source, et que Lenoir et Denon en étaient les distributeurs.

13S’agit-il d’une simple circulation des curiosités dans le milieu des collectionneurs de l’époque ? Rien n’est moins sûr. Les idées des Lumières confrontées aux bouleversements de la modernité naissante trouvaient leur continuation non seulement dans le culte de la Raison mais aussi dans les pratiques liées au culte de l’Être Suprême. Les doctrines spiritualistes des Lumières devaient beaucoup à la pensée de Rousseau et Lavater, dont Isabelle Czartoryska, Denon et Lenoir étaient des admirateurs dévoués.

Fig. 9 Reliquaire gothique du cabinet de Vivant Denon

Fig. 9 Reliquaire gothique du cabinet de Vivant Denon

© Musée Bertrand

  • 20  Dreścik, J. J., «Dwa puławskie klucze w Muzeum XX. Czartoryskich », dir. Bobrow (Ryszard), Rzemios (...)

14L’engagement de ce dernier dans la recherche des nouveaux rites de la religion universelle va de pair avec l’organisation du musée, cimetière des « bienfaiteurs de l’humanité ». En organisant des cérémonies pour le transfert des cendres des grands personnages au Musée des monuments français, Lenoir s’inspire des idées de Charles Dupuis, l’auteur de l’ouvrage L’origine de tous les cultes ou religion universelle20. Chez Lenoir les aspirations scientifiques se mêlaient augoût pour les expériences spirituelles. Au cours des exhumations qu’il menait en tant qu’adepte de l’archéologie funéraire, il prenait soin de prélever les particules, qui allaient devenir l’objet d’un culte public comme à Puławy ou privé, comme dans le cabinet de Denon.

  • 21  Ibid., p. 280.

15Il semble que dans le domaine des rituels quasi religieux, la créativité d’Isabelle Czartoryska n’était pas moindre que celle de Lenoir. Nous savons qu’en 1809, quand les soldats polonais de l’armée napoléonienne s'approchaient de Pulawy, la princesse est sortie à leur rencontre dans une procession peu ordinaire. Nous les voyons : les chevaliers dans leurs armures historiques, les filles vêtues de blanc portant les souvenirs de l’histoire glorieuse de la Pologne et la princesse tenant dans ses mains la clé du Musée. Ainsi, les objets de collection se transformaient en reliques nationales et le musée en Temple de la Mémoire21.

  • 22  En 1811 « la chaise de Shakespeare » ainsi que « la chaise de Jean-Jacques Rousseau » ont été dépl (...)
  • 23  Krawczyk, J., Meble jako przedmioty użytkowe i zabytki. U podstaw problematyki konserwatorskiej me (...)

16Si l’on retrace le portrait d’Isabelle Czartoryska, il faut mentionner qu’elle appartenait, tout comme Lenoir et Denon, à la franc-maçonnerie. À Puławy les réunions de la loge avaient lieu au sous-sol du premier bâtiment du musée – le Temple de Sibylle. Pour y accéder, il fallait traverser la porte au-dessus de laquelle se trouvait l’inscription « Le passé à l’avenir »22. De plus, la tradition du christianisme restait pour elle une source précieuse d’inspiration. Nous pouvons comparer les gaines en bronze qu’elle a conçues pour recevoir les vestiges des chaises de Shakespeare et de Rousseau au reliquaire en bronze exécuté dans les années 1657-1666 à Rome selon le projet du Bernin pour contenir le siège considéré autrefois comme la chaire de Saint Pierre. Ce reliquaire, porté par les statues monumentales des quatre pères de l’Église, se trouve dans l’abside de la basilique Saint-Pierre. Dans le cas de l’œuvre du Bernin, comme dans celui des gaines en bronze de Puławy, nous avons à faire à des « reliquaires parlants » puisqu’ils indiquent par leur forme la nature de la relique. C’est ainsi qu’ils deviennent une « image glorieuse » des objets vénérés23.

  • 24  Szczepkowska-Naliwajek. K., Relikwiarze średniowiecznej Europy. Geneza, treści, styl i techniki wy (...)

17Nous pouvons poursuivre ce raisonnement et distinguer les objets exposés au musée de Puławy selon le principe de classification des saintes reliques24. Les cendres d’Abélard et d’Héloïse, du Cid et de Chimène et les cheveux de Napoléon correspondent à la première classe des reliques, c’est-à-dire aux restes physiques d’un saint. Par contre la chaise de Rousseau, ainsi que les fragments de la chaise de Shakespeare, le chapelet de Blanche d’Aragon-Navarre et la plume de Voltaire sont conformes à la deuxième classe, constituée d’objets dont un saint a fait usage.

18Pour conclure, je voudrais présenter encore une pièce de la collection d’Isabelle Czartoryska. Il s’agit de la Dame à l’hermine de Léonard de Vinci.

Fig. 10 Leonard de Vinci, Dame à l’hermine, huile sur bois (env. 1490), le fond repeint en noir

Fig. 10 Leonard de Vinci, Dame à l’hermine, huile sur bois (env. 1490), le fond repeint en noir

Tableau acheté en Italie par le prince Adam Jerzy Czartoryski vers 1800. De 1811 exposé à la « Maison Gothique » à Puławy. Aujourd’hui - Collections Czartoryski de Musée National de Cracovie

Photo. Z. Żygulski

  • 25  Grażyna Bastek, Grzegorz Janczarski, «Tajemnice Damy z gronostajem », Tygodnik Powszechny, nr 34, (...)

19Au début du XIXe siècle, ce tableau a été repeint entièrement dans la partie du fond et retouché au visage sans respecter l’authenticité de l’œuvre25. Il fallait attendre encore quelques décennies pour que, dans la culture polonaise, les œuvres des anciens maîtres reçoivent le statut de relique et de document pour l’histoire de l’art.

Top of page

Bibliography

Aleksandrowicz, A., Izabela Czartoryska. Polskość i europejskość. Sunt lacrimae rerum, Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, 1998.

Bastek, G., Janczarski, G., « Tajemnice Damy z gronostajem », Tygodnik Powszechny, nr 34, 2001, p. 13.

Dreścik, J. J., « Dwa puławskie klucze w Muzeum XX. Czartoryskich », dir. Bobrow (Ryszard), Rzemiosło artystyczne. Materiały Sesji Oddziału Warszawskiego Stowarzyszenia Historyków Sztuki, Tom II, Warszawa, Stowarzyszenie Historyków Sztuki, 2001, p. 273-291.

Haskell, F., History and its Images. Art and the Interpretation of the Past, New Haven and London, Yale University Press, 1993.

Kracik, J., Relikwie, Kraków, Wydawnictwo Znak, 2002.

Krawczyk, J., Meble jako przedmioty użytkowe i zabytki. U podstaw problematyki konserwatorskiej mebli zabytkowych, Toruń, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 2006.

Moczulska, K., « O Dominique-Vivant Denonie i kilku jego rysunkach z Egiptu w zbiorach księżnej Izabeli Czartoryskiej », Walanus (Wojciech), Walczak (Marek), Wolańska (Joanna), Żeby wiedzieć. Studia dedykowane Helenie Małkiewiczównie, Kraków, Lettra-Graphic, 2008, p. 287-302.

Savoy, B., Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels pratiquées par la France en Allemagne autour de 1800, mit enem Vorvort von Pierre Rosenberg, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003.

Swiryda, I., « W poszukiwaniu ukrytych znaczeń. Park naturalny XVIII stulecia a wolnomularstwo », Ars Regia, 1993, Nr 2, s. 7-40.

Szczepkowska-Naliwajek, K., Relikwiarze średniowiecznej Europy. Geneza, treści, styl i techniki wykonania, Warszawa, Fundacja ATK, 1996.

Wrigley, R., The politics of appearances: representations of dress in revolutionary France, Oxford, Berg, 2002.

Żygulski, Z. jun., « Część I: Puławy », dir. Żygulski (Zdzisław jun.) Muzeum Czartoryskich. Historia i zbiory, Kraków, Muzeum Narodowe w Krakowie, 1998, p.11-94.

Żygulski, Z. jun., « Dom Gotycki w Puławach jako gabinet osobliwości », Materiały Muzeum Wnętrz Zamkowych w Pszczynie, t. VI, 1990, p. 82-108.

Żygulski, Z. jun, « Shakespeare’s Chair and the Romantic Journey of Isabel Czartoryska », Apollo, nr 11, 1965, p. 392-397.

Żygulski, Z. jun., «Introduction », dir. Roztworowski (Marek) Musée National de Cracovie. Collections Czartoryski. Histoire et pièces choisies, Kraków, Arkady, 1978, p. 5-37.

Top of page

Notes

1 Haskell, F., History and its Images. Art and the Interpretation of the Past, New Haven and London, Yale University Press, 1993, p. 2279-282.

2 Żygulski, Z. jun., « Introduction », dir. Roztworowski, M., Musée National de Cracovie. Collections Czartoryski. Histoire et pièces choisies, Kraków, Arkady, 1978, p. 9.

3  Ibid., p. 12.

4  Żygulski, Z. jun., «Dom Gotycki w Puławach jako gabinet osobliwości », Materiały Muzeum Wnętrz Zamkowych w Pszczynie, t. VI, 1990, p. 91, 96-98.

5  Biblioteka Książąt Czartoryskich (= BCz), rkps II 2917, «Krzesło Shakespeara » [w:] [I. Czartoryska], «Katalog pamiątek złożonych w Domu Gotyckim w Puławach », t. 2, s. 38-39; Aleksandrowicz, A., Izabela Czartoryska. Polskość i europejskość. Sunt lacrimae rerum, Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, 1998, p. 267.

6  BCz, rkps 12234.

7  Aleksandrowicz, A., op. cit., 113 et les suivants, 152 et les suivants.

8  Ibid., p. 131 et les suivants.

9  Żygulski, Z., «Część I: Puławy », dir. Żygulski Z. jun., Muzeum Czartoryskich. Historia i zbiory, Kraków, Muzeum Narodowe w Krakowie, 1998, p. 77.  

10  BCz, rkps 12234.

11  Ibid.; Żygulski, Z. jun., «Część I: Puławy », op. cit., p. 56.

12  BCz, rkps 12235.

13  BCz, rkps. 12146, Historyczne opisanie Świątyni Sybilli w Puławach 1825.

14 Haskell, F., op. cit., p. 280.

15 Żygulski, Z. jun., « Shakespeare’s Chair and the Romantic Journey of Isabel Czartoryska », Apollo, nr 11, 1965, p. 395.

16  Moczulska, K., « O Dominique-Vivant Denonie i kilku jego rysunkach z Egiptu w zbiorach księżnej Izabeli Czartoryskiej », Walanus (Wojciech), Walczak (Marek), Wolańska (Joanna), Żeby wiedzieć. Studia dedykowane Helenie Małkiewiczównie, Kraków, Lettra-Graphic, 2008, p. 288; Voir: Savoy, B., Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels pratiquées par la France en Allemagne autour de 1800, mit enem Vorwort von Pierre Rosenberg, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003.

17  Moczulska, K., op.cit., p. 290.

18  Ibid.

19  Wrigley, R., The politics of appearances: representations of dress in revolutionary France, Oxford, Berg, 2002, p. 33; Ces constatations nous poussent à réfléchir sur le phénomène culturel aujourd’hui peu connu qui stimulait la diffusion du critère de l’authenticité dans le milieu des collectionneurs vers la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècles.

20  Dreścik, J. J., «Dwa puławskie klucze w Muzeum XX. Czartoryskich », dir. Bobrow (Ryszard), Rzemiosło artystyczne. Materiały Sesji Oddziału Warszawskiego Stowarzyszenia Historyków Sztuki, Tom II, Warszawa, Stowarzyszenie Historyków Sztuki, 2001, p. 288.

21  Ibid., p. 280.

22  En 1811 « la chaise de Shakespeare » ainsi que « la chaise de Jean-Jacques Rousseau » ont été déplacées de la « Temple de Sibylle » à la « Maison Gothique » ; A. Aleksandrowicz, op. cit., p. 56, Z. Żygulski jun., «Shakespeare’s ..., op. cit., p. 395 ; Voir Swiryda, I., «W poszukiwaniu ukrytych znaczeń. Park naturalny XVIII stulecia a wolnomularstwo », Ars Regia, 1993, Nr 2, p. 19-20.

23  Krawczyk, J., Meble jako przedmioty użytkowe i zabytki. U podstaw problematyki konserwatorskiej mebli zabytkowych, Toruń, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 2006, p. 270-271.

24  Szczepkowska-Naliwajek. K., Relikwiarze średniowiecznej Europy. Geneza, treści, styl i techniki wykonania, Warszawa, Fundacja ATK, 1996, s. 17-26; Kracik, J., Relikwie, Kraków, Wydawnictwo Znak, 2002.  

25  Grażyna Bastek, Grzegorz Janczarski, «Tajemnice Damy z gronostajem », Tygodnik Powszechny, nr 34, 2001, p. 13.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Isabelle Czartoryska, Alexandre Roslin, 1774
Credits Photo. Z. Żygulski jun.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-1.png
File image/png, 191k
Title Fig. 2 Temple de Sibylle à Puławy, Zygmunt Vogel
Caption Gravure à l’eau-forte de Johann Gottlob Schumann, 1807
Credits Photo. M. Roztworowski
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-2.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Fig. 3 Chaise de Shakespeare
Caption Gaine en bronze exposé au début du XIXe siècle au Temple de Sibylle, et à partir de 1811 à la Maison Gothique
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-3.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Fig. 4 Chaise de Shakespeare, détail
Caption Vue d’une planche en chêne du siège de la maison de Shakespeare achetée par Isabelle Czartoryska en 1790
Credits Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-4.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Fig. 5 Certificat de l’authenticité des fragments du siège de Shakespeare achetés en 1790
Credits Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 6 Chaise de Jean-Jacques Rousseau
Caption Gaine en bronze exposée au début du XIX au Temple de Sibylle, et à partir de 1811 à la Maison Gothique
Credits Photo. Fundacja Książąt Czartoryskich przy Muzeum Narodowym w Krakowie
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-6.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Fig. 7 Chaise de Jean-Jacques Rousseau
Caption Vue du siège canné de la chaise en hêtre achetée en 1790
Credits Photo. Z. Żygulski
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-7.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig. 8 Reliques exposées autrefois au Musée d’Isabelle Czartoryska à Puławy, aujourd’hui - collections Czartoryski de Musée National de Cracovie
Credits Photo. Z. Żygulski
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-8.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 9 Reliquaire gothique du cabinet de Vivant Denon
Credits © Musée Bertrand
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-9.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 10 Leonard de Vinci, Dame à l’hermine, huile sur bois (env. 1490), le fond repeint en noir
Caption Tableau acheté en Italie par le prince Adam Jerzy Czartoryski vers 1800. De 1811 exposé à la « Maison Gothique » à Puławy. Aujourd’hui - Collections Czartoryski de Musée National de Cracovie
Credits Photo. Z. Żygulski
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2394/img-10.jpg
File image/jpeg, 151k
Top of page

References

Electronic reference

Janusz Krawczyk, « La question de l’authenticité des meubles et le problème de leur conservation dans le premier musée polonais de Puławy », CeROArt [Online], HS | 2012, Online since 19 March 2012, connection on 17 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2394

Top of page

About the author

Janusz Krawczyk

Janusz Krawczyk est professeur en science de l’art à l’Université Nicolas Copernic de Torun où il est responsable des enseignements d’histoire de la restauration. Dans ses recherches sur l’histoire de la théorie de conservation il se concentre sur la question de la diffusion de l’idée de responsabilité à l’égard des vestiges du passé ainsi que sur le phénomène de la réinterprétation des objets anciens dans les nouveaux contextes historiques et culturels. Directeur du Département de la Conservation des Monuments Historiques de l’Université Nicolas Copernic, il est également expert du Ministre de la Culture et du Patrimoine National, membre d’ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org