Navigation – Plan du site
Authenticité et intégrité de l'objet

Les premières sauvegardes de mosaïques antiques en France

Genèse et développement d’une pratique
Capucine Lemaître

Résumés

Au lendemain de la Révolution, l’histoire de la restauration des mosaïques émerge en France avec la notion de patrimoine et le sentiment d’un héritage commun à tous les citoyens. De plus, il prend aussi sa source dans l’engouement suscité par les découvertes archéologiques italiennes. La diffusion des connaissances et des techniques s’effectue ainsi par le biais d’échanges et de publications que partagent les antiquaires et les milieux de l’érudition qui commencent à s’intéresser aux vestiges conservés sur le territoire français et tentent d’en assurer la sauvegarde. L'étude des travaux de deux érudits, Pierre Schneyder qui fut le premier directeur du musée de Vienne (Isère) et François Artaud qui réunit la première collection française de mosaïques antiques au Palais des Arts de Lyon, permet de mettre en avant le rôle d’élites locales qui durent faire face à de multiples contraintes techniques, économiques et institutionnelles, mais qui furent aussi les initiateurs des premières réflexions menées sur la restauration de ce patrimoine archéologique.

Haut de page

Texte intégral

1La pratique de la restauration dans le domaine de la mosaïque se développa en France plus tardivement que dans les autres disciplines, faute de techniques et de praticiens expérimentés. Néanmoins, la volonté de conserver ce type d’ouvrages apparut de manière affirmée dès la fin du XVIIIe siècle au travers d’expériences originales tentées par Pierre Schneyder, premier directeur du musée de Vienne (Isère), avant que Francesco Belloni n’importât de la manufacture pontificale du Vatican des techniques fiables de dépose et de restauration qui permirent d’alimenter les premières collections archéologiques au début du XIXe siècle. L’Italie qui fut le grand chantier de fouilles archéologiques de l’Europe savante du Siècle des Lumières et qui demeure encore de nos jours la patrie de la mosaïque, fut au cœur des échanges européens et des réseaux d’érudition par lesquels se transmirentt les observations, les connaissances et les savoir-faire dont la France se fit l’héritière.

2Les travaux des érudits, qui firent germer la notion de monument historique et de conservation du patrimoine, contribuèrent dans un premier temps à la diffusion des connaissances. Le fameux voyage en Italie et la redécouverte de l’Antiquité entraînèrent un engouement sans précédent pour la mosaïque, et suscitèrent en retour un intérêt nouveau pour ces objets et pour cet art en France qui s’accompagna rapidement d’une volonté de conservation.

  • 1  Barthélémy, J.-J., Explication de la mosaïque de Palestrine, Paris, Guérin et Delatour, 1760.
  • 2  Tubières, A. C. P. (de), (Comte de Caylus), Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, (...)
  • 3  La mosaïque dite des Thermes d’Otricoli qui orne la salle de la rotonde du musée Pio-Clementino co (...)

3Quelques ouvrages, parmi les plus fréquemment cités, témoignent ainsi de l’existence d’un vaste musée imaginaire véhiculé par les copies, les gravures ou les portefeuilles archéologiques qui furent à l’origine des premiers transferts de sources. La mosaïque des colombes découverte dans les fouilles de la villa d’Hadrien en 1737 par le cardinal Alessandro Furietti fut sans doute le motif le plus diffusé par le biais de reproductions et de copies. Réinterprétée sur le couvercle de tabatières en micromosaïque par les virtuoses de l’atelier pontifical ou sur des plateaux de tables à destination des touristes étrangers, elle fit rapidement le tour de l’Europe comme en témoignent encore aujourd’hui les différents exemplaires conservés dans les musées russes, anglais ou français. La grande mosaïque nilotique de Palestrina qui fut restaurée pour la première fois en 1640 par Giovanni Battista Calandra (1586-1644) à la tête de l’atelier de mosaïque du Vatican exerça une véritable fascination sur les antiquaires de l’Europe savante et son sujet fit l’objet de nombreuses études. Ainsi, l’abbé Barthélémy s’y pencha attentivement dès 17601. Il n’est pas étonnant d’en trouver une gravure et une notice dans le premier tome du Recueil d’Antiquités du Comte de Caylus ou encore d’en découvrir une reproduction quelque peu maladroite chez Aubin-Louis Millin2. La recomposition de la mosaïque des thermes d’Otricoli de la salle de la rotonde du musée Pio-Clementino fut aussi un modèle très largement diffusé qui donna lieu à plusieurs répliques, puisqu’elle fut même reproduite sur des mouchoirs de soie à destination des touristes étrangers. Mêlant fragments antiques de différentes provenances et recréations modernes, elle relève d’une transposition archéologique qui évoque assez bien l’esprit des restaurations menées par les ateliers pontificaux à la fin XVIIIe siècle, qui elles-mêmes sont révélatrices des goûts et des mentalités de l’époque3.

Fig. 1 La mosaïque des colombes de la villa d’Hadrien à Tivoli

Fig. 1 La mosaïque des colombes de la villa d’Hadrien à Tivoli

Musée du Capitole Rome

Photo. C. Lemaître

Fig. 2 Mosaïque des thermes d’Otricoli

Fig. 2 Mosaïque des thermes d’Otricoli

Salle de la rotonde, Musée Pio-Clementino, Vatican

Photo. C. Lemaître

4Les mosaïques découvertes dans les cités campaniennes firent également l’objet de curiosité comme on peut le lire chez Denis Fougeroux de Bondaroy (1732-1789) qui dans ses Recherches sur les ruines d’Herculanum évoquait les mosaïques du musée de Portici :

  • 4  Fougeroux de Bondaroy, A. D., Recherches sur les antiquités d’Herculanum et les connaissances qui (...)

« Les planchers de la plupart de ces salles sont carrelés avec de marbres de différentes couleur qui formoient des mosaïques dans les appartements d’Herculanum et surtout de Pompéi. On a enlevé ces mosaïques avec soin, par morceau de deux ou trois pieds en quarré, pour les placer artistement et dans le même ordre où elles étaient, en se contentant de refaire les joints, et de leur donner un nouveau poli. Ces morceaux qui sont d’une grande antiquité sembleroient avoir été faits pour le nouveau lieu où on les a mis, et ils forment des compartiments variés, et d’un très bon goût. On ne pouvoit rien imaginer de mieux pour décorer ces cabinets qui devoient contenir les autres morceaux antiques tirés des mêmes villes souterreines »4.

5Ainsi, Fougeroux de Bondaroy relatait-il le remploi des mosaïques s’adaptant aux choix muséographiques et à la présentation de cette Antiquité revisitée à travers les collections royales, ce que l’on pouvait également observer précédemment avec les collections papales des musées du Vatican. Le scrupule archéologique de la restauration ne fut pas ici guidé par un désir de préserver l’intégrité de ces ouvrages, mais par la réappropriation de cette Antiquité retrouvée, par la réinterprétation de l’esprit dans lequel créaient les Anciens.

6Aubin-Louis Millin (1759-1818) s’intéressa aux mosaïques italiennes avant de s’intéresser à celle du territoire français et fut l’un des premiers à déplorer l’insouciance du gouvernement français à l’égard des mosaïques découvertes sur le territoire. En 1791, à l’occasion de la découverte d’une mosaïque à Sens (Yonne), il s’exprima sur l’intérêt de conserver de tels objets en faisant référence aux méthodes de dépose utilisées par les Italiens. Il évoquait également, plus tard, dans son Dictionnaire des Beaux-Arts, les techniques employées en Italie :

  • 5  Millin, A.-L., Dictionnaire des Beaux-Arts, Paris, Crapelet, 1806, t. II, p. 490-491. Ibidem, Maga (...)

« Les italiens se servent souvent de mosaïques antiques pour orner le parquet de leurs appartements ; ils emploient des procédés très ingénieux, soit avant d’enlever la mosaïque pour fixer avec le ciment les plus petits cubes qui la composent, soit pour l’enlever du sol qu’elle occupe et la transporter ; ils la coupent par quartier, l’étendent, et la fixent sur des grandes feuilles de pierres nommés peperino, cerclées de fer, qu’ils numérotent, et lorsqu’ils veulent ensuite s’en servir, ils placent les morceaux sur le parquet en suivant les numéros ; ces quartiers rapprochés forment un tout aussi uni qu’avant que la mosaïque eût été déplacée »5.

7L’idée de faire appel aux procédés italiens fut donc bien évoquée à plusieurs reprises, mais la France ne possédant pas de spécialistes capables de réaliser ces restaurations délicates, les destructions se poursuivirent dans la plupart des cas, malgré quelques tentatives de dépose et de restauration originales dont l’une, qui relève davantage de l’invention, mérite d’être évoquée ici.

Pierre Schneyder (1730-1813) : un précurseur à Vienne (Isère)

8L’exemple de Pierre Schneyder dans le domaine de la restauration des mosaïques doit être appréhendé dans le contexte particulier de la ville de Vienne et s’apparente davantage à un contre-exemple en matière de transmission de savoir-faire, car il révèle les difficultés auxquelles furent confrontés les archéologues en l’absence de connaissances de techniques de restauration, notamment en matière de dépose, alors que celles-ci étaient une pratique déjà bien éprouvée dans les ateliers du Vatican entre autres.

  • 6  Durand, I., La conservation des monuments antiques, Arles, Nîmes, Orange et Vienne au XIXe siècle, (...)

9La ville de Vienne ne bénéficia pas comme les autres cités riches au passé antique que furent Lyon, Nîmes ou Arles, d’un engouement précoce pour ses vestiges archéologiques. En dehors de quelques personnalités savantes comme l’avocat et historien Nicolas Chorier qui déplorait dès le XVIIe siècle le manque d’intérêt accordé au Temple d’Auguste et de Livie, l’élite culturelle locale s’intéressa très tardivement à son histoire antique6. Il fallut attendre la deuxième moitié du XVIIIe siècle et l’arrivée de Pierre Schneyder pour que soient entreprises les premières recherches archéologiques du territoire viennois et que fut amorcé le premier inventaire des vestiges gallo-romains qui allaient corollairement faire naître la volonté de leur conservation et les premières réflexions sur leur restauration.

  • 7  Lauxerois, R., Les viennois dans la Révolution, Vienne, Musées de la ville de Vienne, 1989, p. 79.

10Peintre, architecte et historien d’origine alsacienne, Pierre Schneyder fut employé dans sa jeunesse aux travaux du Palais de l’Électeur de Cologne et choisi par l’archevêque de la ville pour aller étudier à l’Académie de Rome. Il apprit la peinture et l’architecture à Paris, mais ne se rendit jamais en Italie et arriva à Vienne en 1755 guidé par sa passion de l’Antiquité où il se fixa définitivement. Nommé directeur de l’école de dessin de Vienne en 1772, il se chargea d’organiser des fouilles et d’établir des relevés de tous les monuments conservés puis il leva le plan de la ville dont il traça l’enceinte antique. Pendant la période révolutionnaire et au début du XIXe siècle, soutenu par le préfet de l’Isère Xavier Ricard, il rassembla un grand nombre de fragments antiques qui constituèrent les premières collections du musée de Vienne dont il fut nommé directeur en 18027.

Fig. 3 Portrait de Pierre Schneyder

Fig. 3 Portrait de Pierre Schneyder

Musée de Vienne

Photo. R. Lauxerois

  • 8  Artaud, F., Histoire abrégée de la peinture en mosaïque suivie de la description des mosaïques de (...)

11Il rencontra, au cours de ces recherches dans la région, plusieurs mosaïques qu’il releva avec une très grande précision, mais qui furent détruites peu de temps après leur découverte. Il sentit ainsi très vite que le seul moyen de les conserver, de les préserver de la dégradation ou des actes de vandalisme était de les extraire du sol et de les entreposer à l’abri des variations climatiques. Aucune technique spécifique n’était alors connue en France et les procédés italiens n’étaient que très sommairement décrits dans les rares ouvrages abordant le sujet. Sans connaissance particulière, il inventa une technique qu’il consigna dans l’un de ses manuscrits conservés à la bibliothèque municipale de Vienne que François Artaud, qui peut être considéré comme le premier historien de la mosaïque en France, décrivit quelques années plus tard8.

12Cette technique de dépose consistait :

« [À] miner le terrain sur lequel reposait la mosaïque. Il avait un cadre en bois de sapin de la grandeur de la mosaïque qu’il serrait à volonté. Il passait en dessous deux traverses en forme de croix qu’il faisait adhérer au cadre par de grosses chevilles ; il coulait sur la mosaïque une couche de plâtre fort mince pour contenir les cubes ; il en mettait une autre très épaisse en dessous du pavé après l’avoir bien balayé ; il le relevait à moitié pour le faire porter de champ et pour le placer sur le sol qui devait le recevoir ; il moulait le plâtre du dessus ; puis, avec un ciseau, il le faisait disparaître entièrement ».

  • 9  Lancha, J., Recueil général des Mosaïques de la Gaule, III- Province de Narbonnaise, t. 2, Paris, (...)
  • 10 Ibidem, p. 79, pl.XXVIII a, n°275. Artaud, F., Histoire abrégée de la peinture en mosaïque, Lyon, G (...)
  • 11  Delorme, T. C., « Des mosaïques antiques de Vienne », Revue de Vienne, 1837, I, p. 426-443. Lancha (...)

13Cette méthode était relativement ingénieuse, car le plâtre et le bois sont des matériaux peu onéreux et aisément maniables, cependant les altérations dues à l’humidité, lorsque le ciment des mosaïques s’avérait peu sain, étaient inévitables et provoquaient rapidement la désolidarisation du tapis de tesselles ce qui demeure un problème majeur dans la dépose des mosaïques. D’autre part, l’usage d’un cadre de bois pour maintenir la cohérence du tapis de tesselles ne permettait de déposer que des pavements de taille réduite. Cette technique est néanmoins la plus ancienne que nous connaissons en France bien qu’elle n’ait pas au final fourni de résultats suffisamment satisfaisants pour être perpétuée. Elle fut cependant appliquée à plusieurs reprises par l’archéologue viennois avec un certain succès. Il parvint à déposer ainsi plusieurs fragments qu’il réunit au Collège de Vienne. Le plus grand fut découvert dans une vigne de la Plaine de l’Aiguille en 1772, et mesurait 25 pieds carrés (soit 2,75 m de côté)9. Réunis par des liens de fer (sorte d’agrafes), sans réelle méthode, les onze fragments prélevés ne furent réunis que peu de temps et il n’en restait que quatre en 1831. Il déposa avec succès une autre mosaïque découverte dans le couvent des Capucins en 1778 qu’il reposa dans la salle de dessin du collège de Vienne10. Elle fut en partie détruite par les élèves puis plus tard lors de son transfert du Temple d’Auguste et de Livie au Musée Lapidaire aménagé dans l’église Saint-Pierre de Vienne en 1867. Il n’en reste aujourd’hui qu’un croquis de Pierre Schneyder et une reproduction en couleur due à François Artaud. Il réussit aussi la dépose d’une mosaïque découverte dans le Clos des Bernardins de Vienne en 1789 qu’il reposa également au collège de Vienne et qui fut détruite lors de son transfert au Temple d’Auguste et de Livie11.

  • 12  Jaillet, C., L’œuvre de Pierre Schneyder, Vienne, Henri Martin, 1924, p. 18.

14Pierre Schneyder bénéficia d’une grande reconnaissance de la part de ses contemporains. Il fut soutenu par le département de l’Isère et par la ville de Vienne comme en témoigne un procès-verbal de l’assemblée municipale relaté par Charles Jaillet : « L’assemblée a arrêté à la somme de 697 livres et 8 sols le mémoire des dépenses que le Sr Cheneyder a fait pour découverte et conservation des mosaïques qui ont été découvertes aux environs de cette ville et à Ste-Colombe, laquelle luy sera remboursée sur les deniers de la ville ; l’assemblée luy a accordé une gratification de 100 livres pour les peines extraordinaires qu’il s’est donné à l’occasion des dites mosaïques. »12. Si aujourd’hui peu de traces de son action subsistent (ces mosaïques n’existent plus et ses écrits, victimes de l’incendie de la bibliothèque en 1854, sont très fragmentaires), ce fut néanmoins en véritable pionnier qu’il permit de conserver les premiers pavements en mosaïque de sa région et qu’il sut susciter dans son entourage un intérêt durable pour le patrimoine antique viennois. Parmi ses émules se trouvait notamment François Artaud qui fut l’un de ses élèves au collège de Vienne et qui allait à la tête du Musée de Lyon réunir la plus importante collection française de mosaïques du XIXe siècle grâce à la présence d’un mosaïste italien issu de la fabrique pontificale du Vatican. Dans le domaine de la restauration des mosaïques, le transfert de compétences s’opéra ainsi par le biais d’un transfuge, Francesco Belloni, qui fut chargé par Jean Chaptal de fonder la première école de mosaïque française en 1801.

Un héritage italien

  • 13  Le peintre Alexandre Lenoir, obtint en 1791, la garde du dépôt des Petits-Augustins, ancien couven (...)
  • 14  A.N. F 21/568 (liasse I), Rapport de Le Tourneur au Ministre de l’Intérieur le 29 nivôse an VI (18 (...)
  • 15  Lenoir, A., Description historique et chronologique des monuments de sculpture, réunis au musée de (...)
  • 16  Lavagne, H., « Un mosaïste romain à Paris : Francesco Belloni », Revue du Louvre, à paraître.

15L’apport de Francesco Belloni (1772-1863) est majeur dans l’histoire de la conservation des mosaïques en France, puisqu’il importa les techniques de restauration pratiquées depuis plusieurs siècles en Italie et alors inconnues en France. Après avoir fait son apprentissage dans l’atelier de mosaïque du Vatican, il quitta l’Italie en 1797 pour des raisons politiques et économiques liées au contrecoup de la Révolution. Sa carrière en France commença par la restauration d’une mosaïque pour le Musée des Monuments Français fondé par Alexandre Lenoir (1761-1839)13. Ce dernier souhaitait faire l’acquisition pour la salle du XVIIIe siècle, d’un ouvrage en mosaïque réalisé par un artiste français dont nous ignorons le nom, qui s’était rendu à Rome pour y apprendre l’art de la mosaïque14. L’œuvre représentait un portrait de Louis XV et de madame de Pompadour inspiré d’une toile conservée au Palais Mancini15. Elle était doublée de cuivre et mesurait onze pieds de long par sept de large. Elle fut restaurée par Francesco Belloni et placée au Musée des Monuments français en 1798. Déplacée en 1806, elle fut de nouveau déposée et reposée par lui, à l’Institut de France16. Belloni fut nommé à la tête de la première école française de mosaïque à partir de 1801 et le demeura jusqu’à sa fermeture en 1848. Il ne fut pas à l’origine sollicité en tant que restaurateur, mais bel et bien en tant qu’artiste chargé d’embellir le Louvre ou encore la demeure de l’impératrice Joséphine à Rueil-Malmaison. Toutefois, la production de cet atelier fut assez maigre en matière de création, même s’il nous a laissé quelques ouvrages d’une qualité d’exécution remarquable, tandis qu’elle s’avère abondante en matière de restauration. Francesco Belloni vint en effet au secours de l’archéologue lyonnais François Artaud qui cherchait depuis déjà quelques années à sauver de la destruction la mosaïque des jeux du cirque découverte à Lyon en 1806 et qui grâce à ses services commença à constituer la première collection française de mosaïques antiques au Musée de Lyon. Sa technique de dépose, apprise dans les ateliers de mosaïque de la fabrique du Vatican, fut ainsi décrite par François Artaud.

« Brossez, lavez, séchez en promenant un grillage en fil de fer garni de charbons ardens. Passez dessus la Mosaïque une couche de térébenthine dans laquelle vous mettez un peu de cire (ce qui s’appelle graisser), passez un fer chaud par-dessus ; laissez la Mosaïque en cet état jusqu’à ce que vous vouliez l’enlever.

Pour l’enlever.- Déterminez les panneaux ou bandes que vous voulez diviser. Tâchez que ce soit dans les endroits où il y a le plus de lacunes et qui sont les plus faciles à restaurer. Enlevez avec un petit ciseau un rang de cubes autour de la pièce que vous voulez détacher ; mettez-les à part pour les replacer ensuite. Faites tailler des feuilles d’ardoise épaisses ou des tablettes de marbre minces en raison de la surface du panneau que vous voulez enlever, c’est à dire dans les mêmes formes ou contours. Préparez le ciment ci-joint.

  • 17  Artaud, F., op.cit., p. 131-132.

Ciment.- Cire jaune, térébenthine, sable fin ou plutôt ocre jaune ; faite fondre le tout ensemble ; chauffez la mosaïque et le marbre ou l’ardoise qui doit couvrir les panneaux désignés et contenir les cubes ; sciez ensuite avec une sciotte de marbrier tout autour ; faites un fossé en dehors ; minez, creusez par dessous le panneau, détachez-le du sol, dégagez le ciment avec un ciseau jusqu'à ce que vous ayez atteint le dessous des cubes. Brossez, lavez, séchez avec le grillage en fer ; doublez encore la pièce en dessous avec un marbre plus fort que vous mastiquez à chaud comme ci-dessus ; puis promenez la grille ardente dessus jusqu’à ce que le marbre supérieur se détache. Laissez refroidir ; enlevez avec le ciseau le ciment qui reste, passez la meule et polissez comme on polit le marbre. Ainsi vous pouvez emmagasiner vos panneaux et les assembler sur le sol quand vous voulez ; remettez les rangs de cubes que vous avez détachés ; réparez les parties qui peuvent être dégradées, en employant le mêmemastic chaud que nous avons indiqué »17.

16La technique utilisée par Francesco Belloni consistait à établir un plan de découpe de la mosaïque en panneaux, puis après avoir ôté des rangées de cubes qui déterminaient les panneaux, à maintenir la cohérence du tessellatum grâce à un mastic à base de cire et de fines plaques de marbre. Il empêchait de cette manière la désolidarisation des tesselles et pouvait ainsi détacher la mosaïque du sol en découpant son support primitif à l’aide d’une scie de marbrier. Il déposa ainsi la grande mosaïque des jeux du cirque avec l’aide de deux marbriers locaux, François Jamey et Vital Bernard, qui purent ensuite appliquer la méthode sur d’autres pavements découverts dans la région.

François Artaud (1767-1838) : un pionnier de la conservation à Lyon

  • 18  Charles-Joseph-Fortuné marquis d’Herbouville (1756-1829), issu d’une famille noble, entama une car (...)
  • 19  Pierre-Marie Taillepied de Bondy (1766-1847) était lié avec le prince Eugène de Beauharnais et fut (...)
  • 20  Artaud, F., Description d’une mosaïque représentant les jeux du cirque, Lyon, Simon Ballanche, 180 (...)

17François Artaud fut un véritable pionnier dans le domaine de la conservation des mosaïques et il bénéficia sous l’Empire du soutien des préfets d’Herbouville18 et de Bondy,19 mais également de la bienveillance du maire de Lyon. La découverte de la mosaïque des jeux du cirque fut déterminante pour la suite de sa carrière puisqu’après s’être chargé de la relever puis d’en publier une première étude à l’attention des historiens et antiquaires de l’époque, il fut nommé inspecteur général du Conservatoire des Arts et antiquaire de la Ville de Lyon20.

18La mosaïque des jeux du cirque aujourd’hui conservée au Musée gallo-romain de Lyon fut découverte en 1806 dans la propriété du pharmacien Paul Macors dans le quartier de Fourvière. Elle fut entretenue sur place jusqu’au décès de son propriétaire en 1811 et fut achetée par la Ville de Lyon en 1813, mais elle resta en place jusqu’en 1818 date à laquelle François Artaud trouva grâce à Francesco Belloni, le moyen de la déposer.

19Au moment de sa découverte, la mosaïque comptait déjà quelques lacunes et les archives révèlent que son état s’était encore dégradé entre 1811 et 1818, mais que cependant aucune tesselle n’avait été omise par Francesco Belloni lors de son extraction parfaitement réussie. Elle fut découpée en neuf panneaux puis conduite à Paris dans les ateliers du mosaïste qui la restaura et la fit reposer au Palais des Arts de Lyon en 1819. La restauration consista à restituer les lacunes qu’elle comportait d’après le dessin effectué par François Artaud quelques années auparavant puis à reposer l’ensemble sur un nouveau support composé de fines plaques de marbre.

Fig. 4 Portrait de François Artaud

Fig. 4 Portrait de François Artaud

Musée des Beaux-Arts de Lyon

Fig. 5 La mosaïque des jeux du cirque

Fig. 5 La mosaïque des jeux du cirque

Gravure coloriée de François Artaud extraite de Description d’une mosaïque représentant les jeux du cirque, Lyon, Simon Ballanche, 1806

  • 21  Lettre du Baron Rambaud (maire de Lyon) au comte Lezay-Marnésia, préfet du Rhône datée du 29 novem (...)

20Le mode de réalisation des restaurations entreprises par le mosaïste italien est révélé par François Artaud qui évoquait dans son Histoire abrégée de la peinture en mosaïque : « Ce n’est pas sans peine que nous avons aperçu des figures et des objets de détails qui se trouvaient détériorés ou mal rendus ; dans ce cas, si un dessinateur n’est pas un peu antiquaire, loin de jeter du jour sur certaines parties, il ne fait que les obscurcir ». Aussi, les lacunes furent-elles restaurées au préalable sur le papier qui servit de guide pour la restauration. On comprend dès lors la grande cohérence que l’on peut observer entre la mosaïque reposée au Palais des Arts de Lyon et la gravure de François Artaud. La restauration fut jugée excellente par ses contemporains comme l’écrivit le maire de Lyon au préfet du Rhône : « La mosaïque vient d’être mise en place et le succès a dépassé toutes les espérances ; la restauration est tellement parfaite qu’il serait difficile à l’œil le plus exercé, de distinguer les parties qui appartiennent à un travail moderne. »21

Fig. 6 La mosaïque Cassaire (Lutte de Pan et de l’Amour)

Fig. 6 La mosaïque Cassaire (Lutte de Pan et de l’Amour)

Gravure coloriée extraite de François Artaud, Histoire abrégée de la peinture en mosaïque, Lyon, Gabriel Rossary, 1835, pl. V

Photo. C. Lemaître

Fig. 7 La mosaïque Cassaire au Musée Gallo-romain de Lyon

Fig. 7 La mosaïque Cassaire au Musée Gallo-romain de Lyon

Photo. Christian Thioc, Musée gallo-romain de Lyon

21L’année suivante, François Artaud fit déposer la mosaïque Cassaire représentant la Lutte de Pan et de l’Amour et la fit envoyer à Paris dans les ateliers de Francesco Belloni afin qu’elle puisse rejoindre le musée de Lyon. En 1923, il recomposa la mosaïque d’Orphée découverte à Saint-Romain-en-Gal en fonction de la place disponible dans le musée, supprimant un certain nombre de compartiments décoratifs tout en conservant l’esprit de la représentation. Toutes ces restaurations furent conçues dans l’esprit de celles qui se pratiquaient en Italie et doivent être appréhendées comme des transpositions archéologiques, des recréations ou des recompositions savantes de pavements de mosaïque, qui de manière parfois ludique répondirent aux contraintes des lieux et qui servirent à mettre en valeur les collections d’antiques participant à la mise en scène muséographique d’alors.

22En digne successeur de Pierre Schneyder qui fut son professeur de dessin au collège de Vienne et en véritable initiateur d’un mouvement de conservation qui toucha tout le Midi de la France, François Artaud diffusa la technique importée de Rome par Francesco Belloni. Il constitua ainsi au musée de Lyon la première collection française de mosaïques antiques qui demeure encore aujourd’hui l’un des fleurons du Musée gallo-romain de la ville.

23L’ensemble des œuvres étudiées ici témoigne de la genèse d’une pratique qui continua à se développer et à se perfectionner au cours du XIXe siècle. Bien moins précoces que les techniques utilisées dans la restauration des peintures, les procédés employés au commencement sont empiriques et diffèrent d’un objet à l’autre, mais le mode de réalisation reste en revanche le même : la restitution sur papier précède la restauration effective et toutes deux finissent par se fondre l’une dans l’autre. Sous l’Empire et la Restauration la fréquence et la richesse des échanges avec l’Italie privilégièrent le transfert de savoir-faire des ateliers romains de la fabrique vaticane. Si l’on retrouve des similitudes, principalement au niveau des procédés et des matériaux employés dans la dépose qui sont une constante de l’atelier pontifical, il n’est toutefois pas possible d’évoquer une quelconque systématicité dans la pratique des restitutions et encore moins une unité dans les exemples de restaurations dont nous disposons par la suite.

Haut de page

Notes

1  Barthélémy, J.-J., Explication de la mosaïque de Palestrine, Paris, Guérin et Delatour, 1760.

2  Tubières, A. C. P. (de), (Comte de Caylus), Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, Paris, Desaint et Saillant, 1752, t.I, p.29, pl.CVI. Millin, Aubin-Louis, Recueil Mosaïques et pavements. Bibliothèque nationale de France, Département des estampes, Gb 62, fol.30.

3  La mosaïque dite des Thermes d’Otricoli qui orne la salle de la rotonde du musée Pio-Clementino comporte des fragments provenant en effet des thermes d’Otricoli, mais également des fragments issus de la mosaïque d’Ulysse et d’une autre mosaïque noire et blanche trouvée sur la via Flaminia a Pietra Pertusa. L’encadrement et les bordures sont modernes.

4  Fougeroux de Bondaroy, A. D., Recherches sur les antiquités d’Herculanum et les connaissances qui peuvent résulter de l’état présent de la science et des arts, Paris, Desaint, 1770, p. 31 et p. 151-227.

5  Millin, A.-L., Dictionnaire des Beaux-Arts, Paris, Crapelet, 1806, t. II, p. 490-491. Ibidem, Magasin encyclopédique, 1800, t.XXXVI, p. 157.

6  Durand, I., La conservation des monuments antiques, Arles, Nîmes, Orange et Vienne au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 58-59.

7  Lauxerois, R., Les viennois dans la Révolution, Vienne, Musées de la ville de Vienne, 1989, p. 79.

8  Artaud, F., Histoire abrégée de la peinture en mosaïque suivie de la description des mosaïques de Lyon et du Midi de la France, Lyon, Gabriel Rossary, 1835, p. 132.

9  Lancha, J., Recueil général des Mosaïques de la Gaule, III- Province de Narbonnaise, t. 2, Paris, CNRS, (Xème supplément à Gallia), p. 132-135, pl.LIV, n°315.

10 Ibidem, p. 79, pl.XXVIII a, n°275. Artaud, F., Histoire abrégée de la peinture en mosaïque, Lyon, Gabriel Rossary, 1835, pl.XXIII.

11  Delorme, T. C., « Des mosaïques antiques de Vienne », Revue de Vienne, 1837, I, p. 426-443. Lancha, Janine, op.cit., p. 82-83, pl. XXIX a, n°276. Manuscrit de Pierre Schneyder, M12, t.2, fol.12.

12  Jaillet, C., L’œuvre de Pierre Schneyder, Vienne, Henri Martin, 1924, p. 18.

13  Le peintre Alexandre Lenoir, obtint en 1791, la garde du dépôt des Petits-Augustins, ancien couvent où furent conservées les pièces de sculpture confisquées aux fondations religieuses à la Révolution. En 1795, il obtint de la Convention de transformer le dépôt en musée des Monuments français qui devint le premier musée d’histoire de France. Aux sculptures déjà conservées il ajouta des œuvres commandées aux artistes vivants et organisa les collections de façon chronologique consacrant chaque salle du musée à un siècle de l’histoire de France. Poulot, D., Patrimoine et musée, Paris, Hachette Supérieur, 2001, p. 61-62 ; Schaer, R., L’invention des musées, Paris, Gallimard-Réunion des Musées nationaux, 1993, p. 62-63.

14  A.N. F 21/568 (liasse I), Rapport de Le Tourneur au Ministre de l’Intérieur le 29 nivôse an VI (18 janvier 1798). Sous cette cote est conservée la correspondance du Musée des Monuments Français, dont différents courriers relatifs à l’acquisition de la mosaïque et à sa restauration par Francesco Belloni.

15  Lenoir, A., Description historique et chronologique des monuments de sculpture, réunis au musée des monuments français, Paris, Gide, An VIII, p. 355, n°421.

16  Lavagne, H., « Un mosaïste romain à Paris : Francesco Belloni », Revue du Louvre, à paraître.

17  Artaud, F., op.cit., p. 131-132.

18  Charles-Joseph-Fortuné marquis d’Herbouville (1756-1829), issu d’une famille noble, entama une carrière militaire sous Louis XVI et fut choisi par Bonaparte en 1800 comme préfet des Deux-Nèthes. En 1803, à la demande du 1er consul, il entreprit de rénover le port et la ville d’Anvers. Nommé préfet du Rhône en 1805, il travailla avec le maire de Lyon Fay de Sathonay pour relancer l’industrie de la soierie. Tulard, J., (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1995, p. 874-875.

19  Pierre-Marie Taillepied de Bondy (1766-1847) était lié avec le prince Eugène de Beauharnais et fut nommé chambellan de l’Empereur qu’il accompagna dans ses voyages et dans ses campagnes. En 1809, Napoléon le nomma maître des requêtes puis président du conseil général de l’Indre et baron d’Empire. Nommé préfet du Rhône en 1810, il poursuivit les grands travaux d’aménagement de la presqu’île de Perrache et tenta d’apporter des remèdes à la crise que rencontrait la fabrique de la soie. Soutenu par les lyonnais, il fut maintenu à la préfecture du Rhône au début de la Restauration, malgré le mécontentement de Louis XVIII, Tulard, J., Op. cit., p. 263-264.

20  Artaud, F., Description d’une mosaïque représentant les jeux du cirque, Lyon, Simon Ballanche, 1806.

21  Lettre du Baron Rambaud (maire de Lyon) au comte Lezay-Marnésia, préfet du Rhône datée du 29 novembre 1819. Archives départementales du Rhône, 4 T 67-68.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 La mosaïque des colombes de la villa d’Hadrien à Tivoli
Légende Musée du Capitole Rome
Crédits Photo. C. Lemaître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 Mosaïque des thermes d’Otricoli
Légende Salle de la rotonde, Musée Pio-Clementino, Vatican
Crédits Photo. C. Lemaître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 3 Portrait de Pierre Schneyder
Légende Musée de Vienne
Crédits Photo. R. Lauxerois
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4 Portrait de François Artaud
Légende Musée des Beaux-Arts de Lyon
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 5 La mosaïque des jeux du cirque
Légende Gravure coloriée de François Artaud extraite de Description d’une mosaïque représentant les jeux du cirque, Lyon, Simon Ballanche, 1806
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 6 La mosaïque Cassaire (Lutte de Pan et de l’Amour)
Légende Gravure coloriée extraite de François Artaud, Histoire abrégée de la peinture en mosaïque, Lyon, Gabriel Rossary, 1835, pl. V
Crédits Photo. C. Lemaître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 7 La mosaïque Cassaire au Musée Gallo-romain de Lyon
Crédits Photo. Christian Thioc, Musée gallo-romain de Lyon
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Capucine Lemaître, « Les premières sauvegardes de mosaïques antiques en France », CeROArt [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2383

Haut de page

Auteur

Capucine Lemaître

Capucine Lemaître est docteure en histoire de l’art. Elle a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « La découverte, la restauration et la sauvegarde des mosaïques antiques et médiévales en France au XIXe siècle » en 2004 à l’Université de Rennes 2, sous la direction de Jean-Yves Andrieux. Cette thèse a été publiée en 2009 aux Presses universitaires de Rennes dans la Collection Art et Société, sous le titre « La conservation des mosaïques. Découverte et sauvegarde d’un patrimoine (1800-1914) ». Actuellement chargée d’enseignement en art contemporain à l’université de Rennes 2, ses recherches portent sur l’histoire du patrimoine, de sa restauration et de sa sauvegarde principalement au XIXe siècle. Elle travaille également sur les ateliers de mosaïstes italiens implantés en France à l’époque contemporaine et sur les milieux de l’érudition locale. 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org