Skip to navigation – Site map

Full text

Version française

1Le numéro de CeROArt consacré à Science et conscience en conservation-restauration  emprunte la forme des variations musicales. Si l’introduction vise à énoncer le thème, chacun des auteurs se l’est approprié pour le traduire en pièce originale. Une oreille attentive retrouvera la ligne mélodique dans des partitions diverses, des univers sonores jamais vraiment étrangers. La réussite de ce dossier tient sans doute à l’inversion des styles, au contre-emploi des musiciens ou des instruments. Praticiens et théoriciens se sont prêtés au jeu dans une jam-session pour le moins surprenante.

2Mais énonçons –solfions- d’abord le thème, en empruntant la voie des définitions et de l’étymologie. La science -du latin scire, savoir- est l’ « Ensemble de connaissances systématisées se rapportant à un même domaine »1 ; elle peut se définir encore comme la « Connaissance approfondie des règles et des techniques propres à une activité ». Cette acception fera d’ailleurs de la science, par métonymie l’« habileté dans la pratique, (la) compétence qui résulte de cette connaissance.

3La conscience –du latin cum-scientia, littéralement « connaissance en commun », est le « sentiment plus ou moins réfléchi des états et des actes qui se succèdent en nous et qui constituent notre vie intérieure, notre personnalité ; ce qui est connu par introspection » 2. On a, dans ce cas de figure, « conscience de » (par exemple d’exister, penser, douter, choisir). Toutefois, notent les lexicographes, l’acception morale du terme, autrement dit, la « faculté de porter spontanément des jugements sur la valeur morale des actions humaines ; ce par quoi l'homme discerne le bien du mal » semble être plus ancienne. Ainsi la conscience se définirait-elle d’abord comme jugement de valeur (ceci est bien, ceci est mal), et ensuite seulement, comme regard introspectif sur le sujet en action. Saluons dans le développement de cette acception le rôle de la philosophie, frayant dès l’antiquité la voie à la psychologie et à la psychanalyse modernes.

  • 3  BERGEON, S., Science et Patience ou La restauration des peintures (Louvre et Musées de France), Ré (...)

4C’est Ségolène Bergeon-Langle qui préface, en électron libre, le présent numéro de CeROArt. Le titre d’un de ses précédents ouvrages Science et patience3 nous avait incité à lui donner la parole : elle a accepté, d’autant que le titre de notre dossier rejoignait celui d’une leçon inaugurale à l’IFROA, entre-temps intégré à l’INP, dont elle a assuré la direction entre 1992 et 1995. Reprenant sa réflexion sur les valeurs de l’œuvre d’art, la déontologie, Ségolène Bergeon-Langle insiste sur la notion de conscience universelle, la nécessaire réflexion et la responsabilité vis-à-vis de ce qui nous est confié. Soulignant par ailleurs la nécessité d’une démarche critique, à chacune des étapes d’une intervention, elle recentre la théorie de la restauration et souligne la dimension morale –quoique contextuelle- des choix. Son analyse tout en finesse illustre la démarche historico-humaniste, dans la lignée de Paul Philippot.

5La rubrique « coup de projecteur » est consacrée à une découverte récente et majeure, celle, sur des baies hautes et murées de la cathédrale de Chartres, de peintures gothiques jusqu’ici ignorées. Geneviève Reille-Taillefert nous détaille sa démarche de restauratrice, confrontée aux réalités d’un chantier limité, comme souvent, par des délais extrêmement courts. L’on verra néanmoins comment le temps, grâce à la méthode choisie, s’est mué en atout, se transformant en acteur de l’intervention. Aussi, grâce à une iconographie particulièrement riche, la restauratrice nous invite à assister pas à pas à ce que Cesare Brandi appelait joliment une « épiphanie de l’image ».

6Notre dossier « Science et Conscience » est introduit par Antonio Iaccarino Idelson, qui, au fil d’une interrogation théorique menée en tant que praticien, s’arrête aux relations –pas toujours symbiotiques- entre science et conservation, science de la conservation. Passant d’une définition de la profession à l’examen de la méthodologie scientifique, des applications différenciées de celles-ci selon qu’il s’agit de l’architecture, de la médecine ou de la restauration, l’auteur met en évidence la notion d’ « awareness », conscience et « conscience de ». La connaissance approfondie des apports de la méthode scientifique, conjuguée à l’expérience, ne peut qu’augmenter la « conscience professionnelle » du praticien. Se référant au contexte italien, l’auteur souligne par un rappel historique, la lente émergence de la méthode scientifique au sein de la conservation-restauration : et ceci,  jusqu’à son intégration dans les cursus de formation. Le fragile dialogue entre les parties n’est pas exempt d’incompréhension, et c’est un délicat équilibre qu’il faut instaurer entre conservateurs-restaurateurs et scientifiques de la conservation. Antonio Iaccarino Idelson souligne par ailleurs que si publications, conférences, workshops, éducation permanente jouent désormais un rôle essentiel dans la production et le partage des connaissances, et que les scientifiques de la conservation n’hésitent pas à se plier à cet exercice, les restaurateurs continuent à se montrer plus réticents, sans considérer les bénéfices à moyen terme de cette communication et des échanges qui en résultent. En conclusion, son article invite à prolonger la réflexion sur des questions aussi complexes que sensibles.

7L’article de Daphné de Luca démontre le rôle essentiel de l’étude comparée dans l’intuition, la prise de conscience des analogies entre des œuvres par ailleurs bien connues. Appliquant une investigation rigoureuse aux méthodes d’exécution des crucifix de Giotto, elle met en évidence les procédés d’atelier englobant l’ébauche, les carnations et les « patrons » communs. Elle s’arrête également au procédé de transfert à partir de ces derniers. Ce faisant, elle nous invite à repenser l’organisation médiévale au sein des ateliers, la répartition des tâches révélant une division du travail très proche de celle observée précédemment pour les peintures murales. Il y a bien similitude entre production d’atelier et chantiers, soutenues l’une et l’autre par une conscience aiguë des réalités entrepreneuriales, où l’efficacité, sans être un maître mot, occupe néanmoins une place certaine.

8C’est par le biais d’un cas particulier que Viviane Bechoux aborde l’utilisation d’adhésifs optiques réticulables aux UV en restauration de céramique. Praticienne confrontée à un travail particulièrement délicat, elle expose sa démarche méthodique, incluant la phase de documentation sur des adhésifs soigneusement sélectionnés. Elle donne l’exemple d’une intégration des apports de la science, consciencieusement explorés par le biais des applications pratiques. Mais surtout, son abondante documentation photographique montre l’importance du geste, de l’irremplaçable habileté du restaurateur pendant la phase de test des techniques les plus prometteuses. Loin d’être un exécutant, celui-ci, en apprenant à mieux les connaître, nourrit sa maîtrise et peut influer sur de futurs développements.

9Historienne de l’art, Julie Gilman, se penche de son côté sur les méthodes de conservation du « food art » au travers de trois œuvres contemporaines. Pour ce faire, elle entame un dialogue interdisciplinaire avec des chimistes et microbiologistes et examine l’apport possible des techniques de MAP (Modified atmosphere packaging - conditionnement sous atmosphère contrôlée et modifiée). Elle procède à des simulations de vieillissement accéléré et tente une double évaluation, scientifique et sensorielle, de ses résultats, conjoignant ainsi science et conscience empirique de la transformation de la matière.

10Genevieve Reille-Taillefert, enfin, ponctue le dossier. Nous saluons tout particulièrement l’exercice mené par une praticienne relisant Aristote et Bergson à la lumière de son expérience de restauratrice. Les extraits judicieusement choisis, librement commentés, servent une introspection sur l’acte de restaurer. Mémoire, changement, altération, mais aussi conscience raisonnée et anticipation du devenir font l’objet d’une réflexion connectée au réel. Procédant par tâtonnements, par citations et reprises, l’auteur s’approprie le discours philosophique et le ramène constamment à sa « poiesis » comme à sa « technê ». La partition philosophique se prête à ces dernières variations et complète l’ensemble.

11En guise de conclusion, nous rappellerons en sourdine que science et conscience vont de pair. L’une sans l’autre peut mener à la ruine : celle de l’âme, comme disait un Rabelais déjà soucieux d’éthique, mais aussi celle de l’œuvre, ramenée à une objectivité sans nuance. Patience passe science, dit encore le proverbe : car il faut laisser décanter la connaissance, et pour cela rappelons-le, il faut du temps -celui de la recherche, celui de la compréhension, celui d’une forme de sédimentation du savoir qui se connecte aux acquis, et donne forme à l’expérience.

12« On ne fait bien que ce qu’on aime. Ni la science ni la conscience ne modèlent un grand cuisinier. » écrivait joliment Colette. Pas même, en dépit de la recette, un bon conservateur-restaurateur. L’amour de ce métier très particulier ne va pourtant ni sans l’une, ni sans l’autre : car la perception des œuvres d’art dans leur fragilité rend plus aigu le sens de la responsabilité, et affûte le désir de devenir meilleur. Il nous faut, en définitive, assez de conscience, assez d’humilité pour recourir à la science, et assez de confiance pour suivre –en âme et conscience- notre jugement, par elle éclairé.

13L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

English version

14The issue of CeROArt devoted to Science and conscience in conservation-restoration takes the form of musical variations. If the introduction aims to express the theme, each of the authors has appropriated it in order to translate it into an original piece. An attentive ear will perceive the melodic line in the various scores, their sounds never being truly strange. The success of this report no doubt comes from the inversion of styles, from the contrasting usage of musicians or instruments. Practitioners and theoreticians are ready to play in a jam-session which is surprising to say the least.

  • 4  According to the definition of the Centre National de ressources Textuelles et Lexicales, http://w (...)

15 But we first demarcate the theme – or sing its notes – by establishing definitions and through etymology. Science – from the Latin scire, to know – is “the whole of systematic knowledge relating to the same field”4; it can also be defined as “in-depth knowledge of the rules and techniques specific to an activity”. In line with this meaning science would, by metonymy, also be the “skill in practice, (the) competence which results from this knowledge”.

16 Conscience – from the Latin cum-scientia, literally ‘shared knowledge’ – is the ‘more or less considered feeling of states and acts which occur within us and which constitute our interior life, our personality; that which is known by introspection”.5 We are, in this case, “conscious of” (for example, existing, thinking, doubting, choosing). However, the lexicographers note the moral meaning of the term, otherwise stated, the “faculty of spontaneously making judgments on the moral value of human actions; that by which man distinguishes good from evil”, seems to be the oldest. So conscience is first defined as a value judgment (this is good, that is evil) and only then as introspective glance at the subject in action. In the development of this meaning we appreciate the role of philosophy, paving the way since antiquity for psychology and modern psychoanalysis.

  • 6  BERGEON, S., Science et Patience ou La restauration des peintures (Louvre et Musées de France), Ré (...)

17 Ségolène Bergeon-Langle, an independent expert, introduces the current issue of CeROArt. The title of one of her preceding works, Science et patience6, prompted us to give her the floor: she accepted, in that the title of our report is close to that of an inaugural lesson at the IFROA, which has since merged with the INP, which she directed between 1992 and 1995. Taking up again her reflection on the values of the work of art, of deontology, Ségolène Bergeon-Langle insists on the notion of universal conscience, the necessary reflection and responsibility vis-à-vis that which is entrusted to us. Emphasising moreover the necessity of critical inquiry at every stage of an intervention, she refocuses the theory of restoration and underlines the moral dimension – although contextual – of choice. Her analysis, full of finesse, illustrates the historico-humanist approach in the spirit of Paul Philippot.

18 The section “in the spotlight” is devoted to a recent, major discovery of Gothic paintings on the high windows and walls of the cathedral of Chartres that were previously unknown. Geneviève Reille-Taillefert details for us the progress of the restorer, confronted with the realities of a project limited - as often - by a very short amount of time. Nonetheless, one can see how time, thanks to the chosen method, has become an asset, turning it into a vector for intervention. Also, thanks to a particularly rich iconography, the restorer invites us to assist step by step in that which Cesare Brandi beautifully terms an ‘epiphany of the image’.

19 Our report, “Science and Conscience”, is introduced by Antonio Iaccarino Idelson who, over the course of a theoretical investigation undertaken as a practitioner, reflects on the relationship – not always symbiotic – between science and conservation, the science of conservation. Moving from a definition of the profession to the examination of scientific method, whose applications are differentiated from those involved in architecture, medicine or restoration, the author highlights the notions of ‘awareness’ and ‘consciousness of’. In-depth knowledge of the values of the scientific method, combined with experience, can only increase the ‘professional awareness’ of the practitioner. Referring to the Italian context by means of an historical anecdote, the author emphasises the slow emergence of the scientific method within conservation-restoration, up to its integration in the course of study. The fragile dialogue between actors is not exempt from misunderstanding, and it is a delicate equilibrium that must be established between conservers-restorers and the science of conservation. Antonio Iaccarino Idelson emphasises moreover that although publications, conferences, workshops, and continued education play an essential role in the production and dissemination of knowledge, and scientists specializing in conservation do not hesitate to take part in this exercise, restorers prove to be more reticent, without considering the medium-term benefits of this communication and the exchanges that result from it. In conclusion, his article invites us to continue to reflect on these questions which are both sensitive and complex.

20 The article by Daphné de Luca demonstrates the essential role of comparative study in intuition, awareness of the analogies between well-known works. Undertaking a rigorous investigation of the production methods of the crucifix of Giotto, she demonstrates the studio processes that comprise the rough sketches, the flesh tones and the common ‘designs’. She also takes time to talk about the transfer process from the latter. In doing so, she invites us to rethink the medieval organisation within the studios, the division of tasks revealing a division of labour very close to the one previously observed for mural paintings. There is indeed a similarity between studio production and worksites, both sustained by an acute awareness of entrepreneurial realities, where efficiency, without being a key word, nevertheless occupies a definite place.

21 It is through a particular case that Viviane Bechoux approaches the use of UV-crosslinkable optical adhesives in the restoration of ceramic. A practitioner confronted with a particularly delicate job, she demonstrates her methodical approach, including the documentation phase on carefully selected adhesives. She gives the example of an integration of the contributions of science, conscientiously explored from the angle of practical applications. But above all, her abundant photographic documentation shows the importance of the irreplaceable skill of the restorer during the phase of testing the most promising techniques. Far from being a mere performer, the restorer, by becoming better acquainted with the technique, can come to master them and can exert an influence on future developments.

22 Art historian Julie Gilman in turn addresses the conservation methods of ‘food art’ through three contemporary works. To do so, she starts up an interdisciplinary dialogue with chemists and microbiologists and examines the possible contributions of MAP (Modified Atmosphere Packaging) techniques. She proceeds from simulations that accelerate ageing and attempts a double evaluation, scientific and sensory, of the results, thus combining science and empirical consciousness of the transformation of the material.

23 Lastly, Genevieve Reille-Taillefert provides a valuable contribution to the report. We particularly commend the exercise undertaken by a practitioner rereading Aristotle and Bergson in light of her restoration experience. The judiciously selected excerpts, freely reviewed, serve as introspection on the act of restoring. Memory, change, alteration, but also reasoned conscience and anticipation of the future are the object of a reflection connected to reality. Proceeding by experimentation, by quotations and repetitions, the author appropriates philosophical discourse and constantly leads it back to its ‘poiesis’ as well as to its ‘technê’. The philosophical score lends itself to these final variations and completes the whole.

24  By way of conclusion, we will gently be reminded that science and conscience go hand in hand. One without the other could lead to ruin: that of the soul, as Rabelais already said concerning ethics, but also that of the work, leading to objectivity without nuance. Patience surpasses learning, the proverb says, for it is necessary to decant knowledge, and in this regard we should remember that it is necessary to take time for research, for comprehension, for a form of sedimentation of knowledge which connects to acquired knowledge and shapes experience.

25We only do well the things we like doing. Neither science nor conscience makes a great chef”, as Colette nicely writes. Nor, despite having the recipe, does it make a good conserver-restorer. Yet this very particular profession cannot do without the one or the other, for the perception of works of art in their fragility makes the sense of responsibility even more acute, and sharpens the desire to become better. We need, finally, enough conscience, enough humility to appeal to science, and enough confidence to follow – in soul and conscience – our judgment, to be enlightened by it.

26Access to the journal is free. Please register for the CeROArt Newsletter, which will notify the next issue. To register, click the link.

Top of page

Notes

1  D’après les définition du Centre National de ressources Textuelles et Lexicales, http://www.cnrtl.fr/definition/science: « Ensemble structuré de connaissances qui se rapportent à des faits obéissant à des lois objectives (ou considérés comme tels) et dont la mise au point exige systématisation et méthode » « Connaissance approfondie des règles et des techniques propres à une activité; p. méton. adresse, habileté dans la pratique, compétence qui résulte de cette connaissance ».

2  Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (on line, novembre 2011) http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/conscience

3  BERGEON, S., Science et Patience ou La restauration des peintures (Louvre et Musées de France), Réunion des musées nationaux, Paris, 1990. (272 p. 540 photographies dont 415 en couleur).

4  According to the definition of the Centre National de ressources Textuelles et Lexicales, http://www.cnrtl.fr/definition/science: “Ensemble structuré de connaissances qui se rapportent à des faits obéissant à des lois objectives (ou considérés comme tels) et dont la mise au point exige systématisation et méthode” “Connaissance approfondie des règles et des techniques propres à une activité; p. méton. adresse, habileté dans la pratique, compétence qui résulte de cette connaissance”.

5  Dictionnaire de l’Académie Française, 9th edition (online, November 2011) http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/conscience

6  BERGEON, S., Science et Patience ou La restauration des peintures (Louvre et Musées de France), Réunion des musées nationaux, Paris, 1990. (272 p. 540 photographs of which 415 in colour).

Top of page

References

Electronic reference

« Introduction », CeROArt [Online], 7 | 2011, Online since 05 March 2012, connection on 20 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2280

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org