Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Pascal LABREUCHE, Paris, capitale de la toile à peindre – XVIIIe-XIXe siècle  

Cths-INHA, Paris, 2011
Sophie Moreaux
Bibliographical reference

Pascal LABREUCHE, Paris, capitale de la toile à peindre – XVIIIe-XIXe siècle, collection Art Et L'essai, numéro 9,  Paris, Comité Des Travaux Historiques Et scientifiques – Institut National d’Histoire de l’Art, 2011, ISBN 2735507459

Full text

1Préfacée par J.P.Babelon, l’étude de Pascal Labreuche introduit à compréhension du monde de l’art au XVIIIe et XIXe siècle, dans sa composante essentiellement matérielle. Une connaissance approfondie des matériaux et des techniques est indispensable à la compréhension des œuvres : les évolutions stylistiques, les modes, les goûts sont directement liés aux possibilités accordées par la matière. Mais l’avancée technologique est également conditionnée par le contexte économique, social et politique. Tous ces aspects sont minutieusement étudiés dans l’ouvrage paru récemment dans la collection “L’art et l’essai” de l’Institut National d’Histoire de l’art. L’auteur se livre à une exégèse approfondie et particulièrement documentée de l’histoire matérielle de la peinture à Paris durant les XVIIIe et XIXe siècles : la capitale française est alors le lieu d’une intense activité picturale, supportée par les innovations techniques ; son rayonnement est manifeste dans tout le pays et au-delà des frontières.

2L’époque charnière retenue par l’auteur correspond à la première industrialisation en Europe occidentale : il est intéressant d’observer ses effets sur les modes de fabrication et la qualité des produits. Le climat technique et historique propre au XVIIe siècle est également étudié, car il pose le contexte à partir duquel pourront s’engager les développements futurs : en particulier, la transformation des organisations professionnelles, évoluant du corporatisme et des traditions d’atelier vers la création des grandes maisons commerciales. Les artistes délèguent de plus en plus la fabrication de leur matériel à des marchands, dont ils deviennent dépendants ; en même temps, leur statut social se différencie progressivement de celui des artisans.

3Dans un long chapitre consacré à l’héritage et la tradition technique, l’auteur se penche sur ce que Brandi nommera joliment « la matière de l’œuvre d’art ». La toile à peindre désigne le support textile enduit des couches préparatoires nécessaires à l’application d’une peinture, prête à l’emploi et disponible pour le peintre, soit au mètre soit montée sur un châssis. Les produits étudiés sont donc la toile, les enduits, les châssis, mais aussi les clous, les ficelles ou les étiquettes. Les techniques et procédés de fabrication sont le tissage, l’enduction, la fabrication des châssis. Les caractéristiques de ces toiles sont induites par leur fonction qui est d’assurer la pérennité des oeuvres qu’elles supportent.

4Le deuxième chapitre est consacré aux hommes et métiers sous l’Ancien Régime. Le lecteur y suivra les épiciers, les maîtres-peintre, les marchands de couleurs, les métiers associés, et s’y arrêtera à la transmission des savoirs comme à la littérature technique.

5Le troisième chapitre de l’ouvrage étudie les conditions d’émergence de nouveaux procédés, le suivant se consacre à cinquante ans d’innovations et de mutations (1790-1840). Malgré, ou à cause des bouleversements politiques de la fin du XVIIIe siècle, la période est propice à l’activité picturale.  Celle-ci connaît un réel regain soutenu par la naissance d’une notion moderne : celle, née au cœur de la Révolution française, de patrimoine national. La multiplication des commandes publiques exaltant de nouvelles valeurs, mais aussi la restauration d’un grand nombre d’oeuvres « nationalisées » incitent l’administration à soutenir les entreprises liées à la fabrication du matériel artistique. Dans le même temps, la recherche et l’innovation sont encouragées. Le rôle de l’État est déterminant dans l’investissement que les scientifiques, les chimistes, accordent aux produits artistiques. Les recherches visent une amélioration de la durabilité des enduits, de la souplesse, de la légèreté, de la résistance aux atmosphères humides, de la résistance au craquèlement, de la santé des techniciens et bien sûr, last not least,  des coûts de production. Les innovations sont relayées au travers d’une presse spécialisée qui se substitue aux secrets d’atelier.

6Pour répondre à la demande croissante, la fabrication des toiles à peindre se rationalise et donne lieu à la création de grandes maisons, intégrant les activités de tissage, de préparation et de montage. La mécanisation des métiers à tisser et des machines pour réaliser les châssis se met en place. Les formats se normalisent afin d’optimiser au mieux la rentabilité des outils. L’auteur démontre d’ailleurs que la fixation des formats rencontre plus le respect d’une constante entre la longueur et la largeur que la recherche –légendaire- du nombre d’or. L’essor des années 1840-1890 est enfin développé, au travers d’une minutieuse étude des toiles à usages spécifiques, et de leur standardisation.

7L’auteur a choisi de nous livrer un épilogue, plutôt qu’une conclusion : terme judicieusement choisi, car il s’est fait conteur en même temps qu’historien, ressuscitant un monde, plutôt que des connaissances abstraites. Car cette étude spécifique et résolument originale restitue, de sa plume bien trempée le foisonnement des activités liées au métier du peintre. La démarche quasi archéologique a nécessité le dépouillement minutieux d’archives inédites ; documents fiscaux, actes de sociétés, brevets, histoire des familles... D’autre part, le recensement des indices matériels témoignant des procédés de fabrication a été essentiel pour combler les vides documentaires et relier les informations ponctuelles. Enfin, la compilation des recherches et publications déjà réalisées dans des domaines connexes permet de compléter largement l’état de la question. Les enjeux et les finalités de ce brillant ouvrage sont multiples et susceptibles d’intéresser tous ceux qui côtoient les toiles anciennes, conservateurs, restaurateurs, historien de l’art, marchands, collectionneur… ou simplement curieux.

Top of page

References

Electronic reference

Sophie Moreaux, « Pascal LABREUCHE, Paris, capitale de la toile à peindre – XVIIIe-XIXe siècle   », CeROArt [Online], 7 | 2011, Online since 25 November 2011, connection on 20 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2264

Top of page

About the author

Sophie Moreaux

Historienne de l’art et restauratrice, Sophie Moreaux est professeur à l’École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation-Restauration de Peinture. Parallèlement, elle exerce comme indépendante dans son propre atelier. sophiemoreaux@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org