Navigation – Plan du site
Dossier

Science et conscience de la restauration d’Aristote à Bergson

Lecture commentée
Geneviève Reille-Taillefert

Résumés

Usant du rapprochement dialectique entre les écrits d’Aristote et de Bergson, cet article montre l’importance de la conscience dans l’analyse scientifique appliquée à la conservation-restauration.

Haut de page

Texte intégral

La publication des clichés ici reproduits a nécessité l’accord de nombre d’intervenants. Nous remercions Arnaud de Saint-Jouan, Architecte en Chef des Monuments Historiques et Jean-Pierre Blin, Conservateur Régional des Monuments Historiques, ainsi que l'Association des Amis du Vieux Cravant représentée par Frédéric de Foucaud. Pour la Cathédrale de Tours: Gilles Blieck Conservateur des Monuments Historiques et de Jean-Pierre Blin. A Nancy enfin : le Musée du Lorrain (Peintures murales déposées de l'ancienne église St Epvre - XVIe siècle)

Introduction

  • 1  Aristote, Physique, texte établi et traduit par Henri Carteron, Paris, édition des Belles Lettres, (...)
  • 2  Une version on-line de cet ouvrage est disponible via Wikisource : H.BERGSON, L’Énergie spirituell (...)

1Les théories de conservation-restauration, de Boito à Riegl en passant par Cesare Brandi, ont, dès l’origine, été élaborées sur des principes scientifiques et historiques.  Réintroduire la conscience  comme élément intrinsèque du raisonnement scientifique à la suite de Rabelais qui affirmait si bien : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme »,  me semble primordial. Cette relation entre science et conscience est en effet déjà présente chez Aristote dans les marges de sa « Physique »  par l’analyse scientifique qu’il fait de la nature, du changement et de l’altération1. Bergson lui apporte un complément raisonné et un renvoi dialectique dans « L’énergie spirituelle » par son analyse existentielle de la conscience et de la mémoire2. Cette démarche intérieure, mathématique et raisonnée me semble pouvoir s’intégrer aux théories et aux pratiques du conservateur-restaurateur.

Toute conscience est mémoire

2La conservation-restauration dans son étymologie même: « con-servare » c’est-à-dire « garder avec », porte en elle la notion de mémoire.  Il semble donc naturel et logique de pouvoir y intégrer le principe d’analyse de Bergson qui établit une relation entre la conscience et la mémoire :

  • 3  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

«Toute conscience est  mémoire, conservation et accumulation du passé dans le présent »3.

3La mémoire étant multiple, la conscience du restaurateur pourra prendre plusieurs formes. Elle sera tout d’abord abstraite, par ses références théoriques et historiques. Elle sera également pratique et visuelle, car le restaurateur accumule dans sa mémoire toutes les informations qu’il recueille sur les lieux, les œuvres, leur évolution et leurs réactions aux traitements qu’il applique. Cette mémoire basée sur la conscience interfère avec la mémoire du lieu d’intervention, son histoire, et celle de l’œuvre proprement dite, son histoire matérielle. Ainsi la conscience-mémoire, intervient-elle comme élément sous-jacent complexe, comme une aide précieuse et indispensable, dans le processus de conservation des œuvres d’art comme référence scientifique, esthétique et  historique.

4La conscience associée à la mémoire prend ainsi une importance majeure dans l’intervention en conservation-restauration, car elle s’inscrit comme lien essentiel entre le passé et le présent de l’œuvre, entre l’avant et l’après-restauration. La définition de Bergson prend ici toute sa mesure:

  • 4 H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

« La mémoire peut manquer d'ampleur ; elle peut n'embrasser qu'une faible partie du passé ; elle peut ne retenir que ce qui vient d’arriver » -un accident sur une œuvre, un trou dans un tableau, une écaille sur un mur, la chute d’une sculpture, une infiltration d’humidité…« mais la mémoire est là, ou bien alors la conscience n'y est pas. » La négation de la mémoire conduit à la définition de l’inconscience, et Bergson poursuit « Une conscience qui ne conserverait rien de son passé, qui s'oublierait sans cesse elle-même, périrait et renaîtrait à chaque instant: comment définir autrement l'inconscience ? »4

5 D’où l’importance de mémoriser l’état de l’œuvre par un relevé précis avant toute intervention, la plus infime soit-elle. Car même si l’œuvre restaurée est plus lisible, plus propre, plus consolidée, on ne peut empêcher le restaurateur après les longues années de pratiques d’être envahi par un sentiment de nature romantique devant une œuvre ou un lieu avant intervention, vide, poussiéreux, parfois en ruine, révélant la présence du passé et de son histoire dans chacune de ses fentes et fractures. Pour en conserver l’esprit premier, il est nécessaire de l’avoir vraiment « mémorisé ».

Fig. 1 Toute conscience est mémoire 

Fig. 1 Toute conscience est mémoire 

Mise à jour d’un décor peint sur chapiteau. Cravant-les-Côteaux

Cliché G.Reille-Taillefer

6Pour Bergson

  • 5  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

« Toute conscience est donc mémoire -conservation et accumulation du passé dans le présent »5.

7Bergson rejoint ici le principe d’Aristote suivant lequel :

  • 6  Aristote, Physique, livre IV, chapitre 12, p. 155

« L’existence d’une chose dans le temps, implique l’existence du temps pendant que la chose existe »6

8De même, l’acte de restauration, sans cesse en devenir entre présent et avenir,  par sa conscience du temps est anticipation de l’avenir qu’il prépare.

Du changement et de l’altération

9 Or qu’est-ce que restaurer ? Étymologiquement cela signifie rétablir, l’acte de restaurer implique donc un changement d’état, un passage du non-être à l’être. 

  • 7  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

« Puisque tout ce qui change change d’un terme à un autre, nécessairement ce qui a changé est, au moment premier où il a changé, dans le terme vers lequel il a changé »7

10Dès qu’une œuvre quitte son état de non-être, elle se rapproche du terme vers lequel elle sera quand elle aura été restaurée.

« En effet, ce qui change sort du terme initial du changement et le quitte »

11 Et c’est bien là toute la problématique de la restauration. Alors que le but est de conserver dans un état de lisibilité, l’œuvre en restauration commence par quitter son terme initial, correspondant à l’état dégradé.

12Et c’est là qu’intervient le processus de changement qui nous intéresse, car cet état de fait est évident pour tout restaurateur, qui voit la matière changer d’apparence peu à peu lors des traitements. D’où l’intérêt de cette analyse, car Aristote poursuit :

  • 8  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

« alors ou bien le fait de changer et celui de quitter sont identiques  ou bien le fait de quitter est une suite de celui de changer et le fait d’avoir quitté est une suite du fait d’avoir changé ; car c’est le même rapport dans les deux cas »8

13De ce fait il débouche sur la problématique scientifique, celle du rapport de cause à effet qui nous concerne.

Fig. 2 Peintures murales déposées de l’ancienne église Saint Epvre

Fig. 2 Peintures murales déposées de l’ancienne église Saint Epvre

Nancy, Musée Lorrain, XVIe siècle. Essais d’allègement de vernis bruni et chanci.  « Le fait de quitter est une suite du fait de changer » En modifiant la matière de recouvrement l’œuvre quitte l’état d’illisibilité.

Cliché G.Reille-Taillefer

« Si le sujet qui change d’une façon continue sans être détruit, …si les instants sont en nombre infini, tout ce qui change aura passé par une infinité de changements accomplis. »

14Par un habile retour en arrière, Aristote termine son raisonnement en rappelant l’importance de la mémoire et de la conscience dans le processus du changement, sans toutefois les nommer :

  • 9  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

« Mais il ne faut pas dire seulement que ce qui change doit être passé par des états de changement accompli, il faut dire encore que ce qui a accompli son changement a été auparavant en train de changer »9 

15Nous avons là la description complète du processus de restauration.

16En effet, on pourrait appliquer ce raisonnement aux processus souvent conjugués d’altération (qui est en train de détruire) et celui de dégradation accomplie d’une œuvre, lequel a commencé en quittant le terme initial de sa création pour arriver, dans le pire des cas, au terme final contre lequel nous luttons quotidiennement: la destruction accomplie. Car toujours selon l’auteur :

  • 10  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

« une certaine infinité appartient immédiatement à ce qui a été engendré ou détruit ».10

17L’étude scientifique de l’altération entraîne non seulement l’étude de l’altéré, mais aussi celle de l’altérant sans la compréhension duquel les interventions sont inutiles ou vaines.

« Partout l’extrémité de ce qui altère est le commencement de ce qui est altéré…» et c’est ici que l’élément subjectif est introduit; « et la qualité est altérée en tant que sensible et les corps se différencient par la nature et par leurs qualités sensibles » L’altération est donc pour Aristote une «  affection de la qualité du sujet, car une chose qui est échauffée, adoucie, condensé, desséchée, blanchie »-on pourrait ajouter salie, empoussiérée, jaunie, accidentée, mais aussi nettoyée, restaurée - « est, disons-nous altérée et cela aussi bien pour l’inanimé que pour l’animé…. »

18On arrive ainsi à démontrer que l’altération porte en elle le changement, aussi bien dans le sens de la dégradation qui va jusqu’à la destruction que dans le sens de la réparation, de  la restructuration qui va jusqu’à la restauration.

« De fait, les sensations sont aussi d’une certaine façon des sujets d’altération, car la sensation en acte est un mouvement qui a pour siège l’organisme et en même temps une certaine affection du sens.  Dans toutes les qualités où l’animé est altéré, l’inanimé ne l’est pas toujours, car il n’est pas altéré selon les parties sensitives et l’un a conscience de ce qu’il subit, l’autre non ». « Si donc l’altéré est altéré par des sensibles, on voit dans tous les cas que l’extrémité de l’altérant et le commencement de l’altéré sont ensemble. »

19Et là nous arrivons à la nécessité de l’attention à l’acte initial de restauration, car cet acte correspond à la neutralisation de l’altérant sur l’altéré, c’est à la dire à la rupture de cette chaîne de changement pour initier une logique inverse qui sera celle de la reconstruction.

« Que d’autre part tout altéré soit altéré par des sensibles et que l’altération existe seulement dans ce qu’on peut dire pâtir par soi sous l’action des sensibles. En effet ce qui est figuré une fois l’achèvement obtenu, nous ne le désignons pas d’après ce dont il est fait »

20Nous désignons suivant l’apparence sensible et non suivant la matière

« par exemple on ne dit pas de la statue qu’elle est airain ni de la pyramide qu’elle est cire, ni du lit qu’il est bois ; mais par paronymie, que l’une est en airain, l’autre en cire et l’autre en bois ».

21Une œuvre sera qualifiée du résultat de son altération, lisible ou illisible.

  • 11  Aristote, Physique, Livre VI, chapitre 6, p.54

 « Nous qualifions directement la chose qui a pâti ou qui est altérée : de l’airain et de la cire nous disons qu’il sont humides, chauds, durs, mous, d’un mur, d’une couche picturale on dira qu’ils sont poudreux, illisibles … dénommant la matière  de la même façon que l’affection…..Par suite, si pour la figure et la forme on ne dénomme pas le sujet engendré par la matière où est la figure alors qu’on le fait pour les affections et les altérations, ces générations là on le voit, ne peuvent pas être des altérations. »11

22Dès lors dans le changement par contradiction, il n’y aura pas non plus de difficulté, et c’est, il me semble ici,  que la conscience intervient, car elle observe et mémorise la succession des instants de changements accomplis jusqu’au terme souhaité de la restauration.

Fig. 3 Ancienne église carolingienne de Cravant-les-Côteaux

Fig. 3 Ancienne église carolingienne de Cravant-les-Côteaux

Mise à jour de la peinture murale sur la voûte de la croisée de transept. Détail du visage de Saint Léger. Changement d’état accompli, après enlèvement du badigeon de recouvrement.

Cliché G.Reille-Taillefer

L’intelligence raisonnée de la conscience

23Pour Aristote,

  • 12  Aristote, Physique, Livre VI, chapitre 6, p.54

« Il n’y a pas génération de l’utilisation et de l’acte de science à moins de penser qu’il y a génération de la vision et du toucher et que l’acte d’intelligence ressemble à ceux-là. Mais l'acquisition originelle de la science ne peut passer pour une génération, puisque nous ne concevons la science et la réflexion dans l'intelligence que comme un repos et un temps d'arrêt, car c’est par l’apaisement de l’âme après l’agitation naturelle qu’un sujet est engendré prudent et connaissant. »12

24Ainsi il est intéressant de noter qu’Aristote, contrairement à Bergson, relie dès le concept la science et la réflexion dans un lien d’apprentissage par le repos, par une forme de quiétude : on remarquera qu’il insiste sur la conception de la science et de la réflexion dans l’intelligence, à entendre par là l’intelligence raisonnée de la conscience.

La conscience est anticipation de l'avenir

25Soutenues par ces deux approches, la science et la conscience s’interpénètrent.   Consciente que l’esprit de tout être humain, quel que soit le sujet de ses réflexions, analyse ce qui est, à la lumière de ce qui a été, en essayant de le restaurer dans ce qui sera, je déduirai dans une démarche bergsonienne que

« Toute conscience est anticipation de l'avenir ».

26L’anticipation vérifiée par le recul, l’attention, l’attente de la réaction du sujet devient scientifique parce qu’analysée pas à pas à chaque étape du changement.

  • 13  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

« L'attention » en restauration prendra donc la forme d’« une attente, et il n'y a pas de conscience sans une certaine attention à la vie. » 13

27 « Retenir ce qui n'est déjà plus » relever et se souvenir précisément de l’état d’une œuvre avant intervention, tout en anticipant sur ce que l’œuvre pourra devenir c’est-à-dire

  • 14  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

« anticiper sur ce qui n'est pas encore, voilà donc la première fonction de la conscience. Il n'y aurait pas pour elle de présent, si le présent se réduisait à l'instant mathématique. »14

28C’est ainsi que la conscience complète l’analyse scientifique : le regard et la mémoire du restaurateur consignent plus de données complémentaires qu’un relevé photographique et/ou graphique ne pourront jamais restituer.

29On conclura donc à la suite de Bergson :

  • 15  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.10

« la conscience est un trait d'union entre ce qui a été et ce qui sera, un pont jeté entre le passé et l'avenir »15

Fig. 4 Cathédrale Saint Gatien de Tours

Fig. 4 Cathédrale Saint Gatien de Tours

Restauration des peintures murales de la chapelle des enfants de Charles VIII. Intervention raisonnée conservant lisible l’histoire matérielle de l’œuvre, entre passé et avenir.

Cliché G.Reille-Taillefer

Le choix raisonné et scientifique

  • 16  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.12

« Si, comme nous le disions, la conscience retient le passé et anticipe l'avenir, c'est précisément, sans doute, parce qu'elle est appelée à effectuer un choix : pour choisir, il faut penser à ce qu'on pourra faire et se remémorer les conséquences, avantageuses ou nuisibles, de ce qu'on a déjà fait ; il faut prévoir et il faut se souvenir.» 16

30J’ajouterai que dans notre sujet, il faut expérimenter de manière raisonnée et scientifique.

  • 17  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.13

« Dans des conditions déter­minées, la matière se comporte de façon déterminée, rien de ce qu'elle fait n'est imprévisible : si notre science était complète et notre puissance de calculer infinie, nous saurions par avance tout ce qui se passera dans l'univers matériel inorganisé, dans sa masse et dans ses éléments, »17

31Et effectivement, nous, conservateurs-restaurateurs, intervenons sur des œuvres créées par des artistes qui ont travaillé la matière dans des conditions déterminées, de manière à lui apporter la texture et la qualité esthétique la plus parfaite, suivant leur projet et parfois avec une rigueur scientifique très élaborée.

  • 18  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.13
  • 19  Aristote, Physique, Livre VII, chapitre 3, p.80

32Puis cette œuvre a évolué dans le temps, suivant les successions de changement d’états qui correspondent à ce que Bergson appelle « le mouvement imprévisible et libre de la vie »18 et Aristote « la génération de l’altération »19.

33L’action première du restaurateur sera sans doute bergsonienne suivant le principe selon lequel

  • 20  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.13

« L'être vivant choisit ou tend à choisir »20

34Dans chaque acte, chaque préconisation, dans un monde où tout est déterminé, une zone d'indétermination persiste. Comme la préparation de ce qui sera ne peut se faire que par l'utilisation de ce qui a été, la restauration s'emploiera dès le début à conserver le passé et à anticiper sur l'avenir, dans une durée où passé, présent et avenir empiètent l'un sur l'autre et forment une suite continue d’instants. Cette mémoire et cette anticipation sont la conscience même -et c'est pourquoi, en droit sinon en fait, nous pouvons dire que la conscience est coextensive à la pratique scientifique raisonnée.

35Conscience et science après s’être présentées comme des formes antagonistes, deviennent complémentaires. La science est matière, rigide et rationnelle, logique et mathématique, elle appartient au déterminisme, la conscience est élastique et analyse de la mémoire.

Fig. 5 Conscience du changement d’état

Fig. 5 Conscience du changement d’état

Observation à la loupe numérique (x60) de la surface picturale en cours de dégagement. Disparition du badigeon de recouvrement, mise en lumière de la matière picturale mémorisée scientifiquement.

Cliché G.Reille-Taillefer

36Je vois dans l'évolution de mes pratiques de restauration, une conscience de plus en plus aiguë de la matière, passant par l’expérience de ma propre vie et des différentes réactions des œuvres, suivant leurs techniques et les conditions matérielles de leur conservation.

La tension de la durée d'un être conscient 

37Pour répondre à l’interrogation de Bergson, la restauration idéale pourrait être définie comme une impression de traversée de la matière par la conscience, appliquant à chaque instant un effort pour libérer, à force d'ingéniosité et d'invention, de recherche scientifique, l’essence et l’unicité présente dans l’œuvre, depuis le geste créateur de l’artiste.

38Elle opère par deux opérations successives - le diagnostic qui

  • 21  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.26

« par un travail de contrac­tion ramasse en cet instant unique le nombre incalculable de petits événe­ments que la matière accomplit, et qui résume d'un mot l'immensité d'une histoire » puis l’intervention qui devra libérer en un temps donné, « dans la direction choisie, une énergie que la matière a accumulée pendant longtemps » 21

39On pourrait également envisager le problème de la conscience de la restauration en admettant que la conscience est l’inverse de la matière. En poursuivant dans la logique bergsonienne, on pourrait ajouter et déclarer arbitrairement que la restauration uniquement scientifique se rapprocherait d’un réalisme « scientifique avant tout » soucieux d’authenticité du détail ainsi que de vérité mathématique et chimique : ce qui conduirait par excès à l’oubli de l’existence de l’intégrité artistique de l’œuvre. Et à l’opposé, on pourrait défendre que la restauration basée uniquement sur la conscience se rapprocherait d’un idéalisme historique, et conduirait, par souci de restitution d’un art idéal, à tous les abus d’interprétation.  

40Je reprendrai avec Bergson :

  • 22  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.120

« L'idée que, pour passer du point de vue (idéaliste) de la représentation au point de vue (réaliste) de la chose en soi, il suffit de substituer à notre représentation imagée et pittoresque cette même représentation réduite à un dessin sans couleur et aux relations mathématiques de ses parties entre elles. Hypnotisés, pour ainsi dire, par le vide que notre abstraction vient de faire,  nous acceptons la suggestion de je ne sais qu'elle merveilleuse signification inhérente à un simple déplacement de points matériels dans l'espace, c'est-à-dire à une perception diminuée, alors que nous n'aurions jamais songé à doter d'une telle vertu l'image concrète, plus riche cependant, que nous trouvions dans notre perception immédiate. »22

41 Il apparaît donc clairement que science et conscience sont inséparables et complémentaires,  et il est bien évident que sans analyse et connaissance scientifique de la matière, toute intervention en conscience est impossible et réciproquement, toute intervention scientifique pour qu’elle soit parfaitement justifiée doit être effectuée en conscience, c’est-à-dire concourir à l’existence d’une réalité artistique intemporelle, tout en restant historique.  Je citerai ici une réflexion de  Georges Brunel devant une restauration en cours « Mais n’oubliez pas, il faut tout de même qu’à la fin ce soit beau ! » ce qui sous-entendait, n’oubliez pas l’existence de l’œuvre derrière votre intervention, et si vous intervenez sur cette œuvre c’est pour qu’elle retrouve non seulement une lisibilité, mais bien sûr aussi l’intégrité artistique qui fait sa beauté.

  • 23  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.121

42J’ajouterai que sans la conscience, seule capable de relier et de temporiser les deux représentations, « Tout ce qu'on aura dit du rapport du cerveau à la représentation dans un idéalisme pittoresque, » une restauration idéalisée et rêvée, « qui s'arrête aux représentations immédiates encore colorées et vivantes »  s'appliquera de la même manièreà une restauration uniquement scientifique « à un idéalisme savant, où les représentations sont réduites à leur squelette mathématique » 23

43C’est donc sur la question du but de la restauration « rendre lisible l’œuvre et lui rendre son intégrité artistique qui fait sa beauté» que se rejoignent les philosophies du réalisme scientifique et de l’idéalisme, et je pense que c’est ici qu’intervient la conscience dans son rôle de mémoire et de comparaison, seule possibilité de réunir les deux philosophies.

Haut de page

Notes

1  Aristote, Physique, texte établi et traduit par Henri Carteron, Paris, édition des Belles Lettres, 1990.Une traduction on-line de cette oeuvre d’Aristote est disponible via Wikisource: Physique d'Aristote ou Leçons sur les principes généraux de la nature. Tomes I et II / trad. en français pour la première fois et accompagnée d'une paraphrase et de notes perpétuelles par J. Barthélemy Saint-Hilaire, Paris, A. Durand, 1862 http://fr.wikisource.org/wiki/Physique

2  Une version on-line de cet ouvrage est disponible via Wikisource : H.BERGSON, L’Énergie spirituelle, essais et conférences, 1919, http://fr.wikisource.org/wiki/L’Énergie_spirituelle. L’auteur du présent article s’est basée sur la version éditée numériquement par Gemma PAQUET, d’après l’édition de 1959 des PUF (collection Bibliothèque de philosophie contemporaine) (on line, 15 septembre 2011) http://classiques.uqac.ca/classiques/bergson_henri/energie_spirituelle/energie_spirituelle.html

3  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

4 H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

5  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

6  Aristote, Physique, livre IV, chapitre 12, p. 155

7  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

8  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

9  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

10  Aristote, Physique, livre VI, chapitre 5, p.50

11  Aristote, Physique, Livre VI, chapitre 6, p.54

12  Aristote, Physique, Livre VI, chapitre 6, p.54

13  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

14  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.9

15  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.10

16  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.12

17  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.13

18  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.13

19  Aristote, Physique, Livre VII, chapitre 3, p.80

20  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.13

21  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.26

22  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.120

23  H.BERGSON, L’énergie spirituelle, Paris, PUF, 1959, p.121

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Toute conscience est mémoire 
Légende Mise à jour d’un décor peint sur chapiteau. Cravant-les-Côteaux
Crédits Cliché G.Reille-Taillefer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 2 Peintures murales déposées de l’ancienne église Saint Epvre
Légende Nancy, Musée Lorrain, XVIe siècle. Essais d’allègement de vernis bruni et chanci.  « Le fait de quitter est une suite du fait de changer » En modifiant la matière de recouvrement l’œuvre quitte l’état d’illisibilité.
Crédits Cliché G.Reille-Taillefer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 3 Ancienne église carolingienne de Cravant-les-Côteaux
Légende Mise à jour de la peinture murale sur la voûte de la croisée de transept. Détail du visage de Saint Léger. Changement d’état accompli, après enlèvement du badigeon de recouvrement.
Crédits Cliché G.Reille-Taillefer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 4 Cathédrale Saint Gatien de Tours
Légende Restauration des peintures murales de la chapelle des enfants de Charles VIII. Intervention raisonnée conservant lisible l’histoire matérielle de l’œuvre, entre passé et avenir.
Crédits Cliché G.Reille-Taillefer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 5 Conscience du changement d’état
Légende Observation à la loupe numérique (x60) de la surface picturale en cours de dégagement. Disparition du badigeon de recouvrement, mise en lumière de la matière picturale mémorisée scientifiquement.
Crédits Cliché G.Reille-Taillefer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Reille-Taillefert, « Science et conscience de la restauration d’Aristote à Bergson », CeROArt [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://ceroart.revues.org/2253

Haut de page

Auteur

Geneviève Reille-Taillefert

Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, Geneviève Reille-Taillefert a suivi les cours de l’École du Louvre,de l’Institut National du Patrimoine  et reçu l’habilitation pour la restauration des biens faisant partie des collections des Musées de France. Spécialisée dans la conservation-restauration des peintures murales, elle a participé à de nombreux chantiers d’envergure en France et au Luxembourg notamment. Elle vient de publier un ouvrage remarqué sur le sujet : Geneviève Reille-Taillefert, Conservation-restauration des peintures murales de l’Antiquité à nos jours, Paris, Eyrolles, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org