Navigation – Plan du site
Coup de projecteur

Découverte et restauration de peintures murales gothiques du XIIIe siècle à la Cathédrale de Chartres

Geneviève Reille-Taillefert

Résumés

En octobre 2010, à l'occasion des travaux de nettoyage des premières travées de la nef de la cathédrale de Chartres, des peintures murales ont été découvertes dans les baies hautes. L'article décrit des opérations de nettoyage et consolidation qui ont converti les contraintes du chantier en atouts, et offre un aperçu des résultats.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Jean-Baptiste-Antoine Lassus (1807-1857), architecte français, historien de l’architecture médiéva (...)
  • 2  Ces baies aveugles donnent sur les tours du massif occidental de la cathédrale et  appartiennent à (...)
  • 3  Elles ne portent aucune trace de restauration antérieure

1La découverte, à la Cathédrale de Chartres, de peintures murales gothiques datées du début du XIIIe siècle est exceptionnelle à plus d’un titre. En effet, on pensait avoir depuis longtemps découvert tous les secrets de cet édifice (largement restauré par Jean-Baptiste Lassus1 et ses successeurs), d’autant que le bâtiment est soumis à l’étude constante d’archéologues et d’historiens. Pourtant, en octobre 2010, à l'occasion de travaux de nettoyage des premières travées, des peintures murales jusque-là ignorées ont été décelées sur les baies hautes2 lors du montage des échafaudages. Situées dans les roses murées des intrados donnant sur les tours Nord et Sud, ce sont en fait des trompe-l’œil destinés à simuler la présence de vitraux. Bénéficiant de leur situation inaccessible, ces peintures nous sont parvenues dans leur état d’origine3, à peine occultées par un badigeon de recouvrement ancien, un empoussièrement séculaire et malgré les altérations occasionnées par des pulvérulences actives.

2Une étude préalable de l’ensemble, réalisée en décembre 2010, a été diligentée par la Conservation Régionale des Monuments Historique et l'architecte en chef des Monuments Historiques. Après un nouvel appel d'offres, les travaux de mise à jour, traitement  et  restauration ont été réalisés pendant les mois de mai et juin 2011 : ils sont encore en observation jusqu'à fin novembre de cette même année.  

Fig. 1 Situation des peintures murales récemment découvertes

Fig. 1 Situation des peintures murales récemment découvertes

Plan de la cathédrale de Chartres. En rose sur le plan, l’emplacement des peintures murales gothiques (datées entre 1200 et 1235) : elles sont situées dans les roses aveugles des intrados donnant sur les tours Nord et Sud.

3La restauration de ces peintures murales a été commanditée et suivie par Monsieur Jean-Pierre Blin, conservateur régional des Monuments Historiques de la région centre.  Elle fut réalisée sous  la maîtrise d’œuvre de Monsieur Patrice Calvel, Architecte en Chef des Monuments Historiques en lien avec Madame Irène Jourd’heuil, conservatrice des Monuments Historiques,  Monsieur Pascal Chauveau et enfin avec le concours des Laboratoires de Recherche des Monuments Historiques et du C2RMF.

4Le délai d’intervention a été conditionné par l’insertion du projet à l’intérieur d’un chantier de restauration très avancé. Paradoxalement, la contrainte du temps compté, avec des délais d’intervention rapides et très courts, nous a conduits à adopter une méthodologie basée sur l’utilisation du temps comme facteur thérapeutique déterminant. L’enjeu était, dans ces délais très brefs, de créer une réserve archéologique picturale des modèles décoratifs,  des sujets et des techniques de peinture employées au début du XIIIe siècle, par la mise à jour et la conservation en lisibilité des couches picturales et des motifs.

Fig. 2 Rose Sud de la deuxième travée de la nef

Fig. 2 Rose Sud de la deuxième travée de la nef

Vue générale de la peinture murale avant intervention. On devine la silhouette du Roi David assis sur un trône

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 3  Rose Sud, deuxième travée de la nef

Fig. 3  Rose Sud, deuxième travée de la nef

La peinture murale du Roi David, après intervention

Crédit G. Reille-Taillefert

Description et état sanitaire

5L’ensemble des peintures murales était en grande partie occulté par un badigeon de recouvrement datant vraisemblablement de la fin de l’époque gothique.  Celui-ci est altéré et dégradé et laisse apparaître par endroits la couche picturale. Sur le mur Nord, les intempéries et le ruissellement de l’eau ont provoqué un lavage des couleurs, une érosion de la couche picturale et de la couche de préparation. Seules les gravures de construction des tracés préparatoires restent décelables.

Rose du Roi David - Deuxième travée Sud

6La première peinture identifiée est située sur la deuxième travée du mur Sud. Malgré l’empoussièrement, la forme d’un personnage et de tracés préparatoires d’une construction géométrique de rosace étaient visible avant intervention. Il s’agit d’un personnage couronné assis sur un trône et portant un sceptre dans la main droite indiquant son rang royal. Nous l’avons très rapidement identifié comme étant le roi David, d’une part en raison de ses attributs, d’autre part à cause de la proximité de la baie de l’arbre de Jessé sur le mur occidental. Il est inséré dans le centre d’une rose à huit pétales, répartis de manière symétrique suivant les diagonales et les horizontales gravées à partir du centre.

Fig. 4 Avant intervention

Fig. 4 Avant intervention

Détail du visage du Roi

Crédit G. Reille-Taillefert

Rose du Roi au Rebec - Première travée Sud

  • 4  Visible après dégagement

7Occultée par le badigeon, une deuxième peinture murale, située sur la première travée du mur Sud, laisse également deviner un personnage4 assis sur un trône et jouant d’un rebec posé verticalement sur ses genoux. Il tient un archet de couleur jaune dans la main droite. Le personnage est placé au centre d’un décor peint de rose reprenant la structure des vitraux de la nef, entourés de huit pétales entre lesquels sont inscrits huit quadrilobes gravés. L’ensemble de la rose mesure 3 mètres de diamètre.

8La lecture du motif était très difficile en raison d’une part des très nombreuses matières en dépôt superficiel mêlées à la couche picturale et, d’autre part, des pertes de matière du support de la couche picturale, mettant à jour l’appareillage de pierre dans toute la partie supérieure de la peinture murale.

Fig. 5  Le roi au rebec avant intervention

Fig. 5  Le roi au rebec avant intervention

Vue rapprochée. Badigeon de recouvrement : la couche picturale apparait par endroits.

Crédit G. Reille-Taillefert

 Fig. 6  Vue rapprochée du badigeon de recouvrement

 Fig. 6  Vue rapprochée du badigeon de recouvrement

  Écaillage de la surface et pulvérulence des différentes couches picturales, mêlées à la poussière.

Crédit G. Reille-Taillefert

Roses Nord : des motifs difficilement décelables

9Sur les roses du mur Nord, l’empoussièrement très important ne permet pas de voir un quelconque motif sous-jacent. Seules les traces de construction du motif en forme de rose à huit lobes suggèrent l’existence d’une peinture murale.

Fig. 7 Rose Nord avant intervention

Les tracés préparatoires visibles indiquent seuls la présence d’une peinture murale.

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 8 Relevé du tracé préparatoire

Fig. 8 Relevé du tracé préparatoire

Ce tracé est visible sur les peintures coté Sud et Nord.

Crédit G. Reille-Taillefert

Analyses étiologiques et diagnostic

10L’observation à la loupe numérique nous a permis de confirmer la pulvérulence des couches picturales (couche picturale originale et badigeon de surface) mêlée aux matières déposées (crasses et poussières), aux sels et aux micro-organismes.

Fig. 9 Observation à la loupe numérique (X60) de la surface picturale (mur Sud, 2e travée)

Fig. 9 Observation à la loupe numérique (X60) de la surface picturale (mur Sud, 2e travée)

On notera la pulvérulence des couches picturales mêlées aux matières déposées

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 10 observation à la loupe numérique (X200) de la surface picturale (mur Sud, première travée)

Fig. 10 observation à la loupe numérique (X200) de la surface picturale (mur Sud, première travée)

On note distinctement des cristaux de sels mêlés à de la poussière

Crédit G. Reille-Taillefert

11L’analyse des prélèvements effectués in situ a permis de mettre en évidence la présence très importante de sels de surface ainsi que la présence de chaux dans la composition de la couche picturale et du support.La couche picturale d’origine, apparaissant par endroits, a été appliquée sur une couche de préparation épaisse, reposant directement sur l’appareillage en pierre

Fig. 11  Observation à la loupe numérique (X200) d’un prélèvement

Fig. 11  Observation à la loupe numérique (X200) d’un prélèvement

Le prélèvement a été effectué dans une couche picturale violette d’un motif décoratif d’un lobe de la Rose du Roi David (2ème travée Mur Sud)

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 12 Coupe stratigraphique

Fig. 12 Coupe stratigraphique

Le même prélèvement violet, la coupe met en évidence sous le glacis violet de surface, la présence de couche picturale rouge appliquée sur un fond blanc reposant sur une couche de préparation oxyde rouge appliquée sur un badigeon épais enrichi de sable

Crédit G. Reille-Taillefert

12Les analyses in situ du Ph et des sels par réactifs nous ont permis de confirmer la présence d’une grande quantité de sels solubles (de nitrates, de sulfates) et de sels insolubles (carbonates). Le Ph de la surface picturale est légèrement acide (6,5).

13Des analyses par Terahertz ont été effectuées par le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques sous la conduite de Vincent Detalle et une spectrocolorimétrie est en cours par Stéphanie Duchêne (LRMH).

14Des coupes stratigraphiques des prélèvements ont enfin été effectuées dans nos laboratoires, afin de déterminer la composition de la couche picturale et du support. Elles ont été accompagnées par les analyses complémentaires par réactifs et thermoréaction. Les réactions positives à la Fushine nous ont permis de déterminer que la couche picturale avait été réalisée à la détrempe avec un liant protéique.

15Le développement de micro-organismes a été causé par des infiltrations répétées d’humidité, provoquant leur multiplication dans le liant protéique du badigeon de recouvrement et de la couche picturale.

Complexité des  premières interventions de dépoussiérage et de consolidation

16Avant intervention, il fut décidé en accord avec monsieur Patrice Calvel, Architecte en Chef des Monuments Historiques, monsieur Jean-Pierre Blin, conservateur Régional des Monuments Historiques et madame Irène Jourd’heuil, Conservatrice des Monuments Historiques et du LRMH, de privilégier avant tout la mise à jour et la conservation de la couche picturale originale.

Dépoussiérage

17L’extrême sensibilité mécanique et chimique a complexifié l’opération de dépoussiérage. Il  était impossible de procéder à un allègement de poussière par les moyens mécaniques (à la brosse douce, au wishab ou par aspiration) car ces procédés se révélaient trop abrasifs pour la couche picturale.  D’autre part il nous semblait très dangereux d’opérer une préfixation de la couche picturale avant dépoussiérage.  En effet, nous le savons par expérience,  les premiers refixages de peintures à la détrempe sont définitifs et souvent irréversibles, car ils provoquent un changement d’état de la couche picturale (passant de l’état poudreux à l’état solide). Ils auraient dans ce cas lié irrémédiablement les éléments entremêlés, c’est-à-dire couches picturales, poussières et crasse.

18Nous avons donc cherché prioritairement une solution qui permettrait de mettre à jour la couche picturale originale par un enlèvement de la poussière de surface. Dans cette perspective, il nous a semblé qu’un moyen électrostatique serait le meilleur. L’ouate présentant cette propriété naturelle,  nous avons procédé au dépoussiérage par l’utilisation de tampon d’ouate passé à un centimètre de la couche picturale, sans frottement, ce qui par effet électrostatique a emporté l’importante couche de poussières sans provoquer de perte de matière picturale : nous avons répété cette opération en changeant régulièrement de tampon dès qu’il avait emprisonné les matières poussiéreuses.

Premiers traitements

19Une fois l’épaisse couche de poussière enlevée, nous avons pu commencer les premiers traitements en appel des  sels et des micro-organismes, ainsi que des matières restant déposées en surface.

20Tout d’abord, il s’agissait de faire passer la couche picturale de l’état poudreux à l’état solide. En raison de la composition de la couche picturale (pigments, chaux et liant protéique très dégradé) il nous a semblé que la stabilisation de la couche picturale devait être effectuée étape par étape.

21Ayant observé que le liant non protéique (carbonate de calcium de la chaux) pouvait être régénéré par humidification, nous avons tenté le traitement par application de compresses de papier japon et d’eau distillée laissées en place, jusqu’à séchage et dépose naturelle. Puis nous avons recommencé avec de l’eau forte.

22Le résultat a été positif puisqu’il est apparu que non seulement le feuil de la couche picturale se reformait naturellement, mais également le feuil du badigeon de recouvrement. Cette méthode, très efficace pour l’extraction des sels a permis non seulement une dépose des sels solubles présents dans la couche picturale, mais également celle d’une grande partie des crasses superficielles subsistantes.

Fig 13 Mur Sud, 2e travée, rose du Roi David. Détail du traitement

Fig 13 Mur Sud, 2e travée, rose du Roi David. Détail du traitement

Après séchage naturel, les papiers japon se déposent naturellement, entraînant sels et crasses.

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig 14 Mur Sud, 2e travée, rose du Roi David. Détail après traitement

Fig 14 Mur Sud, 2e travée, rose du Roi David. Détail après traitement

Etat de la surface après traitement. Les couches picturales et le badigeon de recouvrement sont reformés naturellement et différenciables.

Crédit G. Reille-Taillefert

23L’observation à la loupe numérique a confirmé la consolidation naturelle de la couche picturale par recomposition naturelle du feuil et la diminution très sensible de la pulvérulence.  En parallèle, les analyses ont permis de confirmer la disparition des sels et un retour à la neutralité du pH. La couche picturale et le badigeon de recouvrement sont reformés et désormais dissociables.

Fig 15 Vue à la loupe numérique (X60)

Fig 15 Vue à la loupe numérique (X60)

État de la surface après traitement

Crédit G. Reille-Taillefert

Consolidation et mise à jour des motifs

24Afin d’activer en profondeur la régénération des feuils, nous avons décidé de procéder à un renforcement de l’action, par application, au travers de compresses de papier japon, de liant acrylique en solution à 3% dans de l’eau distillée. Les compresses ont été appliquées une par une puis enlevées dans le même temps.

Fig. 16  La rose du Roi David après traitement en consolidation

Fig. 16  La rose du Roi David après traitement en consolidation

Vue d’ensemble. La consolidation a permis l’enlèvement du badigeon de recouvrement et la mise à jour de la matière picturale originale.

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 17 La rose du Roi au rebec après traitement en consolidation

Fig. 17 La rose du Roi au rebec après traitement en consolidation

On notera, malgré la régénération, l’absence du visage.

Crédit G. Reille-Taillefert

25La stabilisation du feuil en profondeur a eu pour conséquence une régénération naturelle des différentes strates de couches picturales, permettant d’envisager la dissociation du badigeon de recouvrement et de la couche picturale originale par moyen mécanique (scalpel).

  • 5  La lyre est le signe distinctif du roi David

26L’observation sous UV a permis de mettre en évidence les motifs jusque-là illisibles de la couche picturale. Sur la rose du Roi David, l’observation sous UV a révélé les détails de la couche picturale affleurante,  les traits du visage du personnage et différents glacis sur la robe. D’autre part, elle  nous a permis de confirmer l’identification du personnage par la reconnaissance claire d’un motif de lyre5 et des cordes de l’instrument.

Fig. 18  Observation sous UV. Détail de la lyre du Rois David

Fig. 18  Observation sous UV. Détail de la lyre du Rois David

Lisibilité par fluorescence des cordes de l’instrument.

Fig. 19  Observation sous UV. Détail du visage du Roi David

Fig. 19  Observation sous UV. Détail du visage du Roi David

Les traits du Roi David apparaissent clairement

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 20  Observation sous UV. Détail du buste du Roi David.

Fig. 20  Observation sous UV. Détail du buste du Roi David.

Le détail du drapé.

Crédit G. Reille-Taillefert

27Après dégagement, nous avons cependant relevé une usure importante de la couche picturale par érosion naturelle, due à la circulation de l’air sur les reliefs ainsi que l’érosion classique des joints d’appareillage.

Un travail dans le temps

  • 6  Nous avions déjà tenté cette expérience sur les peintures gothique de l’église St Pierre et Paul d (...)

28Il est important ici de revenir sur la possibilité de retrouver la lisibilité d’un motif disparu ou très peu visible en laissant agir dans le temps les consolidations effectuées et en les gardant en observation.6 Confrontés aux faibles matières picturales subsistantes sur les roses du mur Nord, nous avons tenté l’expérience de procéder à des refixages hebdomadaires réguliers. L’observation a  permis de suivre les changements successifs initiés par le traitement en consolidation. La régénération progressive naturelle des différentes strates et particulièrement de la couche superficielle a engendré la réactivation des zones pigmentées et une identification les motifs disparus.

Révélation du motif du Joueur de violon après consolidation

29Sur la première travée du mur Nord la régénération naturelle de la matière a d’abord permis de déceler des traces de couleur, puis des ombres et lumières et enfin des tons. Environ un mois après consolidation, un personnage jouant du violon est devenu plus clairement visible.

Fig. 21  Mur Nord, première travée

Fig. 21  Mur Nord, première travée

Le motif du musicien, un mois après consolidation

Crédit G. Reille-Taillefert

Sous lumière Infra-Rouge, les traits du visage sont décelables.

Fig. 22  Mur Nord, première travée

Fig. 22  Mur Nord, première travée

Observation sous infrarouge : détail du visage

Crédit G. Reille-Taillefert

Révélation d’un motif sur la deuxième rose Nord

30Les refixations successives ont permis après quatre mois la régénération de la couche picturale. Celle-ci a permis de discerner et interpréter le motif central historié de la rose. Il s'agit vraisemblablement d'un personnage assis de profil jouant d'un orgue. La lisibilité des structures et de leur couleur ainsi que quelques motifs décoratifs des lobes de la rose sont plus clairement lisibles.

Fig. 23  Mur Nord , deuxième travée

Fig. 23  Mur Nord , deuxième travée

Vue d’ensemble du quatrième motif révélé. on discerne se détachant en blanc sur le fond coloré la silhouette d’un personnage de profil, assis devant un clavier d’orgue.  

Crédit G. Reille-Taillefert

Restauration de la couche picturale

31En raison de leur situation à trente mètres de hauteur, aucune restitution des motifs figuratifs n’a été envisagée ; cependant nous avons recherché à rendre une meilleure lisibilité à la structure, par harmonisation des fonds et des structures en raccord avec la couche picturale originale.

32Les tracés ont été relevés par légers glacis d’aquarelle. Soucieux de conserver l’œuvre dans un état le plus proche possible de celui de sa découverte archéologique, notre intervention a été extrêmement réservée. Les motifs figuratifs n’ont été restaurés que très ponctuellement par tratteggio.

Fig. 24 Intervention sur la rose du Roi au Rebec

Fig. 24 Intervention sur la rose du Roi au Rebec

Harmonisation des fonds et des structures des motifs

Crédit G. Reille-Taillefert

Conclusion

  • 7  Pour citer Aristote. La citation est  développée dans l’article du même auteur, Geneviève REILLE-T (...)

33L’intervention sur ces peintures murales gothiques a permis de souligner l’importance des premiers gestes du conservateur-restaurateur permettant de quitter le terme initial7 de la dégradation et amorcer un changement vers le champ de la restauration. Plus particulièrement,  nous avons pris en compte l’utilisation du temps comme agent scientifique du principe aristotélicien selon lequel « tout ce qui change aura passé par une infinité de changements accomplis ». L’observation dans le temps du traitement, particulièrement sur les roses Nord a  permis de percevoir cette infinité de changements par la régénération progressive naturelle des différentes strates.

Fig. 25  Mur Sud, deuxième travée après restauration  de la rose du Roi David

Fig. 25  Mur Sud, deuxième travée après restauration  de la rose du Roi David

Vue d’ensemble de la peinture murale après harmonisation des fonds. La restauration picturale des motifs a été effectuée ponctuellement par tratteggio.

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 26  Mur Sud première travée, après restauration du Roi au Rebec

Fig. 26  Mur Sud première travée, après restauration du Roi au Rebec

Vue d’ensemble de la peinture murale. La restauration des structures et des fonds permet de donner une lisibilité au motif.

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 27  Mur Nord première travée, après restauration.

Fig. 27  Mur Nord première travée, après restauration.

Vue rapprochée du motif central de la rose. La mise en valeur du motif a été effectué par harmonisation des fonds.

Crédit G. Reille-Taillefert

Haut de page

Notes

1  Jean-Baptiste-Antoine Lassus (1807-1857), architecte français, historien de l’architecture médiévale, archéologue et bibliophile. Il exerça comme architecte-restaurateur sur de nombreux chantiers (Sainte-Chapelle, Notre-Dame de Paris), et collabora entre autres avec Felix Duban et Viollet-le-Duc. Il fut responsable de plusieurs projets et chargé de mission d’inspection pour les Monuments historiques en Bretagne.

2  Ces baies aveugles donnent sur les tours du massif occidental de la cathédrale et  appartiennent à la partie de l’édifice roman. La construction de la façade Ouest commença à parti de 1140, la flèche Sud (une des premières flèches d’Europe) sera achevée en 1160, la tour Nord ne sera achevée qu’au 16ème siècle.

3  Elles ne portent aucune trace de restauration antérieure

4  Visible après dégagement

5  La lyre est le signe distinctif du roi David

6  Nous avions déjà tenté cette expérience sur les peintures gothique de l’église St Pierre et Paul d’Echternach au Luxembourg

7  Pour citer Aristote. La citation est  développée dans l’article du même auteur, Geneviève REILLE-TAILLEFERT,« Science et conscience de la restauration d’Aristote à Bergson », CeROArt [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 24 novembre 2011. URL : http://ceroart.revues.org/2253

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Situation des peintures murales récemment découvertes
Légende Plan de la cathédrale de Chartres. En rose sur le plan, l’emplacement des peintures murales gothiques (datées entre 1200 et 1235) : elles sont situées dans les roses aveugles des intrados donnant sur les tours Nord et Sud.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 2 Rose Sud de la deuxième travée de la nef
Légende Vue générale de la peinture murale avant intervention. On devine la silhouette du Roi David assis sur un trône
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 3  Rose Sud, deuxième travée de la nef
Légende La peinture murale du Roi David, après intervention
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 4 Avant intervention
Légende Détail du visage du Roi
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 5  Le roi au rebec avant intervention
Légende Vue rapprochée. Badigeon de recouvrement : la couche picturale apparait par endroits.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre  Fig. 6  Vue rapprochée du badigeon de recouvrement
Légende   Écaillage de la surface et pulvérulence des différentes couches picturales, mêlées à la poussière.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Les tracés préparatoires visibles indiquent seuls la présence d’une peinture murale.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 8 Relevé du tracé préparatoire
Légende Ce tracé est visible sur les peintures coté Sud et Nord.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 9 Observation à la loupe numérique (X60) de la surface picturale (mur Sud, 2e travée)
Légende On notera la pulvérulence des couches picturales mêlées aux matières déposées
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 10 observation à la loupe numérique (X200) de la surface picturale (mur Sud, première travée)
Légende On note distinctement des cristaux de sels mêlés à de la poussière
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 11  Observation à la loupe numérique (X200) d’un prélèvement
Légende Le prélèvement a été effectué dans une couche picturale violette d’un motif décoratif d’un lobe de la Rose du Roi David (2ème travée Mur Sud)
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 12 Coupe stratigraphique
Légende Le même prélèvement violet, la coupe met en évidence sous le glacis violet de surface, la présence de couche picturale rouge appliquée sur un fond blanc reposant sur une couche de préparation oxyde rouge appliquée sur un badigeon épais enrichi de sable
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig 13 Mur Sud, 2e travée, rose du Roi David. Détail du traitement
Légende Après séchage naturel, les papiers japon se déposent naturellement, entraînant sels et crasses.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig 14 Mur Sud, 2e travée, rose du Roi David. Détail après traitement
Légende Etat de la surface après traitement. Les couches picturales et le badigeon de recouvrement sont reformés naturellement et différenciables.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig 15 Vue à la loupe numérique (X60)
Légende État de la surface après traitement
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 16  La rose du Roi David après traitement en consolidation
Légende Vue d’ensemble. La consolidation a permis l’enlèvement du badigeon de recouvrement et la mise à jour de la matière picturale originale.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 17 La rose du Roi au rebec après traitement en consolidation
Légende On notera, malgré la régénération, l’absence du visage.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 18  Observation sous UV. Détail de la lyre du Rois David
Légende Lisibilité par fluorescence des cordes de l’instrument.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 19  Observation sous UV. Détail du visage du Roi David
Légende Les traits du Roi David apparaissent clairement
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 20  Observation sous UV. Détail du buste du Roi David.
Légende Le détail du drapé.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 21  Mur Nord, première travée
Légende Le motif du musicien, un mois après consolidation
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 22  Mur Nord, première travée
Légende Observation sous infrarouge : détail du visage
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 23  Mur Nord , deuxième travée
Légende Vue d’ensemble du quatrième motif révélé. on discerne se détachant en blanc sur le fond coloré la silhouette d’un personnage de profil, assis devant un clavier d’orgue.  
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 24 Intervention sur la rose du Roi au Rebec
Légende Harmonisation des fonds et des structures des motifs
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 25  Mur Sud, deuxième travée après restauration  de la rose du Roi David
Légende Vue d’ensemble de la peinture murale après harmonisation des fonds. La restauration picturale des motifs a été effectuée ponctuellement par tratteggio.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 26  Mur Sud première travée, après restauration du Roi au Rebec
Légende Vue d’ensemble de la peinture murale. La restauration des structures et des fonds permet de donner une lisibilité au motif.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 27  Mur Nord première travée, après restauration.
Légende Vue rapprochée du motif central de la rose. La mise en valeur du motif a été effectué par harmonisation des fonds.
Crédits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2200/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Reille-Taillefert, « Découverte et restauration de peintures murales gothiques du XIIIe siècle à la Cathédrale de Chartres », CeROArt [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 28 août 2016. URL : http://ceroart.revues.org/2200

Haut de page

Auteur

Geneviève Reille-Taillefert

Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, Geneviève Reille-Taillefert a suivi les cours de l’École du Louvre, de l’Institut National du Patrimoine  et reçu l’habilitation pour la restauration des biens faisant partie des collections des Musées de France. Spécialisée dans la conservation-restauration des peintures murales, elle a participé à de nombreux chantiers d’envergure en France et au Luxembourg notamment. Elle vient de publier un ouvrage remarqué sur le sujet : Geneviève Reille-Taillefert, Conservation-restauration des peintures murales de l’Antiquité à nos jours, Paris, Eyrolles, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org