Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Randi DANFORTH ed., Preserving Egypt’s cultural heritage, The conservation work of the American Research Center in Egypt, 1995-2005

ARCE, San Antonio, 2010
Bibliographical reference

Preserving Egypt’s cultural heritage, The conservation work of the American Research Center in Egypt, 1995-2005, edited by Randi Danforth, ARCE, San Antonio, 2010, ISBN-10: 0936770279 ISBN-13: 978-0936770277

Full text

1L’ ARCE (American Research Center in Egypt ), créé en 1948 et dépendant de l’United States Agency for International development (USAID), peutfaire état d’une longue implication dans le domaine de la conservation-restauration : il a notamment soutenu la rénovation du laboratoire de conservation du Musée égyptien du Caire, en même temps qu’il y initiait la constitution d’une base de données et d’un nouveau catalogue. En dépit du contexte politique actuellement difficile, l’association continue sa collaboration sur le terrain et  accompagne la formation d’acteurs locaux dans la prise en charge progressive du patrimoine in situ.

2L’ouvrage qui vient d’être publié recense les initiatives menées de 1995 à 2005 ; il donne une juste idée de l’ampleur des tâches accomplies, et  de la variété des problématiques qui se posent. L’introduction est signée par Zabi Hawass, alors en poste au Conseil suprême des Antiquités. Un avant-propos est signé, à titre posthume, de R.K.Vincent Jr, auquel le volume est par ailleurs dédicacé.

3L’ouvrage expose, en cinq parties présentées chronologiquement -Préhistoire et ancienne Égypte, Égypte gréco-romaine, Égypte copte, Caire historique et gestion contemporaine de l’héritage culturel-, les quelques cinquante campagnes entreprises en collaboration avec des chercheurs américains et égyptiens. Chaque partie est préfacée et remarquablement illustrée (photographies, cartes…)

4De l’enceinte cultuelle de Khasekhemwhy, à Abydos, au sarcophage de Ramses VI, des mosaïques de la Villa des oiseaux à l’archéologie sous-marine, de l’église du monastère Saint-Paul à l’inventaire des icônes coptes, en passant par la chaire de la mosquée in al-salih Tala’I ou la réhabilitation d’un ensemble de maisons du XIXe siècle à al-Darb al-Ahmar, c’est un foisonnement de problématiques qui se voient ainsi exposées. Pierre, brique, fresque, en passant par le bois, les tissus, le verre, les objets cultuels, mobiliers, décoratifs, sollicitent la collaboration interdisciplinaire des chercheurs, conservateurs et restaurateurs. Si certains articles se cantonnent à la présentation d’un chantier et aux résultats engrangés, d’autres se révèlent plus fouillés et fournissent des informations exploitables dans d’autres contextes.

5Ainsi, l’article consacré par Michael Jones à la tombe de Seti I dans la vallée des rois analyse l’incidence, sur les peintures murales, des campagnes de restauration antérieures –menées depuis le XIXe siècle ; il fournit nombre d’informations sur les procédés jadis employés, et les ravages qu’ils ont pu causer. De même, Elizabeth S.Bolman, qui a consacré un article au Monastère Rouge (V-VIe S. PCN), près de Sohag en Basse-Egypte, fournit une analyse très détaillée de la campagne de restauration de ce rare édifice copte, témoin exceptionnel de la richesse et brillance chromatique de l’époque. L’auteur se fonde sur les résultats pour se pencher sur la culture visuelle de l’antiquité tardive. Michael Jones pose de son côté le délicat problème du respect de l’authenticité dans la conservation-restauration de l’Église Saint-Antoine. Paolo et Laura Mora lui avaient consacré une visite en 1996, appuyant de leur expertise la discussion sur les interventions projetées ; la problématique est d’autant plus complexe que le monument est toujours en usage, et, note l’auteur, le système de valeurs des différents intervenants entre parfois en conflit.

6Non moins intéressante est la partie consacrée au remarquable héritage du Caire historique : historique étant utilisé, dans la présente publication, pour qualifier la période islamique et médiévale et la distinguer du « vieux Caire », se référant de son côté au passé copte. Jere L.Bacharach, dans son introduction, note que le tremblement de terre de 1992 a attiré l’attention sur les mesures à prendre en faveur d’un trésor architectural jusque-là passablement négligé. Mesures de documentation, de conservation et de restauration ont donc été de pair.

7Ainsi l’article de Nicholas Warner, est-il consacré à une nouvelle cartographie du Caire –celle-ci ayant par ailleurs fait l’objet, en 2005, d’un ouvrage particulier co-publié avec ARCE. William C.S.Remsem énonce quant à lui les principes mis en pratique par EAP dans la documentation du patrimoine culturel cairote : dessins, relevés, photographies, mais aussi Computer Aid Design et photogrammétrie ; Bernard O’Kane détaille les moyens mis en œuvre pour relever le patrimoine épigraphique. Agnieszka Dobrowolska consacre de son côté plusieurs articles à la restauration du patrimoine mobilier (une chaire en bois du XIIIe siècle) ou immobilier (ensembles du XVIIIe s et du XIXe s).

8La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux projets de management et de formation soutenus par l’ARCE, et met l’accent sur les réalisations qu’on pourrait qualifier de philanthropiques, mises en oeuvre par l’association. De la rénovation de salles d’exposition au Musée égyptien (notamment la galerie des joyaux de Toutankhamon) à l’école spécialisée de Memphis ou celle plus récemment ouverte dans le Fayoum, l’ouvrage donne également un bref éclairage sur la rénovation du laboratoire d’Alexandrie et celle du Musée égyptien du Caire.

9Publié avant la révolution qui a balayé l’ancien régime, l’ouvrage a le mérite de rappeler à la fois l’extraordinaire richesse, diversité et fragilité d’un patrimoine qui ne se limite pas aux poncifs touristiques. Le travail réalisé sur le terrain, et en particulier en intégrant des étudiants et des travailleurs locaux aux projets, est un important facteur de conservation-restauration du patrimoine national, mais aussi, un facteur de développement social. On ne peut qu’espérer que la stabilité politique permette de continuer à œuvrer dans ce sens. M.V.B.

Top of page

References

Electronic reference

« Randi DANFORTH ed., Preserving Egypt’s cultural heritage, The conservation work of the American Research Center in Egypt, 1995-2005  », CeROArt [Online], 6 | 2011, Online since 02 June 2011, connection on 25 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2166

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org