Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Cesare BRANDI, Théorie de la restauration

Éditions Allia, Paris, 2011
Référence(s) :

Cesare BRANDI, Théorie de la restauration

Éditions Allia, Paris, 2011. ISBN 978-2-84485-385-1

Texte intégral

1La Teoria del restauro a été publiée pour la première fois par les Edizioni di Storia e Letteratura à Rome, en 1963. Elle connut une seconde parution en 1977, dans la Piccola Biblioteca d’Einaudi à Turin. Sa première traduction intégrale en français a été réalisée par Colette Deroche, et publiée chez Monum (École nationale du patrimoine), à Paris, en 2001.

2Les éditions Allia proposent désormais au lecteur une traduction de Monique Baccelli, dans un petit volume au prix accessible et d’un format très maniable. À notre sens, les deux versions, quoique très différentes, sont complémentaires. L’édition de l’INP présente une introduction remarquable et éclairante de Georges Brunel ; les appendices sont illustrés ; le traducteur a veillé à conserver au-delà de la lettre même, le style très particulier de Cesare Brandi, pétri de références et de néologismes. Ce parti-pris, qui permet à coup sûr de se rapprocher de l’œuvre originale, de sa préciosité, est néanmoins un handicap pour le lecteur qui découvre la pensée du théoricien italien.

3La version proposée par Monique Baccelli se veut de son côté résolument accessible : elle a choisi d’abandonner certains néologismes, de prendre davantage de liberté avec les tournures initiales, ce qui profite à l’intelligibilité du texte. La traduction, plus fluide, met en évidence la rigueur analytique de Cesare Brandi, quelquefois masquée par la rhétorique et le style. L’auteur italien, à la fois juriste et historien de l’art, était l’héritier d’une double formation. La traductice semble faire ici porter l’accent sur la valeur démonstrative, la limpidité de l’argumentaire, caractéristique de la première, au détriment peut-être de la subtilité (parfois byzantine) de l’expression de la seconde.

4Les notes marginales distinguent les contributions de l’auteur de celles de la traductrice : elles référencent les traductions françaises des ouvrages cités. La table reprend les huit chapitres initiaux ainsi que les appendices en sept parties.

5Si la police d’impression nous paraît un point trop petite, elle a le mérite de dégager de larges marges pour les prises de notes et commentaires. Surtout, elle ramène l’ouvrage au format d’un opuscule, ce qui favorise son usage dans le contexte pédagogique et professionnel. Sous forme de manuel, Brandi est ainsi invité à quitter le cadre des bibliothèques spécialisées.

6Quoique la version de Colette Deroche et l’introduction de George Brunel demeurent incontournables pour qui, sans connaître la langue de Dante, cherche à épouser les arcanes de la pensée de Brandi, la présente traduction fournit une approche sans fioritures de la pensée du maître ; moins ésotérique, moins rébarbative, elle est susceptible d’intéresser un plus large public, notamment de praticiens ; elle se présente également comme un outil pédagogique commode, notamment pour une première initiation des étudiants en art ou en architecture à la Théorie de la restauration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Cesare BRANDI, Théorie de la restauration », CeROArt [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 02 juin 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2155

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org