Navigation – Plan du site

Texte intégral

Version française

1Étymologiquement une méthodologie n’est autre qu’un discours (logos) sur la méthode, une science tendant à l’objectiver : elle recense les pratiques, elle les cartographie, tente d’articuler les étapes qui les composent, propose enfin une rationalisation des démarches. Autrement dit, une méthodologie explique –défait les plis- d’une pratique, et l’explicite –dit clairement ce qui, parfois, est tacite-

2L’émergence d’une méthodologie de la restauration fut un processus particulièrement long et difficile : il est d’ailleurs toujours en cours. La pratique de la restauration, cantonnée à l’atelier et à ses secrets, est longtemps demeurée discrète sur ses procédés : parée de l’aura du mystère, elle tendait à la magie voire au « miracle » lorsqu’elle ressuscitait, selon la formule consacrée et néanmoins mythique, la « beauté originale » de l’œuvre. A la fin du XVIIIe siècle, Pietro Edwards, qui rêvait pourtant d’un enseignement public de la conservation-restauration, se refusait encore à divulguer ses méthodes ; toutefois les courants positivistes et scientistes du XIXe siècle accélérèrent un processus inéluctable : la mise sous tutelle de l’art (au sens de technique) de la restauration par la science, laquelle se fit de plus en plus prescriptive.

3Le rôle des laboratoires fut essentiel dans la constitution d’une méthodologie de la restauration : l’approche scientifique des matériaux entraîna celle de leur mise en œuvre, et une volonté d’objectiver (de contrôler ?) les gestes techniques ; les recommandations internationales, et notamment celles d’ICOM, les chartes déontologiques, en particulier ECCO, jouèrent à leur tour un rôle important, en réclamant la constitution de dossiers d’intervention et leur accessibilité. Enfin, la constitution d’un enseignement public de la conservation-restauration, l’harmonisation des formations au niveau national puis international imposa de s’accorder sur les méthodologies, et donc, à les exposer. Ce fut plus souvent le rôle des experts que celui des praticiens.

4Madame Myriam Serck-Dewaide, directrice en fin de mandat de l’Institut Royal du Patrimoine artistique, à Bruxelles, a répondu sans réticence à quelques questions portant sur le thème choisi : « réinventer les méthodologies ». Comment, pour un institut scientifique international, évoluer dans un cadre (y compris architectural) défini en tenant compte des avancées de la science, des technologies de l’information, des mutations de l’enseignement ? Quelle est la part d’évolution, de possible révolution impartie aux grandes Institutions ? Quel est leur rôle dans la constitution et la diffusion des « bonnes » méthodologies ? Ses réponses ne sont pas sans laisser ouverte la question de la politique, -scientifique ou au sens large : la situation actuelle en Belgique laisse en effet planer une ombre sur l’avenir de ce prestigieux Institut.

5Huit auteurs ont contribué à notre dossier et ont exploré tout à tour la muséologie dans ses rapports à la conservation, la pédagogie du rapport d’intervention, et, pour trois d’entre eux, un cas pratique de relevé d’empreinte ; deux articles enfin sont consacrés à la conceptualisation de la restauration.

6Développé au sein de l’ICCROM, le projet RE-ORG propose une méthodologie de réorganisation des réserves muséales. Simon Lambert nous expose les tenants et aboutissants de la recherche, et fournit un exemple d’application par le biais d’une étude de cas solidement documentée : la collection ethnographique Janapada Sampada de l’IGNCA (Indira Gandhi National Centre for the Arts) à New Delhi en Inde. Recherche rigoureuse, modélisation, exemplarité des « bonnes pratiques », diffusion internationale des résultats, mise à disposition des outils, l’auteur illustre la notion même de méthodologie, et son importance dans le développement de démarches concrètes et systématiques.

7Dans son article intitulé Formation à l’élaboration du rapport d’intervention : quelques réflexions sur la méthode pédagogique , Sylvia Païn s’interroge sur les moyens à mettre en œuvre concrètement pour former les restaurateurs demandeurs d’une habilitation, à la rédaction d’un rapport d’intervention. La méthode mise au point consiste à proposer un renversement de perspective et à placer  le restaurateur en position de lecteur, plutôt que de rédacteur. L’approche critique d’un rapport fictif permet de prendre conscience du rôle communicationnel essentiel de ce document et d’améliorer les qualités de rédaction. Après l’exercice, les participants sont invités à corriger leurs propres dossiers, précédemment introduits à l’appui de leur demande d’habilitation. Théorie et pratique sont ainsi étroitement solidarisées.

8Une équipe de trois restaurateurs - Cyril Benoît, Florence Lagger et Noé Terrapon- proposent de leur côté une étude de cas : « réflexion et méthodologie : autour d’une prise d’empreinte en papier ». Ils se sont appliqués à transférer et adapter une méthode usitée en épigraphie, pour relever à des fins documentaires une empreinte de gisant. La question déontologique de la reproduction du bien culturel est posée : la méthode choisie –l’empreinte en papier buvard- est respectueuse de l’objet original et répond à l’objectif initial. Les auteurs documentent précisément le procédé, et les résultats.

9Philosophe de formation, Pierre Leveau postule que si la restauration n’est pas seulement une question de technique, mais aussi de conscience, la philosophie a un rôle à jouer dans le champ épistémologique du patrimoine. Il s’y attelle en s’interrogeant sur l’économie de l’authenticité et en posant la question des modalités de celle-ci dans le champ patrimonial : la restauration est-elle une forme de traduction ? Emprunte-t-elle sa forme ou ses modes de transmission aux réseaux ? L’auteur propose au lecteur un itinéraire qui va du réalisme au constructionnalisme, et appelle l’analogie philologique en appui de sa thèse : historiquement liée aux beaux-arts, puis rattachée aux sciences expérimentales, la vraie place de la restauration est dans le champ des sciences sociales, auxquelles il est permis d’emprunter des méthodologies –du moins sur le plan réflexif.

10Alfredo Vega Cardenas enfin envisage les apports d’une méthodologie transdisciplinaire pour la conservation-restauration. Sa réflexion distingue les concepts d’interdisciplinarité et transdisciplinarité, et porte plus particulièrement sur les difficultés que pose la reproductibilité méthodologique. Pour résoudre celle-ci, il propose que l’objet restaurable devienne « l’unité de connaissance » de la conservation-restauration. La méthodologie proposée est donc ici, comme dans l’article précédent, essentiellement conceptuelle

11Catherine Defeyt et l’équipe du centre européen d’archéométrie esquissent, dans la rubrique coup de projecteur, une approche nouvelle d’une œuvre de Picasso: conjuguant l’expertise de physiciens et de restaurateurs, une méthodologie interdisciplinaire et la collaboration de plusieurs institutions académiques, le projet en cours explore les différentes étapes constitutives du passé de La famille Soler ; les connaissances accumulées à ce sujet nourriront à terme le plan de conservation préventive de cette œuvre exceptionnelle.

12Divers ouvrages, annonces et actualités complètent enfin le présent numéro.

13Son thème très ciblé se voulait introductif à une réflexion plus large : la prochaine publication portera en effet sur « science et conscience en conservation-restauration ». L’appel à contribution est disponible sous cette rubrique. Certaines contributions qui, pour des raisons de timing, n’ont pu finalement prendre place en ces pages, assureront dans le prochain numéro la jonction entre des sujets étroitement apparentés. L’invention ou la réinvention des méthodologies en effet, demeure la condition sine qua non de la transformation de la conservation-restauration en discipline à part entière, légitimement autonome

14Comme signalé dans l’éditorial, les modifications proposées par notre hébergeur, Revues.org, au sein de la plateforme OpenEdition, ne changent rien ni à l’esprit ni à la forme de notre revue CeROArt.  Seuls les formats PDF et epub ne seront plus, désormais, directement accessibles ; ils restent disponibles sur abonnement au bouquet Freemium et, bientôt, en format détachable sur la Librairie de revues.org. Les numéros hors série, tel Horizons ( EGG-2010) paru à l’automne dernier, seront par ailleurs bientôt disponibles sous forme d’e-book. L’appel à articles pour le volume suivant des European graduate generation (EGG-2011) est lancé et concernent les jeunes diplômés des années 2010-2011. Les informations complémentaires sont disponibles sous la rubrique Appel à contributions.

English version

15Etymologically speaking, a methodology is nothing more than a discourse (logos) on method, a science for objectivising it: it lists the practices, it maps them, tries to articulate the stages of which they consist, and finally attempts to rationalise the approaches. In other words, a methodology explains – undoes the folds – of a practice and clarifies it – states clearly what is sometimes tacit.

16The emergence of a methodology of restoration was a particularly long, difficult process, which is in fact still underway. The practice of restoration, confined to the workshop and its secrets, has long been discrete about its practices: shrouded in an aura of mystery, it tended towards magic or even “miracles” when, according to the sacred yet mythical process, it revived the “original beauty” of the work. At the end of the 18th century, Pietro Edwards, who dreamed of the public teaching of conservation-restoration, still refused to divulge his methods; however, the positivist and scientific currents of the 19th century accelerated an inevitable process: putting the art of restoration (in the sense of technique) under the responsibility of science, which became increasingly prescriptive.

17The role of the laboratories was essential in creating a methodology of restoration: the scientific approach to the materials brought about the approach to their implementation and a desire to objectivise (to supervise?) the technical procedures; the international recommendations, particularly those of ICOM and the ethical charters, in particular ECCO, also played an important role, by demanding the creation and accessibility of intervention files. Finally, the start of public teaching of conservation-restoration and the harmonisation of training at a national and then international level required agreement to be reached on methodologies and these methodologies to be stated. This was more often the role of experts than practitioners.

18Mrs Myriam Serck-Dewaide, Director of the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, at the end of her mandate, replied without reticence to several questions on the chosen subject: “reinventing methodologies”. How can an international scientific institute progress in a defined context (including an architectural context), taking into account advances in science, information technologies and changes in education? What is the share of evolution, of possible revolution, allocated to the major institutions? What is their role in the creation and dissemination of “good” methodologies? Her responses leave open the question of policy, whether scientific or in a broader sense: the current situation in Belgium leaves a question mark hanging over the future of this prestigious institute.

19Eight authors have contributed to our dossier and have taken turns to explore museology in its relationships with conservation, the teaching of the intervention file and, for three of them, a practical case of taking impressions; finally, two articles are dedicated to the conceptualisation of restoration.

20Developed within ICCROM, the RE-ORG project provides a methodology for the reorganisation of museums’ reserve collections. Simon Lambert explains the ins and outs of the research to us and provides an example of application through a thoroughly documented case study: the Janapada Sampada ethnographic collection of the IGNCA (Indira Gandhi National Centre for the Arts) in New Delhi, India. Thorough research, modelling, exemplary “good practice”, the international dissemination of the results and making available the tools: the author illustrates the very notion of methodology and its importance in the development of concrete, systematic approaches.

21In her article entitled Training in drafting an intervention file: reflections on the educational method, Sylvia Païn discusses the practical means to be implemented for training restorers requesting accreditation in the drafting of intervention files. The method developed consists of proposing a reversal of perspective and placing the restorer in the position of reader rather than writer. The critical approach to a fictitious report allows participants to become aware of the essential communications role of this document and to improve its quality. After the exercise, participants are invited to correct their own dossiers, submitted previously in support of their accreditation request. Theory and practice are thus closely interlinked.

22A team of three restorers - Cyril Benoît, Florence Lagger and Noé Terrapon- proposes a case study: “reflection and methodology: impression-taking on paper”. They concentrated on transferring and adapting a method used in epigraphy for taking a print from a statue for documentary purposes. This poses the ethical question of the reproduction of cultural property: the chosen method – an impression on blotting paper – respects the original object and fulfils the initial objective. The authors accurately document the process and the results.

23A philosopher by training, Pierre Leveau postulates that if restoration is not just a question of technique, but also of conscience, philosophy has a role to play in the epistemological field of heritage. He does this by discussing the economy of authenticity and by asking the question of its modalities in the field of heritage: is restoration a form of translation? Does it borrow its form or its means of transmission from networks? The author offers the reader a journey from realism to constructionism and calls on the philological analogy in support of his thesis: historically linked to the fine arts, then connected to the experimental sciences, the true place of restoration is in the field of social sciences, from which it is permitted to borrow methodologies – at least reflexively speaking.

24Finally, Alfredo Vega Cardenas envisages the contributions of a cross-disciplinary methodology for conservation-restoration. His reflection distinguishes the concepts of interdisciplinarity and cross-disciplinarity and is more concerned with the problems posed by methodological reproductibility. To resolve this, he proposes that the restorable object becomes “the unit of knowledge” of the conservation-restoration. Thus here, as in the previous article, the methodology proposed is essentially conceptual.

25In the “in the spotlight” section, Catherine Defeyt and the team from the European Centre for Archeometry outline a new approach to a work by Picasso: combining the expertise of physicists and restorers, an interdisciplinary methodology and the collaboration of several academic institutions, the current project explores the different stages which make up the past of The Soler Family; the knowledge accumulated on this subject will eventually feed into the preventive conservation plan for this exceptional work.

26Finally, various works, advertisements and news complete the current issue.

27Its highly targeted theme was intended as an introduction to a wider reflection: in fact, the next publication will focus on “science and conscience in conservation-restoration”. The call for contributions is available in this section. Certain contributions which could not be placed in these pages for reasons of timing will, in the next issue, ensure a link between closely related subjects. In fact, the invention or reinvention of methodologies remains the condition sine qua non of the transformation of conservation-restoration into a legitimately autonomous discipline in its own right.

28As was indicated in the editorial, the modifications proposed by our host, Revues.org, within the OpenEdition platform, do not change anything in either the spirit or form of our CeROArt magazine. Only the PDF and ePub formats will no longer be directly accessible; they will remain accessible on subscription as part of the Freemium package and, soon, in detachable format in the Revues.org bookshop. Special issues, such as Horizons (EGG-2010), published last autumn, will also soon be available in e-book form. A call for articles for the next volume of European Graduate Generation (EGG-2011) has been launched and is aimed at young 2010-2011graduates. Additional information is available in the Call for papers section.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », CeROArt [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 06 juin 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2141

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org