Skip to navigation – Site map
Dossier

Restauration épistémologique 

Vers une méthodologie transdisciplinaire pour la conservation-restauration 
Alfredo Vega Cardenas

Abstracts

The article points out the need for radical change in the methodology of conservation and restoration which is now inadequate to its theoretical framework and its objectives. In relation to the critical restoration constructed and used since the second half of the twentieth century under phenomenological principles, the author proposes a new design methodology called epistemologicalrestoration basis from the transdisciplinary approach to reality.

Top of page

Full text

“Si les faits ne s’accordent pas avec la théorie, alors tant pis pour les faits”

Hegel

Introduction

  • 1  En effet, l’ensemble des principes théoriques et des critères appliqués à la restauration n’ont pa (...)

1On assiste aujourd’hui à un moment clé du développement, en tant que discipline, de la conservation-restauration, pour laquelle les recherches et les enjeux en ce qui concerne son corpus théorique sont définis principalement à partir de deux sources conceptuelles : la première basée sur la théorie de la restauration de C. Brandi, dans laquelle les biens culturels n’ont pas été considérés1 et, la deuxième, constituée par de nouvelles théories de la restauration, appellation récente pour nommer les propositions faites au-delà de l’école brandienne. Bien que l’on puisse actuellement constater que le cadre théorique de la conservation-restauration présente un bagage plus étendu, qui examine d’autres voies de valorisation et de compréhension des biens culturels, aucune solution n’a été donnée, puisque la majorité des efforts sont structurés à partir d’une catégorisation d’objets, au lieu de se submerger dans la vraie question, qui est la conceptualisation de l’objet de restauration.

2Ainsi, face à cette double perspective, nous devons remarquer que l’application « empirique » de la théorie de Brandi comme principe scientifique, voire dogmatique, a eu comme conséquence l’inexactitude méthodologique, la contradiction de principes et critères, et la partialité des processus de compréhension et d’interprétation du bien culturel pendant et après sa restauration.

3Cette application, dans son désir d’établir des principes universels, a provoqué en effet, une rupture entre théorie et praxis qui met en évidence la nécessité de construire un système de référence en contrepartie des catégorisations qui ont d’ailleurs démontré leur inefficacité.

  • 2  BRANDI, C., La restauration : méthode et études de cas, IPN, p. 41-42
  • 3  ibid, p. 43

4C’est pourquoi aujourd’hui, il est indispensable de construire une méthodologie d’analyse qui suive les exigences actuelles de la conservation-restauration et des biens culturels dans toute cette complexité et qui leur réponde, avec un regard plus adapté et plus vaste, qui prenne en compte non seulement les apports des diverses disciplines associées, mais surtout l’émergence d’un nouveau modèle pour penser la restauration. Ce nouveau modèle devra se configurer sous une autre prémisse méthodologique que celle imposée par l’intentionnalité husserlienne, à partir de laquelle Cesare Brandi a construit les concepts et les principes de sa théorie de la restauration : « …ce produit spécifique de l’activité humaine auquel on donne le nom d’œuvre d’art est défini comme tel après avoir été l’objet d’une reconnaissance particulière via la conscience. C’est seulement après avoir été identifiée ainsi que l’on distingue définitivement l’œuvre d’art de l’ensemble des autres produits. Ce qui la caractérise ne découle pas tant de la recherche de son essence, mais plutôt de son appartenance au monde de la vie, c’est-à-dire au champ de l’expérience individuelle. »2 De même, Brandi affirme à propos de son idée sur la primauté de la matière de l’œuvre d’art par rapport à l’image, que cette matière devrait être définie à partir des outils conceptuels de la phénoménologie et non à partir de la recherche en sciences naturelles3.

  • 4 MAY, R., Patrimoine(s) et Conservation-Restauration(s) , CeROArt [En ligne] , 4 | 2009 , mis en lig (...)

5Bien que ce constat ait été formulé dans les dernières années, lors de colloques et de publications, il n’y a pas eu de proposition qui mette l’accent sur cette problématique. On a décrit une situation et une nécessité à partir de cas concrets, mais sans essayer d’y donner une réponse conceptuelle, comme l’exprime Roland May dans son texte sur une théorie globale : « A ce jour et depuis plusieurs années, les mêmes questions se posent sans qu’une autorité ait lancé ce chantier. (…) Cette absence de réponse, par défaut d’une théorie de la restauration fondée sur un postulat plus large répondant à l’objet patrimonial et pas seulement artistique, se manifeste dans bien des cas.»4

6Par ailleurs, à l’heure actuelle, on ne peut pas penser la construction et/ou l’actualisation d’un champ de la connaissance de manière isolée ou autonome. En effet, l’importance de l’interdisciplinarité a été prouvée, mais pour la restauration, ce caractère interdisciplinaire, déjà expérimenté, a signifié la collaboration de diverses disciplines, sans pourtant construire une spécificité méthodologique.

7Sous cet angle, on envisage une proposition qui actualiserait la méthodologie de la conservation-restauration à partir des outils épistémologiques, tâche qui exige de doter cette actualisation d’un caractère transdisciplinaire.

Enjeux transdisciplinaires de la conservation-restauration 

  • 5  Pour approfondir l’historiographie de la conservation- restauration, on peut consulter : GONZALEZ- (...)

8Au fil de son histoire, la restauration a développé diverses approches méthodologiques, toujours à partir des problèmes et des limites établis pour la théorie et que, pour la concision de l’article et le caractère spécialisé de cette publication, nous nous bornerons à signaler5: au XIXº siècle, la restauration stylistique, la restauration archéologique et historique et la restauration scientifique, avec Viollet-le-Duc, John Ruskin, Camillo Boito et Gustave  Giovannoni, entre autres, et au  XXº siècle la restauration philologique avec Aloïs Riegl et la restauration critique,  à partir de la deuxième moitié du siècle avec Carlo Argan, Renato Bonelli, Roberto Pane et Cesare Brandi, ce dernier comme principal protagoniste.

9A l’heure actuelle, la conservation-restauration a devant elle un défi capital : renouveler sa structure méthodologique au-delà de la « restauration critique », qui n’a pas réussi à effacer les oppositions entre science et humanisme, entre objet pensé et sujet pensant, entre objectivité et subjectivité, entre œuvre d’art et bien culturel. Une possibilité de synthèse est, sans doute, l’émergence et la conformation d’une « restauration épistémologique », dont la base conceptuelle est constituée à partir d’une vision transdisciplinaire de la réalité.

10En effet, la transdisciplinarité peut octroyer à la conservation-restauration les outils de compréhension pour saisir et façonner les aspects complexes et polysémiques des biens culturels dans le monde actuel, depuis la particularité de sa responsabilité disciplinaire : la conservation et la transmission des biens culturels en tant que témoins de notre humanité et de notre conception de civilisation. Ainsi, on peut considérer les idées de Michael Esfeld sur le rôle de la philosophie par rapport aux sciences : « La réflexion philosophique, à elle seule, ne peut pas produire  de connaissances sur le monde. Il n'y pas d'accès privilégié à l'étant qui se dégage de la réflexion pure. Le chemin passe par les sciences. Les sciences, quant à elles, ne peuvent se passer de la philosophie... Toute théorie scientifique demande une interprétation » 6

11Or, le caractère transdisciplinaire de cette proposition n’est pas né d’un choix, mais plutôt, et surtout de l’approche que la propre méthodologie exige, notamment pour répondre à la parution de spécialisations disciplinaires, dont la conséquence est, paradoxalement, la fragmentation des connaissances et, dans un sens plus large, la méconnaissance de la réalité, conduisant « l'homme à se sentir comme un étranger dans un monde envahi par une complexité incompréhensible. »7. C’est pourquoi, pour rendre cohérente l’image du monde, « la transdisciplinarité prend en compte les conséquences d'un flux d'information circulant d'une branche de la connaissance à une autre, permettant l'émergence de l'unité dans la diversité et de la diversité par l'unité. (…)…sa tâche prioritaire consiste en l'élaboration d'un nouveau langage, d'une nouvelle logique, de nouveaux concepts pour permettre l'émergence d'un véritable dialogue entre les spécialistes des différentes branches de la connaissance »8

12En ce qui concerne le domaine de la conservation-restauration, ce dialogue doit trouver son fondement dans une actualisation, voire une reformulation du langage théorique propre à la discipline, comme condition indispensable pour établir une méthodologie capable de prendre en compte l’unité de chaque cas sous un même système d’analyse.

Transdisciplinarité

13Il convient maintenant de décrire en quoi consiste la transdisciplinarité et quelles sont ses différences en rapport à la pluridisciplinarité et à l’interdisciplinarité. Les idées de Basarab Nicolescu peuvent nous aider à ce sujet :

14« La pluridisciplinarité concerne l'étude d'un objet d'une seule et même discipline par plusieurs disciplines à la fois. Par exemple, un tableau de Giotto peut être étudié par le regard de l'histoire de l'art croisé avec celui de la physique, la chimie, l'histoire des religions, l'histoire de l'Europe et la géométrie. (...) L'objet sortira ainsi enrichi du croisement de plusieurs disciplines.

15L'interdisciplinarité concerne le transfert des méthodes d'une discipline à l'autre. Comme la pluridisciplinarité, l'interdisciplinarité déborde les disciplines, mais sa finalité reste aussi inscrite dans la recherche disciplinaire.

16La transdisciplinarité concerne, comme le préfixe "trans" l'indique, ce qui est à la fois entre les disciplines, à travers les différentes disciplines et au-delà de toute discipline. Sa finalité est la compréhension du monde présent, dont un des impératifs est l'unité de la connaissance.

17La transdisciplinarité se nourrit de la recherche disciplinaire, qui, à son tour, est éclairée d'une manière nouvelle et féconde par la connaissance transdisciplinaire. Dans ce sens, les recherches disciplinaires et transdisciplinaires ne sont pas antagonistes, mais complémentaires. (…) La transdisciplinarité est néanmoins radicalement distincte de la pluridisciplinarité et de l'interdisciplinarité, de par sa finalité, la compréhension du monde présent, qu'il est impossible d'inscrire dans la recherche disciplinaire.

  • 9  NICOLESCU, B., La transdisciplinarité. Manifeste, Monaco, Éditions du Rocher, 1996.

18Les trois piliers de la transdisciplinarité - les niveaux de Réalité, la logique du tiers inclus et la complexité - déterminent la méthodologie de la recherche transdisciplinaire »9.

19En suivant cette direction, on prend en compte la complexité en tant que pilier méthodologique de la recherche transdisciplinaire comme base de cette proposition épistémologique, laquelle suppose l’unité de la théorie avec la pratique puisque, en effet, cette unicité est une exigence pour pouvoir dépasser l’esprit phénoménologique de la conservation-restauration qui prime jusqu'à au présent. C’est pourquoi on décrit ensuite l’idée de reproductibilité comme l’un des éléments clés de cette méthodologie face à la complexité de l’objet de la conservation-restauration.

La reproductibilité méthodologique et la complexité

20Aujourd’hui, la méthodologie au sens général impose une exigence capitale pour les diverses disciplines et champs de la connaissance : la reproductibilité. En ce qui concerne la conservation-restauration, cette reproductibilité doit avoir lieu ou s’accomplir chaque fois que l’on réalise un projet de conservation ou de restauration. Mais en quoi consiste ce caractère reproductible de la méthodologie ? Cette question dirige la réflexion vers l’état de la situation disciplinaire… après sa réponse nous sommes obligés à répondre aussi aux questions suivantes : comment se révèle-t-elle lors d’une intervention de restauration ? Comment conjuguer reproductibilité et subjectivité face aux biens culturels ?  Une réponse possible peut-être formulée à partir des outils conceptuels issus de l’épistémologie.

  • 10  DELMAS-RIGOUTSOS, Y., Petites leçons d’épistémologie. Comment penser la science et la connaissance (...)

21Tout d’abord, nous devons considérer que la conservation-restauration en tant que discipline peut-être comprise comme une expérience scientifique si, lors de chaque restauration, la méthodologie a son fondement sur des principes qui garantissent ou impliquent la reproductibilité. En effet, « pour pouvoir être reproduite, une expérience doit être décrite avec suffisamment de détails pour qu’une personne autre que son concepteur (mais suffisamment compétente) sache comme procéder. » 10

  • 11 Ibid, p. 30

22Par ailleurs, il faut considérer que cette reproductibilité doit trouver son soutien dans l’idée d’unicité entre théorie et pratique et entre sujet et objet : « Pour valoir, une expérience doit pouvoir être reproductible. (…) Cette exigence est très pratique : en effet, un seul fait avéré suffit à invalider une loi ou, inversement, à étayer une théorie controversée ; il est donc important que les connaissances expérimentales sur lesquelles se fonde l’induction soient suffisamment assurées. Cette exigence est également très théorique : dire que toute expérience doit être reproductible est un façon d’affirmer la compatibilité –objective- des différentes expériences –subjectives… »11

23On propose donc le terme objet restaurable en tant qu’élément conceptuel de cette proposition épistémologique. Dans ce sens, l’objet restaurable suppose l’unité de connaissance, ou entité épistémique de la conservation-restauration.

L’objet restaurable comme unité de connaissance de la conservation-restauration

24En effet, lors de l’intervention de restauration, et même avant celle-ci, le restaurateur analyse le bien culturel à partir de certaines caractéristiques (traces matérielles et symboliques). Cette façon d’analyser l’objet lui confère un caractère différent par rapport aux autres biens culturels, en tant qu’objet de restauration. Dans le cas de la proposition du terme objet restaurable, on peut dire que ce concept désigne donc la restaurabilité ou, plus exactement, la faculté d’un objet à être restauré. Mais, à la différence de l’explication phénoménologique, cette faculté est ici donnée par la réalité comme système de référence, pas seulement pour l’activité ou la prise de conscience du restaurateur, ni par les caractéristiques préétablies de l’objet.

25De cette manière peut être dépassée la question, plusieurs fois formulée par les restaurateurs, sur la possibilité de trouver un point commun entre une œuvre d’art classique, un artefact archéologique, une installation d’art contemporain, le vêtement d’un personnage célèbre de l’histoire, ou n’importe quel objet.

  • 12  JUIGNET PATRICK, J., Une épistémologie pour l’étude des champs complexes, en Philosciences.com, ht (...)

26Par ailleurs, le restaurateur, en tant que sujet d’un acte d’intellection, constitue un élément capital d’analyse de l’objet restaurable. Mais ici, le sujet et l’objet partagent le caractère représentationnel de la discipline, c’est-à-dire que le restaurateur connaît et prend en compte « son propre fonctionnement représentationnel (psychique, intellectuel, social et culturel). Concernant l’étude des aspects représentationnels chez l’homme, la connaissance est toujours contaminée par les processus représentationnels. Il faut acquérir une réflexivité par rapport à ses propres déterminations représentationnelles pour procéder à une observation valide »12

  • 13  VERGELY, B. Petite philosophie de la connaissance, Mercuès, Éditions Milan, 2006, p. 27-28

27C’est avec raison que Vergely dit à propos des idées de Descartes dans ses Méditations métaphysiques que : « On ne sait pas ce qu’est un homme parce l’on voit un homme. On voit un homme parce que l’on sait ce qu’est un homme. (…) Quand par hasard, il nous arrive de nous tromper, ce n’est pas un sujet de ce que nous voyons que nous nous trompons, mais au sujet du rapport que nous pouvons entretenir avec ce que nous voyons. »13

  • 14  ALHADEFF-JONES, M. Trois générations de théories de la complexité : Nuances et ambiguïtés. Ce text (...)

28Ainsi, le bien culturel sous l’acception d’objet restaurable constitue l’unité de connaissance de la restauration, et implique surtout le dépassement de la classification de biens culturels pour leur restauration. La réflexivité, les processus représentationnels et la notion de complexité, entre autres, peuvent structurer cette unité de connaissance. Cette affirmation aura des répercussions importantes dans les aspects techniques autant que théoriques, puisqu’elle permet de penser la généralité des objets issus de la production ou de l’utilisation humaine, sous la spécificité disciplinaire de la restauration à partir d’une méthodologie cohérente, au-delà des adaptations de critères et de concepts de la « théorie critique ». Autrement dit, cette structuration permet de reproduire l’analyse épistémologique sous une méthodologie capable de s’appliquer aux objets les plus divers. Dans cette direction, l’idée de Michel Alhadeff-Jones issue du contexte de l’éducation peut nous guider dans la compréhension du caractère complexe de la conservation-restauration et de son objet d’étude : les restaurateurs « devraient considérer leurs pratiques en tant que processus d’apprentissage dont la complexité renvoie autant aux transformations qu’ils étudient ou provoquent, qu’aux transformations inhérentes aux systèmes de représentation auxquels ils ont recours pour les conceptualiser »14.

Conclusion

L’intelligence n’est pas une affaire de génie, mais de méthode.

Bertrand Vergely

29Les idées ici présentées s’inscrivent dans le cadre plus vaste de ma recherche sur la théorie de la restauration. Évidemment, par sa brièveté et ses objectifs, cet article a signalé de manière très générale les principaux éléments qui configurent cette proposition. Néanmoins, on peut déjà établir des affirmations qui constituent en même temps les balises et les fondements de cette recherche :

  • La conservation-restauration comme mode de connaissance et mode de conscience.

  • L’objet restaurable comme entité épistémique ou unité de connaissance de la conservation-restauration, qui dépasse ou efface la rupture entre théorie et pratique, ainsi que la dialectique entre principes généraux et spécificité des cas particuliers.

  • La possibilité d’émergence d’une méthodologie transdisciplinaire pour la conservation-restauration, nommée « restauration épistémologique »

  • Le fait qu’une méthodologie transdisciplinaire, de par sa nature, n’effacera pas le parcours interdisciplinaire déjà vaste de la conservation-restauration avec d’autres branches de la connaissance, comme l’archéologie, l’histoire de l’art, la chimie, la biologie, entre autres, mais que celle-ci ne sera plus assujettie aux méthodologies particulières de chacune d’elles. C’est l’accomplissement du principe transdisciplinaire de l’unité dans la diversité.

30En effet, à la lumière de ces affirmations, la complexité et la diversité du patrimoine culturel, ainsi que l’élargissement des concepts utilisés dans la conservation-restauration, exigent un encadrement conceptuel qui donne une réponse aux besoins de définition de l’objet de la restauration. Cet encadrement devrait incorporer une méthodologie qui permette de constituer le bien culturel en objet restaurable sustenté par l’épistémologie. Sans ignorer les apports des précédentes étapes de la restauration, il sera possible de s’aventurer à configurer, ou plutôt à reformuler une théorie de la restauration, ancrée cette fois ci dans la réalité évolutive et donc complexe de la connaissance de l’humanité à partir de son patrimoine.

Top of page

Bibliography

ALHADEFF-JONES, M. Trois générations de théories de la complexité : Nuances et ambiguïtés. Ce texte a été traduit et adapté par son auteur à partir de l’article « Three generations of complexity theories : nuances and ambiguites », publié en 2008 dans la revue Educational philosophy and theory (vol. 40, no.1, pp. 66-82) et repris dans l’ouvrage à paraître Complexity theory and the philosophy of education, édité par M. Mason chez Wiley-Blackwell Publishing.

ASSOCIAZIONE SUECO SUARDO Il pensiero di Cesare Brandi. Dalla teoria alla pratica. Atti del seminario,  Il prato editore, 2008.

BASILE, G. (ed.) Cesare Brandi oggi: prime ricognizioni. Atti del Convegno, Saonara (PD), Il Prato Editore, 2008.

BRANDI, C., Les deux voies de la critique. Introduction et traduction de l’italien par Paul Philippot (Le due vie, Bari, Laterza, 1966), Bruxelles, Marc Vokar Editeur, 1989.

BRANDI, C., La restauration : méthode et études de cas, Paris, Institut National du Patrimoine, ed. Stratis, 2007.

BRANDI, C. Théorie de la restauration, Paris, École nationale du patrimoine : Ed. du Patrimoine, 2001.

BREUIL, M-H, (Dir.), Restauration et non-restauration en art contemporain 1. Actes des journées d’étude, Colloque « Répliques et restitutions… autour de Marcel Duchamp », Rouen, Hors série ARSET, 2007.

CARBONI, M., Cesare Brandi, Teoria e esperienza dell’arte, Milano, Editoriale Jaca Book, 2004.

DELMAS-RIGOUTSOS, Y., Petites leçons d’épistémologie. Comment penser la science et la connaissance ? Paris, Éditions Vuibert, 2009.

DEPRAZ N., Comprendre la phénoménologie, une pratique concrète, Paris, Armand Colin, Coll. Cursus, Philosophie, 2006.

ESFELD, M.,  Philosophie des sciences, en http://www.philosciences.com/Explique.html  le 18 janvier 2011.  

GONZALEZ-VARAS, I., Conservación de bienes culturales. Teoría, historia, principios y normas. Madrid, Manuales Cátedra, 2000.  

JUIGNET PATRICK, J., Une épistémologie pour l’étude des champs complexes, en Philosciences.com, http://www.philosciences.com/Explique.html le 18 janvier 2011.

MAY, R., Patrimoine(s) et Conservation-Restauration(s), CeROArt [En ligne] , 4 | 2009 , mis en ligne le 14 octobre 2009, Consulté le 02 mars 2011. URL : http://ceroart.revues.org/1235

MUÑOZ VIÑAS, Salvador, Teoría contemporánea de la restauración. España, Síntesis, 2003.  

MUÑOZ VIÑAS, Salvador, Contemporary theory of conservation, Oxford, Elsevier, 2005.  

NICOLESCU, B., La transdisciplinarité. Manifeste, Monaco, Éditions du Rocher, 1996.

NICOLESCU, B., Projet moral, Ciret en http://basarab.nicolescu.perso.sfr.fr/ciret/index.htm

VERGELY, B. Petite philosophie de la connaissance, Mercuès, Éditions Milan, 2006.

Top of page

Notes

1  En effet, l’ensemble des principes théoriques et des critères appliqués à la restauration n’ont pas réussi à structurer un système cohérent face à la diversité actuelle du patrimoine, ceci à cause, entre autres, de la spécificité de la proposition de Cesare Brandi pour l’œuvre d’art, comme le démontre la diversité de publications sur le sujet. Cf. entre autres ASSOCIAZIONE SUECO SUARDO Il pensiero di Cesare Brandi. Dalla teoria alla pratica. Atti del seminario,  Il prato editore, 2008 et BASILE, G. (ed.) Cesare Brandi oggi: prime ricognizioni.Atti del Convegno, Saonara (PD), Il Prato Editore, 2008.

2  BRANDI, C., La restauration : méthode et études de cas, IPN, p. 41-42

3  ibid, p. 43

4 MAY, R., Patrimoine(s) et Conservation-Restauration(s) , CeROArt [En ligne] , 4 | 2009 , mis en ligne le 14 octobre 2009, Consulté le 02 mars 2011. URL : http://ceroart.revues.org/1235

5  Pour approfondir l’historiographie de la conservation- restauration, on peut consulter : GONZALEZ-VARAS, I., Conservación de bienes culturales. Teoría, historia, principios y normas. Madrid, Manuales Cátedra, 2000. pp. 155 -292

6  ESFELD, M.,  Philosophie des sciences, en http://www.philosciences.com/Explique.html  le 18 janvier 2011.  

7  NICOLESCU, B., Projet moral, Ciret en http://basarab.nicolescu.perso.sfr.fr/ciret/index.htm le 27 février 2011.

8  Ibidem.

9  NICOLESCU, B., La transdisciplinarité. Manifeste, Monaco, Éditions du Rocher, 1996.

10  DELMAS-RIGOUTSOS, Y., Petites leçons d’épistémologie. Comment penser la science et la connaissance ? Paris, Éditions Vuibert, 2009, p. 31

11 Ibid, p. 30

12  JUIGNET PATRICK, J., Une épistémologie pour l’étude des champs complexes, en Philosciences.com, http://www.philosciences.com/Explique.html le 18 janvier 2011

13  VERGELY, B. Petite philosophie de la connaissance, Mercuès, Éditions Milan, 2006, p. 27-28

14  ALHADEFF-JONES, M. Trois générations de théories de la complexité : Nuances et ambiguïtés. Ce texte a été traduit et adapté par son auteur à partir de l’article « Three generations of complexity theories : nuances and ambiguites », publie en 2008 dans la revue Educational philosophy and theory (vol. 40, no.1, pp. 66-82) et repris dans l’ouvrage à paraître Complexity theory and the philosophy of education, édité par M. Mason chez Wiley-Blackwell Publishing.

Top of page

References

Electronic reference

Alfredo Vega Cardenas, « Restauration épistémologique  », CeROArt [Online], 6 | 2011, Online since 31 May 2011, connection on 17 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2120

Top of page

About the author

Alfredo Vega Cardenas

Restaurateur diplômé de l’École Nationale de Conservation et Restauration du Mexique, Alfredo VEGA CARDENAS est titulaire d’un master de recherche en philosophie sociale. En tant que professeur spécialiste en théorie de la restauration, il a collaboré, de 2000 à 2006, à la fondation de l’École de Conservation et Restauration d’Occident à Guadalajara, au Mexique. Actuellement, il est doctorant en Histoire de l’Art, avec une thèse sur la théorie de la restauration à l’Université Panthéon-Sorbonne Paris 1, où il a obtenu le diplôme de Master Professionnel en Conservation et Restauration de Biens Culturels. Il participe au « Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires, CIRET », à Paris et au « Conseil International des Musées ICOM France », dans le comité international de conservation.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org