Skip to navigation – Site map
Électron libre

Comment perpétuer une tradition et des méthodologies innovantes ?

Réflexions de Myriam Serck-Dewaide, de l’Institut royal du Patrimoine artistique à Bruxelles
Myriam Serck-Dewaide

Editor's notes

Fondé en 1948, l’Institut royal du Patrimoine artistique à Bruxelles concrétisa dès les années soixante, au travers d’une architecture spécifique et d’une structure organisationnelle novatrice, un projet audacieux et moderne. Espaces et départements profilés en vue de recherches et travaux interdisciplinaires, publications de haut niveau, centre de documentation et photothèque devaient concourir au développement de synergies, au bénéfice du patrimoine. Comment une institution nourrie de telles ambitions traverse-t-elle les décennies en préservant ses objectifs au travers de nécessaires adaptations ?

Full text

Vous êtes, depuis plusieurs années, à la tête de l’Institut royal du Patrimoine artistique, à Bruxelles. En quoi selon vous le projet initié par Paul Coremans a-t-il évolué ?

1J’ai eu la chance de poursuivre, depuis 2003, j’espère au mieux, l’œuvre de Paul Coremans. J’ai notamment  fait réaliser des recherches et des traitements sur les œuvres  d’art dans le même esprit d’interdisciplinarité et d’universalité et cela dans le respect des règles éthiques du métier établies à l’époque par Cesare Brandi, directeur de l’Istituto centrale per il Restauro ou ICR à Rome.  

2Depuis les années soixante,  la professionnalisation et surtout la spécialisation du métier de conservateur-restaurateur d’œuvres d’art ont fort évolué.  Au départ, à l’IRPA,  il y avait deux ateliers :  la peinture et les arts appliqués, actuellement il y a dix ateliers de restauration spécialisés : peintures, peintures murales, sculptures en bois polychromé, en matériaux pierreux, métaux, verres, textiles, papiers et parchemins, étude des décors intérieurs des monuments historiques et conservation préventive.

Quelle est la part de l’évolution technologique ou scientifique dans ces évolutions ou mutations?

3Les évolutions technologiques sont très nombreuses et je ne saurai toutes les citer ! Dans le département Conservation, l’évolution des processus de désinfection (contre les insectes, champignons, bactéries) est un bon exemple :  l’utilisation de différents gaz toxiques,   puis l’emploi de traitements nucléaires selon les nécessités et enfin la mise au point des  traitements par anoxie en 2006 (suppression de l’oxygène) montrent clairement l’évolution scientifique et technologique de l’Institut.  L’évolution des produits et des méthodes de consolidation des bois et des pierres est aussi très intéressante à noter. L’utilisation des solvants et des mélanges de solvants initiés par une chimiste devenue ensuite directeur de l’Institut (Liliane MASSCHELEIN-KLEINER, Les solvants, Bruxelles, 1994, Cours de Conservation 2, 131 pages) a été une des bases de l’enseignement de la restauration dans le monde entier. Depuis, des chercheurs américains et italiens ont encore fait évoluer le panel des  mélanges pour le nettoyage et l’enlèvement de repeints. Des cours de remise à niveau des connaissances sont organisés régulièrement dans ce domaine à l’Institut. Des nettoyages avec des appareils à ultra-sons, avec différentes microsableuses et enfin aux rayons laser sont des méthodes qui ont été utilisées dès que leurs applications étaient reconnues comme valables par les différents laboratoires.

4Au  laboratoire, ce sont les appareils d’analyses qui évoluent en permanence : une des dernières acquisitions est un microspectromètre Raman qui permet d’analyser des matériaux tels les pigments sans prélèvements.  Les techniques d’analyse des colorants et des liants évoluent également d’année en année.

5La datation par les mesures du carbone 14 et celle par dendrochronologie sont devenues deux de nos grandes spécialités.

L’IRPA est un institut de recherche. En terme de conservation ou de restauration, a-t-il « réinventé des méthodologies » ?  Si oui, lesquelles ?

6L’IRPA est notamment à la source de la méthodologie pour l’examen et le traitement des sculptures polychromées.  C’est une des importantes spécialités de l’Institution. La diffusion de nos méthodes s’est réalisée notamment par l’intermédiaire des stagiaires issus du monde entier et par les nombreuses publications sur le sujet.  On a publié récemment un  Petit glossaire à l’usage du Conservateur-restaurateur de sculpture ( Bruxelles –IRPA, 2006, bilingue)

7La méthodologie des études préalables à la restauration des vitraux a été mise au point par Mme Isabelle LE COCQ : La conservation et la restauration des vitraux. Recommandations pour l’élaboration d’un cahier des charges, Dossier de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, 13, 2010.

8De même, nous avons initié un nouveau projet au sujet des papiers peints : un glossaire de plus de mille termes et une fiche informatisée pour une base de données d’inventorisation vont être achevés cette année.

Comment s’organisent les échanges interdisciplinaires, en interne?

9Le dossier de l’œuvre est ouvert et suivi par le chef d’atelier et le chef de département.  L’œuvre réalise un circuit dans l’Institution en fonction des  besoins de documentation, d’analyses et de traitement.  Ainsi,  une peinture est photographiée au minimum trois fois en studio (avant, pendant et après traitement ), examinée aux rayons X,  aux  rayons ultra-violets, et par réflectographie infrarouge (s’il y a dessin sous-jacent). Si la coupe du bois le permet, on réalise une analyse dendrochronologique. Les matériaux composants l’œuvre et les altérations peuvent être analysés soit avec des micros prélèvements,  soit sans prélèvements selon les cas et les besoins.  Des tests de re fixage et de nettoyage sont réalisés afin d’établir une proposition de traitement. Cette proposition doit ensuite être acceptée par  les propriétaires ou gestionnaires des œuvres.  L’étude et le dossier de traitement sont exécutés selon un schéma identique. Si plusieurs ateliers sont impliqués dans un dossier, une ou plusieurs réunions de travail interdisciplinaire sont organisées et de même en vue d’une exposition didactique ou d’une publication.

Comment s’organisent les échanges interdisciplinaires, en externe?

10Des réunions d’experts belges et étrangers sont organisées pour les décisions concernant le traitement des œuvres majeures du patrimoine.  Nous pouvons citer en exemple la restauration du portrait de Nicolas van Bambeek de Rembrandt (MRBA - Bruxelles). Pour ce cas nous avons invité des historiens d’art hollandais et plusieurs conservateurs-restaurateurs ayant traité des œuvres de Rembrandt : un anglais, un hollandais et un danois  à quatre réunions  durant les seize mois de travail consacrés à l’étude de l’œuvre et à un traitement innovant.

Que pensez-vous des modèles décisionnels proposés par les Anglo-saxons, ou au sein de l’INCCA ?

11L’IRPA traitant actuellement rarement des œuvres contemporaines,  nous ne suivons pas particulièrement de modèles anglo-saxons. Nos systèmes de documentations et de décisions sont suffisamment élaborés pour répondre à toutes les spécificités de l’éthique et des variantes possibles pour l’art actuel.  Les collègues qui traitent des œuvres récentes s’informent lors de colloques spécialisés, auprès des collègues qui ont traité des œuvres du même artiste ou aussi avec l’artiste s’il est encore en vie.

L’IRPA a suivi avec attention l’évolution des enseignements de la conservation-restauration. Dans quelle mesure peut-il apporter son concours, aider à construire une pédagogie spécifique dans cette discipline ?

12L’IRPA n’a pas suivi l’évolution,  l’IRPA a véritablement organisé les cours à La Cambre et à l’Académie d’Anvers.  Un restaurateur de peintures de l’IRPA a commencé par un cours du soir de restauration à Anvers et ensuite a géré l’enseignement de jour.    De même, de nombreux autres collaborateurs néerlandophones se sont succédés pour donner des cours de sciences et de pratique de restauration dans diverses spécialités. À La Cambre, René Sneyers, directeur de l’IRPA et quelques collaborateurs ont réalisé avec le directeur de La Cambre M. Joseph Noiret, le programme des cours et choisi les professeurs et conférenciers. Depuis lors,  de nombreux collègues se succèdent également pour diffuser connaissances, expériences et éthique.  Nous suivons chaque année plusieurs mémoires et les laboratoires réalisent des analyses et recherches en relation avec les étudiants. (sur facture). Nous sommes également régulièrement invités comme jury, et cela aussi à Liège et à Paris. Enfin l’IRPA accepte quelques étudiants jobistes durant l’été et propose aux diplômés des stages de perfectionnement d’un an subsidiés. (Choix des candidats sur dossier : quatre personnes  par an : deux francophones et deux néerlandophones - voir les conditions sur le site de l’IRPA)  

L’IRPA a-t-elle un rôle à jouer dans le développement de la recherche scientifique au sein des Écoles de restauration ?

13L’IRPA peut évidemment jouer un rôle dans le développement des recherches scientifiques en accueillant des doctorants ou des « post doctorants »  issus des écoles et parfois collaborer à des mémoires par des conseils ou par des analyses (avec budget).  Des comités scientifiques autour de cas difficiles dans les écoles peuvent aussi être organisés avec invitation des spécialistes concernés.

Quel est le rôle des nouvelles technologies de l’information et de la documentation dans un Institut tel que l’IRPA ?

14Dans le département Documentation, la numérisation des collections de photographies a commencé dans les années nonante. Actuellement près de 750.000 clichés sur plus d’un million sont accessibles gratuitement dans notre base de données.  Il y a deux ans, nous avons initié la numérisation de notre collection de radiographies. Nous sommes également occupés à numériser les dossiers de conservation des différents ateliers,  soit soixante-deux ans de documentation sur les traitements effectués… Le travail est gigantesque. Il est réalisé dans le but de diffuser ensuite toute notre documentation. Il y a de plus un nouveau projet de numérisation en très haute définition des plaques photographiques originales. À cette fin, un scanner spécial a été construit par la Politique scientifique à Uccle.  Le seul point qui m’attriste c’est que nous n’utilisons pas encore le scannage des objets en trois dimensions.  Cette démarche aiderait notamment à la documentation et à la restauration des sculptures. Nous avons réalisé différents tests, mais les coûts sont encore trop élevés pour acquérir le matériel. De plus, ce travail obligerait à engager un spécialiste et pour le moment nos plans de personnel ne le permettent pas.   Dans ce domaine, une collaboration avec les Universités et les Hautes Écoles serait fructueuse.

Et s’il fallait demain, pour causes politiques, réinventer l’IRPA ? La chose est-elle envisageable ? Souhaitable ? Comment voyez-vous l’avenir?

15Pour moi, j’espère ne pas devoir vivre la division de l’IRPA, ni son rattachement aux Musées fédéraux, comme le souhaitent certains. L’IRPA doit rester autonome et vivre au-dessus de la mêlée… comme une sorte d’hôpital universitaire pour les grands malades.  Il doit rester une référence.  L’institut doit demeurer au service des  trois régions,  des communautés,  des provinces, des communes, des fabriques d’église et même des privés et de l’étranger. Envisager un Institut par région ou trois Instituts,  me semble impayable dans la conjoncture actuelle et dans un pays si petit.  Il faudrait aussi de très nombreuses années pour recréer des centres ayant le know how,  l’expertise et la qualité actuelle des interventions et des recherches.  Le très riche patrimoine artistique du pays mérite toutefois un nombre plus grand de conservateurs-restaurateurs d’œuvres d’art diplômés et expérimentés et sans doute un budget plus large consacrer au patrimoine mobilier.

Top of page

References

Electronic reference

Myriam Serck-Dewaide, « Comment perpétuer une tradition et des méthodologies innovantes ? », CeROArt [Online], 6 | 2011, Online since 04 May 2011, connection on 19 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2093

Top of page

About the author

Myriam Serck-Dewaide

Historienne de l’Art et Conservateur-Restaurateur de sculptures polychromées, Myriam Serck-Dewaide a été successivement responsable d’atelier et chef du département «conservation» avant d’accéder au poste de directeur général de l’Institut royal du Patrimoine artistique. Coordinatrice du «Groupe Sculpture et Polychromie» de l’ICOM-CC (de 1996 à 2002) elle est, depuis 1980, conférencière à l’École nationale supérieure des Arts visuels de la Cambre (ENSAV) et professeur à l’Institut national du Patrimoine à Paris. Membre du Conseil de l’ICCROM à Rome depuis 2005, elle est également Membre de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique. Auteur de nombreux articles, elle a réalisé et dirigé de nombreux chantiers de restauration.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org