Skip to navigation – Site map
Dossier

Restauration et traduction : une question de philosophie

Pierre Leveau

Abstracts

The conservation can be viewed as a public service and also as an economical activity. How to understand such a pratice ? From a philosophical standpoint, this question is methologically challenging. The author claims that conservation can be defined as a translation, i.e. as a transmission and a transaction. He tests this hypothesis through a confrontation between realism and constructionism.

Top of page

Full text

L’économie de l’authenticité

  • 1  
  • 2  CHASTEL, A., BABELON, J.-P., « La notion de patrimoine », dans Revue de l’art, 1980, n°49, p.5-32.
  • 3  JEUDY, H.-P., (dir.), Patrimoines en folie, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990.
  • 4  LENIAUD, J.-M., L’utopie française, Paris, Mengès, 1992.
  • 5  GREFF, X., La valorisation économique du patrimoine, Paris, La documentation française, 2003.
  • 6  DEBRAY, R., « Le monument ou la transmission comme tragédie », dans Actes des Entretiens du Patrim (...)
  • 7  SIMMEL, G., Le concept et la tragédie de la culture, Paris, Rivage, 1988.
  • 8  ARENDT, H., La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1989.
  • 9  MOLLARD, C., L’ingénierie culturelle, Paris, PUF, 1994.
  • 10  GENTIL, G., POIRRIER, PH., (éd.), La politique culturelle en débat, Paris, La documentation frança (...)
  • 11  URFALINO, PH., L’invention de la politique Culturelle, Paris, La documentation française, 1996.
  • 12   HACKING, I., Entre science et réalité, Paris, La découverte, 2001.

1Nathalie Heinich regrette que les économistes ne s’intéressent pas plus au patrimoine culturel1. La valeur des biens patrimonialisés, théoriquement soustraits au marché, ne cesse en effet d’augmenter. S’il s’agissait seulement de rappeler que l’intérêt pour le patrimoine a progressivement gagné tous les secteurs et les différentes couches de la société, l’idée ne serait pas nouvelle. A. Chastel et J.-P. Babelon ont déjà consacré un article à ce phénomène2, puis H.-P. Jeudy un séminaire3, J.-M. Leniaud un ouvrage4 et X. Greffe une étude à la demande du Ministère de la Culture5. Le propos de la sociologue n’est pas non plus de se positionner, après R. Debray6, dans le débat qui oppose les détracteurs du philistinisme culturel, invoquant G. Simmel7 et H. Arendt8 pour soustraire l’art à la consommation, aux partisans de l’ingénierie, emmenés en France par C. Mollard9 au nom de sa démocratisation10 inscrite dans le Plan de développement économique11. Elle pose en réalité la question de l’authenticité des biens patrimonialisés dans le cadre du courant intellectuellement dominant : le constructionnalisme12.

2Il ne s’agit pas de savoir si l’existence de cette propriété ajoute de la valeur aux objets, qu’il faudrait pour cette raison intégrer au patrimoine et conserver en l’état. On doit plutôt se demander si l’authenticité n’est pas elle-même une valeur ajoutée par le processus de patrimonialisation, c’est-à-dire une construction sociale administrée, instituée, plutôt qu’une donnée sauvegardée, produite en même temps que l’œuvre, puis reconnue par une conscience.

  • 13  GUICHEN, G., « Bilan sur les mutations dans le domaine de la conservation-restauration », dans Act (...)
  • 14  VEROUGSTRAETE, H., SCHOUTE, R., BORCHERT, T.-H., Restaurateurs ou faussaires des primitifs flamand (...)
  • 15  LENIAUD, J.-M., Les archipels du passé, Paris, Fayard, 2002, p. 7-9.

3On pourrait mener dans d’autres services du patrimoine l’enquête que N. Heinich a faite à l’Inventaire : on ne restaure plus en effet les œuvres aujourd’hui comme hier. Il y a au-delà du seuil de l’Inventaire tout un monde procédures, auquel les spécialistes donnent le nom de « conservation-restauration », dont il faudrait prendre la mesure13. Les réseaux de la machine qui transforme les objets en patrimoine ont été reconfigurés et l’on ne peut savoir ce qu’ils fabriquent vraiment sans en étudier le fonctionnement, la gestion et d’administration. Les conservateurs et les restaurateurs fournissent-ils aujourd’hui des documents plus authentiques qu’hier ? Qui peut le garantir ? L’article qui suit porte moins sur la restauration que sur ceux qui s’en occupent : il ne s’agit pas de savoir si les restaurateurs sont des faux-monnayeurs14, mais de se demander si l’histoire de l’art ne continue pas à vivre à crédit parce que le patrimoine serait lui-même devenu une monnaie d’échange, comme le suggère J.-M. Leniaud15.

  • 16  PHILIPPOT, P., « Finalement, c’est une question de conscience », dans CeROArt, 2010, n°6, postface
  • 17  DOUGLAS, M., Comment pensent les institutions, Ch. 8, Paris, La découverte, 2004.

4La conservation-restauration serait-elle l’instrument dont la science et à la politique ont besoin pour négocier l’accord qui fait prospérer l’économie de l’authenticité ? À quelles transactions donne-t-elle lieu ? En quel sens une restauration est-elle assimilable à une traduction ? C’est ce que l’on va tâcher de montrer en opérant un triple déplacement, du classicisme vers le constructionnalisme, de la critique vers la traduction, et de l’économie vers l’axiologie. Il semble en effet nécessaire de réinventer une méthodologie donnant un sens à une activité désormais soumise aux lois du marché, dans un monde sans frontière où le libre-échange a globalement triomphé. Si la restauration n’est pas seulement une question de technique, mais aussi de conscience, la philosophie a ici un rôle à jouer16. Comme technique du concept et réflexion problématique, elle doit étudier la façon dont les théories classiques peuvent s’intégrer au nouveau modèle économique, pour clarifier les changements de sens qu’il impose à ses notions et formuler les enjeux des problèmes que pose leur appropriation. Au-delà de la conscience, ou en deçà, la restauration est aussi une question de réseaux et il se pourrait d’ailleurs qu’elle tienne d’eux ses concepts et sa forme17. Réinventer la méthodologie serait alors étudier leurs rapports pour faire ce travail de traduction et de transmission, permettant aux praticiens de se réapproprier le sens de leur activité en de se représenter clairement les mécanismes qui orientent leur pratique dans le vaste monde du libéralisme. Rappelons donc, pour commencer, le sens que le réseau mondial de la conservation a donné à leur activité.

Restauration et patrimoine : le paradigme de la conservation-restauration

  • 18  ICOM-CC, « Terminologie de la conservation-restauration du patrimoine culturel matériel », Résolut (...)
  • 19  LEVEAU, P., « L’évolution du concept de restauration aux XIXe et XXe siècle », dans Conserver-Rest (...)

5Le Comité de Conservation du Comité International des Musées a récemment adopté une nouvelle définition de la restauration. Il la distingue aussi bien de la conservation « préventive », qui prévient la dégradation des objets par le contrôle de l’environnement, que de la conservation « curative », qui stabilise leur état en intervenant sur leur structure, et la définit comme une opération effectuée directement sur un bien singulier, pour en améliorer l’aspect. Essentielle par sa visibilité, mais superficielle et attachée aux apparences, la « restauration » est populaire parce qu’elle rend aux biens leur valeur esthétique. C’est aujourd’hui la troisième et dernière partie de la « conservation-restauration », terme couvrant l’ensemble des opérations visant à transmettre aux générations futures les biens culturels hérités du passé18. Cette définition n’a cependant de valeur que dans le secteur des musées, non dans celui des monuments, des bibliothèques ou des archives. Au sens strict, elle s’applique seulement au patrimoine, c’est-à-dire aux artefacts ayant fait l’objet d’une appropriation collective qui en changent le statut juridique en transformant une propriété privée en bien public, théoriquement soustrait à la consommation et au commerce. Dans ces limites, le concept de restauration a acquis un sens précis, soldant cent ans de réflexion19.

  • 20  ECCO, « Règles professionnelles d’E.C.C.O. I-III. », dans APEL, Etude des responsabilités légales (...)

6Idéalement, ce n’est pas l’affaire du seul restaurateur, mais celle de tous les responsables de la chaîne patrimoniale chargée de l’administration et de la gestion de ces biens dans l’intérêt de la collectivité.  Le code de déontologie des professionnels les oblige à respecter la signification historique, esthétique, scientifique ou culturelle des œuvres qui leur sont confiées20. Leur intervention ne doit pas en diminuer la valeur, mais la conserver ou l’augmenter en permettant de lui en ajouter d’autres ne menaçant pas les premières. Elle ne peut logiquement se faire que lorsque tous les intervenants de la chaîne ont compris le sens de l’œuvre et se sont mis d’accord sur l’interprétation de sa polysémie.

7C’est ce qui complique singulièrement l’affaire et oblige à quelques distinctions conceptuelles. Une œuvre a en effet autant de « significations » qu’elle a d’usages et de fonctions la reliant à un groupe d’usagers, ou de spécialistes, l’associant à une discipline ou une pratique déterminée. Lorsqu’on établit une hiérarchie entre elles, ces significations prennent le nom de « valeur »  et constituent un objet dont le type dépend des relations d’ordre instituées entre ses termes. Ces valeurs ont un « intérêt » si la collectivité peut en tirer profit : elle se les approprie alors en accréditant, par classement, le système qui sert le mieux ses fins. La nouvelle fonction symbolique qu’elle donne ainsi à l’objet achève le processus de patrimonialisation.

Premier déplacement : du réalisme au constructionnalisme

8La question du sens de l’œuvre qui conditionne la restauration se pose donc à trois niveaux. Chacun correspond à une procédure déterminée, confiée à différents agents. Logiquement, les « n » significations s’arrangent virtuellement en « n ! » systèmes de valeurs. Celui qui présente le plus d’intérêt pour la collectivité sera finalement actualisé et décidera du type de restauration – archéologique, illusionniste, minimale – effectuée sur l’objet. La décision de classement n’appartient qu’au dépositaire légal des collections, mais tous les acteurs de la chaîne patrimoniale participent à l’évaluation des biens. La patrimonialisation change ainsi le sens de l’œuvre en multipliant ses médiateurs. Il n’est plus donné, mais administré et institué par ses garants, après avoir été produit par son auteur. Converti en patrimoine, le bien culturel circule dans d’autres réseaux, qui lui imposent leurs lois pour le faire fonctionner différemment et l’on peut alors se demander ce que la patrimonialisation fait à la restauration. Replacer l’opération dans son cadre social, au lieu de l’en abstraire, offre un nouveau champ d’investigation.

  • 21  LEVEAU, P., « Les dilemmes philosophiques de la conservation-restauration », dans E-conservation, (...)

9Une œuvre d’art a un nombre potentiellement indéfini de significations, dont une partie seulement intéresse l’institution patrimoniale. Le problème est donc de savoir si ses services conservent l’objet proprement dit, ou seulement la série des repères qui maintiennent leur ancrage sur lui. Dans la première approche, plutôt réaliste21, on suppose l’objet donné. On conçoit alors la restauration comme un travail manuel, doublé d’une opération intellectuelle, rendant au bien culturel son aspect original, sans falsification historique ni travestissement esthétique. C’est l’approche classique qui en fait un problème scientifique et technique. La seconde approche est celle du constructionnalisme : elle suppose que l’objet n’est pas donné, mais construit. La restauration n’est pas le rétablissement l’ancien régime de l’œuvre, mais l’instauration d’un nouvel ordre qui en change le statut et la fonction. Intégrée au processus d’appropriation symbolique appelé « patrimonialisation », c’est une affaire économique et politique.

10Ces deux approches – réaliste et constructionnaliste – ne sont pas exclusives. Il faut se demander comment elles peuvent communiquer et s’allier, pour faire entrer la restauration dans le champ des sciences sociales.

Critique et herméneutique : le modèle philologique

  • 22  WINCKELMANN, J.-J., Histoire de l’art dans l’antiquité, Paris, Poche, 2005, cité par Décultot, E., (...)
  • 23  AST, F., « Eléments d’herméneutique et de critique », dans Thourard, D., (éd.) : Critique et hermé (...)
  • 24  MUÑOZ VIÑAS, S., Contemporary Theory of Conservation, Oxford, Elsevier, 2005
  • 25  DIDRON, A.-N., « Rapport à M. Cousin sur les travaux du Comité pendant la session de 1839 », dans (...)
  • 26  BOITO, C., Conserver ou restaurer, les dilemmes du patrimoine, Paris, L’imprimeur, 2004.
  • 27  BRANDI, C., Théorie de la restauration, Paris, Monum, 2001.
  • 28  PHILIPPOT, P., « Le problème de l’intégration des lacunes dans la restauration des peintures », da (...)

11Les partisans de l’approche classique définissent la restauration comme un acte critique. Ils se réfèrent à un modèle inspiré de la méthode philologique, constitué au XVIIIe par J.-J. Winckelmann22 et des romantiques allemands23, Leurs travaux sont à l’origine de la révolution scientifique qui conduit la communauté scientifique à adopter le paradigme de la conservation-restauration au XXIe24. Enraciné dans l’érudition, ce courant prend ses sources dans les bibliothèques et des archives depuis la Renaissance. Il irrigua l’archéologie, l’architecture et les musées sous la plume de A.-N. Didron25 et de C. Boito26 au XIXe, puis C. Brandi27 et de P. Philippot28 au XXe. Transformant les monuments hérités du passé en documents exploitables par les historiens et faisant bénéficier les Beaux-arts du progrès des Belles-lettres, il convertit la restauration à la philologie. Il contribua ainsi à faire de l’histoire de l’art une discipline à part entière, tandis que l’analogie de la poésie et de la peinture héritée du XVe siècle servait de devise à ses partisans. Ut pictura poesis.

  • 29  BERGEON, S., « De la restauration d’hier à la ”conservation déléguée” de demain », dans Histoire d (...)

12La restauration devait être à l’histoire de l’art ce que la critique était déjà à la philologie : une méthode permettant de distinguer scientifiquement le vrai et le faux, de trier les versions et de séparer l’authentique de l’apocryphe. Elle rendrait aux documents leur sens original, en écartant les faux témoignages. La tâche de l’expert consisterait alors à reconstituer l’histoire d’une transmission, pour de juger des œuvres comme de palimpsestes. Conçue sur le modèle de la philologie, la restauration ne serait plus un travail manuel, mais une opération intellectuelle, un acte critique, plutôt un geste technique, un art libéral et non plus mécanique. Le modèle la fit changer de nature en transformant un métier en profession, une intervention individuelle en entreprise collective et une activité en discipline29.

  • 30  VIOLLET-LE-DUC, E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, art. (...)
  • 31  LENIAUD, J.-M., Viollet-le-Duc ou les délires du système, Ch. III, Paris, Mengès, 1994.

13L’analogie résolvait un problème scientifique, mais posait corrélativement celui des limites de l’intervention, de la formation des praticiens et de la maîtrise d’œuvre dans les secteurs concernés. Dès le XIXe siècle, Viollet-le-Duc avait montré que cette conception érudite de la restauration pouvait conduire à des dérives : la critique des sources permettait de remonter de la matière vers l’idée pour saisir le projet de l’auteur. Elle autorisait selon lui le restaurateur à rétablir le vrai sens de l’ouvrage, quitte à en donner une version inédite, comme on corrige la lettre d’un texte pour en conserver l’esprit30. Loin d’empêcher la falsification, la science et la philologie pouvaient lui servir d’argument31.

  • 32  COREMANS, P., L’Agneau Mystique au laboratoire, Anvers, De Sikkel, 1953.
  • 33  PHILIPPOT, P., « Réflexions sur le problème de la formation des restaurateurs de peinture et de sc (...)

14C’est pour mettre fin à ces pratiques que les historiens d’art rappelèrent au siècle suivant que la conservation devait primer sur la restauration, celle-ci devant être lisible, réversible et réduite au minimum32. Ils la retournèrent contre elle-même et en firent une dérestauration, achevant ainsi la révolution scientifique entamée au siècle précédent. C. Brandi donna une formulation philosophique de ce principe théorique, en affirmant qu’on ne pouvait légitimement restaurer que la matière de l’œuvre, non l’intention de l’artiste, et précisa avec P. Philippot la place que les restaurateurs occupaient dans le modèle philologique qui régulait désormais leur activité. Si la critique revenait naturellement à l’historien d’art, formé à l’étude des sources, l’interprétation, constituant la troisième partie de la philologie, appartenait en revanche au praticien qui devait traduire en acte ses vues théoriques33.

Deuxième déplacement : de l’édition à la traduction

  • 34  BRANDI, C., « L’institut central pour la restauration d’œuvre d’art à Rome », dans Cesare Brandi : (...)
  • 35  LEVEAU, P., « Problème ontologique de la conservation-restauration », dans Conservation-restaurati (...)
  • 36  MOGNETTI, E., « La restauration comme édition d’un ”texte artistique” », dans Coré, Septembre 1996 (...)

15Cette distribution des rôles permettait d’intégrer tous les acteurs au modèle. Elle respectait les prérogatives des conservateurs, qui détenaient la maîtrise d’œuvre des travaux. Elle ne dévalorisait pas les restaurateurs, qui n’étaient pas considérés comme de simples exécutants34. Confiant la critique à l’un, l’herméneutique à l’autre, elle atténuait les conflits corporatistes suscités en Europe par l’adoption du nouveau paradigme, qui redistribuait les cartes du pouvoir entre les intervenants de la chaîne patrimoniale35. Définie comme un acte critique, autant qu’une critique en acte, la restauration ne pouvait être accomplie par un artiste ou un artisan, sans le secours d’un historien et d’un savant. Ce n’était plus l’œuvre du seul restaurateur, mais une entreprise collective que le modèle philologique conduisit finalement à comparer à la publication d’un texte, le transformant en bien commun, achevant ainsi sa patrimonialisation au-delà de son établissement scientifique36. Du récolement à la critique, puis à l’herméneutique et à l’ecdotique, le dénouement de l’histoire peut se lire de deux façons, comme précédemment.

16Dans une perspective philosophique ou sémiotique, on peut s’interroger sur la valeur de ce modèle humaniste, qui aligne le visible sur le lisible et compare la perception d’une image à la lecture d’un texte, en se demandant si une restauration peut vraiment se comparer à une publication, puisque la patrimonialisation n’est pas seulement l’appropriation collective d’un bien, mais aussi une requalification qui en change le sens et la fonction. Cette approche théorique, éventuellement critique, n’en reste pas moins classique, car elle aborde la question sous l’angle de la science et de l’histoire, en tâchant de démêler le vrai et le faux.

17Mais au lieu de s’aventurer dans le monde des idées, on peut aussi partir de celui du travail, et se demander dans une perspective anthropologique et sociale comment les différents agents de chaîne de transmission patrimoniale parviennent à coordonner leur activité, pour former un seul réseau porteur d’une intention collective, et ne définir qu’ensuite la restauration par les institutions, les normes et les repères que ses acteurs ont dû se donner pour marcher ensemble. Cette approche concrète, supposant une enquête sur le terrain, n’est pas forcément réaliste au sens où elle est seulement tributaire de la réalité sociale. Elle n’a pas à postuler un réel au-delà de cette dernière, auquel il faudrait s’accorder pour être dans le vrai. Compatible avec une version forte du constructionnalisme, elle ne donne pas nécessairement aux scientifiques une position privilégiée, mais les considère comme de simples acteurs d’une entreprise collective.

18Loin de remplacer l’approche classique, l’approche constructionnaliste peut approfondir son modèle philologique en envisageant la restauration comme une transmission autant qu’une traduction, n’allant pas sans transaction ni négociation.

Patrimoine et capital : l’épistémè de la conservation

  • 37  BRUNEL, G., « Aperçu d’histoire de la restauration », dans Les cahiers de la Ligue Urbaine et Rura (...)
  • 38  CHOAY, F., L’allégorie du patrimoine, Ch. 5, Paris, Seuil, 1992.
  • 39  LARSEN, K.E., (dir.), Conférence de Nara sur l’Authenticité, Paris, ICOMOS, 1995.
  • 40  ODDOS, J.P., (dir.) : La conservation : principes et réalité, Paris, Cercle de la librairie, 1995.
  • 41  WALNE, P., (dir.) : Techniques modernes d’administration des archives et de gestion des documents, (...)
  • 42  BLANDIN, P., De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles, Quæ, 2009.

19Le paradigme de la conservation-restauration, qui a mis plus de deux siècles à émerger37, est aujourd’hui soutenu par un vaste réseau d’institutions. Limité aux musées, c’est un élément d’un ensemble immense qui comprend les monuments et les sites, les bibliothèques, les archives et les villes38. Effaçant les frontières de la nature et de la culture, il s’étend jusqu’aux paysages et aux espèces naturelles, à la limite du monde. Si l’on oublie facilement qu’on ne restaure pas que les peintures, mais aussi les jardins et des écosystèmes, le fait mérite pourtant d’être retenu, car il montre plus clairement qu’ailleurs ce que fabrique la machine patrimoniale dans ce type d’opération. Les musées ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan de la conservation où d’autres secteurs ont leur propre paradigme et sont représentés sur le plan international. Citons pour l’architecture l’International Council on Monuments and Sites39 ; pour les bibliothèques et les archives l’International Federation of Library Associations40 et l’International Council on Archives41 ; pour le monde de la vie enfin l’International Union for Conservation of Nature42.

  • 43  FOUCAULT, M., L’archéologie du savoir, Ch.IV.6, Paris, Gallimard, 1969.
  • 44  LOCKE, J., Deuxième Traité du Gouvernement Civil, Ch. V, Paris, Vrin, 1985.

20Ces formations constituent ce que l’on peut appeler, après M. Foucault43, l’épistémè de la conservation. J. Locke en a exposé les principes au XVIIe siècle, dans son Traité du gouvernement civil44 : Dieu a donné la terre en commun aux hommes, en même temps que le devoir de se l’approprier et de faire fructifier son don, nous dit-il, si bien que le monde est selon lui l’héritage du Père, littéralement : le patrimoine de l’humanité. Tous les hommes y sont soumis à une même loi naturelle, poursuit-il, qui les oblige à se conserver eux-mêmes comme membres d’une même espèce : tous sont en somme des conservateurs innés et la conservation est, selon le philosophe, le second devoir de l’humanité. S’ajoutant au premier, ce dernier conduit enfin les hommes à l’usage de la monnaie : il leur faut en effet convertir le produit périssable de leur travail en un capital durable pour ne pas perdre sa valeur ajoutée et suivre ainsi le commandement de Dieu qui leur ordonne de conserver et de valoriser son don. Le patrimoine doit donc se transformer en monnaie d’échange, nous dit Locke, car c’est le seul moyen de le préserver et l’accroître. Ecce homo. Voici l’homme qu’a vu l’apôtre du libéralisme politique : c’est l’héritier, le conservateur et le gestionnaire du don du Père, l’homo patrimonialis qui fait tourner l’économie de l’authenticité.

  • 45  FOJUT, N., « Origine philosophique, politique et pratique de la conservation », dans Le patrimoine (...)
  • 46  LIVET, P., NEF, F., Les êtres sociaux, Ch. 4.6, Paris, Hermann, 2009.
  • 47  ECO, U., L’œuvre ouverte, Ch. II-III, Paris, Seuil, 1965.

21Cette vision mercantile n’étonnera pas les professionnels du patrimoine, qui savent que la restauration est un marché avant d’être une discipline. La question est de savoir comment le code de déontologie de l’une se pliera aux lois de l’autre pour répondre à la demande sociale45. Il faut en effet inscrire le patrimoine dans l’actualité si l’on veut trouver les fonds qui permettront de le restaurer, sans le dénaturer ni réduire sa valeur culturelle à son prix. Seules les œuvres parvenant à concilier ces contraires, en unissant dans un jeu dialectique le passé et l’avenir, la vérité et la rentabilité, pourront être conservées dans cette épistémè. Ontologiquement, cela signifie que le patrimoine n’est pas complètement déterminé et que son essence est assez vague. Les sociétés ne conservent les biens hérités du passé qu’en changeant leur statut juridique et en leur donnant une nouvelle fonction conforme à leur usage : leurs significations s’accumulent ainsi au cours du temps et constituent un capital de valeurs dont le cours dépend des intérêts de la collectivité. Cette requalification sociale serait cependant impossible s’ils étaient parfaitement déterminés et c’est cette part d’indétermination qu’on appelle le « vague » pour la distinguer de celle qu’on laisse à l’erreur, à l’approximation ou à l’imprécision46. Ce concept définit une zone située entre les seuils où les réseaux de conservation suspendent leurs activités, sans déclencher d’alerte ou de procédure de maintenance. L’institution autorise dans ces limites des usages du patrimoine qu’elle n’avait pas prévus. Ils n’en perturbent pas les repères et ouvrent l’œuvre sur le présent, en réalisant une plus-value qui en augmente le potentiel informatif47.

Troisième déplacement : de la transmission à la transaction

  • 48  BERDUCOU, M., « La conservation archéologique », dans L’archéologie aujourd’hui, Schnapp, A., (dir (...)
  • 49  LEVEAU, P., « Problème épistémologique de la conservation-restauration », dans Conserver Restaurer (...)
  • 50  SERRE, M., La traduction, Ch. I, Paris, Minuit, 1974.

22Localisé entre les repères de l’institution patrimoniale, le vague ainsi défini est le principe de la conservation et de la restauration des biens dont elle hérite, puisque leur appropriation et leur requalification seraient impossibles s’ils n’en comportaient pas. C’est là que se nouent les relations et se dénouent les tensions entre les acteurs du processus de transmission ; c’est dans cet intervalle qu’ils négocient les solutions de leurs conflits et résolvent les antinomies qui hantent la discipline48. Le vague que crée l’institution patrimoniale en s’appropriant les objets lui permet de les réanimer et d’augmenter la taille de ses réseaux en enrôlant de nouveaux acteurs logés dans l’interstice de ses repères49. Liant dialectiquement des secteurs, intérêts ou valeurs habituellement opposés, il justifie l’introduction d’un autre concept dans le monde de la restauration : celui de traduction, qui permet d’en articuler l’approche classique et constructionnaliste50.

  • 51  DESVALLEES, A., « De la notion privée d’héritage matériel au concept universel et extensif de patr (...)

23Suivant la première, on se demande généralement si l’œuvre restaurée est encore fidèle à l’originale créée par l’auteur. Elle n’est peut-être que sa version actuelle, traduisant dans les codes et les catégories de notre époque le message qu’il nous lègue et que nous devons transmettre à notre tour aux générations futures, sans le trahir. C’est une perspective classique, traçant une frontière entre la science désintéressée et l’économie qui ne l’est jamais, et linéaire, inspirée du modèle philologique qui suppose que l’information se transmet au fil du temps le long de chaînes dont les maillons successifs sont les acteurs. La tragédie réside pour elle dans l’effacement de cette ligne de partage, qui affaiblit la chaîne de transmission, en soumettant le patrimoine à des impératifs de rentabilité, et contredit la nature autant que la conservation51.

  • 52  CALLON, M., La science et ses réseaux, Intro., Paris, La découverte, 1989.
  • 53  LATOUR, B., Nous n’avons jamais été moderne, Ch. 2, Paris, La découverte, 1991.
  • 54  LATOUR, B., WOOLGAR, S., La vie de laboratoire, Ch.5, Paris, La découverte, 1988.

24La seconde approche tient ce fait pour une fatalité. Considérant que les acteurs du processus de restauration qui n’ont pas forcément les mêmes fins – celle des restaurateurs ne se réduisant pas à celle des conservateurs, les chercheurs, de leurs administrations, des artistes ou des mécènes – on s’y demande plutôt comment ils peuvent travailler ensemble dans un même réseau dont le public ne perçoit que les effets. Cette perspective donne une image tourbillonnaire de l’activité52, ouverte à la négociation, loin du travail à la chaîne où se succèdent des opérations normalisées, et amoderne, transgressant les frontières qui séparent les disciplines dans le cadastre du savoir, où elle cultive des hybrides53. C’est celle de la sociologie de la traduction qui assimile la science à un marché, en postulant que les valeurs de la première s’échangent comme des biens dans le second, et identifie la connaissance à un produit, donnant aux savants un crédit dont ils capitalisent ou gèrent les intérêts54.

Le crédit du patrimoine

  • 55  MOHEN, J.-P., Les sciences du patrimoine, Ch. III et VI, Paris, Odile Jacob, 1999.
  • 56  AKRICH, M., CALLON, M., LATOUR, B., Sociologie de la traduction, Paris, Ecole des Mines, 2006.

25La restauration a quitté les beaux-arts pour rejoindre les laboratoires au XXe siècle55. On veut croire que les œuvres y ont gagné en authenticité, puisque leur conservation fait maintenant intervenir trois garants – un historien, un praticien et un chimiste – se cautionnant mutuellement. Mais on s’inquiète de voir l’héritage du passé se réduire à une monnaie d’échange, tant le nombre d’acteurs impliqués dans l’entreprise semble croître en proportion de l’intérêt porté au patrimoine. Sur le plan philosophique, cela signifie que la restauration peut se définir comme une traduction, c’est-à-dire une transformation, que l’on voudrait invariante, en même temps qu’une transmission et qu’une transaction. Cette hypothèse a l’avantage de ne pas être révolutionnaire, puisqu’elle conserve le modèle philologique connu des spécialistes, tout en élargissant le champ de l’enquête. Celle-ci porte alors sur le fonctionnement de la machine patrimoniale et plus seulement sur ses produits56.

  • 57  BOURDIEU, P., Science de la science et réflexivité, Ch. 2.3, Paris, Raison d’agir, 2001.

26Dans cette perspective, la question porte aussi bien sur les procédures de décision des spécialistes de la restauration, que sur la façon dont les actionnaires de l’entreprise en redistribuent la plus-value symbolique57. Chaque agent de la chaîne de transmission patrimoniale – des fonctionnaires aux libéraux, jusqu’aux élus et aux mécènes – investit son crédit – scientifique, artistique, économique ou politique – dans l’affaire pour en tirer un bénéfice personnel, soit en capitalisant les intérêts de son placement, jugé rentable, soit en convertissant sa valeur en une autre, comme on achète un bien. Définir la restauration comme une traduction, incluant ces transactions, permet de comprendre comment les acteurs du réseau nouent des alliances, pour n’en former qu’un, et ce qu’ils fabriquent ensemble, sous le nom de « patrimoine ». Les repères de l’institution sont les invariants de cette transformation, négociée dans le vague des objets.

  • 58  KUHN, T., La structure des révolutions scientifiques, Postface, Paris, Flammarion, 1983.
  • 59  RAFFIN, J.P., « De la protection de la nature à la gouvernance de la biodiversité », dans Ecologie (...)

27Cette hypothèse corrobore celle de J.-M. Leniaud sur le crédit des valeurs du patrimoine, et celle de N. Heinich sur l’économie symbolique de l’authenticité. La question est d’actualité. La conservation-restauration est en effet devenu un paradigme, au sens que Kuhn donne à ce terme58. C’est une communauté scientifique organisée, travaillant en réseau sur un groupe de problème déterminé ; elle a ses institutions, sa discipline, ses normes, ses cas et ses énigmes. Mais étant limité aux musées, son paradigme est loin de dominer l’épistémè de la conservation. C’est plutôt celui du « conservationnisme » qui la gouverne. Il prend pour objet la nature et tient ses ressources pour des biens à exploiter dans l’intérêt de l’humanité59. Ne séparant pas la science et l’économie ni la conservation de la gestion, il rejoint ainsi celui du développement durable des sociétés et donne raison à Locke. Ayant reçu la terre en héritage, l’homo patrimonialis veut maintenant régner sur elle.

  • 60  FAIRCLOUGH, G., « Les nouvelles frontières du patrimoine », dans Le patrimoine et au-delà, op. cit (...)

28C’est dans ce cadre élargi qu’on a voulu montrer comment la sociologie de la traduction peut éclairer le monde de la restauration. Comme le passage de la critique à l’herméneutique a permis d’intégrer les restaurateurs au modèle philologique, puis son rapport à l’ecdotique de relier tous les agents de la chaîne patrimoniale, le passage à la traduction expliquerait les négociations et les transformations qu’implique cette transmission, c’est-à-dire le fonctionnement de la machine et la nature de ses produits : son économie et son crédit. Historiquement liée aux beaux-arts, puis rattachée aux sciences expérimentales, la vraie place de la restauration est dans le champ des sciences sociales60. C’est là qu’il faut s’installer pour réinventer les méthodologies qui donneront un sens à l’activité.

Top of page

Notes

1  

 HEINICH, N., La fabrique du patrimoine, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2009, p. 256-257.

2  CHASTEL, A., BABELON, J.-P., « La notion de patrimoine », dans Revue de l’art, 1980, n°49, p.5-32.

3  JEUDY, H.-P., (dir.), Patrimoines en folie, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990.

4  LENIAUD, J.-M., L’utopie française, Paris, Mengès, 1992.

5  GREFF, X., La valorisation économique du patrimoine, Paris, La documentation française, 2003.

6  DEBRAY, R., « Le monument ou la transmission comme tragédie », dans Actes des Entretiens du Patrimoine – L’abus monumental ? Paris, 23-25 novembre 1998, Paris, Fayard, 1999, p. 11-32.

7  SIMMEL, G., Le concept et la tragédie de la culture, Paris, Rivage, 1988.

8  ARENDT, H., La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1989.

9  MOLLARD, C., L’ingénierie culturelle, Paris, PUF, 1994.

10  GENTIL, G., POIRRIER, PH., (éd.), La politique culturelle en débat, Paris, La documentation française, 2006.

11  URFALINO, PH., L’invention de la politique Culturelle, Paris, La documentation française, 1996.

12   HACKING, I., Entre science et réalité, Paris, La découverte, 2001.

13  GUICHEN, G., « Bilan sur les mutations dans le domaine de la conservation-restauration », dans Actualité des pratiques de la conservation-restauration, Lyon, Fage, 2010, p. 6-25.

14  VEROUGSTRAETE, H., SCHOUTE, R., BORCHERT, T.-H., Restaurateurs ou faussaires des primitifs flamands, Gand, Ludion, 2004.

15  LENIAUD, J.-M., Les archipels du passé, Paris, Fayard, 2002, p. 7-9.

16  PHILIPPOT, P., « Finalement, c’est une question de conscience », dans CeROArt, 2010, n°6, postface.

17  DOUGLAS, M., Comment pensent les institutions, Ch. 8, Paris, La découverte, 2004.

18  ICOM-CC, « Terminologie de la conservation-restauration du patrimoine culturel matériel », Résolution adoptée par les membres de l’ICOM-CC lors de la XVe Conférence triennale, New Delhi, 22-26 septembre 2008.

19  LEVEAU, P., « L’évolution du concept de restauration aux XIXe et XXe siècle », dans Conserver-Restaurer les Biens Cultures, 2007, n° 25, p. 3-11.

20  ECCO, « Règles professionnelles d’E.C.C.O. I-III. », dans APEL, Etude des responsabilités légales et professionnelles des conservateurs-restaurateurs au regard des autres acteurs de la sauvegarde et de la conservation du patrimoine culturel, ECCO-ICCROM, juin 2001, Rocografica, Rome, p. 316-322.

21  LEVEAU, P., « Les dilemmes philosophiques de la conservation-restauration », dans E-conservation, décembre 2009, n°12, p.47-58.

22  WINCKELMANN, J.-J., Histoire de l’art dans l’antiquité, Paris, Poche, 2005, cité par Décultot, E., J.-J. Winckelmann, enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, PUF, 2000, p. 236.

23  AST, F., « Eléments d’herméneutique et de critique », dans Thourard, D., (éd.) : Critique et herméneutique dans le premier romantisme Allemande, Lille, Septentrion, 1996, p. 287-314.

24  MUÑOZ VIÑAS, S., Contemporary Theory of Conservation, Oxford, Elsevier, 2005

25  DIDRON, A.-N., « Rapport à M. Cousin sur les travaux du Comité pendant la session de 1839 », dans Bulletin archéologique du Comité historique des arts et monuments, 1940, cité par Bercé, F., Des monuments historiques au patrimoine, Paris, Flammarion, 2000, p.37-38.

26  BOITO, C., Conserver ou restaurer, les dilemmes du patrimoine, Paris, L’imprimeur, 2004.

27  BRANDI, C., Théorie de la restauration, Paris, Monum, 2001.

28  PHILIPPOT, P., « Le problème de l’intégration des lacunes dans la restauration des peintures », dans Périer-D’Ieteren, C., (éd.) : Paul Philippot, pénétrer l’art, restaurer l’œuvre, Bruxelles, Groeninghe, 1990.

29  BERGEON, S., « De la restauration d’hier à la ”conservation déléguée” de demain », dans Histoire de l’art, 1995, n°32, p.11-19.

30  VIOLLET-LE-DUC, E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, art. « Restauration », Paris, Imprimeries réunies, 1860, t. VIII, p.14-34.

31  LENIAUD, J.-M., Viollet-le-Duc ou les délires du système, Ch. III, Paris, Mengès, 1994.

32  COREMANS, P., L’Agneau Mystique au laboratoire, Anvers, De Sikkel, 1953.

33  PHILIPPOT, P., « Réflexions sur le problème de la formation des restaurateurs de peinture et de sculpture », dans Studies in conservation, Mai 1960, V. 5, n° 2, p. 61-70.

34  BRANDI, C., « L’institut central pour la restauration d’œuvre d’art à Rome », dans Cesare Brandi : la restauration, méthode et études de cas, Stratis-INP, 2007, Bilbao, p. 253-265.

35  LEVEAU, P., « Problème ontologique de la conservation-restauration », dans Conservation-restauration des biens culturels, 2009, n°27, p.3-20.

36  MOGNETTI, E., « La restauration comme édition d’un ”texte artistique” », dans Coré, Septembre 1996, n°1, p.46-48.

37  BRUNEL, G., « Aperçu d’histoire de la restauration », dans Les cahiers de la Ligue Urbaine et Rurale, 1999, n°144/145, p. 3-17.

38  CHOAY, F., L’allégorie du patrimoine, Ch. 5, Paris, Seuil, 1992.

39  LARSEN, K.E., (dir.), Conférence de Nara sur l’Authenticité, Paris, ICOMOS, 1995.

40  ODDOS, J.P., (dir.) : La conservation : principes et réalité, Paris, Cercle de la librairie, 1995.

41  WALNE, P., (dir.) : Techniques modernes d’administration des archives et de gestion des documents, Paris, UNESCO, 1985.

42  BLANDIN, P., De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles, Quæ, 2009.

43  FOUCAULT, M., L’archéologie du savoir, Ch.IV.6, Paris, Gallimard, 1969.

44  LOCKE, J., Deuxième Traité du Gouvernement Civil, Ch. V, Paris, Vrin, 1985.

45  FOJUT, N., « Origine philosophique, politique et pratique de la conservation », dans Le patrimoine et au-delà, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 2009, p. 15-24.

46  LIVET, P., NEF, F., Les êtres sociaux, Ch. 4.6, Paris, Hermann, 2009.

47  ECO, U., L’œuvre ouverte, Ch. II-III, Paris, Seuil, 1965.

48  BERDUCOU, M., « La conservation archéologique », dans L’archéologie aujourd’hui, Schnapp, A., (dir.), Paris, Hachette, 1980, p. 149-170.

49  LEVEAU, P., « Problème épistémologique de la conservation-restauration », dans Conserver Restaurer les Biens Culturels, 2010, n°28, p.9-28.

50  SERRE, M., La traduction, Ch. I, Paris, Minuit, 1974.

51  DESVALLEES, A., « De la notion privée d’héritage matériel au concept universel et extensif de patrimoine », dans Acte du colloque médias et patrimoine, Québec, Institut sur le patrimoine culturel, Université de Laval, 2003, p. 19-35.

52  CALLON, M., La science et ses réseaux, Intro., Paris, La découverte, 1989.

53  LATOUR, B., Nous n’avons jamais été moderne, Ch. 2, Paris, La découverte, 1991.

54  LATOUR, B., WOOLGAR, S., La vie de laboratoire, Ch.5, Paris, La découverte, 1988.

55  MOHEN, J.-P., Les sciences du patrimoine, Ch. III et VI, Paris, Odile Jacob, 1999.

56  AKRICH, M., CALLON, M., LATOUR, B., Sociologie de la traduction, Paris, Ecole des Mines, 2006.

57  BOURDIEU, P., Science de la science et réflexivité, Ch. 2.3, Paris, Raison d’agir, 2001.

58  KUHN, T., La structure des révolutions scientifiques, Postface, Paris, Flammarion, 1983.

59  RAFFIN, J.P., « De la protection de la nature à la gouvernance de la biodiversité », dans Ecologie & Politique, 2005, n°30, p. 97-109.

60  FAIRCLOUGH, G., « Les nouvelles frontières du patrimoine », dans Le patrimoine et au-delà, op. cit, p. 31-45.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Leveau, « Restauration et traduction : une question de philosophie », CeROArt [Online], 6 | 2011, Online since 31 May 2011, connection on 24 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2088

Top of page

About the author

Pierre Leveau

Pierre Leveau est professeur de philosophie et achève son doctorat sur l’épistémologie de la conservation-restauration, à l’Université de Provence. Il a publié depuis 2006 plusieurs articles sur le sujet où il pose les problèmes historiographiques, ontologiques, épistémologiques et politiques qu’il rencontre dans son travail sur l’histoire de la discipline dans l’entre-deux-guerres. Son but est d’utiliser les outils de la philosophie contemporaine pour forger une théorie de la conservation, appelée « topique monumentale », qui rende compte de l’activité des praticiens.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org