Skip to navigation – Site map

Introduction

Muriel Verbeeck-Boutin

Full text

Version française

1Ce numéro hors série de plus de quatre cents pages, comportant une trentaine de contributions de jeunes diplômés issus de seize Universités et Hautes Écoles européennes, concrétise le projet éditorial de CeROArt : favoriser l’approche plurielle et interdisciplinaire de la conservation-restauration, susciter la prise de parole de conservateurs-restaurateurs et encourager son expression, sous une forme scientifique et académique.

2La présente publication ne ponctue pas une évolution : elle en est l’un des fruits. S’il a fallu quelques décennies pour donner à l’arbre – la conservation-restauration — un tronc solide, des années pour en palisser les branches, le temps est venu de goûter la récolte. Le fruit prend saveur au regard des  saisons passées...

3Petit retour en arrière. Lors de l’entretien que nous a accordé Monsieur Paul Philippot en prémices à ce projet, ce dernier nous a rapporté une anecdote significative. Ainsi se rappelait-il, dans l’immédiat après-guerre, les conservateurs de musées, historiens et historiens de l’art, trônant aux tables de réunions internationales d’IIC ou d’ICOM ; les restaurateurs, assis en retrait, étaient régulièrement consultés — en aparté. Discrets, effacés, ils étaient rarement invités à prendre la parole. Il fallut attendre les années soixante pour qu’ils s’essayent à l’autonomie, notamment au sein de comités spécialisés. ICOM-CC, qui vit le jour en 1967, leur donna matière à émancipation en multipliant les groupes d’études tablant sur leur expertise.  

4Le double problème que posèrent dès cette époque la spécialisation et la professionnalisation des restaurateurs ne pouvait manquer de soulever la question cruciale des formations. C’est à ECCO1 que revient le mérite d’avoir proposé, dès 1991, des lignes directrices pour l’enseignement de la conservation-restauration au niveau européen: ENCoRE2 travaille au même objectif. En moins de vingt ans, ces recommandations, adoptées progressivement au plan international, ont contribué à une harmonisation des cursus au travers de la réforme de Bologne. Les formations continuent à s’homogénéiser, favorisant par la même occasion les échanges, les stages, un brassage d’expériences qui ne peuvent qu’être bénéfiques.

5L’ouvrage que nous publions en témoigne : l’enseignement en conservation-restauration, au niveau européen, marche si pas d’un seul et même pas (ce qui serait dommage, en regard des spécificités culturelles),du moins, dans une même direction. Il a défini des objectifs communs, une méthodologie, des savoirs et des pratiques essentiels à l’exercice d’une profession particulièrement complexe et à haute responsabilité ; il a précisé son niveau d’exigence (une formation universitaire de type Master) et débouché, dans plusieurs pays européens, sur la création d’un cursus doctoral spécifique.

6Les contributions qui nous ont été soumises démontrent que la recherche et l’expérimentation sont consubstantielles à nos enseignements. Les jeunes conservateurs-restaurateurs n’hésitent pas à délaisser les sentiers battus et à aborder avec audace des domaines encore largement inexplorés. Ce dynamisme, cette énergie vitale pour la conservation-restauration des patrimoines, y compris l’art contemporain, entraîne un corollaire : elle ne peut s’envisager sans encadrement pédagogique ni moyens matériels. C’est, dira-t-on, un truisme, mais plus que jamais, un problème dont pas une des institutions participantes ne peut se dire exonérée. En donnant une visibilité à ces travaux, en soulignant leur qualité et l’interdisciplinarité qu’ils requièrent, nous espérons sensibiliser les responsables politiques et des différentes formations. Il faut trouver des lieux, des moyens, des collaborations, pour qu’en ces temps de crise, la conservation-restauration puisse continuer à explorer méthodiquement les champs de la connaissance et de la préservation du patrimoine.

7Revenons au contenu de cet ouvrage, et aux principes que nous avons retenus pour ce numéro hors série. Afin d’inviter nos jeunes auteurs à tenter l’aventure d’une première publication, nous avons pris contact avec les différentes formations européennes. Nous avons diffusé l’appel à contribution par le biais de la newsletter de Constdistlist et de l’ICCROM, envoyé un mailing à l’ensemble des membres du réseau ENCoRE, contacté nos relais académiques et institutionnels, sollicité enfin par l’intermédiaire de notre fichier membres ; dix-neuf Universités et Hautes Écoles ont répondu à l’invitation, seize ont, en définitive, mené avec leurs jeunes diplômés la démarche jusqu’au terme de la publication.

8Au sein de chacune des formations de conservation-restauration, nous avons souhaité désigner une personne-relais, intermédiaire entre l’étudiant ou le tout récent diplômé et notre comité de rédaction. Cette personne de contact était chargée de sélectionner un maximum de trois contributions, et de vérifier leur conformité, quant au fond et à la forme, avec la charte éditoriale de la revue. Nous remercions ces intermédiaires : Iwona Szmelter (Academy of Fine Art, Warsaw), Eva Annys (Artesis Hogeschool Antwerpen),  Dominique Driesmans (Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, Bruxelles), Sylvie Nayral (Ecole Supérieure des Arts d’Avignon), Nico Broers (Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège), Dominique Biésel (Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tours), Eduarda Vieira, (Escola das Artes 

Universidade Católica Portuguesa), Nathalie Ducatel (Haute école de Conservation-restauration ARC de La Chaux-de-Fonds), Patricia Vergez (Institut national du Patrimoine), Antonio Iaccarino Idelson (Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro, Roma), Jean Brown (Northumbria University, Newcastle), Isidoro Castello (Opificio delle Pietre Dure), Giacinta Jean (Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana), Bruno Zanardi (Università degli Studi di Urbino ), David Strivay (Université de Liège. Centre européen d’Archéométrie), Regis Bertholon (Université de Paris I – Sorbonne).

9Sur cette base, le comité de rédaction a opéré une première sélection, avant l’envoi des textes au comité scientifique ;  la plupart de ses membres nous accompagnent depuis le premier numéro. C’est l’occasion pour nous de souligner plus encore que leur disponibilité,  la générosité qui malgré des charges importantes et des emplois du temps serrés leur fait répondre positivement à nos sollicitations. Qu’ils soient, une fois encore, remerciés de leur participation active.

10Vu la teneur et le nombre d’articles soumis, ce comité a été, pour l’occasion, étoffé de spécialistes dans des domaines divers et quelquefois pointus. Nous remercions de tout coeur les restaurateurs, scientifiques, académiques, membres d’institutions qui nous ont prêté leur concours dans le cadre du présent projet ; ils ont donné de leur temps, partagé leurs connaissances et même, pour certains, ont accompagné les auteurs dans la révision de leur texte. Nous tenons donc à remercier pour leur implication dans ce projet :

11Marie-Josèphe Arrestays (Restauratrice, e.a. au musée Guimet), Stéphane Büttner (Géoarchéologue, 
chargé d’études au Centre d’études médiévales UMR5594 Artehis) , Cécile Bosquier (Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris), Cécile Dazord (Conservatrice - Centre de recherche et de restauration des musées de France, Département recherche/Art contemporain), Roger Marijnissen, (Docteur en Histoire de l’Art, Membre de l’Académie de Belgique), Luc Meegens (Docteur en chimie, ICN), Emmanuelle Mercier (Docteur en Histoire de l’Art, IRPA), Patricia Rogier-Pujo (Ingénieur de Recherche au CNRS- IRAMAT, UMR 5060,CNRS – Université d'Orléans), Yana Sanyova (Docteur en chimie, IRPA), Marsha Sirven (Restauratrice, Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris), Thea Van Oosten (Conservation Researcher at the Netherlands Institute for Cultural Heritage (ICN), Amsterdam)

12Nous remercions enfin l’équipe du SRAL, René Hoppenbrouwers et Jean Brown d’avoir bénévolement pris en charge l’édition des textes en anglais : un travail méticuleux et conséquent, dont nous n’aurions pu nous passer.

13Cette organisation complexe n’est pas sans défaut: elle ne résoud pas le difficile problème de faire communiquer et s’entendre des spécialistes venus d’horizons différents. La revue des articles demeure le point “critique”, au sens étymologique du terme, d’une publication: peser, évaluer est une tâche difficile. Les critères, tant sur le plan du contenu que de la forme, diffèrent entre chercheurs, académiques, praticiens. Ceci, sans tenir compte encore des différences culturelles qui demeurent très marquées, et qui réactualisent parfois, à l’occasion d’un système de note paginale, les anciennes querelles historico-humanistes ou technico-scientifiques, erronément typées en approche “anglo-saxonne” ou “latine”. Un constat donc: le même article peut susciter des appréciations très contradictoires. Dans ce cas de figure, nous nous sommes ralliés à l’avis de ceux qui conjoignaient à leur expertise l’expérience du pédagogue. Au plus près de la “norme” fluctuante, c’est à lui qu’est revenue la tâche difficile d’apprécier les promesses dont une démarche pouvait être porteuse.

14Nous avons choisi de présenter les différentes contributions par ordre alphabétique des auteurs : en effet il était, vu la diversité des sujets abordés, impossible de privilégier un quelconque classement par spécialité. Cette option présente un autre mérite : elle fait se succéder sans transition contributions scientifiques, réflexions théoriques, cas pratiques. Le dossier donne ainsi une vision kaléidoscopique de la conservation-restauration et invite le lecteur à en parcourir les différentes facettes, en juxtaposant les contributions en français et en anglais.

15Ceci, néanmoins, n’a pas été sans nous poser quelques problèmes éditoriaux. Dans les publications scientifiques de type « sciences pures », il est d’usage de citer l’ensemble des collaborateurs au rang d’auteur. Or le numéro est réservé aux jeunes diplômés ; nous avons donc proposé de signaler les coauteurs dans la rubrique remerciements. Par ailleurs, nous avons laissé coexister les deux types de référencements : traditionnel, avec note infra paginale, comme il est d’usage dans les sciences humaines et sociales, ou anglo-saxon, renvoyant dans le texte à la bibliographie générale. Une dernière remarque enfin sur la langue. Plusieurs auteurs non anglophones ont fait un choix courageux et risqué : écrire dans une langue qui n’est pas leur. Nous avons accepté les inconvénients de ce défi, qui rendait plus malaisée encore l’édition finale : on pardonnera quelques maladresses d’expression, en saluant la volonté de surmonter les barrières inhérentes à la communication au niveau international.

16En termes de contenu et de forme, nous avons fait le choix, dans le présent numéro, de privilégier l’accompagnement pédagogique. La qualité de la démarche, du contenu, l’originalité du sujet ont donc parfois emporté l’aval d’un comité scientifique hésitant. Des suggestions ont été faites : la majeure partie des auteurs s’est prêtée avec humilité aux révisions et corrections proposées. Certains textes ont été retravaillés à plusieurs reprises, dans le cadre d’un tutorat enrichissant pour les deux parties. En effet, nombre d’entre nous ont oublié à quel point la communication est un métier qui se maîtrise laborieusement : seule la pratique donne l’aisance. Nous ne souhaitions pasrépéter les erreurs communes du marché du travail, qui demande de l’expérience au jeune diplômé, sans lui offrir l’occasion de la gagner. Dans le cadre de ce numéro hors série, nous avons voulu entrouvrir la porte de l’édition scientifique à des « primo-auteurs », de sorte qu’ils témoignent que, si le seuil paraît haut, il n’est pas infranchissable.

17Nous espérons, par leur biais, avoir démontré que la « littérature grise », — recherches, travaux, mémoires et thèse de fin d’études —, fourmille d’informations précieuses et qui méritent divulgation. Mais seul l’intérêt du lecteur dira si notre démarche mérite d’être poussée plus avant, et s’il est opportun de rééditer l’expérience.

18En attendant, nous ne pouvons qu’inviter les futurs conservateurs-restaurateurs à prendre connaissance du travail de leurs aînés, et à suivre leur exemple.

Croire tout découvert est une erreur profonde
C'est prendre l'horizon pour les bornes du monde (Antoine-Marin Lemierre)

19Dans cet esprit, nous avons voulu esquisser non un, mais des horizons, au pluriel. S’ils inspirent et incitent à les rejoindre, à les dépasser, nous aurons, nous aussi, accompli un de nos objectifs. Nous vous souhaitons d’ores et déjà une agréable lecture, et vous invitons à soumettre vos articles pour le prochain numéro de CeROArt, dont le dossier sera consacré à « réinventer les méthodologies ». Il paraîtra le 15 avril prochain.

20L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

English version

21This special issue of over 400 pages, comprising about  thirty contributions by young graduates from sixteen European Universities and Colleges, makes the CeROArt editorial project a reality by favouring a multi- and interdisciplinary approach to conservation and restoration, encouraging conservator-restorers to speak out and promoting its expression, scientifically and academically.

22This publication does not highlight a change; it is one of the results of change. While it has taken several decades to provide the tree (of conservation and restoration) with a solid trunk and years to train up its branches, the time has come to taste the fruits. The fruit takes its flavour from seasons past...

23A short flashback. During our interview with Mr Paul Philippot at the beginning of this project, he quoted a meaningful anecdote. He recalled that in the immediate post-war years, museum curators, historians and art historians would hold court at the tables of international IIC or ICOM meetings while the restorers, taking a back seat, were consulted regularly but in private. Discreet and retiring, they were rarely invited to speak. It was not until the sixties that they gained  autonomy, particularly within specialised committees. ICOM-CC, which was developed in 1967, gave substance to their emancipation, by increasing the number of working groups counting on their expertise.  

24The dual problem posed by the specialisation and professionalization of restorers since that time, could not fail to raise the crucial question of training. Credit for proposing, in 1991, guidelines for the European teaching of conservation-restoration has to be given to  the ECCO3 and ENCoRE4. In less than twenty years, these recommendations, gradually adopted internationally have helped to standardise education and training courses through the Bologna Process. This training continues to be standardised, at the same time as encouraging discussions, internships, and a combination of experiences that can only be beneficial.

25The work that we are publishing demonstrates this: European conservation and restoration education moves, if not in a single and same step – which would be unfortunate in terms of cultural characteristics – at least in the same direction.  It has defined common objectives, methodologies, knowledge and practices essential to a particularly complex and highly responsible profession; it also specifies its requirement levels (Master level university education) and in several European countries, has opened the debate on the creation of a specific doctoral course.

26The contributions which have been submitted to us, demonstrate that research and experimentation are an integral part of our education programs. Young conservator-restorers quickly leave the well-trodden paths and boldly explore areas which are still largely unexplored. This momentum, this energy which is vital for the conservation and restoration of heritage, including contemporary art, leads to a consequence: it cannot be considered without an educational framework or material resources. This is, it could be said, a truism, but more than ever, it is a problem from which not one of the participating institutions can say they are exempt. By giving visibility to these works, by highlighting their quality and the interdisciplinary nature that they require, we hope to raise awareness among policy makers and different training courses. Locations, resources and partnerships need to be found so that in these times of financial crisis, conservation and restoration can continue the methodical exploration of areas of knowledge and heritage preservation.

27Let’s return  to the content of this work, and to the principles that we have chosen for this special issue. In order to invite our young authors to venture a first publication, we contacted the different European institutions. We issued the call for contributions using the Constdistlist and ICCROM newsletters, sent a mailing to all members of the Encore network, contacted our academic and institutional partners and finally used our members’ file; nineteen universities and colleges responded to the invitation and ultimately sixteen have guided their graduates through the process to the end of the publication.

28Within each of the conservation-restoration institutions, we wanted to appoint one person to act as a contact between the student or recent graduate and our editorial board. This contact person was responsible for selecting a maximum of three contributions, and checking that they complied, both in format and content, with the journal's editorial charter. We thank these contacts: Iwona Szmelter (Academy of Fine Art, Warsaw), Eva Annys (Artesis Hogeschool Antwerpen),  Dominique Driesmans (Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, Bruxelles), Sylvie Nayral (Ecole Supérieure des Arts d’Avignon), Nico Broers (Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège), Dominique Biésel (Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tours), Eduarda Vieira, (Escola das Artes 

Universidade Católica Portuguesa), Nathalie Ducatel (Haute école de Conservation-restauration ARC de La Chaux-de-Fonds), Patricia Vergez (Institut national du Patrimoine), Antonio Iaccarino Idelson (Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro, Roma), Jean Brown (Northumbria University, Newcastle), Isidoro Castello (Opificio delle Pietre Dure), Giacinta Jean (Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana), Bruno Zanardi (Università degli Studi di Urbino ), David Strivay (Université de Liège. Centre européen d’Archéométrie), Regis Bertholon (Université de Paris I – Sorbonne).

29On this basis, the editorial board made an initial selection before sending the texts to the scientific committee; the majority of its members have assisted us since the first issue. This is an excellent opportunity for us to highlight far more than their availability, the generosity which despite heavy workloads and tight schedules enables them to respond positively to our requests. We wish to thank them again for their active participation.

30In view of the content and number of articles submitted, on this occasion, this committee was expanded by specialists from diverse and sometimes highly specialised fields. We wholeheartedly thank those conservators, scientists, academics and institution members who have given their assistance as part of this project; they have given their time, shared their knowledge and some have even assisted the authors in revising their text. We would therefore like to thank the following for their involvement in this project: Marie-Josèphe Arrestays (Restauratrice, e.a. au musée Guimet), Stéphane Büttner (Géoarchéologue, 
chargé d’études au Centre d’études médiévales UMR5594 Artehis) , Cécile Bosquier (Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris), Cécile Dazord (Conservatrice - Centre de recherche et de restauration des musées de France, Département recherche/Art contemporain), Roger Marijnissen, (Docteur en Histoire de l’Art, Membre de l’Académie de Belgique), Luc Meegens (Docteur en chimie, ICN), Emmanuelle Mercier (Docteur en Histoire de l’Art, IRPA), Patricia Rogier-Pujo (Ingénieur de Recherche au CNRS- IRAMAT, UMR 5060,CNRS – Université d'Orléans), Yana Sanyova (Docteur en chimie, IRPA), Marsha Sirven (Restauratrice, Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris), Thea Van Oosten (Conservation Researcher at the Netherlands Institute for Cultural Heritage (ICN), Amsterdam)

31Finally we would like to thank the SRAL team and Jean Brown for having voluntarily taken care of the basic editing of texts in English: meticulous work and consequently work that we could not have done without.

32This complex organisation is not without its faults; it does not resolve the difficult problem of getting specialists from different backgrounds to communicate and agree. The review of the articles remains a 'critical’ point in the etymological sense of the word, for a publication where influencing and assessing is a difficult task. The criteria, both in terms of the content and format, differ between researchers, academics and practitioners. This, without even considering the cultural differences which are still very pronounced and where sometimes, in reference systems, old historical humanist or technical-scientific quarrels re-emerge, mistakenly typed in an “Anglo-Saxon” or “Latin” approach. So, an acknowledgement: the same article can generate highly contradictory assessments. In this case, we are won over by the opinion of those who combine educational experience with their expertise. Closest to the fickle “standard”, that is what the difficult task of assessing which promises an approach could fulfil comes down to.

33We have chosen to present the different contributions in alphabetic order of authors: indeed, it was, in view of the diversity of the subjects covered, impossible to use any classification by speciality. This option has another advantage in that scientific contributions, theoretical considerations and practical case studies follow each other without transition. So the report gives a kaleidoscopic view of conservation and restoration and invites the reader to glance through its different facets, placing contributions in French and English side by side.

34Nevertheless, this has not been without editorial problems for us. In “pure science” type scientific publications, it is customary to mention all contributors under the status of author.  However, since the issue is reserved for young graduates, we therefore proposed mentioning the co-authors in the acknowledgements section. Furthermore, we have allowed both referencing types: traditional, with an infra-paginal annotation, as is customary in human and social sciences, or Anglo-Saxon, referring to the general bibliography. A final comment on the language.Several non-English speaking authors have made the courageous and risky choice to write in a language other than their own. We accepted the disadvantages of this challenge, which made the final editing even more difficult: we will forgive some awkward expressions, saluting the commitment to overcoming the barriers inherent in international communication.

35In terms of content and format, in this issue we have chosen to focus on the educational support. The quality of the approach and content and the originality of the subject have thus sometimes gained the endorsement of a hesitant scientific committee. Suggestions were made and the majority of authors humbly undertook the proposed revisions and corrections. Some texts had to be reworked several times, as part of a tutoring process which was enriching for both parties. Indeed, many of us have forgotten how communication is a process which is laboriously controlled: fluency comes only with practice. We do not want to repeat the common mistake of the labour market, which demands that a young graduate has experience, without giving him the chance to gain it. As part of this special issue, we wanted to half-open the door to scientific publishing to "first-time" authors, so they could see that, while the bar seems high, it is not insurmountable.

36We hope, through them, to have shown that “grey literature” such as research works, memoires and final theses is full of precious information that merits disclosure. But only the reader’s interest will tell us whether our approach should be pursued further, and whether it would be worth repeating the experience.

37Meanwhile, we can only invite future conservator-restorers to acquaint themselves with the work of their elders and follow their example.

To believe in every discovery is a profound mistake; it is to take the horizon as the limits of the world. (Antoine-Marin Lemierre)

38In this spirit we wanted to give a hint not of a single horizon, but horizons, plural. If they inspire and encourage them to join and exceed them, we too will have achieved one of our objectives. We hope you enjoy reading and invite you to submit your articles for the next issue of CeROArt, where the report will be dedicated to “Reinventing Methodologies”. It will appear on 15 April 2011.

39Access to the journal is free. Please register for the CeROArt Newsletter, which will notify the next issue. To register, click the link.

Top of page

Notes

1  European Confederation of Conservator-Restorers' Organisations http://www.ecco-eu.org/about-e.c.c.o./professional-guidelines.html

2  European Network for Conservation-Restoration Education http://www.encore-edu.org/encore/DesktopDefault.aspx?tabindex=1&tabid=1

3  European Confederation of Conservator-Restorers' Organisations http://www.ecco-eu.org/about-e.c.c.o./professional-guidelines.html

4  European Network for Conservation-Restoration Education http://www.encore-edu.org/encore/DesktopDefault.aspx?tabindex=1&tabid=1

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Introduction », CeROArt [Online], EGG 1 | 2010, Online since 20 November 2010, connection on 21 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1987

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art, où elle dispense entre autres les cours de Déontologie, Histoire et théories de la restauration et iconographie. Assistante de Coordination Icom-CC, groupe Histoire et théorie de la conservation-restauration.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org