Navigation – Plan du site
Dossier

Pyramide de Joël Hubaut, restauration d’une œuvre mixte

Aurélie Martin

Résumés

Pyramide est l’un des éléments de l’installation de Joël Hubaut intitulée Le Triangle de Gertrude dans la Voie Lactée. En 1983, le FNAC acquiert uniquement Pyramide considérée par l’institution comme une sculpture. Elle présentait un grand nombre d’altérations diverses liées à la variété de ses matériaux constitutifs. La grande diversité de matériaux impliquait de les identifier, d’établir un protocole de tests et de déterminer quels constituants (matériels ou immatériels) devaient être traités au cours de cette restauration.

Haut de page

Notes de la rédaction

École supérieure des Beaux-Arts de Tours – Dominique Biesel

Texte intégral

Introduction

  • 1  Communiqué de Presse, Paris, galerie Lara Vincy, 8 août 1982.

1Pyramide a été réalisée pour être l’élément central de l’installation Le triangle de Gertrude dans la Voie Lactée. L’artiste a conçu cette installation « à partir de l’articulation mixée de la peinture, de la performance, de l’écriture, de la musique et de la sculpture »1pour l’espace de la galerie Lara Vincy où elle fut exposée du 7 octobre au 15 novembre 1982. Le soir du vernissage, une performance, « Le lancer de camembert », réalisée à l’extérieur de la galerie et enregistrée au Livre Guiness des Records, invitait les visiteurs à entrer dans la galerie.

  • 2  Les termes signalés entre guillemets sont employés par Joël Hubaut pour qualifier ses œuvres ou de (...)

2À l’intérieur, Pyramide posée sur un lit de sable occupait tout l’espace central. Au-dessus, le Camembert soucoupe volante faisait écho à la performance qui venait de se dérouler. Sur le mur du fond, une grande peinture sur papier intitulée La Voie Lactée constituait une synthèse plastique du Manifeste de l’art dispersion rédigé par l’artiste quelque temps auparavant. Et sur le mur de droite, La Croix de Rosette, ensemble de quarante-sept petites peintures sur toile, était couverte des signes dits « épidemik »2

Fig.1 Installation Le triangle de Gertrude dans la Voie Lactée

Fig.1 Installation Le triangle de Gertrude dans la Voie Lactée

Vue de la galerie Lara Vincy avec Pyramide sur un lit de sable, Camembert soucoupe volante et Croix de Rosette.

Crédits : © 1982, Andrzej Paruzel, Paris, Galerie Lara Vincy

3Une autre action se déroula à l’intérieur de Pyramide le soir du vernissage : Joël Hubaut assis dans la pyramide/tipi invitait successivement les visiteurs à le rejoindre et à saisir une des quarante-sept clavicules de poulet, ou « os à vœux », suspendus à l’intérieur et à le briser en faisant un souhait.

4Le Fonds national d’art contemporain a acquis Pyramide seule en 1983, lui donnant ainsi le statut de sculpture, statut qui est aujourd’hui reconnu par l’artiste.

Description de Pyramide

5Pyramide est un assemblage de trois panneaux triangulaires en matériaux rigides, fixés entre eux à leur pointe. Une quatrième face, souple, constituée de deux tentures en cuir clouées en bordure de deux des panneaux clôt la pyramide. Les faces, disposées dans un sens précis, sont recouvertes de signes appelés par Joël Hubaut « signes épidémik » (croix, triangle, flèche, rond, « L » et « C ») et « bactéries de camembert » (formes organiques en relief évoquant des micro-organismes). Les dimensions de Pyramide permettent de pénétrer à l’intérieur. L’espace exigu ne permet pas de s’y tenir autrement que courbé ou assis. On ne se trouve plus là dans une « pyramide », mais dans un « tipi », d’ailleurs plus évocateur du jouet que de l’habitat amérindien. Dans la pénombre, à l'intérieur, on est entouré de plusieurs toiles peintes.

6Les différentes faces de Pyramide ont été nommées par Joël Hubaut.

7La face armoire normande en bois, est composée de feuilles de placage, de baguettes de différents types, tailles et sections définissant des secteurs orthogonaux, de représentations d’objets usuels (biberon, œuf à repriser, porte-rouleau...), d’éléments d’applique (cornière, corniches ornées, applique métallique de serrure...), et de formes du répertoire graphique de Joël Hubaut (signes « épidémik » et « bactéries de camembert »). Des reliefs sculptés au couteau viennent aussi s’insérer dans ce dispositif.

Fig. 2 Face Armoire normande

Fig. 2 Face Armoire normande

Un des trois panneaux rigides constituant Pyramide.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

8La face vitrine de l’épicerie du marché noir est structurée comme un casier de quatre-vingt-dix-neuf compartiments répartis sur onze niveaux, d’une à dix-sept cases.

Fig. 3 Face Vitrine de l’épicerie du marché noir

Fig. 3 Face Vitrine de l’épicerie du marché noir

Un des trois panneaux rigides constituant Pyramide.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

9Le tout est couvert d’une plaque en plexiglas, à l’exception de la première case, au sommet du triangle, destinée à contenir une ampoule aujourd’hui disparue qui, allumée, formait un halo circulaire évoquant le disque solaire. Les autres compartiments contiennent des compositions de petits objets, souvent « hybrides » et retravaillés, parfois recouverts des signes « épidémik » (« objets épidémik »), des photographies (noir et blanc, photographies d’identité et polaroïds) et des volumes rouges dits « bactéries de camembert ». Ces multiples objets sont associés en fonction de leurs caractéristiques formelles (taille, forme, couleur). Le troisième panneau, auquel Joël Hubaut n’a pas donné de nom, porte vingt-neuf signes en relief du répertoire « épidémik » dispersés sur la surface triangulaire. Ils semblent émerger du mortier de ciment qui recouvre toute la face externe du panneau.

Fig. 4 Panneau sans nom

Fig. 4 Panneau sans nom

Troisième face recouverte de béton,un des trois panneaux rigides constituant Pyramide.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

10Des taches de peinture noire et des touches de couleur (jaune, rose, bleu clair, vert pâle et rose saumon) animent la surface grise et granuleuse. La quatrième face, seul triangle souple, est constituée d’un assemblage de deux pans reliés à leurs extrémités supérieures et inférieures par des lanières de cuir. Tendus au niveau du sol comme une toile de tente, ils laissent une ouverture béante invitant le spectateur à pénétrer dans Pyramide. Chaque pan est cousu et brodé à la manière d’un patchwork. Des pièces de cuir de différentes teintes sont montées ensemble et des signes « épidémik » découpés dans des cuirs colorés sont appliqués sur toute la surface.

Fig. 5Entrée de Pyramide

Fig. 5Entrée de Pyramide

Pans de cuir souple : deux pans tendus au sol constituant l’entrée de Pyramide.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

  • 3  à l’actuel Musée d’Art Moderne-Lille Métropole en 1985.

11À son arrivée dans les ateliers de restauration de l’ESBAT, Pyramide n’avait plus été montée depuis son retour d’exposition à Villeneuve d’Ascq3. Elle se présentait alors sous la forme de trois panneaux triangulaires rigides et des deux tentures souples.

12Certaines parties de l’œuvre sont manquantes comme un javelot qui était planté dans la face recouverte de béton, des coussins et une robe déposés à l’intérieur, des toiles libres agrafées à l’intérieur, une baguette qui permettait de tendre les pans de cuir au niveau du sol.

Expression de l’épidémie dans l’œuvre de Joël Hubaut

13Joël Hubaut a rapidement développé dans sa production plastique le principe de l’épidémie et du « mixage épidémik ». Il continue d’ailleurs à utiliser ce leitmotiv dans ses œuvres les plus récentes.

  • 4  En 1976, Joël Hubaut expédie 10 000 cartes de « contamination affective », cartes en deux parties, (...)
  • 5  Croix, triangle, flèche, rond, « L » et « C » que Joël Hubaut dissémine sur ses œuvres ou sur des (...)

14L’épidémie s’exprime avec Pyramide par la prolifération et la contamination. Dans la face vitrine de l’épicerie du marché noir, comme des éléments mutagènes, quelques éléments produits antérieurement ou composés pour d’autres œuvres viennent s’insinuer « épidémiquement » dans le dispositif : une carte d’Épidémie romantik4(1976) reçue par Joël Hubaut, le Jeu de carte épidémik (1977), du Sucre épidémik (1975). Les autres faces de la pyramide sont également couvertes de « signes épidémiks »5. Et les os de poulet cassés à l’intérieur, en plus de leur caractère rituel, sont également transmis aux visiteurs qui vont ensuite se disperser en les emmenant tels les germes d’une maladie.

15À la manière de microorganismes, les signes et les objets prolifèrent sur les faces et à l’intérieur de Pyramide. Face vitrine de l’épicerie du marché noir, de nombreux petits objets sont répartis dans les quatre-vingt-dix-neuf cases.

Fig. 6 Détail de la face vitrine de l’épicerie du marché noir

Fig. 6 Détail de la face vitrine de l’épicerie du marché noir

De nombreux objets insérés dans les cases ont été couverts des « signes épidémiks » comme le sachet rouge au centre du cliché.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

  • 6  Courriel de l’artiste du 28 février 2008.
  • 7  Volumes rouges dits « bactéries de camembert » caractéristiques de l’iconographie développée sur P (...)

16On trouve là des pièces de toutes origines : des œuvres de l’artiste, des figures de l’imagerie populaire, des objets de récupération et autres symboles industriels trafiqués, etc. Ainsi disposés sur la paroi extérieure de la pyramide, tous ces objets évoquent à la fois un mobilier entreposé à l’intérieur d’une pyramide et tout un univers de croyances. Ce simulacre de bric-à-brac fait véritablement figure d’un arsenal prophylactique au fonctionnement garanti par la présence chamanique d’amulettes/gris-gris que l’artiste nomme des « micro-pièces hybride-bouinage »6. Seringues, comprimés et boîtes signalées « asepsie » prémunissent de l’« infection » annoncée par les « bactéries »7 et les hiéroglyphes de la face armoire normande, qui ont tout de même déjà couvert quelques objets industriels à la manière de logos publicitaires (le briquet de la case 75 par exemple) les transformant par peinture ou étiquetage en vecteurs de « l’art-dispersion ».

Identification des matériaux et constituants

17Face à un tel nombre de matériaux et à une telle diversité, un choix s’impose quant à l’identification des matériaux. Tous ne peuvent être identifiés faute de temps et de moyens. Nous avons alors favorisé l’identification précise par analyse des éléments pouvant poser problème au moment de la restauration ou dont la connaissance de la nature allait conditionner nos choix d’intervention.

Pour la restauration

18Face vitrine de l’épicerie du marché noir, les traces d’adhésif laissées par un large ruban d’emballage doivent être nettoyées.

 Fig. 7 Résidus d’adhésif sur la vitre en PMMA

 Fig. 7 Résidus d’adhésif sur la vitre en PMMA

Le large ruban d’emballage employé pour maintenir la vitre lors du transport a laissé un important dépôt d’adhésif brun.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

  • 8  Une vitre en polystyrène extrudé, de type styroglas® n’a pas la même sensibilité qu’une vitre en p (...)
  • 9  Rémillard, F., Identification des plastiques et des élastomères, sept tests miniaturisés, Paris, A (...)
  • 10  Analyses réalisées par Nathalie Balcar au C2RMF.

19Une identification de l’adhésif d’enduction comme du type de vitre synthétique est alors essentielle pour déterminer la gamme de solvants pouvant être utilisés8. Sur la troisième face, recouverte d’un mortier de ciment, le mélange de résine et ciment n’adhère plus aux formes en relief sous-jacentes. Ils doivent être consolidés par l’injection d’un coulis. La connaissance de la nature des deux substrats est alors impérative pour déterminer le type de consolidant et son solvant de mise en œuvre. Des microtests chimiques sont réalisés en atelier d’après les tests miniaturisés proposés par France Rémillard9, complétés par spectrométrie infrarouge10.

  • 11  Les cuirs tannés au chrome en bon état ont une température de dénaturation plus élevée que les cui (...)

20D’autre part, bien que les pièces de cuir aient en apparence conservé leur cohésion, elles peuvent avoir une tendance à la dénaturation même à température ambiante si elles se trouvent en présence d’eau. Cette mesure de température a été effectuée par enthalpimétrie différentielle à balayage (DSC) au laboratoire de la BNF. Elle nécessitait au préalable une identification du type de tannage11 réalisée dans ce même laboratoire.

Pour la connaissance de l’œuvre

  • 12  Patrick Zander, restaurateur à Joué-les-Tours (37).

21Pour les objets de la face vitrine de l’épicerie du marché noir et la face armoire normande, l’observation a été effectuée à l’œil nu et à la loupe. Les multiples matériaux ont été observés et identifiés avec la documentation bibliographique, par comparaison avec des matériaux commerciaux dont la composition nous était connue et avec l’aide de spécialistes. Par exemple, pour la face armoire normande, l’identification précise par analyse des essences de bois n’était pas primordiale. Toutefois, une cartographie du panneau a été réalisée et une identification visuelle a été réalisée avec un restaurateur de mobilier12.

22Des photographies de 1982 fournies par Joël Hubaut ont permis d’observer que l’organisation des objets dans les cases n’est pas la même aujourd’hui qu’en 1982. Les objets dans la face vitrine de l’épicerie du marché noir sont alors inventoriés dans le but de documenter l'œuvre et de comparer les deux configurations. L’inventaire est aussi l’occasion d’observer spécifiquement chaque objet, d’identifier la famille de « plastiques » dont il est issu et de déterminer sa sensibilité aux vapeurs et solvants organiques.

État de conservation

  • 13  Tétreault , J., « La mesure de l’acidité des produits volatils », Journal de l’ICC-CG, 1992, vol. (...)

23Le principal problème posé par la face vitrine de l’épicerie du marché noir réside dans la diversité de ses matériaux et leur conservation. Plusieurs de ces matériaux présentent un caractère acide ou sont susceptibles de libérer des vapeurs acides, notamment le châtaigner, l’acétate de cellulose et les autres polymères utilisés dans la fabrication des objets. La technique mise au point par Jean Tétreault13 utilisant des indicateurs pH imbibés de glycérine a permis de confirmer une tendance acide à l’intérieur de la face vitrine de l’épicerie du marché noir.

Fig. 8 Mesure de l’acidité des produits volatils sous la vitre

Fig. 8 Mesure de l’acidité des produits volatils sous la vitre

Des bandelettes pH imbibées de glycérine permettent de confirmer une tendance acide de l’atmosphère sous la vitre.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

24Les gaz présents sous la vitre sont susceptibles de détériorer plusieurs matériaux sensibles aux acides. Le panneau a par ailleurs été stocké dans les réserves en station verticale ce qui a provoqué des contraintes sur plusieurs objets collés qui se sont détachés (notamment les flacons en polyéthylène). Un large ruban adhésif marron mis en place sur le pourtour de la vitre en PMMA pour la maintenir dans sa feuillure a perdu son pouvoir collant, se détache du bois et encrasse tout le pourtour du Plexiglas®.

25Sur la face armoire normande, les feuilles de placage se décollent ponctuellement et se sont déformées. Des épaufrures sont localisées dans le bas, sur l’arête du plan de pose, et autour des zones d’arrachement. Plusieurs éléments se sont détachés et certains sont manquants.

26Sur l’autre panneau rigide, la face en béton, les altérations les plus importantes sont des craquelures, des fentes et des soulèvements entre le support et le mortier allant parfois jusqu'à un centimètre. Par ailleurs, l’adhésion est très mauvaise entre le mortier de ciment (mélange de ciment et de polyester) et les formes en polystyrène sous-jacentes qui créent le relief. L’interface très nette entre la résine et le mortier provoque un clivage du revêtement en larges plaques dures et cassantes.

27Sur les tentures souples, la majorité des cuirs récupérés par Joël Hubaut sont des cuirs de mouton tannés au chrome. Une mesure de la température de dénaturation a montré que plusieurs pièces de cuir étaient dans un très mauvais état de conservation. Un apport d’eau durant les opérations de restauration est alors inenvisageable et la chaleur devra être contrôlée si elle est utilisée au cours du traitement pour ne pas atteindre la température de dénaturation (45 °C). À certains endroits, le cuir s’est déchiré sur quelques centimètres. Les résidus d’adhésif utilisés pour le montage des formes colorées sur le panneau lors de la mise en œuvre se sont encrassés.

Problématique de la multiplicité des « constituants » pour la restauration

28La grande diversité de matériaux rend indispensable la mise en place d'un protocole de tests de sensibilité pour déterminer le type de produit et de solvants pouvant être utilisé sans risques pour les matériaux eux-mêmes et les matériaux environnants.

29Un travail de veille documentaire sur les matériaux plastiques permet alors de recouper les informations et de réduire la gamme des solvants utilisables sans risques. Celle-ci s’est rapidement réduite à l’eau et l’éthanol ; le white spirit pouvant parfois être utilisé lorsqu’aucun objet sensible par contact ou par vapeur se trouve à proximité. Cette contrainte a alors un impact non seulement sur les produits de nettoyage, mais également sur les adhésifs pour lesquels le solvant de réversibilité doit faire partie de la gamme sélectionnée. Aussi, pour les collages, nous avons préféré l'emploi d'adhésifs en émulsion aqueuse réversibles dans les alcools (seuls solvants susceptibles de n'interagir avec aucun des matériaux présents), ou d'adhésifs en solution dans ce type de solvant.

30Par exemple, le Plextol®B500, émulsion acrylique, présente ces avantages et conserve une grande souplesse après séchage. Il est testé avec succès sur les bords d'éprouvettes de polaroïds, rubans adhésifs en PVC, ou d'objets en polystyrène par exemple. Plusieurs objets détachés peuvent alors être collés avec cet adhésif. Pour d'autres, n'étant pas aussi efficace, nous pouvons utiliser un autre adhésif acrylique, le Paraloïd® B72, en solution dans le 2-butanol. C'est le cas des objets en verre.

31Dans la majorité des cas, nous pouvons allier innocuité, réversibilité et efficacité. En revanche, les flacons en polyéthylène demeurent une exception et ne peuvent être collés avec ces adhésifs. En effet, les surfaces de basses énergies comme le polyéthylène et le polypropylène restent difficiles à coller. Parmi tous les adhésifs testés, seul un cyanoacrylate avec un activateur, le n-heptane, s’est révélé efficace. Son seul inconvénient est sa réversibilité dans l'acétone. Toutefois, les flacons de polyéthylène se trouvant toujours seuls dans la case ou avec des objets non sensibles aux cétones nous pouvons exceptionnellement employer cet adhésif.

32Des tests de sensibilité ont également été menés sur certaines pièces de cuir. Pour fermer les deux pans lors du montage de Pyramide, les pièces de cuir en périphérie des pans, déjà fragiles, vont à nouveau être sollicitées mécaniquement. Un doublage est nécessaire pour éviter qu’elles ne se déchirent. Dans le but de ne pas créer de nouvelles contraintes dans le matériau, nous avons choisi de les doubler entièrement avec un intissé de polyester, sélectionné pour sa résistance mécanique, son aspect transparent et ses fibres hétérogènes. Le choix de l’adhésif a fait l’objet de nombreux tests de sensibilité aux solvants et à la chaleur. Seuls les solvants aromatiques ne provoquaient pas d’auréoles à la surface des cuirs et nous avons choisi d’utiliser un mélange de résine réactivable à chaud, le Beva®371. Il a été au préalable appliqué sur l’intissé de polyester pré-teinté, puis fixé aux pièces de cuir par la chaleur. La température a été contrôlée au cours du doublage pour ne jamais atteindre 45 °C (température de dénaturation mesurée sur des échantillons prélevés sur ces cuirs). Le doublage ainsi réalisé au revers des pièces est très discret.

Fig. 9 Doublage des cuirs

Fig. 9 Doublage des cuirs

Le revers des pièces de cuir les plus fragiles du pan de la face armoire normande après doublage.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

Quoi restaurer ?

33Pyramide est une combinaison d’éléments matériels et non matériels. Son image est indissociable du « geste artistique » de récolte des vœux. Dans le but de définir le cadre de cette action et éventuellement sa « réactivation », nous avons interrogé Joël Hubaut et avons alors dénombré plusieurs éléments manquants (le contexte, les personnalités invitées lors du premier vernissage, les toiles libres à l’intérieur contribuant au caractère intimiste de l’échange, etc.).

34Par ailleurs, lors de notre dernier entretien, l’artiste nous a clairement dit que cette action ne devait pas se faire à chaque présentation de l’œuvre. Une systématisation de la « récolte des vœux » à chaque présentation de Pyramide irait alors à l’encontre de la volonté de l’artiste et du caractère libre et spontané de son œuvre. Les documents dont nous disposons nous permettent alors de créer une documentation de ce geste artistique pour garantir sa conservation. Elle vient enrichir la documentation constituée au cours de la restauration sous la forme d’un mémoire, d’un inventaire, de photographies et d’entretiens.

35Sur une proposition de Joël Hubaut et en concertation avec le FNAC, nous avons choisi de présenter quelques os de poulet suspendus à l’intérieur de Pyramide et visibles depuis l’ouverture entre les deux tentures en cuirs comme des « objets mémoriels du geste artistique ». Un cartel développé explicite la récolte des vœux en précisant les modalités de son déroulement. Les coussins et les toiles libres manquants seront remplacés par Joël Hubaut s’il décide de refaire sa performance.

36Par ailleurs, Le FNAC considère que Pyramide est aujourd’hui une œuvre muséale et que son aspect extérieur prime sur sa fonction intérieure. Ainsi, seuls les éléments manquants visibles de l’extérieur comme l’ampoule allumée face vitrine de l’épicerie du marché noir, le javelot face béton, et les os de poulet à l’intérieur de la pyramide sont restitués dans le cadre de cette restauration. Notre intervention est alors d'ordre matériel. Elle doit permettre la « réactivation » de la pièce et une nouvelle récolte des vœux si elle est décidée par l’artiste ou l’institution. Elle concerne des interventions de conservation curative, des interventions de restauration, et enfin de conservation préventive.

37L’intervention la plus indispensable au « geste artistique » et à sa transmission est le remontage de Pyramide, qui n’a plus été exposée depuis 1985. Insuffisant par rapport au poids des panneaux, l’ancien système de fixation (deux équerres de fixation au sommet de la face vitrine de l’épicerie du marché noir) a été complété par un système de sangle à la base évitant que les panneaux ne s’écartent sous l’effet de leur propre poids. Des pattes de fixation comportant un retour pour le passage et le maintien de la sangle sont fixées à chaque angle de chaque panneau à l’intérieur de Pyramide de manière à répartir les forces exercées sur les quatre angles. L’utilisation d’une sangle à cliquet permet également de resserrer les panneaux côté ouverture pour obtenir l’écartement nécessaire à la fixation des pans en cuirs. Une marque sur la sangle permet l’ajustement le plus précis possible.

38Un support de montage est également élaboré afin de limiter les manipulations directes et de faciliter l’assemblage des trois faces.

Fig. 10 Support de montage

Fig. 10 Support de montage

Le support provisoire de montage permet de maintenir la face vitrine de l’épicerie du marché noir en place pendant l’installation de Pyramide.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

39Le support est conçu pour maintenir la face vitrine de l’épicerie du marché noir (la plus lourde et sur laquelle est installé le système original de fixation) dans sa bonne inclinaison pendant que l’équipe installe les autres faces. Il permet de réduire le nombre de personnes nécessaires au montage à un minimum de deux. Il est par ailleurs conçu pour être déplacé à l’aide d’un transpalette. Complété par un schéma de montage, le nouveau système et le support provisoire devraient faciliter l’installation et la présentation de Pyramide.

Fig. 11 Schéma de montage

Fig. 11 Schéma de montage

Schéma indiquant chronologiquement les phases principales du montage de Pyramide.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

Conclusions

40Pyramide est un véritable cas d’école. La restauration de cette œuvre a été l’occasion tant d’étudier un grand nombre de matériaux que de se pencher sur la problématique de la conservation et de la transmission de composants non matériels. Les choix de restaurations ne s’imposent pas d’emblée et l’implication de l’artiste et des représentants du FNAC sont importants lorsqu’il s’agit de restituer des éléments perdus ou manquants ou de savoir si la pièce doit être réactivée ou conservée à la manière d’une « relique de performance ».

41Ainsi, les nombreuses interventions réalisées sur Pyramide ont permis de restituer une cohésion à la pièce, de stabiliser son état et de constituer une documentation de ses différents états et possibles modalités de présentation. Ces interventions ont respecté les souhaits de Joël Hubaut, en accord avec les responsables du FNAC.

  • 14  Autoportrait photographique de Joël Hubaut grimé en pharaon avec slip de bain, torchon de cuisine, (...)

42À ce jour, le « javelot » n’a pas été retrouvé. En concertation avec le FNAC, Joël Hubaut propose la réalisation d’un nouveau javelot dont la date récente sera précisée sur le cartel. Il est alors fabriqué par l’artiste pour la soutenance du diplôme. Par ailleurs, un cartel développé accompagné de la photographie Autoportrait du Faraon Phromage14 sera présenté à chaque exposition pour faire état du « geste artistique » de la récolte des vœux, sans lequel l’image de Pyramide serait incomplète.

Fig. 12 Pyramide après restauration

Fig. 12 Pyramide après restauration

L’œuvre exposée à l’ESBAT pour la soutenance du DNSEP.

Crédits : © 2009, Aurélie Martin

43.

Haut de page

Notes

1  Communiqué de Presse, Paris, galerie Lara Vincy, 8 août 1982.

2  Les termes signalés entre guillemets sont employés par Joël Hubaut pour qualifier ses œuvres ou des éléments et concepts qui s’y rapportent.

3  à l’actuel Musée d’Art Moderne-Lille Métropole en 1985.

4  En 1976, Joël Hubaut expédie 10 000 cartes de « contamination affective », cartes en deux parties, dont l’une, un « certificat de contamination », est à renvoyer à son expéditeur. Les correspondants s’engagent ainsi à réaliser une « trace épidémik » (HUBAUT, J., Re-mix épidémik, esthétique de la dispersion, Dijon, Les Presses du reel / Caen, FRAC Basse-Normandie, 2006, p. 100.).

5  Croix, triangle, flèche, rond, « L » et « C » que Joël Hubaut dissémine sur ses œuvres ou sur des œuvres connues d’autres artistes.

6  Courriel de l’artiste du 28 février 2008.

7  Volumes rouges dits « bactéries de camembert » caractéristiques de l’iconographie développée sur Pyramide, dans la mythologie du Triangle de Gertrude créée par Joël Hubaut et dans le discours qui y est associé.

8  Une vitre en polystyrène extrudé, de type styroglas® n’a pas la même sensibilité qu’une vitre en polyméthylmétacrylate, de type plexiglas®.

9  Rémillard, F., Identification des plastiques et des élastomères, sept tests miniaturisés, Paris, ARAAFU, 2000.

10  Analyses réalisées par Nathalie Balcar au C2RMF.

11  Les cuirs tannés au chrome en bon état ont une température de dénaturation plus élevée que les cuirs de tannage végétal.

12  Patrick Zander, restaurateur à Joué-les-Tours (37).

13  Tétreault , J., « La mesure de l’acidité des produits volatils », Journal de l’ICC-CG, 1992, vol. 17, p. 17-25.

14  Autoportrait photographique de Joël Hubaut grimé en pharaon avec slip de bain, torchon de cuisine, tétine de biberon, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Installation Le triangle de Gertrude dans la Voie Lactée
Légende Vue de la galerie Lara Vincy avec Pyramide sur un lit de sable, Camembert soucoupe volante et Croix de Rosette.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 2 Face Armoire normande
Légende Un des trois panneaux rigides constituant Pyramide.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 Face Vitrine de l’épicerie du marché noir
Légende Un des trois panneaux rigides constituant Pyramide.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4 Panneau sans nom
Légende Troisième face recouverte de béton,un des trois panneaux rigides constituant Pyramide.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 5Entrée de Pyramide
Légende Pans de cuir souple : deux pans tendus au sol constituant l’entrée de Pyramide.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 6 Détail de la face vitrine de l’épicerie du marché noir
Légende De nombreux objets insérés dans les cases ont été couverts des « signes épidémiks » comme le sachet rouge au centre du cliché.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre  Fig. 7 Résidus d’adhésif sur la vitre en PMMA
Légende Le large ruban d’emballage employé pour maintenir la vitre lors du transport a laissé un important dépôt d’adhésif brun.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 8 Mesure de l’acidité des produits volatils sous la vitre
Légende Des bandelettes pH imbibées de glycérine permettent de confirmer une tendance acide de l’atmosphère sous la vitre.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 9 Doublage des cuirs
Légende Le revers des pièces de cuir les plus fragiles du pan de la face armoire normande après doublage.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 10 Support de montage
Légende Le support provisoire de montage permet de maintenir la face vitrine de l’épicerie du marché noir en place pendant l’installation de Pyramide.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 11 Schéma de montage
Légende Schéma indiquant chronologiquement les phases principales du montage de Pyramide.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 12 Pyramide après restauration
Légende L’œuvre exposée à l’ESBAT pour la soutenance du DNSEP.
Crédits Crédits : © 2009, Aurélie Martin
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1856/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Martin, « Pyramide de Joël Hubaut, restauration d’une œuvre mixte », CeROArt [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://ceroart.revues.org/1856

Haut de page

Auteur

Aurélie Martin

Aurélie Martin est restauratrice diplômée de l’ESBAT, spécialisée en œuvres sculptées et art contemporain. Installée en indépendante depuis le dernier semestre 2009, elle est temporairement hébergée par le laboratoire d’ARC-Nucléart où elle mène une recherche sur les œuvres composites employant la mousse polyuréthane (avec le soutien du CNAP, ministère de la Culture et de la Communication, allocation de recherche en restauration).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org