Navigation – Plan du site
Dossier

Les tüchlein et les succhi d’erba 

Vers une compréhension sémantique, technique et technologique.
Aurélie Minet

Résumés

Les tüchlein et les succhi d’erba sont deux techniques de peinture sur toile qui suscitent la curiosité et le questionnement du grand public comme des spécialistes du patrimoine artistique. Dans le cadre d’un mémoire de fin d’études réalisé en 2009, ces deux techniques ont été confrontées du point de vue sémantique, technique et technologique. Une proposition de traitement à l’aide d’« éponges nanomagnétiques » fut également étudiée. Cet article présente la méthodologie utilisée lors de cette recherche et réalise une synthèse des résultats obtenus par les différentes investigations et expérimentations.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ecole supérieure des Arts Saint-Luc de Liège – Contact : Nico Broers

Texte intégral

Introduction sémantique et historique

1Cette étude a débuté par la comparaison de deux types de peinture sur toile que tout semble séparer du point de vue historique, mais qui présentent un intérêt certain au niveau sémantique, technique et technologique, les tüchlein et les succhi d’erba.

Tüchlein

  • 1  La littérature admet d’autres orthographes du terme tüchlein telles que tüechlein ou tuechlein.
  • 2  DUBOIS, H ; KHANJIAN, H. ; SCHILLING,M. ; WALLAERT, A., «  A Late Fifteenth Century Italian Tüchle (...)

2Tüchlein est un mot d’origine allemande, « Tüch » signifiant « tissus » et « Lein » signifiant « lin »1. Dans la littérature moderne, ce terme est généralement utilisé pour décrire une peinture exécutée avec un médium à base d’eau sur une fine toile de lin : elle était préparée avec une simple couche d’encollage et occasionnellement un lavis pigmenté.2

  • 3  DUBOIS, H ; KHANJIAN, H. ; SCHILLING,M. ; WALLAERT, A., «  A Late Fifteenth Century Italian Tüchle (...)

3La technique du tüchlein est typique du Nord (notamment en Flandres et en Allemagne) du XIVe et XVe siècle. Elle a par la suite été exportée notamment en Italie où l’on retrouve très souvent l’expression « a guazzo » dans des inventaires.3

  • 4  WOLFTHAL, D., The beginningsof Netherlandish Canvas Painting : 1400-1530, Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 5  WOLFTHAL, D., The beginningsof Netherlandish Canvas Painting : 1400-1530, Cambridge, Cambridge Uni (...)

4Diane Wolfthal qui a consacré une monographie au sujet4, fait notamment un lien étroit entre le développement d’une production de peinture sur toile à moindre coût (rapidité d’exécution et coût moindre des matériaux) et la réalisation de tapisserie.5

  • 6  URBACH, Z., « Notes on Bruegel’s Archaism. His relation to Netherlandish Painting and Other Source (...)

5Du point de vue historique, la technique du tüchlein tend à disparaître au cours du XVIe siècle. Pieter Bruegel l’Ancien fut d’ailleurs dans le Nord de l’Europe l’un des derniers grands maîtres à se lancer dans la réalisation de telles œuvres.6

Fig. 1 Tüchlein

Fig. 1 Tüchlein

Pieter Bruegel l’Ancien, Adoration des Mages, 1555-1563. Musée d’Art Ancien Bruxelles

Crédits : Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique/Speltdoorn

Fig. 2 Tüchlein

Fig. 2 Tüchlein

Détails. Pieter Bruegel l’Ancien, Adoration des Mages, 1555-1563. Musée d’Art Ancien Bruxelles

Crédits : Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique/Speltdoorn

Succhi d’erba

  • 7  L’expression peut également s’orthographier de la manière suivante sughi d’erba.
  • 8  MINET, A., Tüchlein et succhi d’erba – problématique sémantique et problématique du nettoyage – pr (...)

6Succhi d’erba7 est une expression d’origine italienne. Succhi est le pluriel du mot succo qui se traduit en français par jus. Erba signifie, en français, herbe. L’expression signifie donc étymologiquement « jus d’herbe ». Plus précisément, les succchi d’erba peuvent se définir comme : « technique de peinture utilisant une couleur préparée à l’aide de colorants végétaux, avec de préférence l’alun comme mordant et appliquée sur un support toile non préparé, généralement en lin ou en soie. Technique très répandue dès le XVe siècle et jusqu’au début XVIIIe siècle, principalement en Italie et destinée à imiter l’art de la tapisserie. ».8

  • 9  PIGNATELLI, G., « I succhi d’erba », dans Le dimore storiche, 2001, Numéro 46, pp.12-13.

7Avant cela, au Moyen Âge, les succhi d’erba étaient utilisés comme modèles pour la création de tapis et d’étoffes brodées en remplacement des traditionnels cartons et comme éléments décoratifs. À partir du XVIe siècle, ils servent pour les décors de théâtre et commencent à devenir des décorations intérieures permanentes imitant l’aspect des tapis dans les riches demeures. Au XVIIe siècle, à l’époque baroque ils sont très appréciés des artistes pour la rapidité technique grâce à laquelle ils peuvent exécuter leurs œuvres et obtenir un aspect final comparable à celui d’une aquarelle.9

Fig. 3 Succhi d’Erba

Fig. 3 Succhi d’Erba

Giovanni-Francesco Romanelli, Le combat de Barak contre Sisera, XVIIe siècle. Musée du Louvre.

Crédits : (Réunion des Musées Nationaux)

Mise en évidence d’une problématique de conservation-restauration : le nettoyage

  • 10  CARDON, D., Le monde des teintures naturelles, Paris, Ed.Belin, 2003.DELAROZIERE, M.-F. ; GARCIA, (...)

8Afin d’aborder ces deux techniques sous l’angle de la conservation-restauration, nous avons jugé important de confronter les caractéristiques communes des tüchlein et des succhi d’erba à savoir : absence de préparation, support (généralement une fine toile de lin pour les tüchlein ; un support lin ou soie pour les succhi d’erba), aspect mat, trame marquée et pourtour (de couleurs noir, brun ou ornementatif pour les tüchlein ; ornementatif pour les succhi d’erba).10

Fig. 4 Tableau récapitulatif des caractéristiques des tüchlein et des succhi d’erba

Fig. 4 Tableau récapitulatif des caractéristiques des tüchlein et des succhi d’erba

Les caractéristiques semblables entre les deux techniques sont indiquées en violet.

Crédits : A. Minet

9Au niveau de l’encollage, précisons que pour les tüchlein, il est difficile de savoir si le support était préalablement encollé ou non vu qu’il s’agit d’un encollage de même type que le liant utilisé pour cette technique. Néanmoins, lors de nos expérimentations pratiques, nous avons observé que, lorsque la toile n’était pas encollée, la couleur apparaissait au revers du support et inversement. Des traces de couleurs retrouvées au revers du support, par exemple dans L’Adoration des Mages de Brueghel, indiqueraient que la toile n’était pas encollée préalablement. Dans La Parabole des aveugles, du même artiste, on peut observer également des traces de couleurs au revers de la toile sauf sur la surface représentant les acteurs de la scène.

10Notre hypothèse serait dans ce cas : les peintres utilisant cette technique travaillaient par endroits dans la composition sans encollage préalable du support toile et par d’autres avec encollage. Après l’expérimentation pratique de cette technique, nous avons considéré qu’il était plus aisé d’obtenir un trait de précision avec le pinceau sur une surface préalablement encollée. Ceci pourrait justifier le fait d’encoller uniquement les surfaces à peindre représentant les personnages.

Fig. 5 et 6  Tüchlein : avers et revers d’une œuvre

Fig. 5 et 6  Tüchlein : avers et revers d’une œuvre

Pieter Bruegel l’Ancien, Parabole des Aveugles, 1568. Museo e Gallerie Nazionali di Capodimonte

Crédits : Rome/Pedicini – I.R.P.A./K.I.K.

11Cette approche préalable nous a permis d’envisager une problématique liée à la conservation-restauration de ce type d’œuvre : le nettoyage.

12Le traitement des tüchlein et des succhi d’erba est difficile et périlleux du fait qu’ils ne possèdent pas de préparation et que par conséquent leur support toile est absorbant. La couche colorée de ces artefacts présente, de par son caractère également absorbant, une contrainte lorsqu’on envisage un traitement de nettoyage.Enfin, ces œuvres sont réalisées sur un support toile qui a généralement perdu de sa souplesse, qui est assez cassant et qui révèle une fragilité certaine. De ce fait, la plupart des substances en solution vont pénétrer facilement dans toute l’épaisseur de l’œuvre et seront ainsi visibles au revers de la toile.

Proposition de traitement à l’aide d’ « éponges nanomagnétiques »

  • 11  Terme utilisé par Monsieur Piero Baglioni notamment dans l’article suivant : BAGLIONI, P. ; BONINI (...)
  • 12  DJABOUROV, M. ; GUENET, J.- M., « Les gels, des liquides qui ne coulent pas », dans Pour la scienc (...)

13Pour pallier ces problèmes, nous avons envisagé une proposition de traitement à l’aide de gels combinés avec l’utilisation d’ « éponges nanomagnétiques »11. Un gel est un ensemble de molécules organiques ou minérales qui se sont réunies afin de former un maillage, un réseau tridimensionnel enfermant un liquide.12

  • 13  CARLSON, J. ; CHRISTIAN PETERSEN W. ; KHANDEKAR N. ; KHANJIAN H. ; MILLER D. ; STULIK, D. ; WOLBER (...)
  • 14  CARLSON, J. ; CHRISTIAN PETERSEN W. ; KHANDEKAR N. ; KHANJIAN H. ; MILLER D. ; STULIK, D. ; WOLBER (...)

14Il s’agit donc en général d’une substance à base d’eau, épaissie avec un polymère ou un autre matériau de haut poids moléculaire.13 On compte principalement parmi les composants du gel : des composés actifs, des épaississants, des surfactants/tensioactifs, des substances tampons. L’objectif du gel est de véhiculer un composé actif de nettoyage sur la surface à traiter. Ses avantages sont multiples et parmi les plus significatifs, on peut noter : le ralentissement et le contrôle du temps de rétention de la substance, le contrôle de la pénétration par limitation de l’action capillaire, le contrôle de la durée de contact entre le gel et la surface et ainsi le meilleur contrôle de l’efficacité des composés actifs sur celle-ci.14

15Les gels possèdent également des inconvénients dont le plus gênant dans le cadre de cette recherche est qu’ils sont inadaptés aux surfaces poreuses pour lesquelles le gel serait difficile à enlever et où des résidus pourraient s’incruster.

16L’utilisation d’éponges nanomagnétiques pourrait réduire ces inconvénients afin de rendre possible l’utilisation de gels pour le nettoyage d’œuvres telles que les tüchlein et les succhi d’erba. Cette technique a été mise au point par l’équipe dirigée par M. Baglioni, professeur de physique-chimie à l’université de Florence.

  • 15  BAGLIONI, P. ; BONINI M. ; LENZ, S. ; GIORGI, R., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works (...)
  • 16  BAGLIONI, P. ; BONINI M. ; LENZ, S. ; GIORGI, R., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works (...)

17Les éponges nanomagnétiques consistent en des nanoparticules magnétiques qui, associées à des polymères « acrylamide éthylène oxyde », vont produire des éponges pouvant être chargées avec des microémulsions d’huile dans l’eau (microémulsion maigre) ou des solutions micellaires formant un gel sensible magnétiquement.15Précisons donc qu’il ne s’agit pas d’éponge au sens strict, mais que ce terme a été choisi par P. Baglioni, sans doute pour mettre en évidence le caractère absorbant de celle-ci. Le gel sensible magnétiquement pourrait être utilisé dans le domaine du nettoyage en conservation-restauration d’œuvres d’art.16

  • 17  Il est étendu par « réalisation de l’éponge nanomagnétique », non le simple chargement de l’éponge (...)

18Les avantages des éponges nanomagnétiques  selon P. Baglioni sont multiples, mais celui qui nous intéresse plus particulièrement dans le cadre de l’expérimentation qui a été menée, est l’absence de résidus sur la surface traitée. Les inconvénients potentiels des éponges nanomagnétiques sont de deux ordres. Tout d’abord, cette méthode est toute récente et il faut ainsi garder à l’esprit qu’elle n’a pas encore eu l’occasion d’être testée par la plupart des professionnels et qu’elle présente donc certains risques dus au manque de recul. La nature de ces éponges pourrait par exemple avoir des effets ou influencer le comportement de certains pigments. D’autre part, le protocole élaboré par P. Baglioni pour la réalisation d’éponges nanomagnétiques17 nécessite selon nous, la réunion d’un capital humain (par exemple la collaboration d’un chimiste) plus important que celui requis pour les autres méthodes de nettoyage où le conservateur-restaurateur est formé à réaliser lui-même ses préparations.

Protocole d’expérimentation

19Dans la perspective de ce traitement, nous avons établi un protocole d’expérimentation permettant de réaliser une série d’échantillons. Les objectifs étaient de vérifier les possibilités de mise en pratique des sources étudiées lors de la première partie de cette recherche, d’avoir une première approche de la mise en oeuvre des techniques de tüchlein et de succhi d’erba et de disposer d’une série d’échantillons sur lesquels poursuivre les expérimentations concernant le nettoyage.

20En ce qui concerne les matériaux utilisés pour la réalisation des échantillons, ils ont été choisis parmi les matériaux des fournisseurs actuels, ceux présentant un maximum de caractéristiques communes aux matériaux utilisés à l’époque des tüchlein et des succhi d’erba.

21La première étape des expérimentations fut le choix de matériaux permettant de réaliser une série d’échantillons. Comme support, nous avons retenu une toile de lin et pour chacune des deux techniques de peinture sur toile, deux pigments utilisés généralement par les artistes pour celles-ci (pour les tüchlein : l’azurite et la malachite, pour les succhi d’erba : la gaude et le noir de fumée). En ce qui concerne l’encollage, pour chacune des deux techniques (tüchlein et succhi d’erba), nous avons réalisé une partie des échantillons avec un encollage de type protéinique et l’autre partie sans encollage. Au niveau des mordants pour réaliser les échantillons avec la technique des succhi d’erba, nous avons testé l’alun et la crème de tartre.

22Enfin, pour certains échantillons de la catégorie des succhi d’erba, la gomme arabique a été utilisée.

23Chacun des matériaux utilisés lors de ces expérimentations a été caractérisé par des observations à l’œil nu, sous microscope et par des analyses F.T.I.R. (Fourier Transformed InfraRed spectroscopy - spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier) afin de pouvoir durant la suite du protocole d’expérimentation comprendre plus facilement les modifications qui pourraient survenir.

24Ensuite, une partie des échantillons a été encollée avec une colle de peau à 7%, l’autre partie n’a pas été encollée et les différentes couches colorées ont été appliquées sur le support toile. Pour les échantillons de tüchlein, l’azurite et la malachite ont été préparées avec trois liants différents : une colle de peau à 8%, à 9% et à 10%. La couche colorée a été appliquée à chaud.Pour les échantillons de succhi d’erba et afin de préparer la gaude et le noir de fumée, nous nous sommes tournés vers des ouvrages traitants des teintures textiles, des pigments ou colorants végétaux ainsi que des recherches scientifiques en matière de colorants. Néanmoins afin de rester fidèle aux caractéristiques que nous avons définies pour la technique du succhi d’erba, nous avons réalisé une adaptation des techniques de teinture sur textiles. À la suite de ces échantillonnages, de nouvelles observations à l’œil nu et sous microscope ainsi que des examens F.T.I.R. ont été effectués.

  • 18  ISO., Textile floor coverings – Laboratory soiling tests – Part 2 : Drum test, ISO11378-2 :2001, 2 (...)

25La seconde étape du protocole d’expérimentation a consisté en la souillure artificielle des échantillons avec la collaboration du centre Centexbel de Gand (http://www.centexbel.be/​). Pour réaliser cette souillure artificielle, nous avons utilisé le Drumtest18. Cette méthode possède divers avantages.

  • 19  WOLBERS, C., «The Use of a Synthetic Soiling Mixture as a Means for Evaluating the Efficacity of A (...)

26Elle est normalisée internationalement (norme ISO 1378-2 :2001) ce qui implique la possibilité de reproduire les résultats obtenus. Elle permet également de tester l’influence des détergents et autres traitements sur la souillure. Le Drumtest est plus rapide et moins coûteux que les méthodes utilisant des solvants (telle que la « méthode Wolbers »19). Enfin, cette méthode ne demande qu’un espace réduit pour son utilisation et ne présente pas de danger pour la santé de l’utilisateur.

Fig. 7 Schémas résumant la préparation de la souillure artificielle

Fig. 7 Schémas résumant la préparation de la souillure artificielle

Crédits : A. Minet

Fig. 8 Schémas résumant les différentes étapes du Drumtest

Fig. 8 Schémas résumant les différentes étapes du Drumtest

Crédits : A.Minet

27Après avoir réalisé la souillure artificielle des échantillons, nous avons poursuivi par la préparation des éponges nanomagnétiques et des microémulsions avec le soutien du Centre Européen d’Archéométrie et du CERM (Centre d’Etude et de Recherche sur les Macromolécules) de l’Université de Liège.Nous avons ensuite réalisé une expérimentation en trois étapes : la préparation d’un ferrofluide, la préparation de l’éponge nanomagnétique et la préparation des microémulsions.

28En ce qui concerne la préparation d’un ferrofluide, le résultat obtenu est très satisfaisant pour ce qui est du caractère magnétique du fluide noir comme l’on peut l’observer sur les images ci-dessous. Un aimant permanent a été placé au-dessus du fluide obtenu et on peut aisément observer que ce dernier est attiré par l’aimant magnétique.

Fig. 9 Ferrofluide réalisé lors des expérimentations

Fig. 9 Ferrofluide réalisé lors des expérimentations

Crédits : A. Minet

Fig. 10 Piques obtenues sur l’aimant permanent après récolte du ferrofluide

Fig. 10 Piques obtenues sur l’aimant permanent après récolte du ferrofluide

Crédits : A.Minet

29Pour ce qui est de la préparation de l’éponge nanomagnétique, lors des différents essais de reproduction du protocole de M. Baglioni, nous n’avons pu obtenir les résultats escomptés. En effet, à la place du gel sensible magnétiquement espéré, nous avons récolté un fluide, légèrement visqueux avec un caractère magnétique insuffisant selon nous pour être appliqué sur un support et ensuite retiré de ce dernier à l’aide d’un aimant permanent. Outre cela, le fluide visqueux obtenu présente une couleur noire prononcée qui semble tacher le verre.

30Nous avons dès lors tenté avec M. Lecomte, M. Grignard et M. Herwats, tous trois chercheurs au CERM, la mise au point d’un gel sensible magnétiquement. Au niveau du caractère gel du produit obtenu, les résultats sont très encourageants même si lors de nos essais les gels restaient assez friables. En ce qui concerne le caractère magnétique de ces gels, les tests effectués sont très insatisfaisants. Des recherches approfondies devraient donc encore être menées afin d’obtenir un produit final qui allierait les caractéristiques d’un gel et un magnétisme suffisant pour être retiré d’une surface à l’aide d’un aimant permanent.

Fig. 11 Essais de préparation de gels sensible magnétiquement avec l’aide des chercheurs du CERM.

Fig. 11 Essais de préparation de gels sensible magnétiquement avec l’aide des chercheurs du CERM.

Crédits : A. Minet

31Par rapport à la préparation des microémulsions « huile dans l’eau » destinées au départ à être chargées dans l’éponge nanomagnétique, les résultats peuvent être considérés comme très satisfaisants. Nous avons obtenu une microémulsion de couleur transparente (microémulsion n°1 : Triton X-100 – H2O déionisée – o-xylène) et une microémulsion de couleur blanchâtre (microémulsion n°2 : Tween 20 – polyéthylèneglycol – H2O déionisée – o-xylène) qui ont toutes deux été testées sur les différents échantillons lors de la quatrième étape de ce protocole d’expérimentation.

32La quatrième étape de l’expérimentation a consisté en des tests de nettoyage à l’aide des deux microémulsions obtenues précédemment. Afin de juger de la qualité des deux émulsions sur les échantillons, nous avons réalisé diverses observations, d’une part sur les échantillons traités et d’autre part sur les cotons imbibés de microémulsions et ayant servis au nettoyage de ces échantillons : observation à l’œil nu, observation sous microscope, observation des spectres F.T.I.R. (uniquement à partir des échantillons).

33Les observations à l’œil nu ont permis de conclure que les deux microémulsions présentent de bons résultats sur l’ensemble des échantillons excepté sur les échantillons de noir de fumée. Ces conclusions ont pu être confirmées par les observations sous microscope, même si celles-ci apportent des nuances :

34au niveau des échantillons :

  • pour les tüchlein : on observe une usure (par usure, j’entends qu’une partie du liant semble avoir disparu et la quantité de pigments semble avoir diminué).

  • pour les succhi d’erba : la microémulsion n°2 a moins bien agi pour les échantillons de gaude qui présentent encore de la souillure. Les deux microémulsions n’ont pas fourni de résultats concluants pour les échantillons de noir de fumée.

35au niveau des cotons :

  • les échantillons de tüchlein présentant le pigment de malachite et qui ont été nettoyés avec les cotons imbibés de microémulsions n°1 présentent pour moitié des traces de malachite sur les cotons.

  • des traces d’azurite ont été également remarquées sur certains des cotons utilisés pour nettoyer les échantillons concernés.

Fig. 12 Observations des échantillons sous microscope

Fig. 12 Observations des échantillons sous microscope

Crédits : A. Minet

36En ce qui concerne les observations F.T.I.R. des différents échantillons, il paraît difficile d’obtenir des résultats concluants avec cette technique, les échantillons observés comprenant un nombre important d’éléments différents. Néanmoins, nous avons remarqué que les courbes des échantillons, non souillés, souillés et nettoyés présentent des formes comparables, mais des intensités différentes. Ces intensités différentes pourraient signifier que l’échantillon a subi un vieillissement et qu’au niveau quantitatif la présence de certains éléments constitutifs des échantillons a diminué ou augmenté selon les cas.

37Afin d’obtenir des résultats plus concluants, nous souhaiterions réaliser dans le cadre d’une recherche ultérieure de la chromatographie et des examens en spectrométrie de diffraction de rayons X et fluorescence de rayons X.

Conclusion

38Cette recherche a permis d’apporter de premiers éléments de comparaison et de compréhension des techniques du tüchlein et du succhi d’erba. Durant la seconde partie de cette étude, nous avons réalisé une tentative de reproduction de ces deux techniques de peinture sur toile, une souillure artificielle des échantillons obtenus et enfin, la reproduction d’une méthode de nettoyage développée par P. Baglioni : les éponges nanomagnétiques.

39Cette dernière étape fut pour nous une des plus instructives au niveau de la réflexion et de la compréhension en matière de méthodologie de recherche. En effet, l’ensemble des expérimentations réalisées n’aurait pu se dérouler sans un dialogue interdisciplinaire avec les différents scientifiques qui ont collaboré à cette recherche.

40Dans un futur proche, nous espérons poursuivre une étude doctorale sur la technique des succhi d’erba. Sur la base d’un corpus matériel, nous comptons ainsi entamer une recherche historique, technique et technologique approfondie permettant de déterminer leur place au sein de l’histoire de la peinture et de la peinture sur tissus ainsi que leurs caractéristiques. Par la compréhension intrinsèque de cette pratique, nous espérons enfin fournir dans un futur proche une étude exhaustive de l’état général de conservation de ce type d’oeuvres.

Haut de page

Notes

1  La littérature admet d’autres orthographes du terme tüchlein telles que tüechlein ou tuechlein.

2  DUBOIS, H ; KHANJIAN, H. ; SCHILLING,M. ; WALLAERT, A., «  A Late Fifteenth Century Italian Tüchlein », dans Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung, 1997, Jahrgang n°11, Heft 2, pp.228-229.

3  DUBOIS, H ; KHANJIAN, H. ; SCHILLING,M. ; WALLAERT, A., «  A Late Fifteenth Century Italian Tüchlein », dans Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung, 1997, Jahrgang n°11, Heft 2, pp.230.

4  WOLFTHAL, D., The beginningsof Netherlandish Canvas Painting : 1400-1530, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

5  WOLFTHAL, D., The beginningsof Netherlandish Canvas Painting : 1400-1530, Cambridge, Cambridge University Press, 1989. Citée par DE BOULARD, C., ., «  A propos de l’utilisation de la technique à l’huile sur toile au milieu du XVIe siècle», dans Scientia Artis, Bruxelles, 2006, volume 3, p.184.

6  URBACH, Z., « Notes on Bruegel’s Archaism. His relation to Netherlandish Painting and Other Sources”, dans Acta historiae atrium Academiae Scientarum hungaricae, n°24, 1978, pp.237-256. Cité par MARTENS, D., “Un Tüchlein flamand de la Renaissance au château de Peralda et le Maître de la Madonne », dans LOCVS AMOENVS, Barcelone, 2002-2003, Numéro 6, pp.118-119.

7  L’expression peut également s’orthographier de la manière suivante sughi d’erba.

8  MINET, A., Tüchlein et succhi d’erba – problématique sémantique et problématique du nettoyage – proposition de traitement à l’aide de gels et d’éponges nanomagnétiques, Mémoire de Master 2 à finalité approfondie en conservation-restauration des œuvres d’art, E.S.A. Saint-Luc Liège, année académique 2008-2009.

9  PIGNATELLI, G., « I succhi d’erba », dans Le dimore storiche, 2001, Numéro 46, pp.12-13.

10  CARDON, D., Le monde des teintures naturelles, Paris, Ed.Belin, 2003.DELAROZIERE, M.-F. ; GARCIA, M., De la garance au pastel, Aix-en-Provence, Edisud, 2002. FIGUE-HENRIC, E., Connaissance des teintures végétales, Paris, Ed.Dessain et Tolra, 1980. DUBOIS, H ; KHANJIAN, H. ; SCHILLING, M. ; WALLERT, A., « A late fifteenth century Italian Tüchlein », dans Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung , 1997, Jahrgang n°11, Heft 2, pp 228-237. FREZZATO, F., Cennino Cennini – Il libro dell’arte, Vicenza, Neri Pozza Editore, 2008. GOETGHEBEUR, N., GUISLAIN-WITTERMAN, R., PHILIPPOT, A., « L’Adoration des mages de Bruegel au Musées des Beaux Arts de Bruxelles, traitement d’un Tuechlein », dans Bulletin de l’IRPA, Bruxelles, 1969, volume XI, pp.5-33. MICHEL, P., « La tenture de l’histoire de Déborah du Louvre – Un rare exemple de « tapisserie de peinture » du XVIIe siècle », dans La Revue du Louvre – La Revue des Musées de France, Paris, 1999, numéro 4, p.51-71. NENCKI, L., La science des teintures animales et végétales, Paris, Ed. Dessain et Tolra, 1981. PEREGO, F., Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Ed. Belin, 2005. ROBERT-JONES P. ; ROBERT-JONES F., Pierre Bruegel l’Ancien, Paris, Ed. Flammarion, 1997. PIGNATELLI, G., « I succhi d’erba », dans Le dimore storiche, 2001, Numéro 46, pp.12-13. WOLFTHAL, D., The Beginnings of Netherlandish Canvas Painting : 1400-1530, Cambridge University Press, 1989.

11  Terme utilisé par Monsieur Piero Baglioni notamment dans l’article suivant : BAGLIONI, P. ; BONINI M. ; LENZ, S. ; GIORGI, R., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works of Art », dans Langmuir, 2007, Numéro 23, pp.8681-8685.

12  DJABOUROV, M. ; GUENET, J.- M., « Les gels, des liquides qui ne coulent pas », dans Pour la science, Paris, Editions Belin, septembre 1995, numéro 215, p.50-57.

13  CARLSON, J. ; CHRISTIAN PETERSEN W. ; KHANDEKAR N. ; KHANJIAN H. ; MILLER D. ; STULIK, D. ; WOLBERS R., Solvent Gels for the Cleaning of Works of Art – The Residue Question, Los Angeles, Getty Publications, 2004, pp.5-6.

BAGLIONI, P. ; BONINI M. ; LENZ, S. ; GIORGI, R., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works of Art », dans Langmuir, 2007, Numéro 23, pp.8681.

14  CARLSON, J. ; CHRISTIAN PETERSEN W. ; KHANDEKAR N. ; KHANJIAN H. ; MILLER D. ; STULIK, D. ; WOLBERS R., Solvent Gels for the Cleaning of Works of Art – The Residue Question, Los Angeles, Getty Publications, 2004, pp.6-8.

15  BAGLIONI, P. ; BONINI M. ; LENZ, S. ; GIORGI, R., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works of Art », dans Langmuir, 2007, Numéro 23, pp.8681-8685.

16  BAGLIONI, P. ; BONINI M. ; LENZ, S. ; GIORGI, R., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works of Art », dans Langmuir, 2007, Numéro 23, p.8681.

17  Il est étendu par « réalisation de l’éponge nanomagnétique », non le simple chargement de l’éponge mais la mise en œuvre du protocole de M.Baglioni afin de mettre au point concrètement l’éponge nanomagnétique.

18  ISO., Textile floor coverings – Laboratory soiling tests – Part 2 : Drum test, ISO11378-2 :2001, 2001, Genève, 18p.

19  WOLBERS, C., «The Use of a Synthetic Soiling Mixture as a Means for Evaluating the Efficacity of Aqueous Cleaning Materials on Painted Surfaces », dans Conservation-Restauration des biens culturels – revue de l’A.R.A.A.F.U., 1992, Numéro 4, pp.22-29.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Tüchlein
Légende Pieter Bruegel l’Ancien, Adoration des Mages, 1555-1563. Musée d’Art Ancien Bruxelles
Crédits Crédits : Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique/Speltdoorn
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 2 Tüchlein
Légende Détails. Pieter Bruegel l’Ancien, Adoration des Mages, 1555-1563. Musée d’Art Ancien Bruxelles
Crédits Crédits : Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique/Speltdoorn
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 3 Succhi d’Erba
Légende Giovanni-Francesco Romanelli, Le combat de Barak contre Sisera, XVIIe siècle. Musée du Louvre.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 4 Tableau récapitulatif des caractéristiques des tüchlein et des succhi d’erba
Légende Les caractéristiques semblables entre les deux techniques sont indiquées en violet.
Crédits Crédits : A. Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 5 et 6  Tüchlein : avers et revers d’une œuvre
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Pieter Bruegel l’Ancien, Parabole des Aveugles, 1568. Museo e Gallerie Nazionali di Capodimonte
Crédits Crédits : Rome/Pedicini – I.R.P.A./K.I.K.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 7 Schémas résumant la préparation de la souillure artificielle
Crédits Crédits : A. Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 8 Schémas résumant les différentes étapes du Drumtest
Crédits Crédits : A.Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 9 Ferrofluide réalisé lors des expérimentations
Crédits Crédits : A. Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 10 Piques obtenues sur l’aimant permanent après récolte du ferrofluide
Crédits Crédits : A.Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 11 Essais de préparation de gels sensible magnétiquement avec l’aide des chercheurs du CERM.
Crédits Crédits : A. Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 12 Observations des échantillons sous microscope
Crédits Crédits : A. Minet
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1737/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Minet, « Les tüchlein et les succhi d’erba   », CeROArt [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 28 août 2016. URL : http://ceroart.revues.org/1737

Haut de page

Auteur

Aurélie Minet

Titulaire d’un Master II en conservation-restauration d’œuvres d’art (finalité approfondie), Aurélie Minet poursuit actuellement ses recherches. Elle envisage une thèse de doctorat en Arts et sciences de l’Art sur la technique des succhi d’erba.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org