Navigation – Plan du site
Dossier

La problématique des encres ferro-galliques à travers l’observation d’un manuscrit musical non autographe du 18es

Tatiana Gersten

Résumés

A travers l’examen d’un manuscrit non autographe de Telemann conservé à la bibliothèque du Conservatoire Royal de Bruxelles (Sonata a 3 : flauto a bec, violino col cembalo del Sigr : Telemann, manuscrit du 18e s., n° 7117), nous développerons ces problématiques liées aux dégradations dues à l’encre et les difficultés de traitement de ce type de pièce.

Haut de page

Notes de la rédaction

E.N.S.A.V. La Cambre à Bruxelles – Contact : Dominique Driesman

Texte intégral

Introduction

  • 1  Neevel J. G., « Phytate : a potential conservation agent for the treatment of ink corrosion caused (...)

1Ce sont des milliers de documents sur papier et parchemin qui sont touchés par la corrosion due aux encres ferro-galliques : manuscrits d’écrivains et de scientifiques, documents officiels, dessins, manuscrits musicaux,… En effet, les encres ferro-galliques, appréciées pour leur couleur et la facilité de leur mise en œuvre, sont les encres manuscrites les plus largement utilisées en Occident du Moyen Age au XXe siècle. La corrosion due aux encres ferro-galliques cause des dommages visuels (solubilisation, apparitions de cristaux en surface des tracés) et structuraux (perte de résistance du support, pertes de matière). Les traitements basés sur la combinaison d’anti-oxydants (phytate de calcium) et d’alcalis (bicarbonate de calcium) et mis au point par Han Neevel et Birgit Reissland1 font l’unanimité autour de leur efficacité à stabiliser les processus chimiques de la corrosion par l’encre ferro-gallique et de leur innocuité vis-à-vis de l’encre et du papier. Malgré l’abondance des publications qui en attestent depuis dix ans, ces traitements de stabilisation sont peu appliqués aujourd’hui. Ceci est sans doute lié leurs effets indésirables trop peu questionnés en fonction de la démarche spécifique du conservateur - restaurateur.

  • 2  Sonata a 3 : flauto a bec, violino col cembalo del Sigr : Telemann, Parties séparées manuscrites. (...)

2Nous nous appuierons sur l’observation d’un manuscrit non autographe2 conservé à la bibliothèque du Conservatoire Royal de Bruxelles pour présenter et expliquer les dégradations dues à l’encre, les possibilités et les difficultés de les traiter.

Dégradations de l’encre et du papier

3Les dégradations dues à l’encre ferro-gallique sont liées à sa composition qui la rend acide et riche en ions métalliques libres.

Composition de l’encre ferro-gallique

4Les quatre principaux ingrédients qui la composent sont les tannins végétaux extraits de noix de galle et le sulfate de fer pour la formation des composés colorés, la gomme arabique en tant que liant et l’eau en tant que solvant. Certaines recettes montrent que des additifs étaient parfois ajoutés pour donner plus de brillant à l’encre, en améliorer la couleur… On trouve ainsi par fois du vin, du vinaigre, des colorants, du sucre, de l’alun…

5Les tannins végétaux sont des composés de glucose et d’acides organiques divers, dont l’acide gallique et certains de ses dérivés. Ces tannins extraits des noix de galle par décoction ou macération sont mélangés au sulfate de fer pour former un composé soluble de couleur pâle. Il résulte également de cette réaction la présence de nombreux ions H+ responsables de l’acidité de l’encre. Dans la plupart des très nombreuses recettes que l’on connaît, le sulfate de fer est en excès, ce qui explique la présence d’ions métalliques libres dans l’encre, ions qui n’ont pas pu réagir avec les tannins.

6Au contact de l’air, ces complexes ferro-galliques s’oxydent pour former les composés noirs insolubles qui donnent sa couleur caractéristique à l’encre.

7Les mécanismes chimiques en jeu dans la formation de ces composés colorés sont donc très complexes, mais deux éléments sont importants pour expliquer les dégradations liées aux encres ferro-galliques :

  • l’acidité de l’encre : liée à la formation d’ions H+ au cours de la fabrication de l’encre et, dans certains cas, à l’addition de certaines substances comme du vinaigre par exemple.

  • la présence d’ions métalliques : du fait la trop grande proportion de sulfate de fer dans les recettes.

Dégradations

Le manuscrit de Telemann

8Ce manuscrit non autographe du 18e s. de la Sonata a 3 : flauto a bec, violino col cembalo del Sigr : Telemann est conservé à la Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles (inv. N° 7117). Il est composé de trois feuillets et est écrit à l’encre ferro-gallique sur un papier occidental vergé filigrané.

9Cette œuvre présente d’importants signes de dégradations, facilement observables à l’œil nu sous lumière normale : l’encre a totalement changé de couleur et est devenue totalement brune alors qu’elle devait être noire à l’origine. Ce fort brunissement de l’encre s’explique par le vieillissement naturel de ses composés au cours duquel ceux-ci s’oxydent.

Fig. 1 : Page de garde du manuscrit non autographe de Telemann

Fig. 1 : Page de garde du manuscrit non autographe de Telemann

Brunissement de l’encre

Crédits : T. Gersten 

10Par ailleurs, on constate de nombreuses dégradations locales liées à la présence de l’encre : des brunissements prononcés autour des tracés et au verso de ceux-ci, une fragilisation du papier dans les zones encrées et de nombreuses fentes et pertes de matières dans les zones où les tracés sont les plus larges et les plus chargés en encre.

Fig. 2 Brunissement autour des tracés

Fig. 2 Brunissement autour des tracés

Crédits : T. Gersten 

Fig. 3 Brunissement au verso des tracés

Fig. 3 Brunissement au verso des tracés

Crédits : T. Gersten 

Fig. 4 Fragilisation et dégradations mécaniques du papier

Fig. 4 Fragilisation et dégradations mécaniques du papier

Crédits : T. Gersten 

11Ce manuscrit présente donc un état de conservation assez mauvais et est déjà loin dans l’évolution et la gravité des dégradations.

12La question de son traitement est donc complexe : il faudrait à la fois stabiliser les dégradations physico-chimiques et renforcer le support papier fort fragilisé afin d’assurer une meilleure conservation de ce manuscrit tout en permettant sa lecture et sa consultation. En effet, dans son état actuel, le manuscrit ne peut plus être manipulé sans risquer de causer de nouveaux dégâts mécaniques.

Observations et évolution des dégradations

  • 3  Reissland B., Scheper K. et Fleisher S., « Conservation. Calcium-phytate / calcium-bicarbonate met (...)

13Ce rapide examen du manuscrit du Conservatoire montre que les dégradations liées à l’encre ferro-gallique causent d’importants changements visuels, mais également une fragilisation parfois extrême du support papier. Leur identification précise ne peut se faire qu’en recoupant les observations faites lors d’un examen minutieux de l’état de conservation du manuscrit sous lumière normale (répartition de l’encre, traces d’anciennes solubilisations, technique d’exécution), sous lumière rasante (dépôts sur l’encre, épaisseur des tracés), sous lumière ultraviolette (fluorescence particulière sur ou autour des tracés), sur table lumineuse (pertes de matières, fragilisations mécaniques) et par des tests microchimiques (tests de présence de fer, d’acidité, de mouillabilité du papier, de solubilité de l’encre)3. Cet examen minutieux devra également nous aider à évaluer les risques encourus lors de traitements aqueux.

  • 4  Reissland B., Hofenk de Graaf J., « Condition rating for paper objects with iron gall ink », dans (...)

14En 2000, B. Reissland et J. Hofenk de Graaf4ont déterminé quatre stades pour jalonner l’évolution des dégradations et aider à évaluer l’ampleur des dégradations et donc l’urgence de l’intervention :

  • une fluorescence particulière à la lumière ultraviolette est observable le long des tracés ;

  • une décoloration brune apparaît aux mêmes endroits ;

  • cette décoloration s’étend et migre dans le papier allant parfois jusqu’à un transfert sur les pages avoisinantes ;

  • une fragilisation mécanique du support allant jusqu’à des pertes de matière.

Explications physico-chimiques

  • 5  James C., « The Evolution of Iron Gall Ink and Its Aesthetical Consequences », dans Brown A.J.E. ( (...)

15Les altérations du papier liées aux encres ferro-galliques sont régies par des mécanismes physico-chimiques complexes qui sont le résultat de la combinaison de plusieurs phénomènes. Ceux-ci, à savoir le vieillissement naturel du papier et de l’encre et les réactions de l’encre avec le support, sont eux-mêmes influencés par une série de facteurs internes (composition de l’encre, quantité d’encre appliquée, mode d’application, composition et encollage du papier) et externes (conditions de conservation (température, humidité relative, pollution atmosphérique, lumière) et manipulation des documents)5. D’ailleurs, dans le cas du manuscrit de Telemann décrit plus haut, on peut constater que les traits sont assez larges et riches en encre et que le grammage du support papier est assez faible, ce qui a sans doute contribué à la gravité des dégradations observées.

Fig. 5 : Détail d’un tracé assez large

Fig. 5 : Détail d’un tracé assez large

Crédits : T. Gersten 

  • 6  Neevel, J.G., Mensch, C.T.J., « The behaviour of iron and sulphuric acid during iron-gall ink corr (...)
  • 7  Neevel J.G., Mensch C.T.J., « The behaviour of iron and sulphuric acid during iron-gall ink corros (...)

16Il est communément admis que ces altérations s’expliquent par le fait que l’encre catalyse les deux principaux mécanismes chimiques de dégradations de la cellulose, principal composant du papier : l’hydrolyse acide et l’oxydation6. En effet, l’hydrolyse, qui a pour conséquence la réduction des qualités mécaniques du papier (souplesse et résistance) est renforcée par l’acidité parfois prononcée de l’encre. Quant à l’oxydation qui aboutit à une fragilisation du papier et à des décolorations, elle est catalysée par la présence d’ions métalliques dans les encres (accélération des réactions de dépolymérisation de la cellulose constitutive du papier). L’oxydation est plus localisée que l’hydrolyse, ces ions métalliques migrant moins dans le papier que les composés acides7.

Traitement

  • 8  Neevel H., « Phytate. A Potential Conservation Agent for the Treatment of Ink Corrosion Caused by (...)
  • 9  Reissland B., « Ink Corrosion, Aqueous and Non Aqueous Treatments for Paper Objects. State of the (...)
  • 10  Potthast A., Henniges U., Banik G., « Iron gall ink-induced corrosion of cellulose : aging, degrad (...)

17Le respect des principes de conservation préventive est primordial pour ralentir au maximum les processus de dégradation, mais cela ne suffit pas à stabiliser les encres : il faudrait allier des traitements chimiques par anti-oxydant et de désacidification. Ainsi, le seul traitement qui fait l’unanimité est la combinaison d’un traitement au phytate de calcium, anti-oxydant naturel et d’une désacidification au bicarbonate de calcium, protocole de traitement mis au point à l’ICN suite aux travaux de H. Neevel8 et B Reissland9. En effet, les études qui démontrent son efficacité et sa compatibilité avec le papier sont nombreuses10. Il est ainsi prouvé que les mécanismes chimiques de dégradation catalysés par les encres sont stabilisés et aucune interaction avec la cellulose constitutive du papier ou avec les composés colorés de l’encre n’a été observée.

18Le phytate de calcium est un anti-oxydant naturel qui stabilise l’oxydation de la cellulose par le fer(II) en formant des complexes très stables avec les ions métalliques. Le principe de l’action de ce sel de l’acide phytique est que ses ions H+ sont remplacés par les ions Fe2+ de manière telle que la réaction d’oxydation en chaîne catalysée par ces ions métalliques soit bloquée. En outre, il permet la formation d’une réserve d’anti-oxydants au sein du papier.

  • 11  Solution de phytate ajustée avec de l’ammoniaque à un pH 6
  • 12  Neevel J.G., Reissland B., « The ink corrosion project at the Netherlands Institute for Cultural H (...)
  • 13  L’alcalinisation est un traitement qui consiste à éliminer les produits de dégradation acides prés (...)

19La combinaison avec un traitement au bicarbonate de calcium permet de stopper également l’hydrolyse acide du papier. En effet, même si le phytate peut agir comme tampon pH11 et influencer ainsi l’hydrolyse acide12, ce traitement doit être suivi d’une alcalinisation13. Ceci permet la stabilisation optimale des encres et la protection des complexes de phytate de l’hydrolyse acide.

  • 14  D’après nos informations, il serait plus utilisé sur des documents d’archives pour lesquels le con (...)
  • 15  Eusman E., Mensch K., « Ink on the run – measuring migration of iron in iron gall ink », dans Brow (...)
  • 16  Rouchon V., Durocher B., Pellizzi E., Stordiau-Pallot J., « The water sensitivity of iron gall ink (...)

20Malgré cette efficacité démontrée, il semble que ce traitement soit relativement peu utilisé, en particulier sur des œuvres d’art14 à cause des risques et des effets non désirés liés à la mise en œuvre de ces traitements qui supposent plusieurs immersions dans des solutions aqueuses (trois immersions de 30 min.). En effet, l’encre ferro-gallique présente une sensibilité à l’eau qui engendre des risques de migrations de composés colorés ou invisibles et des décolorations de l’encre15. De plus, ces risques sont difficilement évaluables : les tests de solubilisation couramment réalisés par les restaurateurs ne sont pas réellement représentatifs de l’ampleur des risques encourus16.

  • 17  Reissland B., De Groot S., « Ink corrosion : comparison of currently used aqueous treatments for p (...)

21Par ailleurs, les manipulations en cours de traitements risquent également de causer des dégradations mécaniques, le papier étant déjà très fragilisé et cassant. Ces risques sont liés à la variation de l’hygroscopie du papier entre les zones encrées et dégradées et les zones non dégradées17.

Expérimentations

  • 18  Sous la direction de M. David Strivay

22Afin de mettre en œuvre ces traitements chimiques et d’évaluer la nature et l’ampleur de leurs effets négatifs, nous avons mené une série d’expérimentation en collaboration avec le Centre Européen d’Archéométrie établi à l’Université de Liège18. Il s’agissait également de pouvoir discuter la procédure d’expérimentation elle-même (représentativité du vieillissement artificiel, représentativité des échantillons reconstitués…).

Protocole d’expérimentation

  • 19  Vieillissement artificiel à la chaleur : 70 °C en étuve fermée pendant trois jours.
  • 20  Stijnman A., « Reconstructions of iron-gall ink recipes for the InkCor project », dans Clarke M., (...)
  • 21  Sept documents de créances conservés dans le Fonds des archives de la Maison de Charles de Lorrain (...)

23Ainsi, le protocole d’expérimentation était basé sur la comparaison des résultats obtenus sur des échantillons reconstitués non vieillis et vieillis artificiellement19 et des échantillons anciens. Pour les échantillons reconstitués, nous avons utilisé la recette mise au point par A. Stijnman20, recette représentative de la majorité des encres anciennes. Celle-ci a été appliquée sur deux papiers : l’un non encollé et non chargé et l’autre encollé à la gélatine. Les échantillons anciens nous ont été prêtés par les Archives Générales du Royaume21 et dataient de la deuxième moitié du 18e siècle.

  • 22  Reissland B., Scheper K. et Fleisher S., « Conservation. Calcium-phytate / calcium-bicarbonate met (...)

24Les traitements testés ont été choisis selon le protocole mis au point à l’ICN22 et basé sur l’enchaînement de trois phases de traitement aqueux : lavage (immersion dans l’eau froide – 30 minutes), traitement par anti-oxydant (immersion dans une solution aqueuse de phytate de calcium – 15 minutes) et désacidification (immersion dans une solution saturée de carbonate de calcium – 25 minutes). Nous avons testé ces différentes phases séparément ainsi que toutes leurs combinaisons possibles.

25Plusieurs analyses ont été réalisées :

  • observation minutieuse afin de mettre en lumière les phénomènes directement observables,

  • mesure de pH afin d’évaluer l’acidité du papier et de l’encre et la capacité des traitements à enrayer l’acidification du papier,

    • 23  Fiche technique du test Indicator Paper for Iron Ions (Preservation Equipment Ldt, Vinces Road, Di (...)

    test à la bathophenantroline23 pour contrôler la présence ou l’absence d’ions fer libres au sein de l’encre et leur éventuelle migration au sein du papier,

  • colorimétrie pour objectiver les changements de couleur observés ainsi que leur ampleur,

  • analyse par PIXE (analyse élémentaire basée sur les interactions de la matière avec un faisceau d’ions) afin d’évaluer les pertes et les migrations de composés de l’encre en cours des traitements du fait de leur solubilisation.

26Ces analyses ont été menées avant et après traitement afin d’évaluer leurs effets à court terme, directement à l’issue des traitements appliqués par le restaurateur.

Résultats

  • 24  Havermans J.B.G.A., Penders N.J.M.C., « The role of different accelerated ageing techniques inthe (...)

27Les résultats des analyses avant traitement confirment l’acidité et la présence d’ions fer et d’autres métaux de transition dans l’encre. Par ailleurs, le vieillissement artificiel à la chaleur seule ne semble pas représentatif : on n’observe en effet pas les signes caractéristiques de la dégradation liée à l’encre ferro-gallique (halos bruns autour et au verso des tracés, ruptures mécaniques). Cette observation tendrait à confirmer l’importance de l’humidité dans les processus de vieillissement artificiel24. Enfin, la composition élémentaire des échantillons reconstitués ne correspond pas tout à fait à celle des échantillons anciens : le taux de fer est plus bas dans les encres fraîches et on n’y décèle pas de potassium. La représentativité de ces échantillons n’est pas certaine, ce qui pose des problèmes quant à l’extrapolation des résultats d’études sur des échantillons au comportement de documents anciens au cours des traitements.

28Après traitement, on constate que les différents types d’échantillons ont réagi de la même manière, mais dans des proportions différentes. Ainsi, on constate d’importantes solubilisations de l’encre : des composés colorés ont été éliminés dans les solutions de traitement. Par ailleurs, l’encre change assez fortement de couleur : elle jaunit et pâlit, sauf dans le cas où il n’y a pas de lavage, la couleur est alors plus froide. La composition élémentaire de l’encre est également modifiée : dans la plupart des cas, le taux de fer, de soufre et de calcium baisse sensiblement.

29En marge de la mise en évidence de ces effets non désirés, l’efficacité des traitements est confirmée : le pH remonte aux environs de la neutralité et les ions fer sont éliminés.

30Notons enfin que sur quelques échantillons, on a observé la formation d’un dépôt blanc en surface de l’encre (dans les zones les plus fortement encrées).

Discussion

31 Plusieurs éléments importants se dégagent de ces expérimentations. Premièrement, la mise au point d’un échantillonnage représentatif des œuvres anciennes pour évaluer les effets d’un traitement reste compliquée à mettre en place (support, encre, vieillissement). En effet, même si le comportement des différents types d’échantillons était semblable, l’ampleur des effets observés était variable en fonction du vieillissement et de la composition des échantillons.

32Par ailleurs, l’efficacité démontrée des différents traitements a été confirmée, en mettant en évidence le rôle de l’eau qui permet l’élimination des composés intervenants dans les dégradations (acides et ions fer). Mais, c’est également ce phénomène qui est à l’origine des changements de couleur, des pâlissements de l’encre, sans oublier les risques mécaniques liés à l’immersion des documents a priori déjà fort fragilisés.

33Nous n’avons pas testé d’autres méthodes d’application et d’humidification dites douces comme le Gore-Tex® ou la chambre humide, car plusieurs études montrent que ces méthodes présentent plus de risques de solubilisations et de saignements de l’encre.

34Tout ceci confirme donc les réserves que l’on pouvait émettre par rapport au traitement des documents à l’encre ferro-gallique par ces méthodes aqueuses et met donc en évidence l’écart entre la recherche scientifique et l’application de ses résultats dans le cadre de restaurations. En effet, même si ces effets négatifs ont été prévus et discutés dans les recherches scientifiques, les restaurateurs ne se sont pas assez approprié ces résultats dans la perspective de traitements de différents types d’œuvre (dessin, archives, manuscrit…).

  • 25  Le doublage consiste en l’application d’un support secondaire sur toute la surface du document.
  • 26  Nom commercial Tylose MH300P
  • 27  Reissland B., De Groot S., « Ink corrosion : comparison of currently used aqueous treatments for p (...)
  • 28  Nom commercial Klucel G

35Par ailleurs, ces traitements de stabilisation ne résolvent pas le problème de la fragilisation mécanique du support papier. Les dégradations physiques (fragilisations, ruptures mécaniques) devront encore être renforcées. Ces renforts peuvent être locaux ou non. Généralement, on préconise un doublage25 quand les déchirures et les autres dégradations structurelles sont nombreuses et importantes. Notons cependant que même s’il est souvent important de garantir l’intégrité structurelle des documents et d’avoir des réparations suffisamment solides pour résister aux futures manipulations, ces réparations ne doivent pas être réalisées au détriment des qualités esthétiques et de la lisibilité des oeuvres et documents. Ainsi, l’utilisation de papiers orientaux, résistants même à faible grammage du fait de leurs longues fibres, s’avérera souvent préférable pour renforcer les zones fragilisées. Pour ce qui est des adhésifs, sont souvent utilisées en restauration de papier des colles aqueuses telles que l’amidon ou la méthylhydroxyéthylcellulose26. Cependant, comme nous l’avons vu, les encres ferro-galliques sont sensibles à l’eau : l’apport d’un adhésif aqueux peut également engendrer des migrations et d’importantes tensions entre des zones hydrophiles et hydrophobes d’un document dégradé par les encres ferro-galliques27. Ainsi, on préconise souvent des adhésifs non aqueux et on préfère également l’application par réactivation du film d’adhésif au moyen de solvant à une application directe afin de contrôler et limiter la quantité de colle et de solvant apportée. Les colles non aqueuses utilisées en restauration de papier sont assez peu nombreuses : la plus courante est la méthylhydroxypropylcellulose28. On utilise également des résines synthétiques réactivées aux solvants organiques ou à la chaleur (généralement résines acryliques (acrylate d’éthyle / méthacrylate de méthyle) en émulsion comme le Plextol B500 qui présente généralement un meilleur pouvoir adhésif que la méthylhydroxypropylcellulose.

Conclusion

  • 29  Ces risques ont été mis en évidence dans plusieurs recherches du CRCC à Paris dont tous les résult (...)

36Les études scientifiques menées depuis des dizaines d’années autour de la problématique des encres ferro-galliques ont permis de nombreuses avancées. Ainsi, on comprend mieux les mécanismes physico-chimiques qui régissent la formation et la dégradation de ce type d’encre. Ceci a permis de développer des traitements curatifs destinés à stabiliser la corrosion du papier par l’encre ferro-gallique, problème très courant dans la plupart des collections d’œuvres et documents sur papier. Cependant, malgré l’efficacité prouvée de ces traitements aqueux (lavage, désacidification et traitement au phytate de calcium), ils ne sont encore utilisés que de manière marginale dans quelques centres d’archives. Et les propositions de traitement des documents à l’encre ferro-galliques ont peu évolué et sont souvent dirigées par le principe de prudence face aux risques importants et avérés29 d’effets secondaires non désirés.

37Face à un cas comme le manuscrit de Telemann présenté ici, il reste donc très difficile de proposer un traitement approprié, d’autant que la plupart des études ont jusqu’ici été menées par des scientifiques et très rarement par des restaurateurs. Toute une série de questions pratiques et théoriques ne sont donc pas posées : optimisation des méthodes de traitement par rapport à des œuvres très fragiles, prise en compte des différentes valeurs des œuvres et documents dans l’évaluation des risques et effets des traitements, dans quelles mesures et dans quels cas pourrait-on accepter ces effets non désirés… En l’absence d’un cadre de réflexion permettant de transférer les résultats scientifiques dans la pratique des conservateurs-restaurateurs grâce à une démarche interdisciplinaire, ceux-ci resteront aux prises de responsabilités et de choix extrêmement difficiles malgré l’abondance des recherches et de la littérature sur ce sujet.

Haut de page

Notes

1  Neevel J. G., « Phytate : a potential conservation agent for the treatment of ink corrosion caused by iron gall inks », dans Restaurator 16, 1995, pp. 143-160. Neevel J.G., « (Im)possibilities of the phytate treatment of ink corrosion», dans Mosk J.A., Tennent N.H. (ed), Contributions to conservation research from the ICN, London: James&James, 2002, pp. 74-86. Reissland, B., De Groot, S., « Ink corrosion : comparison of currently used aqueous treatments for paper objects », dans Preprints from the 9th International Congress of IADA. Copenhagen August 15-21, 1999, pp. 121-129. Reissland B., « Ink corrosion : side-effects caused by aqueous treatments for paper objects », dans Brown A.J.E. (ed), The iron gall ink meeting Newcastle upon Tyne 4-5 September 2000. Postprints, Newcastle upon Tyne : University of Northumbria, 2000, pp. 109-114.

2  Sonata a 3 : flauto a bec, violino col cembalo del Sigr : Telemann, Parties séparées manuscrites. Manuscrit du 18e siècle, sans date précise, inv. n° 7117

3  Reissland B., Scheper K. et Fleisher S., « Conservation. Calcium-phytate / calcium-bicarbonate method : pre-treatment assessment », dans site de l’encre ferro-gallique www.knaw.nl/ecpa/ink, site consulté le 14 septembre 2008.

4  Reissland B., Hofenk de Graaf J., « Condition rating for paper objects with iron gall ink », dans ICN information, 2000, n° 1, p. 1-4.
Reissland B.,« Visible progress of paper degradation caused by iron-gall inks », dans Brown A.J.E. (ed), The Iron Gall Ink Meeting Newcastle upon Tyne 4-5 September 2000 Postprints, Newcastle upon Tyne, 2000. pp. 63-73.

5  James C., « The Evolution of Iron Gall Ink and Its Aesthetical Consequences », dans Brown A.J.E. (éd.), The Iron Gall Ink Meeting Newcastle upon Tyne 4-5 September 2000 Postprints, Newcastle upon Tyne, 2000, p. 13-22.

6  Neevel, J.G., Mensch, C.T.J., « The behaviour of iron and sulphuric acid during iron-gall ink corrosion », dans ICOM 12th triennial meeting Lyon 29 August- 03 September 1999 Preprints Vol II, 1999, pp. 528-533.

7  Neevel J.G., Mensch C.T.J., « The behaviour of iron and sulphuric acid during iron-gall ink corrosion », dans ICOM 12th triennal meeting Lyon 29 August- 03 September 1999 Preprints vol. II, 1999, pp. 528-533.

8  Neevel H., « Phytate. A Potential Conservation Agent for the Treatment of Ink Corrosion Caused by Iron Gall Inks », dans Restaurator, t. XVI, 1995, p. 143-160.

9  Reissland B., « Ink Corrosion, Aqueous and Non Aqueous Treatments for Paper Objects. State of the Arts », dans Restaurator, 1999, t. XX, nos 3 4, p. 167-180.
Reissland B., De Groot S., « Ink corrosion : comparison of currently used aqueous treatments for paper objects », dans Preprints from the 9th International Congress of IADA, Copenhagen. August 15-21, 1999, pp. 121-129.

10  Potthast A., Henniges U., Banik G., « Iron gall ink-induced corrosion of cellulose : aging, degradation and stabilization. Part 1 : model paper studies », dans Cellulose 15, 2008, pp. 849-859.
Henniges U., Reibke R., Banik G., Huhsman E., Hähner U., Prohaska T., Potthast A., « Iron gall ink-induced corrosion of cellulose : aging, degradation and stabilization. Part 2 : application on historic sample material », dans Cellulose 15, 2008, pp. 861-870.
Neevel J. G., « Phytate : a potential conservation agent for the treatment of ink corrosion caused by iron gall inks », dans Restaurator 16, 1995, pp. 143-160.

11  Solution de phytate ajustée avec de l’ammoniaque à un pH 6

12  Neevel J.G., Reissland B., « The ink corrosion project at the Netherlands Institute for Cultural Heritage. A review », dans Iron-Gall ink Corrosion, Proceedings European Workshop on Iron-Gall Ink Corrosion, Netherlands Institute for Cultural Heritage, Amsterdam, 1997, pp. 37-45.

13  L’alcalinisation est un traitement qui consiste à éliminer les produits de dégradation acides présents dans le papier, à appliquer un agent alcalin qui forme un sel avec les produits acides présents dans le papier et à amener une réserve alcaline au sein du papier. Celle-ci permet donc de stopper l’hydrolyse acide

14  D’après nos informations, il serait plus utilisé sur des documents d’archives pour lesquels le contenu et la valeur historique priment sur les qualités esthétiques.

15  Eusman E., Mensch K., « Ink on the run – measuring migration of iron in iron gall ink », dans Brown A.J.E. (ed), The iron gall ink meeting Newcastle upon Tyne 4-5 September 2000. Postprints, Newcastle upon Tyne : University of Northumbria, 2000, pp. 115-124.

16  Rouchon V., Durocher B., Pellizzi E., Stordiau-Pallot J., « The water sensitivity of iron gall ink an dits risk assessment », dans Studies in conservation vol. 54, n° 4, 2009, pp. 236-254.

17  Reissland B., De Groot S., « Ink corrosion : comparison of currently used aqueous treatments for paper objects », dans Preprints from the 9th International Congress of IADA, Copenhagen. August 15-21, 1999, pp. 121-129.
Une étude non publiée a été menée au CRCC afin d’optimiser les procédures de traitements et les manipulations en cours de traitements

18  Sous la direction de M. David Strivay

19  Vieillissement artificiel à la chaleur : 70 °C en étuve fermée pendant trois jours.

20  Stijnman A., « Reconstructions of iron-gall ink recipes for the InkCor project », dans Clarke M., Towsend J.H., Stijnman A., Art of the past : sources and reconstructions, Proceedings of the first symposium of the Art Technological Source Research Study Group, London : Archetype, 2005, pp. 125-134.
Stijnman A., « Iron gall inks in history : Ingredients and production, dans Kolar J., Strlic M. (eds), Iron gall inks : on manufacture, characterisation, degradation and stabilisation, Ljubljana : National and University Library, 2006, pp. 25-68.

Cette recette est décrite comme suit :

- Faire bouillir 0,3 l d’eau dans un récipient.

- Y ajouter 25 g de noix de galle d’Alep et faire rebouillir.

- Descendre ensuite la température à 70-75 °C et laisser cuire 1/2 heure en mélangeant
régulièrement.
- Mettre le vitriol (25 g de sulfate de fer(II) heptahydraté et 0,25 g de sulfate de cuivre (II) pentahydraté dans 0,1 l d’eau dans un pot et 12,5 g de gomme arabique dans un autre pot.

- Reporter les noix de galle à ébullition et les retirer du feu.

- Faire chauffer le vitriol et la gomme arabique à basse température jusqu’à leur dissolution (à peu près une demi-heure).
- Mélanger la solution de vitriol aux noix de galle en remuant légèrement.

- Verser doucement la solution de gomme arabique en mélangeant.

- Laisser refroidir en mélangeant de temps en temps.

- Laisser reposer 24 heures sans mélanger.

21  Sept documents de créances conservés dans le Fonds des archives de la Maison de Charles de Lorraine, documents datant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle qui nous ont été prêtés par Marc Libert, chef de section du service au Public et gestion des collections d'Ancien Régime des Archives Générales du Royaume (Bruxelles)

22  Reissland B., Scheper K. et Fleisher S., « Conservation. Calcium-phytate / calcium-bicarbonate method : pre-treatment assessment », dans site de l’encre ferro-gallique www.knaw.nl/ecpa/ink, site consulté le 14 septembre 2008.

23  Fiche technique du test Indicator Paper for Iron Ions (Preservation Equipment Ldt, Vinces Road, Diss, Norfolk, IP22 4HQ, United Kingdom).

24  Havermans J.B.G.A., Penders N.J.M.C., « The role of different accelerated ageing techniques inthe evaluation of conservation treatments of objects affected with iron gall ink », dans Brown A.J.E. (ed), The iron gall ink meeting Newcastle upon Tyne 4-5 September 2000. Postprints, Newcastle upon Tyne : University of Northumbria, 2000, pp. 89-94.

25  Le doublage consiste en l’application d’un support secondaire sur toute la surface du document.

26  Nom commercial Tylose MH300P

27  Reissland B., De Groot S., « Ink corrosion : comparison of currently used aqueous treatments for paper objects », dans Preprints from the 9th International Congress of IADA, Copenhagen. August 15-21, 1999, pp. 121-129.

28  Nom commercial Klucel G

29  Ces risques ont été mis en évidence dans plusieurs recherches du CRCC à Paris dont tous les résultats n’ont pas encore pu être publiés (entretien avec V. Rouchon le 06 juillet 2010) et dans mes propres expérimentations menées dans le cadre du mémoire de master à l’ENSAV La Cambre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Page de garde du manuscrit non autographe de Telemann
Légende Brunissement de l’encre
Crédits Crédits : T. Gersten 
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 2 Brunissement autour des tracés
Crédits Crédits : T. Gersten 
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 3 Brunissement au verso des tracés
Crédits Crédits : T. Gersten 
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4 Fragilisation et dégradations mécaniques du papier
Crédits Crédits : T. Gersten 
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5 : Détail d’un tracé assez large
Crédits Crédits : T. Gersten 
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Gersten, « La problématique des encres ferro-galliques à travers l’observation d’un manuscrit musical non autographe du 18es », CeROArt [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1698

Haut de page

Auteur

Tatiana Gersten

Diplômée de l’ ENSAV La Cambre en 2009 (master en conservation, restauration des œuvres d’art, spécialisation papier), Tatiana Gersten prépare une recherche doctorale sur la problématique du traitements des œuvres et documents tracés à l’encre ferro-gallique, parallèlement à une charge d’assistante au sein de l’atelier de restauration de papier – livre à l’ENSAV La Cambre et à une activité de restauratrice indépendante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org