Skip to navigation – Site map
Dossier

Etude, consolidation et protection de caoutchouc naturel

Modernisme américain, un fauteuil MAA de George Nelson, 1958
François Duboisset

Abstracts

A MAA chair of George Nelson dating of 1958 was restored in the workshop of furniture in the department of restoration at the National institute of heritage. This chair is a very representative example of American modernism by its simplicity of form and its refine style. The articulation of the back is composed with natural rubber. These are highly cracked due to exposure to light and coupled with the use of the chair. A protocol on scientific-technical established a reversible method of filling cracks with ethylene vinyl acetate with anti-oxidant, soft thermoplastic resin. This method has been applied on the rubber chair to give mechanical coherence to the parts and to the chair.

Top of page

Editor's notes

Institut National du Patrimoine – Contact : Patricia Vergez

Full text

Introduction

1En 1922, Howard Carter pénètre dans le tombeau de Toutankhamon et extrait une chaise du mobilier funéraire du roi. Plus de 3000 ans après sa conception, cette chaise est dans un état quasiment identique. Le fauteuil MAA, qui est l’objet de ce mémoire n’a lui qu’une soixantaine d’années et présente déjà quelques éléments fortement dégradés. Certes, les conditions de conservation ne sont pas semblables, cependant il serait peu probable que le fauteuil MAA ne tienne qu’un dixième de l’existence de la chaise égyptienne, et ce, dans des conditions mêmes similaires.

Fig. 1 : Vue du fauteuil avant restauration.

Fig. 1 : Vue du fauteuil avant restauration.

Crédit : ©INP/Vanneste

2Le fauteuil appartient au musée d’art moderne de Saint-Étienne inscrit sous le numéro 2000.12.1. Le terme MAA correspond à une dénomination commerciale dont la signification n’a pu être trouvée. Il est constitué d’un piétement et de bras en acier recouvert de chrome. L’embase est en alliage d’aluminium peint. Les articulations se font à l’aide de caoutchouc résilient et amortissant à base de caoutchouc naturel. L’assise et le dossier sont en polyester insaturé renforcé à l’aide de fibre de verre. Le fauteuil est composé au total de 53 pièces.

Fig. 2 : Nomenclature du fauteuil

Fig. 2 : Nomenclature du fauteuil

Crédit : ©Duboisset

Étude historique

3Dans les années 1950, le designer George Nelson créait la gamme de mobilier Swaged-leg dans laquelle se trouve le modèle du fauteuil MAA. Un exemplaire produit en 1958 appartient au musée d’art moderne de Saint-Étienne.

  • 1  ABERCROMBIE, S., George Nelson, the design of modern design. The MIT press, Cambrige, 1995. p. 5 à (...)

4George Nelson est un designer américain né en 1908. Il étudie l’architecture et reçoit en 1934 le prestigieux prix de Rome. Il reste deux ans en Europe où il rencontre de grands architectes tel Walter Gropius, du Bauhaus. Il découvre alors l’architecture moderniste : épuration des formes, minimalisme géométrique, praticité réfléchie. Cette vision lui correspond et il fera tout pour la promouvoir dès son retour aux États-Unis1.

  • 2 Introducing two news chairs. Prospectus Herman Miller US, Whitney Publication incorporation. Zeelan (...)

5Le projet Swaged-leg, littéralement « pied-serti », voit le jour en 1950. Le principe industriel est de créer une gamme de meubles ayant une unité esthétique et technique, le tout à faible coût. L’élément de base de chaque meuble est un pied, tube d’acier effilé, cintré et courbé. Il est possible de l’assembler sur une traverse, par deux ou par quatre, comme dans le cas du fauteuil que nous étudions2.

Étude technique

  • 3  DUEDAL, D. ; GEIER, M., Guide pratique des matériaux composites en résines thermodurcissables renf (...)

6George Nelson s’intéresse aux différentes possibilités de mise en forme pour ses créations et cherche fréquemment de nouvelles réponses techniques. Pour l’assise et le dossier de l’objet dont il est question, il utilise du polyester chargé en fibre de verre, mise en forme par Premix. La technique excessivement novatrice à l’époque consiste à utiliser un mélange de polyester insaturé et de fibre de verre courte. La pâte est placée dans un moule puis compressée et chauffée. Cette technique permet d’obtenir directement des pièces de très grande qualité et en très grande série3.

7Le piètement et les bras sont en acier recouvert de chrome par électrolyse, procédé très courant en 1958.

  • 4  EAMES, Ch., Brevet n°2,649,136 : Furniture shock mount construction, 1947. p. 2.

8La grande innovation du fauteuil MAA concerne l’articulation du dossier. Le principe d’amortissement des assises à l’aide de caoutchoucs est une idée développée par deux amis et collègues de l'entreprise Herman Miller : Charles et Ray Eames4. Avec leur accord, George Nelson réutilise ce procédé en le plaçant entre l’assise et le dossier, rendant ce dernier flexible, innovation et amélioration du confort non contestable.

Fig. 3 : Planche de croquis de George Nelson et montage photographique de l’articulation du dossier

Fig. 3 : Planche de croquis de George Nelson et montage photographique de l’articulation du dossier

Catalogue de vente Herman Miller, 1960

Crédit : © Herman Miller

  • 5  Rapport d'étude du C2RMF, caractérisations effectuées par Nathalie Balcar.
  • 6  BRAS, J., Le Caoutchouc. Collection Que sais-je ? Presse Universitaire de France, Paris, 1969. p. (...)

9Le caoutchouc utilisé pour le fauteuil MAA est un polyisoprène naturel vulcanisé5. Il s’agit d’une macromolécule fortement insaturée et apolaire obtenue par récolte du latex de l'arbre hévéa. La vulcanisation consiste à faire réagir les liaisons insaturées avec du soufre pour créer des liaisons disulfures. On passe ainsi du latex, aux caractéristiques peu intéressantes, à du caoutchouc ayant de très bonnes résistances mécaniques et thermiques. L’ajout de noir de carbone permet de limiter les effets de la photo-oxydation très néfaste pour le caoutchouc6.

Fig. 4 : Polymérisation de l’isoprène en polyisoprène et réaction de photooxydation du polyisoprène

Fig. 4 : Polymérisation de l’isoprène en polyisoprène et réaction de photooxydation du polyisoprène

Crédit : ©Duboisset

Histoire matérielle du fauteuil MAA 2000.12.1

10En 1958, le fauteuil dont il est question sort des usines Herman Miller. Il n’a pas été possible de savoir ce qu’il est advenu jusqu’en 1998 où une référence d’achat et de revente du fauteuil est visible au musée Vitra situé en Allemagne. Après quelques passages dans des galeries et maisons de vente, il est acquis en 2000 par le musée de Saint-Étienne. Le but est d’enrichir les collections du mobilier des années 50, du modernisme américain et des objets de George Nelson, le musée d’art moderne étant un lieu essentiel du mobilier contemporain en France.

11Le fauteuil a été exposé pour la première fois en 2008 à l’occasion de l’exposition carte blanche à Armleder durant la biennale du design de 2008.

12Pour information historique, deux fauteuils MAA sont visibles dans le film « Les femmes » de Jean Aurel. Malheureusement, il n’a pas été possible d’affirmer si le fauteuil dans lequel est assise Brigitte Bardot est bien celui faisant l’objet de cette étude.

Fig. 5 : Image tirée du film « Les femmes » de Jean Aurel avec Brigitte Bardot et Jean-Pierre Marielle, 1967

Fig. 5 : Image tirée du film « Les femmes » de Jean Aurel avec Brigitte Bardot et Jean-Pierre Marielle, 1967

Crédit : ©Liras Film et Ascot Cineraid

Constat d’état

13Le constat est hiérarchisé en fonction des matériaux et des altérations qui s’y rapportent. C’est à dire : le dossier et l’assise en polyester, le piétement et les bras en métal chromé et l’ensemble des pièces en caoutchouc. Globalement, le fauteuil MAA est dans un bon état de conservation. La structure se maintient et ne montre aucun point faible, les assemblages entre les pièces ne présentent aucune faiblesse.

  • 7  Selon la terminologie du mémoire, un manque est considéré comme une absence de matière n’engendran (...)

14Le polyester du dossier et l’assise est en bon état. Un léger jaunissement est perceptible, correspondant à une photo-oxydation. L’ensemble des polyesters est recouvert d’une pellicule de poussière et de dépôts divers. Un manque7 et des fissures sont visibles à l’arrière de l’assise, probablement dûs à un choc.

Fig. 6 : Détail du dossier et d’un dépôt

Fig. 6 : Détail du dossier et d’un dépôt

Dépôt sur le devant de l’assise. Manque à l’arrière de l’assise.

Crédit : ©Duboisset

15De nombreux produits de corrosion sont présents sur le piétement. La dépose par électrode du chrome crée un revêtement naturellement micro-fissuré et a permis une oxydation du fer sous-jacent. Les oxydes volumineux sont sortis par ces mêmes interstices ou bien se sont développés sous le chrome donnant un soulèvement en fil. Un dépôt sous forme de poudre blanche est visible, caractéristique de produits nettoyants du type Mirror®. Les quatre pieds ont été soudés ensemble, originellement maintenus par deux vis, ce système d’assemblage n'a pas été suffisamment résistant à l’usage.

Fig. 7 : Détail de produit de corrosion sur le piètement de soulèvement en fil.

Coupe stratigraphique schématisée du piétement

Crédit : ©Duboisset

16Le revêtement de l’embase se fissure et se soulève. Deux manques majeurs sont perceptibles probablement dus à des chocs lors de l’utilisation.

17Les caoutchoucs sont les éléments les plus dégradés. Ceux des accotoirs ont d’importantes efflorescences grasses. Elles proviennent d’un surplus d’huile de plastification utilisée lors de la vulcanisation du caoutchouc. L’huile en excès migre doucement et recouvre le matériau. Les saillies sont exsangues d’efflorescence en raison de la prise en main de l’objet à ce niveau.

18Les caoutchoucs du dossier sont fortement fissurés, une exposition à la lumière couplée à des efforts mécaniques a provoqué : réticulations, coupures de chaînes et autres modifications chimiques complexes. Cela se traduit mécaniquement par une matification, une fine pulvérulence en surface, une rétractation et une fissuration. L’état actuel des caoutchoucs permet encore de maintenir le dossier, mais la question est : pour combien de temps encore ? Il est probable que si rien n’est entrepris, les caoutchoucs ne puissent plus assurer leur rôle porteur du dossier dans un futur proche.

Fig. 8 : Vue du caoutchouc du revers du dossier, côté droit

Fig. 8 : Vue du caoutchouc du revers du dossier, côté droit

Crédit : ©Duboisset

Étude technico-scientifique sur la consolidation du caoutchouc naturel

Objectif

19Dans l’étude technico-scientifique, nous nous sommes concentré sur la problématique posée par la dégradation des pièces en caoutchouc. Il est nécessaire d’intervenir afin de maintenir le dossier en place. Plusieurs solutions sont envisageables, comme retirer les caoutchoucs et en remettre de nouveau, revulcaniser du caoutchouc par-dessus, mettre la chaise sous anoxie. Ces solutions ne nous paraissent pas satisfaisantes. Nous avons donc décidé de nous lancer dans la recherche d’une méthode de comblement des fissures à l’aide d’une résine afin de redonner une résistance mécanique aux pièces.

20L’enjeu de la recherche est de trouver un adhésif qui soit souple, adhérent au caoutchouc, chimiquement stable, protégeant les caoutchoucs contre la photo-oxydation, applicable sans engendrer de modifications chimiques ou physiques et réversibles.

Trois résines à étudier

  • 8  Souplesse en dureté shore A comprise entre 40 et 60 (sans unité). Données techniques du fournisseu (...)

21Néanmoins, aucune étude ou rapport de restauration traitant de ce sujet n’a pu être trouvé. De même, les résines couramment utilisées en restauration ne remplissent pas ce cahier des charges. Nous avons décidé de tester trois résines, peu courantes en conservation-restauration, mais ayant des caractéristiques similaires au caoutchouc : dans notre cas, une grande souplesse 8 et une polarité faible.

  • 9  Cette résine est l’agent souple de la BEVA.

22La première résine est un éthylène vinyle acétate9 (EVA), copolymère d'éthylène et de vinyle acétate, cette dernière fonction permet une plastification interne. Il s’agit d’une résine thermoplastique, transparente, uniquement composée de carbone, d’oxygène et d’hydrogène sans liaisons insaturées.

23La deuxième résine est un éthylène butyle acrylate (EBA). Il s’agit d’une résine aux propriétés physiques et à la composition chimique similaire à l’éthylène vinyleacétate, mais avec un copolymère plastifiant à base de butyle acrylate.

  • 10  CORBIN, GW., Recherche sur la conservation et la restauration  de Foot soldier (Godzilla) de Kenji (...)

24La troisième résine est un polyuréthane (PU)en dispersion aqueuse utilisé dans la consolidation de mousse de polyuréthane souple10. Une fois sèche, elle est thermodurcissable, souple, très peu polaire, transparente d’aspect légèrement ivoire.

Fig. 9 : Formulation des trois résines testées

Fig. 9 : Formulation des trois résines testées

Crédit : ©Duboisset

Un agent de protection

  • 11  Van OOSTEN, T. ; BERINGUER O. ; LORNE, Al., "Research into the effect of a light stabiliser system (...)

25Un agent de protection est retenu pour améliorer la résistance des résines face à la photo-oxydation. Il s’agit du Tinuvin B75, stabilisateur d’UV à base de l’Irganox 1135, du Tinuvin 571 et du Tinuvin 765 de chez Ciba. C’est un agent protecteur du type HALS (Hindered Amine Light Stabilizer)qui capte les radicaux libres créés suite à une photo-oxydation11.

La réalisation des éprouvettes

26Le protocole scientifique consiste à comparer d’une part l’adhésion, et d’autre part, la stabilité des résines sur du caoutchouc. Pour cela des éprouvettes en caoutchouc naturel de 8,5 x 2 x 0,2 cm sont enduites avec les résines de consolidation sur une épaisseur de 0,3 mm, puis vieillies artificiellement.

  • 12  Aucune modification ou hystérésis n’ont été observées suite à l’application de cyclohexane sur le (...)

27L’application de l’EVA et l’EBA se fait en solution dans du cyclohexane 12 ou à l’aide d’une spatule chauffante à 100 °C. Le polyuréthane est appliqué sous sa forme commerciale en dispersion aqueuse. La moitié des éprouvettes sont enduites de résines diluées avec 5%.de Tinuvin B75, l’agent de protection.

Le vieillissement artificiel

28Le vieillissement artificiel a lieu dans une enceinte lumineuse Suntest à lampe Xénon du laboratoire de l’INP où trois séries sont réalisées.

Les tests et analyses

29Les propriétés d’adhésion sont évaluées par un test de pelage et un test de maintien à l’élongation.

Le test de pelage

30Le test de pelage est réalisé à 90 ° sur le banc d’essai du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques. Il permet de déterminer l'adhésion des résines sur le caoutchouc et le type de rupture, adhésive ou cohésive.

Fig. 10 : Réalisation des tests de pelage sur le banc d’essai du Laboratoire de recherche des Monuments Historiques

Fig. 10 : Réalisation des tests de pelage sur le banc d’essai du Laboratoire de recherche des Monuments Historiques

Crédit : ©Duboisset

Le test de maintient à l’élongation

31Le test de résistance à l’élongation permet de qualifier la capacité d’une résine à se maintenir sur du caoutchouc lors de fortes modifications dimensionnelles. Les tests ont eu lieu sur un petit banc d’essai construit pour cela au sein de l’atelier mobilier. Les éprouvettes sont étirées jusqu’à 150 % d’élongation où seul le caoutchouc est soumis à l’élongation. Le rapport entre la surface de l’adhésif en contact sur le caoutchouc avant et après élongation est mesuré.

Le résultat des tests mécaniques

32De manière générale, l'adhésion et le maintien à l’élongation de la résine EVA appliquée en solution sont bons. La rupture est entièrement adhésive. L'adhésion de l’EBA est faible sur le caoutchouc. Le PU a une adhésion moyenne et une rupture cohésive. On note sur l’ensemble des tests que les résines additionnées de Tinuvin B75 ont eu une adhésion et un maintien supérieurs aux résines non protégées. L’application de résine à chaud ne donne pas de bons résultats.

Fig. 11 : Tendance générale du pelage et du maintien des résines appliquées en solution

Fig. 11 : Tendance générale du pelage et du maintien des résines appliquées en solution

Crédit : ©Duboisset

Les analyses chimiques

33Des analyses chimiques ont été réalisées sur les mêmes éprouvettes afin de déterminer les modifications chimiques du caoutchouc et des résines suite au vieillissement artificiel. Les analyses ont été effectuées par spectrométrie infrarouge à transformer de Fourier par Alain Colombini du CICRP à Marseille.

34Les modifications chimiques entre le caoutchouc neuf et le caoutchouc ayant subi un vieillissement artificiel sont nombreuses. Les résines EVA et EBA chargées en Tinuvin B75 n’ont subi que peu de modifications chimiques suite au vieillissement. Le polyuréthane s’est montré beaucoup plus instable. L’ajout de Tinuvin B75 est très efficace sur la stabilité des résines, car aucune modification chimique notable n’a été observée. Les analyses de caoutchouc situé sous un film de 0,3 mm d’EBA et d’EVA ont montré qu’aucune modification n’avait eu lieu avant et après vieillissement.

Conclusion de l’étude technico-scientifique

35Nous retenons de l’étude technico-scientifique que l’application d’EVA en solution dans le cyclohexane et additionnée en Tinuvin B75 à 5 % est une solution adaptée pour la consolidation des caoutchoucs grâce à :

  • Sa bonne adhésion

  • Sa capacité à suivre les déformations du caoutchouc

  • Sa résistance à la photo-oxydation

  • Sa protection apportée aux caoutchoucs contre la photo-oxydation

  • Et sa réversibilité chimique et mécanique

Interventions

36L’objet ne présente pas d’altérations visuelles majeures ou gênantes à sa compréhension. Ainsi, et après discussion avec l’ensemble des interlocuteurs de ce mémoire et de la responsable juridique de l’œuvre, il a été décidé de réaliser uniquement les interventions de type curatif, nécessaires à la préservation de l’objet.

Le polyester insaturé chargé en fibre de verre

  • 13  BOLLARD, Cl., Les solvants comme agents de nettoyage des matières plastiques, mémoire de diplôme e (...)

37En ce qui concerne les dépôts présents sur l’assise et le dossier, ils sont nuisibles pour la conservation en raison de leur caractère hydrophile. Il est nécessaire de les retirer afin de ne pas favoriser une hydrolyse à long terme des polyesters. Nous avons testé cinq méthodes de nettoyage sur une surface plane et sur une tranche de l’assise13. L’eau déminéralisée appliquée au bâtonnet de coton et à l’éponge microporeuse donne un résultat satisfaisant.

38Les surfaces planes ont été nettoyées à l’aide d’un coton humidifié et les tranches par application de l’éponge microporeuse sans mouvement afin de limiter l’abrasion de fibres de verre apparentes à cet endroit. Aucune autre intervention n’a été réalisée sur le dossier et l’assise notamment concernant le jaunissement du polyester.

Fig. 12 : Accotoir droit avant nettoyage

Fig. 12 : Accotoir droit avant nettoyage

Crédit : ©Duboisset

Les métaux chromés

39Le piètement et les bras en acier recouvert de chrome sont fortement oxydés. Les produits de corrosion se sont développés en ressortant par les microfissures du chrome. La présence d’oxydes est néfaste, ils entraînent le développement d’oxydes supplémentaires et une gêne visuelle importante. En raison des soulèvements du chrome, il est impossible d’envisager un retrait par voie chimique.

  • 14  VOLFOVSKY, Cl.,  La conservation des métaux. Editions du CNRS, Paris, 2001. p. 273.

40Cinq méthodes de nettoyage mécanique conseillées par l’atelier métal de l’INP ont été testées : lame de scalpel, lame de laiton, pinceau de fibre de verre, brossette métallique, laine d’acier 000 sur bâtonnet de bambou. L’ensemble des méthodes permet de retirer les produits de corrosion, mais celles constituées de matériaux plus durs que le chrome créaient de fines rayures14. Les chromes ont donc été nettoyés avec de la laine d’acier 000 enroulée autour d’une tige de bambou. Les soudures plus difficile d’accès ont été nettoyées à l’aide du pinceau de fibre de verre. Après l’intervention, le brillant et l’homogénéité des chromes ont réapparu.

Fig. 13 : Tête de bras gauche avant et après nettoyage

Fig. 13 : Tête de bras gauche avant et après nettoyage

Crédit : ©Duboisset

  • 15  ROUQUIE, É., Nickel-chrome. Restauration-conservation de mobilier métallique à revêtement électrol (...)

41De petits éléments de chrome se soulèvent. Un protocole développé en 2008 par Émilie Rouquié lors de son mémoire à l’INP a été réutilisé15. Après un test concluant, l’ensemble des soulèvements a été refixé à l’aide de Paraloïd B72 dilué dans l’éthanol. Les zones où le fer est apparent sont recouvertes à l’aide de la même solution.

L’embase en aluminium

42Le revêtement de l’embase se fissure et se soulève. Un refixage a été réalisé à l’Aquazol 200, polymère acrylique, dilué à 10 % dans l’eau. La retouche des deux principales lacunes a été réalisée avec l’Aquazol 200 chargé de pigments. Contrairement aux autres interventions, celle-ci est d’ordre esthétique. Les retouches ont été réalisées en raison des manques probablement récents du revêtement noir qui contracte avec l’aluminium clair.

Les pièces en caoutchouc

  • 16  PMMA : polymétacrylate de méthyl, Altuglas, Plexiglas, Perpex.
  • 17  PTFE : polytétrafluoroéthylène, Téflon.

43D’importantes efflorescences grasses sont présentes sur les caoutchoucs de l’assise. Ce sont des composés issus du caoutchouc, mais pouvant engendrer des instabilités chimiques. Le nettoyage des caoutchoucs est un sujet encore peu développé. Une importante série de tests de nettoyage a donc été réalisée : dégagement mécanique au scalpel, lame de laiton, lame de PMMA16 à 30 °, lame de PTFE17 à 60 °, gomme Stadler. Dégagement chimique de coton sur bâtonnet de bambou : eau, éthanol, acétone, ligroïne, isooctane, acétate d’éthyle, triamonium citrate à 0,5 % dans l’eau.

44L’eau déminéralisée appliquée sur bâtonnet de coton et la lame de PTFE à 60 ° permet un retrait bien maîtrisé, bien qu’un peu moins homogène pour le Téflon, avec une grande innocuité. Les efflorescences ont été retirées à l’eau déminéralisée. Les zones proches des bras métalliques ont été nettoyées à l’aide d’une spatule en téflon afin de limiter l’apport d’eau près des métaux. Après l’opération les caoutchoucs ont retrouvé une surface noire et homogène.

Fig. 14 : Caoutchouc gauche de l’assise

Fig. 14 : Caoutchouc gauche de l’assise

 Avant, pendant (avec la spatule en Téflon) et après nettoyage.

Crédit : ©Duboisset

45Les caoutchoucs du dossier sont fissurés et ne seront plus à même de supporter le dossier d’ici quelques temps. On retient de l’étude technico-scientifique que l’application d’EVA additionné de 5 % en Tinuvin B75 et en solution dans le cyclohexane permet de consolider du caoutchouc naturel fissuré. Les caoutchoucs sont consolidés par injection de la résine à l’aide de petites seringues et ce, jusqu’au remplissage complet des fissures. L’application s’est faite en une quarantaine de couches diluées de 2 à 5 % de cyclohexane. : elle est délicate en raison de la petitesse et du nombre des fissures ainsi que la concentration faible de la résine et d’un délai d’attente d’une demi-heure entre chaque couche. Afin de limiter l’impact visuel de la consolidation, la dernière couche est additionnée de pigment noir d’ivoire et de blanc de titane. Après intervention, les caoutchoucs ont retrouvé une bonne homogénéité visuelle et mécanique.

Fig. 15 : Application de la résine de consolidation dans une grande fissure et vue de la même pièce après intervention.

Fig. 15 : Application de la résine de consolidation dans une grande fissure et vue de la même pièce après intervention.

Crédit : ©Duboisset

Conservation préventive

46Après l’étude et la restauration effectuées au cours de cette année, le fauteuil est retournédans les réserves du musée d’art moderne de Saint-Étienne. Pour préserver les caoutchoucs contre les dégradations liées à la photo-oxydation l’idéal serait d’avoir les conditions suivantes : l’absence de lumière et de composés organiques volatils et oxydants, une température et une humidité basses. Ces conditions sont tout autant satisfaisantes pour l’ensemble du fauteuil. Les réserves du musée de Saint-Étienne répondent en partie à ces conditions : elles ne sont pas éclairées hors présence du personnel et la température y est peu élevée et stable. L’humidité y est en revanche trop élevée, ce facteur est surtout problématique pour les métaux chromés. La politique du musée de Saint-Étienne est de laisser les œuvres apparentes sur des racks. En profitant de cette présentation, un contrôle régulier pourra être effectué afin de voir l’évolution des consolidations effectuées.

Conclusion générale

47Le fauteuil MAA a été le support de nombreuses recherches et découvertes au cours de ce mémoire à la fois sur l’apport des connaissances de l’histoire du mobilier, des techniques de réalisation du caoutchouc et sur sa consolidation suite à une fissuration.

48Avec le protocole développé, il a été possible de consolider les éléments en caoutchouc dégradés à l’aide d’éthylène vinyle acétate et de Tinuvin B75 dilué dans du cyclohexane. Cette étude est très encourageante et poursuit les efforts déjà engagés sur l’utilisation de résines souples dans le domaine de la conservation-restauration. Il faut tout de même prendre en compte le vieillissement naturel des consolidations, en effectuant une observation régulière de l’évolution de celles-ci.

Top of page

Bibliography

Étude historique et technique

ABERCROMBIE, S., George Nelson, the design of modern design. The MIT press, Cambrige, 1995.

BOURGEOIS, R. ; CHAUVEL H. ; KESSLER J. Memotech, génie des matériaux. Casteilla, collection Educalivre, Paris, 2001

DUEDAL, D. ; GEIER, M., Guide pratique des matériaux composites en résines thermodurcissables renforcées. Lavoisier, Paris, 1983

DUFLOS, J. ; DESJEUX , J.C., Les plastiques renforcés. Collection Que sais-je ? Presses universitaire de France, Paris, 1977

EAMES, Ch., Brevet n°2,649,136 : Furniture shock mount construction, 1947

Introducing two news chairs, Propesctus envoyé par le service d'archives de Herman Miller US, Whitney Publication incorporation. Zeeland (Michigan), s.d.

VERDU, J., Vieillissement des plastiques. Association Française de Normalisation - AFNOR, Paris-la-Défense, 1984

Étude technico-scientifique sur la consolidation du caoutchouc

ARLIE, J.P. Caoutchoucs synthétiques, procédés et données économiques. Technip, Paris, 1980.

BARRON, H., Modern Rubber Chemistry. Hutchinson’s scientific and technical publications, Londres, 1947

BRAS, J., Le Caoutchouc. Collection Que sais-je ? Presse Universitaire de France, Paris, 1969

BRUGE, G., Tables de compatibilité des plastiques et caoutchoucs avec les solvants usuels Edition et documentation industrielle, Paris, 1983

CORBIN, GW., Recherche sur la conservation et la restauration  de Foot soldier (Godzilla) de Kenji Yanobe. Mémoire de fin d'étude de l'école supérieur d'art d'Avignon, 2007. Non publié.

Gummi-kur, programme inter-muséal allemand de sauvegarde des caoutchoucs dans les institutions patrimoniales, http://www.gumi-kur.de

Norme Afnor NF T 40-002 : Caoutchoucs et leurs latex, Nomenclature

Norme Afnor NF T 40-102: Caoutchoucs et élastomères analogues, propriétés générales des élastomères

Norme Afnor NF T 51-056 : Méthodes d’exposition à une lampe à arc au xénon.

PFENNINGER M., ''Retroactive stabilization for natural rubber artworks'', Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung, vol 20, N°2, 2006, pp. 368-377

SERIER, J.B., Histoire du Caoutchouc. Desjonquères, Paris, 1993

SHASHOUA, Y., "Research into plastics and rubbers in the British Museum", Museum Collections, James & James, Londres, 1993. p. 44-47.

Van OOSTEN, T. ; BERINGUER O. ; LORNE, Al., "Research into the effect of a light stabiliser system on the ageing of polyether urethane foam" : Vitra Design Museum, posprints of the VI symposium 10-11 October 2005, Axa Art Conservation Project, Weil am Rhein, 2006.

Interventions

BOLLARD, Cl., Les solvants comme agents de nettoyage des matières plastiques, mémoire de diplôme en conservation et restauration des biens culturel, Université Paris 1, 2007

ROUQUIE, É., Nickel-chrome. Restauration-conservation de mobilier métallique à revêtement électrolytique : une table basse de Felix Aublet (1932) et un porte-serviettes de Colette Gueden (1946) (Paris, Mobilier national). Recherche d’un adhésif de refixage d’un nickelage soulevé. Mémoire de diplôme INP, département des restaurateurs, Saint-Denis, 2008

VOLFOVSKY, Cl.,  La conservation des métaux. Editions du CNRS, Paris, 2001

Top of page

Notes

1  ABERCROMBIE, S., George Nelson, the design of modern design. The MIT press, Cambrige, 1995. p. 5 à 20.

2 Introducing two news chairs. Prospectus Herman Miller US, Whitney Publication incorporation. Zeeland (Michigan), s.d. p. 11.

3  DUEDAL, D. ; GEIER, M., Guide pratique des matériaux composites en résines thermodurcissables renforcées. Lavoisier, Paris, 1983. p. 27.

4  EAMES, Ch., Brevet n°2,649,136 : Furniture shock mount construction, 1947. p. 2.

5  Rapport d'étude du C2RMF, caractérisations effectuées par Nathalie Balcar.

6  BRAS, J., Le Caoutchouc. Collection Que sais-je ? Presse Universitaire de France, Paris, 1969. p. 22.

7  Selon la terminologie du mémoire, un manque est considéré comme une absence de matière n’engendrant pas de problème de lecture, à l’inverse de la lacune induisant une difficulté de lecture.

8  Souplesse en dureté shore A comprise entre 40 et 60 (sans unité). Données techniques du fournisseur.

9  Cette résine est l’agent souple de la BEVA.

10  CORBIN, GW., Recherche sur la conservation et la restauration  de Foot soldier (Godzilla) de Kenji Yanobe. Mémoire de fin d'étude de l'école supérieur d'art d'Avignon, 2007. Non publié.

11  Van OOSTEN, T. ; BERINGUER O. ; LORNE, Al., "Research into the effect of a light stabiliser system on the ageing of polyether urethane foam" : Vitra Design Museum, posprints of the VI symposium 10-11 October 2005, Axa Art Conservation Project, Weil am Rhein, 2006.

12  Aucune modification ou hystérésis n’ont été observées suite à l’application de cyclohexane sur le caoutchouc naturel.

13  BOLLARD, Cl., Les solvants comme agents de nettoyage des matières plastiques, mémoire de diplôme en conservation et restauration des biens culturel, Université Paris 1, 2007

14  VOLFOVSKY, Cl.,  La conservation des métaux. Editions du CNRS, Paris, 2001. p. 273.

15  ROUQUIE, É., Nickel-chrome. Restauration-conservation de mobilier métallique à revêtement électrolytique : une table basse de Felix Aublet (1932) et un porte-serviettes de Colette Gueden (1946) (Paris, Mobilier national). Recherche d’un adhésif de refixage d’un nickelage soulevé. Mémoire de diplôme INP, département des restaurateurs, Saint-Denis, 2008

16  PMMA : polymétacrylate de méthyl, Altuglas, Plexiglas, Perpex.

17  PTFE : polytétrafluoroéthylène, Téflon.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Vue du fauteuil avant restauration.
Credits Crédit : ©INP/Vanneste
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-1.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 2 : Nomenclature du fauteuil
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-2.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig. 3 : Planche de croquis de George Nelson et montage photographique de l’articulation du dossier
Caption Catalogue de vente Herman Miller, 1960
Credits Crédit : © Herman Miller
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-3.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 4 : Polymérisation de l’isoprène en polyisoprène et réaction de photooxydation du polyisoprène
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-4.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 5 : Image tirée du film « Les femmes » de Jean Aurel avec Brigitte Bardot et Jean-Pierre Marielle, 1967
Credits Crédit : ©Liras Film et Ascot Cineraid
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-5.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig. 6 : Détail du dossier et d’un dépôt
Caption Dépôt sur le devant de l’assise. Manque à l’arrière de l’assise.
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-6.jpg
File image/jpeg, 4.0k
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-7.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 8 : Vue du caoutchouc du revers du dossier, côté droit
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-8.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 9 : Formulation des trois résines testées
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-9.jpg
File image/jpeg, 12k
Title Fig. 10 : Réalisation des tests de pelage sur le banc d’essai du Laboratoire de recherche des Monuments Historiques
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-10.jpg
File image/jpeg, 12k
Title Fig. 11 : Tendance générale du pelage et du maintien des résines appliquées en solution
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-11.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig. 12 : Accotoir droit avant nettoyage
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-12.jpg
File image/jpeg, 4.0k
Title Fig. 13 : Tête de bras gauche avant et après nettoyage
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-13.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 14 : Caoutchouc gauche de l’assise
Caption  Avant, pendant (avec la spatule en Téflon) et après nettoyage.
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-14.jpg
File image/jpeg, 4.0k
Title Fig. 15 : Application de la résine de consolidation dans une grande fissure et vue de la même pièce après intervention.
Credits Crédit : ©Duboisset
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1661/img-15.jpg
File image/jpeg, 4.3k
Top of page

References

Electronic reference

François Duboisset, « Etude, consolidation et protection de caoutchouc naturel », CeROArt [Online], EGG 1 | 2010, Online since 17 November 2010, connection on 23 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1661

Top of page

About the author

François Duboisset

François Duboisset est restaurateur du patrimoine, diplômé en 2010 de l’Institut national du Patrimoine à Paris.  Il est spécialisé dans la restauration de mobilier, du patrimoine XXème siècle, objet design et art contemporain. En 2008, il effectue un stage dans l’atelier de restauration du centre Pompidou, sous la direction de Jacques Hourrière et Marie-Laure Jousset puis en 2009 au sein de la Pinakothek der Modern à Munich, sous la direction de Tim Bechthold. François Duboisset est actuellement restaurateur indépendant. Contact : francois.duboisset@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org