Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

R.H. MARIJNISSEN, The Masters' and the Forgers' Secrets

X-ray Authentication of Paintings From Early Netherlandish till modern, Anvers, Mercatorfonds, 2009
Muriel Verbeeck-Boutin
Référence(s) :

R.H. MARIJNISSEN, The Masters' and the Forgers' Secrets

X-ray Authentication of Paintings From Early Netherlandish till modern, Anvers, Mercatorfonds, 2009. ISBN : 9789061539292

Texte intégral

1Ponctuant une bibliographie impressionnante, variée et traduite en de multiples langues1 le dernier opus de Rogier-Hendrick Marijnissen est consacré aux Secrets des Maîtres de la peinture flamande et de leurs faussaires. La voie privilégiée pour connaître et reconnaître les uns et les autres demeure la radiographie, clairement désignée dans le sous-titre comme méthode d’authentification.

2L’auteur a évoqué à plusieurs reprises la révélation qu’a constitué pour lui, au début de sa carrière, l’ouvrage Art criticism from the laboratory d’Alan Burroughs (1938), lequel rappelons-le avait notamment travaillé sur l’Agneau mystique à Gand. Il témoigne de ce que dans les années soixante, la lecture des rayons x restait encore ésotérique, et l’ombre d’un parquetage demeurait, même pour nombre de conservateurs et historiens de l’art chevronnés, incompréhensible.

3La situation, si elle a évolué au sein des Instituts de recherche, — à l’IRPA notamment grâce au côté visionnaire de Paul Coremans — demeure hélas à peu près inchangée au sein des écoles de formation. L’étudiant, le praticien indépendant de la restauration comme l’amateur éclairé demeurent en général aussi démunis, devant un cliché aux rayons X, que de futurs parents devant une échographie.

4C’est ce à quoi a voulu remédier R.H.Marijnissen. Il rappelle qu’il a porté ce projet pendant une quarantaine d’années, accumulant une documentation exceptionnelle. Préfacé par Ron Spronk de la Queen’s University (Kingston, Canada), ce luxueux ouvrage de 431 p. comporte une iconographie hors pair. Willem Elias, de la VUB, explique d’emblée le rôle des rayons x pour établir l’authenticité des peintures, préciser ce qu’il reste de la création de l’artiste, ce qui a survécu, dans quelles conditions, avec quel degré d’intervention –en ce et y compris, la falsification. L’ouvrage, comme le précise ce dernier, n’est pas un exposé d’historien de l’art, pas plus qu’un traité technique. Il traite de peinture, c'est-à-dire d’un objet matériel portant un message immatériel. Soumettre une peinture aux rayons x c’est regarder au travers de son apparence visible afin de mieux comprendre l’entité complexe que l’on désigne sous le nom d’œuvre d’art.

5C’est dans ce processus de compréhension que l’expertise et la guidance de R.H.Marijnissen prennent tout leur sens. Sous les planches qui composent l’essentiel de l’ouvrage, des commentaires succincts. Ils guident le regard, exercent celui-ci au détail, enfin proposent une interprétation fondée sur l’observation. L’auteur spécifie qu’il ne vise pas à énoncer une théorie. Et de fait, c’est une aptitude pratique, celle de voir, plus exactement de regarder, qu’il sollicite. Fidèle à un credo qui est le sien depuis des décennies, le spécialiste nous invite à écouter ce que l’œuvre a à nous dire, plutôt qu’à discourir à son sujet.

6L’ouvrage dont nous n’explorerons pas toutes les richesses débute par la reproduction d’une radiographie prise par Allan Burroughs : elle concerne un détail du panneau des Juges intègres. Au verso de cette dernière, l’auteur insiste sur les éléments déterminants pour une lecture correcte des clichés. Tout comme le radiologiste est un expert en matière d’anatomie et de manifestation des pathologies, les experts en art doivent connaître à la fois les aspects physiques et les propriétés du patient –l’objet examiné.

7De la technique des peintres anciens (Van der Weyden, Rubens) à celle des modernes et contemporains (Manet, Ensor), R.H.Marijnissen décrypte la « touche » de l’artiste, sa technique particulière. Au-delà, il s’intéresse de façon extrêmement pédagogique aux structures, supports, cadres, décelant à l’assemblage des panneaux, les techniques caractéristiques de telle ou telle région. Il note par ailleurs que paradoxalement, certains traitements de conservation entravent la lecture.

8L’auteur s’intéresse aussi à quelques cas célèbres posant des problèmes d’attribution : ainsi l’Annonciation attribuée à Dirk Bouts, dont les clichés sont présentés et commentés de la p.41 à 47, ou encore, p.325 et suivantes,  des œuvres attribuées à Rembrandt ou Vermeer; La descente de croix évoquée p.340 est prétexte de son côté à une approche qui remonte du témoignage matériel à l’étude stylistique. La page 351 et les suivantes s’intéressent à la falsification. Le chapitre est dense et remarquablement illustré. Il évoque aussi, de façon subtile, l’omerta qui a pu entourer quelques cas spécieux. L’ouvrage comporte encore une présentation des applications actuelles des rayons X, et un glossaire technique, par Guido Van de Voorde. On note également des interventions de Leopold Kockaert, Roger van Schoute et Francis Cuigniez. On regrettera néanmoins l’absence d’une bibliographie spécialisée.

9Concluons en saluant la forme autant que le fond, réelle invitation au voyage tant esthétique qu’intellectuel : on ne peut qu’être séduit par la poésie de ces clichés, évoquant chacun leurs secrets, blessures, cicatrices, fantômes. L’ouvrage est un ouvrage d’art à plus d’un titre. Le parti pris de l’auteur de s’en tenir à un commentaire succinct, structuré en rubriques « observation » « interprétation » « information » se révèle efficace : il aiguise l’attention et éduque le regard. Par une sorte d’osmose, aussi, il nous révèle la vision de l’auteur, dont la longue expertise ne s’est jamais départie de qualités humanistes et, surtout, d’un vibrant amour de l’art. Et ce, en dépit d’un ton qu’on connaît souvent comme caustique.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment http://balat.kikirpa.be/DPB/FR/FMPro?-db=Personnes.fp5&-lay=web&-format=Detail_personne.htm&ID_off=01393&-find. Bibliographie sélective dans R.-H. Marijnissen, « L’erreur, la faute, le faux : vers une éthique du respect et de la responsabilité. », CeROArt, 3 | 2009, [En ligne], mis en ligne le 15 avril 2009. URL : http://ceroart.revues.org/index1176.html. Consulté le 14 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Verbeeck-Boutin, « R.H. MARIJNISSEN, The Masters' and the Forgers' Secrets  », CeROArt [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 14 avril 2010, consulté le 31 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1546

Haut de page

Auteur

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Elle y dispense les cours de déontologie, théories de la restauration et iconographie. Elle enseigne également à l'École supérieure d'Architecture de Wallonie, dans le cadre de la Formation européenne en restauration du patrimoine architectural.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org