Navigation – Plan du site
Dossier

Une restauration « spectaculaire »

Le cas d’une Vierge à l’Enfant restaurée par Joseph Van der Veken
Véronique van Caloen et Muriel Verbeeck-Boutin

Résumés

Cet article replace dans le contexte d’une époque la restauration d’une Vierge à l’enfant par Joseph Van der Veken. Documentée par le commanditaire, l’intervention ne répondit pas à son attente et déboucha sur une dérestauration. Ce fait, loin d’être anecdotique, témoigne d’une mutation des mentalités et des sensibilités dans la première moitié du vingtième siècle, et de l’émergence d’une nouvelle conception de la restauration.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Voir à ce sujet l’article de Hélène Verougstraete, « Vers des frontières plus claires entre restau (...)

1S’il est un homme de métier familier de la scène et des coulisses de la restauration, c’est sans doute Joseph Van der Veken. Personnage controversé, placé sous les feux de la rampe par deux expositions successives1 et les récents ouvrages édités par Hélène Verougstraete et D.Vanwijnberge, ce peintre et restaurateur flamand exerça ses talents pendant plus d’un demi-siècle. Les suspicions qui entourèrent très tôt ses activités n’hypothéquèrent pas pour autant une brillante carrière: si l’on dénonce aujourd’hui l’hyperrestaurateur et le  faussaire, force est de reconnaître qu’une tolérance, une indulgence, une forme de complicité encouragea, voire suscita sa pratique. Il fut restaurateur dans une époque comme un milieu déterminé, et le regard sévère que nous portons sur lui aujourd’hui est sans doute anachronique. Il faut souligner cependant que sa longévité même eut pour effet de le placer de son vivant en décalage avec son temps: la conception de la restauration  devait en effet se métamorphoser au cours du XXe siècle, pour ainsi dire sous ses yeux.

2Les sources que nous évoquerons pour tenter de recontextualiser la pratique de Van der Veken ont un caractère exceptionnel. Empruntées à des archives familiales, elles fourmillent de détails quant à une oeuvre passée aujourd’hui dans une autre collection privée. De son acquisition par Jean van Caloen à sa restauration par Van der Veken, de la dérestauration de l’intervention de ce dernier à une nouvelle restauration entreprise, sept ans plus tard, par son collègue Poppe, tout est documenté par le propriétaire. Aussi, au-delà d’une intervention technique, ce qu’il nous est permis d’approcher ce sont les attentes de ce dernier vis-à-vis d’un restaurateur (et plus largement, de la restauration), dans la première moitié du XXe siècle. Ce fait est rarissime.

Les protagonistes

Joseph Van der Veken (1872-1964)

  • 2  R.H. Marijnissen, « Veken, Josephus Maria (gezegd Jef) van der » ; dans Nationaal biographisch woo (...)

3Né dans un milieu modeste, ce fils de marchands de porcelaine et de cristal tôt devenu orphelin se voit placé en pension. Enfant fugueur, rebelle à l’autorité, il devient en 1884 l’apprenti d’un peintre en bâtiment. Il s’exerce au trompe-l’oeil, à l’imitation de bois ou de marbre, à la décoration d’intérieur. Plus tard, lors du service militaire qu’il accomplit au sein de la Compagnie universitaire, il fréquente les cours du soir de l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers (1892-1895). Singulièrement, il ne prétendra jamais à une vision artistique. Dépourvu d’imagination, mais copiste hors pair, il travaille sur photographie pour assouvir sa passion: la reproduction et le pastiche de Primitifs flamands. Faut-il voir dans son goût pour le détail, la copie, une forme d’héritage familial? Peut-être. Il existe en effet de lui une remarquable miniature, réalisée à partir d’un portrait photographique de son épouse: la touche délicate n’est pas sans évoquer le travail des peintres sur porcelaine2.

  • 3  P.Philippot, « De l’histoire de la restauration comme affaire de famille » dans Autour de la Madel (...)
  • 4  Le catalogue de ses oeuvres dressé par Jean-Luc Pypaert identifie ainsi une production de 127 past (...)
  • 5  Megan Aldrich, Gothic Revival, London, Phaidon, 1994 ; Christian Amalvi, Le Goût du moyen âge, Par (...)
  • 6  Jean-Luc Pypaert, « Early nederlandish painting XV ? Joseph Van der Veken », dans Autour de la Mad (...)
  • 7  Ainsi l’une d’elle se voit léguée au Prado dès 1915. (cfr Pypaert, op.cit, p.198)

4Uni par le mariage en 1897 à Constantia Hogerheide, il en aura deux enfants, Pierre et Émilia. Cette dernière épousera le peintre et restaurateur Albert Philippot, celui-là même qui allait exercer  ses talents au sein du prestigieux Institut Royal du Patrimoine Artistique à Bruxelles. Albert Philippot apprit beaucoup, en terme de maîtrise technique, aux côtés de celui qui allait devenir son beau-père3. En effet, ce dernier avait ouvert dès avant la Première Guerre mondiale un atelier et une galerie, The Early art Gallery. Il y vendait des copies et des pastiches4 de primitifs flamands: le genre était en vogue, à une époque où le gothic revival faisait fureur5.  Van der Veken obtint par son commerce (que Jean-Luc Pypaert qualifie de “modèle d’intégration verticale”6), une relative aisance et une certaine notoriété. Ses “oeuvres” d’une qualité propre à créer l’équivoque se retrouvent bientôt sur le marché de l’art, au sein des collections privées, enfin dans des musées7. Cette vague de production éveille d’ailleurs les soupçons du Museen-Verband, association d’experts et de conservateurs de musée qui se chargent, par le biais de la publication d’un bulletin confidentiel, de signaler les faussaires. Dès 1911, son nom est cité: ce qui n’entrave en rien son commerce qui s’exerce semble-t-il jusqu’à l’étranger.

  • 8  cfr en particulier J.LUST, « Grandeur et décadence d’Emile Reynders. Chronique mouvementée d’une c (...)

5La rencontre avec le banquier Émile Renders, dans les années vingt, marque un tournant dans les activités de Van der Veken. Renders recourt à lui pour “restaurer” la collection de maîtres primitifs flamands qu’il constitue en un temps record, à partir d’oeuvres opportunément “découvertes”. Origine obscure, état parfois dégradé, voire ruiné, ne rebutent ni le collectionneur ni le restaurateur. Remarquable gestionnaire de la communication (on dirait aujourd’hui, du marketing), Renders s’assure d’authentifier sa collection par l’entremise de personnalités connues du monde de l’art. Mieux encore, il crée l’événement médiatique par l’organisation d’une grande exposition internationale à Londres, en 1927. C’est, pour Van der Veken, une forme de consécration de son “art”, car nombre d’oeuvres exposées sont le fruit de ses recherches techniques et technologiques (dans une proportion qui va de la restauration à l’hyperrestauration et du pastiche au faux). Force est de reconnaître qu’à l’ombre du mécène, le flamand a perfectionné ses talents illusionnistes, notamment en ce qui concerne l’imitation des craquelures et la patine: c’est avec une confiance totale qu’il les expose aux feux de la rampe, poussant l’ironie jusqu’à dénoncer lui-même deux “faux” dont il se reconnaît l’auteur, et que nul parmi les “spécialistes” n’a décelés. Le destin rocambolesque de la collection Renders, vendue aux nazis et dont une part ornera le bureau de Goering, est rapporté par ailleurs dans le remarquable ouvrage édité par D.Vanwijnsberghe.8

Fig. 1. JosephVan der Veken

Fig. 1. JosephVan der Veken

Cette coupure de presse, datée vraisemblablement de 1939, montre Van der Veken travaillant à la copie du panneau “Les juges intègres” de Van Eyck, volé en à la Cathédrale Saint-Bavon de Gand en 1934. Le restaurateur, au faîte de sa maîtrise technique, considéra ce moment comme l’apogée de sa carrière.

  • 9  Crédit photographique : emprunté à Speurssite, pazr ErDaSys, on-line, 21/03/2010, http://speurrsit (...)

Crédit: voir note9.

  • 10  L’expression fut employée par P.Philippot, au cours d’un entretien (2009) donné à CeROArt.

6Homme arrivé, homme reconnu -il restaure de nombreuses oeuvres des Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, Van der Veken n’est pas sans malice à l’égard d’un certain establishment. Des témoignages oraux révèlent son goût pour la mystification des “élites” : revanche d’un fils de boutiquier, mais aussi d’un praticien hors pair sur des sommités promptes à discourir d’art sans connaître la technique. Un résidu de cet antagonisme foncier  pourrait expliquer les relations difficiles du restaurateur avec Paul Coremans, fondateur de l’IRPA; celui-ci devait lui préférer son gendre Philippot dans la campagne de restauration de l’Agneau mystique, au début des années 50. Outre la “confrontation de deux personnalités dominantes10”, les points de friction entre le scientifique et le praticien révèlent la mutation du concept même de restauration et sans doute, déjà, d’éthique. Paul Philippot témoigne d’ailleurs de conversations familiales animées à ce sujet entre Albert et son beau-père, qui le conseilla pourtant maintes fois.

  • 11  R.H.MARIJNISSEN, « L’erreur, la faute, le faux : vers une éthique du respect et de la responsabili (...)

7Cette double parenté –professionnelle et familiale- se révéla parfois embarrassante. Un témoin rapporte ainsi une conversation entre Coremans et Albert Philippot, concernant la restitution d’un Van der Veken (baptisé Van der Weyden), à la ville de Tournai. Tous deux connaissaient l’origine de l’oeuvre, et s’en gaussaient en privé11. Faut-il s’en étonner: c’était une époque charnière, où, si l’on avait conscience des erreurs commises, il restait inopportun de les étaler au grand jour. Le temps ferait son oeuvre. L’âge venant,  d’ailleurs, Jef Van der Veken qui avait perdu l’usage d’un oeil se voyait contraint à prendre quelque distance avec le métier. Veuf depuis 1946,  avait épousé en secondes noces Maria van Ruyskenvelde. De 1954 à sa dernière heure, il vécut avec elle une paisible retraite. Il mourut  en 1964.

Jean van Caloen (1884-1972)

8Né à Bruges en 1884, Jean van Caloen est l’un des 13 enfants d’Albert  et Marie van Caloen.

9Cette vieille famille de propriétaires terriens, issue de Calonne-sur-Escaut, en amont de Tournai, est connue depuis le XIIe siècle. Elle compte plusieurs chevaliers en Tournaisis et dès le XIVe siècle une branche s’établit en Flandre : elle essaimera à Gand, Tournai, Courtrai et Bruges notamment. Associés par l’exercice de hautes charges au service des Bourguignons, Espagnols et Autrichiens, les Caloen traversent les siècles en notables, officiers et seigneurs. C’est avec Jean-Bernard van Caloen- de Potter (1776-1848) que la famille acquiert une maison de campagne à Loppem. Vers la fin des années cinquante, leur fils, Charles décide avec son épouse Savina de Gourcy Serainchamps de construire un château « moyenâgeux » en style néo-gothique chrétien. La réalisation échoit d’abord à Edward Pugin, puis à Jean Bethune et elle s’étale sur près de vingt ans : le château de Loppem abritera dans ses murs imposants quatre générations successives. Charles et Savina eurent cinq enfants. Deux entrèrent en religion et trois se marièrent : parmi ceux-ci, Albert, l’avant-dernier de la famille fit des études de droit et épousa Marie van Ockerhout. Il lui donna treize enfants, dont quatre fils, Léon, Jean, Joseph et Karl. À la mort de sa mère, en 1913, Albert s’installa au château avec les reliquats de sa nombreuse famille. Plusieurs enfants avaient en effet déjà quitté le foyer à cette date.

10En 1916 Jean van Caloen qui était malade au début de la guerre, rejoignit l'armée belge et s'engagea comme volontaire à la 84e batterie. Blessé par un éclat d'obus. il acheva la guerre comme interprète anglo-flamand attaché à l’armée britannique. Il épousa en 1919, dans la chapelle du château, sa cousine germaine, Caroline van Caloen qui devait décéder prématurément en 1926 en lui laissant néanmoins un fils, Roland (né en 1920). Jean hérita du château en 1940, lequel devait être occupé non sans dommages pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est qu’en 1951, après avoir réalisé des aménagements qu’il quitta sa résidence  du Dijver, à Bruges, pour s’installer  définitivement à Loppem. En 1952, il offrit le château et son contenu –mobilier et collections- à l’ASBL Fondation van Caloen à Loppem qui fut transformée en 2007 en fondation d’utilité publique sous le nom de Fondation Jean van Caloen.

Fig. 2 Jean van Caloen

Fig. 2 Jean van Caloen

Portrait (Fusain) du Baron van Caloen en 1949, par Neville Lytton.

© Oswald Pauwels.

  • 12  Cfr Véronique van Caloen, « les collections » dans Véronique van Caloen, Jean F.van Cleven, Johan (...)

11Jean van Caloen s’adonnait à deux passions : la généalogie, et les arts12. Dès son plus jeune âge il acheta ou échangea des œuvres, dans tous les domaines : tableaux, sculptures, ivoires, albâtres,  grès, cuivres, livres, dessins, gravures, objets d’arts décoratifs, etc. Ses carnets d’inventaire sont exhaustifs, précis, minutieux, et témoignent de ses goûts éclectiques. On y trouve une phrase révélatrice de l’état d’esprit de ce passionné :

  • 13  IDEM, Ibidem

N’achetez que ce qui vous plaît et le plus possible sans idée de spéculation, ce qui est indigne d’un amateur. Trafiquer de la beauté serait de la prostitution13.  

12Ce collectionneur dépense non sans compter, mais sans avarice aucune. Ainsi trouve-t-on dans ses notes de l’immédiat après guerre une évaluation sensée relative à l’achat d’un petit tableau:

 acheté 1.200 Fr. + 210 Fr. de restauration, ce qui fait 1.410 Fr. ; c’est trop, mais le kg de beurre étant 400 Fr. et un œuf 10 Fr. : cela vaut bien 3,5 kg de beurre.

13Comment procède-t-il pour trouver ses trésors ? Par bouche à oreille, ou encore en prospectant les marchands d’art, les ventes publiques, mais aussi … les restaurateurs.  Ainsi rapporte-t-il avoir acheté un fragment d’un Primitif flamand, représentant une Vierge à l’enfant :

  • 14  IDEM, Ibidem

 à Poppe (restaurateur ) qui l’avait acheté à la vente de la collection De Paepe. Le vieux De Paepe l’avait trouvé dans une ferme du nord de Bruges, où il servait de bouche-trou à une caisse (clapier) d’un trou de lapin. Il n’y avait aucun repeint, mais très sale et peinture branlante qu’il (Poppe) fixa au plus vite 14.

14L’anecdote tend à donner crédit aux trouvailles impromptues d’un Van der Veken ou d’un Renders. Il reste, en ce début du XXe siècle, des trésors à découvrir, à restaurer, à conserver. Jean van Caloen en est lui aussi convaincu. La Vierge qui nous occupe et dont il nous entretient dans ses carnets relève sans aucun doute, à ses yeux, de ceux-là. C’est donc tout naturellement qu’il la confie à un restaurateur bruxellois bien connu, qui travaille à cette époque pour les musées de Bruges: rappelons que Jean réside le long du Dijver, juste à côté de l’actuel Groeninghemuseum.

Itinéraire d’une vierge italienne ou flamande

15Jean van Caloen, nous l’avons vu, est un collectionneur méticuleux; il tient note, dans un carnet, de nombreux éléments relatifs aux oeuvres qui entrent dans sa collection. Ainsi, apprenons-nous qu’il possède

une vierge Italienne Espagnole sur bois, hauteur 43 ½, largeur 31 ½, auréolée d’or, une étoile sur le manteau à hauteur de l’épaule une autre plus bas. Un sein découvert sur lequel repose la main droite et la joue de l’enfant endormi, dont l’autre main fermée soutient le menton. Le panneau a été fendu et il y a de nombreuses restaurations. Il a été recollé tout entier sur un panneau moderne et encadré dans un cadre trop lourd et trop neuf dont les colonnes en bois sculpté sont seules anciennes.

16Un peu plus loin, nous apprenons que cette Vierge à l’enfant a été achetée à Séville, à la fin du XIX siècle, par la Comtesse de la Boutequière. En mauvais état, l’oeuvre est confiée à une amie qui la nettoie et la “restaure”. À cette occasion, le panneau également placé dans un cadre de style Renaissance, en utilisant des colonnettes d’époque.

Fig. 3 Vierge à l’enfant, provenant de Séville

Fig. 3 Vierge à l’enfant, provenant de Séville

La photographie montre l’oeuvre telle qu’acquise par Jean van Caloen à la Comtesse de la Boutequière. On peut remarquer le cadre récent, dont seules les colonnettes de style Renaissance sont authentiques.

© Fondation Jean van Caloen.

  • 15  Ces détails, précisément décrits dans les manuscrits conservés aux archives de la Fondation Jean v (...)

17La comtesse de la Boutequière s’est entre-temps installée à Bruges et décide, en 1934, de se départir de certains tableaux de sa collection par l’intermédiaire de l’antiquaire Moulaert. C’est à ce moment que le baron van Caloen en fait l’acquisition. Précisons que le tableau fut revendu en 1984, lors d’une vente publique organisée par Leys à Anvers15. Il figure aujourd’hui dans une collection privée et nous avons pu en obtenir quelques clichés.

18Laissons la parole à l’ancien propriétaire, qui a par ailleurs pris soin de documenter sa collection par de nombreuses photographies:

La Vierge a le sein découvert. L’Enfant s’est endormi sur ce sein dont il semble avoir pris possession. (...) Cette Vierge serait de Quentin Metsys mais on n’en a pas l’original. La Vierge me fait penser à Léonard de Vinci et surtout à son élève Luini

19Jean van Caloen voit donc dans l’oeuvre une main italienne, peut-être même, ose-t-il suggérer, léonardesque. D'ailleurs, il garde pour documenter celle-ci, une carte postale du dessin à la craie représentant la Vierge à l’Enfant avec Sainte Anne et Saint Jean Baptiste conservée à cette époque à la Royal Academy de Londres. Et il se plaît à insister sur les étoiles caractéristiques selon lui de la manière italienne, qui constellent le voile.

Fig. 4 La Sainte Famille, de Léonard de Vinci.

Fig. 4 La Sainte Famille, de Léonard de Vinci.

Jean van Caloen garde dans ses archives cette reproduction de l’oeuvre de Léonard, à titre d’indice, sinon de preuve de l’ascendance italienne de son acquisition. Il y reviendra plusieurs fois dans ses écrits.

© Fondation Jean van Caloen.

20On ne connaît pas la date précise de sa rencontre avec Van der Veken, auquel il montre son acquisition. Celui-ci se montre particulièrement intéressé: sans doute aucun, il s’agit pour lui de la version originale d’un Quentin Metsys dont il connaît plusieurs copies –notamment celle conservée au Musée de Gand.

Fig. 5 Vierge à l’enfant, Quentin Metsys

Fig. 5 Vierge à l’enfant, Quentin Metsys

Cette carte postale de l’oeuvre exposée au musée de Gand était conservée par Jean van Caloen, avec la précédente à titre de documentation du tableau qu’il avait acquis.

© Fondation Jean van Caloen.

21Van der Veken se propose pour la restauration. Van Caloen lui confie la Vierge vraisemblablement au début de 1935; vers le mois d’août, il s’enquiert de son bien et dans sa réponse du 15 du même mois, Van der Veken propose de le lui remettre en septembre, lors du vernissage d’une oeuvre au musée de Bruges.

Une restauration spectaculaire

22Lorsque Jean van Caloen reçoit en retour l’oeuvre qu’il a confiée à Van der Veken, celle-ci est profondément modifiée. Le commanditaire a du mal à cacher sa déception. Le visage a perdu son caractère, le voile et l’auréole sont totalement modifiés, et surtout, la restauration très interventionniste a occulté LE détail qui tenait à coeur au propriétaire: les étoiles du manteau de la Vierge.

Van der Veken, de Bruxelles, voulut me le restaurer, mais il y mit tellement du sien que je fis tout enlever par Léon Poppe qui me le restaura comme il faut. Mais Van der Veken avait gratté les étoiles qui sont trop typiques de l’Italie et avait voulu en faire un Quentin Metsys ou un Van der Weyden, avait-il dit d’abord. Ce que je n’avais nullement demandé, au contraire.” (...) “Quoi qu’il en soit, je fis enlever toutes ses fantaisies par Poppe qui le remit dans son état original, n’y ajoutant que les retouches nécessaires. Mais l’étoile de l’épaule gauche effacée par Van der Veken ne reparaît que faiblement.

23Dans une autre relation, van Caloen accuse:

  Il l’avait repeint pour en faire un Van der Weyden, disait-il d’abord! Cependant il me déclara que c’était un Quentin Metsys.

  • 16  R.H.MARIJNISSEN, Op.cit.,  le qualifie d’ailleurs de « self-made primitif flamand ».
  • 17  voir ci-dessous, fig. 9

24Van der Veken a donc rendu à son propriétaire un primitif flamand, oeuvre dans la “restauration” duquel il excelle16, au point de pouvoir clairement la typer. La transformation du panneau est interpellante, et dans la droite ligne des interventions pratiquées au profit de Renders17.

Fig. 6 “Hyperrestauration”?

Fig. 6 “Hyperrestauration”?

À gauche, la peinture originale, confiée par Jean van Caloen à Joseph Van der Veken. À droite, l’oeuvre “restaurée”

© Fondation Jean van Caloen.

25Jean Van Caloen, néanmoins, dont le goût de collectionneur s’est affiné au contact d’oeuvres authentiques, perçoit la restauration comme une supercherie à laquelle il refuse de s’associer. Il confie le tableau quelque temps plus tard à son restaurateur attitré, Poppe, afin de le ramener à son état antérieur. Poppe s’exécute, à la satisfaction du commanditaire dont on avait pu percevoir le mécontentement manifeste.

Exégèse d’une incompréhension

26Au travers d’un cas d’école, ce qui se concrétise, ce sont les divergences quant au respect d’une oeuvre d’art et la conception de la restauration. Mais aussi c’est la mutation d’un contexte, d’un goût, et peut-être d’une mentalité.

27Le Gothic revival est en vogue parmi les élites dès les années 1860;  mais un historicisme romantique bien plus éclectique traverse la seconde moitié du siècle, et perdure au moins jusque dans les années 20. En 1914 encore, lorsque Van der Veken fait construire à Woluwe-Saint-Pierre, il adopte le style Renaissance flamande qui plaît tant aux classes moyennes ou aux parvenus. Il habille son imposante demeure d’antiquités ainsi que de pièces commandées à une firme malinoise, spécialisée dans la production de “meubles de style”. Dans cet intérieur composite, on trouve une cheminée en marbre vert, des chenets en cuivre baroque, une plaque en fonte et une crémaillère d’époque, des meubles baroques authentiques à gueule de lion, mais aussi des lambris empruntés au décor du Maître de Flémalle, et tout l’attirail de l’Annonciation: cruche en cuivre, serviette blanche pliée, table à pieds en boule, console “de style” commandée cette fois au marchand de meubles malinois.

  • 18  Paul Philippot, Op.cit, p.192

Original et imitation –si l’on veut, authentique et faux, mais qui trompe qui?- coexistent pacifiquement dans une symbiose stylistique impressionnante. Pourquoi diable en serait-il autrement dans une peinture? L’architecture qui nous entoure n’offre-t-elle pas, elle aussi, de Viollet-le-Duc à nos jours, quantité d’exemples de restauration de fantaisie, dont beaucoup sont encore communément admirés, de l’Hôtel de ville de Louvain à la Porte de Hal, émule des tours de Pierrefonds, et, last but not least, à la Grand-Place de Bruxelles?18

Fig. 7 Un château “de style”

Fig. 7 Un château “de style”

Le château Pelzer, à Verviers (Belgique) . Une pure création néogothique.
© Collection privée.

Fig. 8 Un intérieur « de style »

Fig. 8 Un intérieur « de style »

L’ouvrage La Madeleine Renders, déjà cité, fournit p.79 un cliché intéressant de l’Hôtel-musée Renders à Bruges. Il s’agit là d’un exemple parmi d’autres: ici, le château Pelzer, à Verviers, dans les années trente. Un mobilier, une décoration qui rappellent l’intérieur domestique de Van der Veken ou du banquier.

© Collection privée.

  • 19  Le « gothique idéal » de Viollet-le-Duc est bien plus qu’un gothique rêvé. Il est idéal au sens pl (...)

28Doublement marquées par un historicisme romantique et un positivisme qui investit, avec Hippolyte Taine, le champ de l’esthétique, l’architecture comme l’oeuvre d’art sont considérées à l’époque comme un produit, une résultante de facteurs. Architectes, artisans, artistes s’appliquent donc à en comprendre les composantes et les ressorts –pour travailler “à la manière de...”, et, le cas échéant, appliquer leurs connaissances lors de campagnes de restauration. C’est plus tardivement que ces interventions se voient qualifiées de “restauration de fantaisie”: largement interventionnistes, elles deviennent d’autant plus téméraires qu’elles se pensent rigoureusement fondées sur des principes et des lois. Dans leur mise en oeuvre, fidèle à l’esprit plutôt qu’à la forme, elles sont convaincues d’atteindre à l’essence de l’art, du style19. Cette “objectivité”  de la méthode fonde ainsi, pour les praticiens, la légitimité de leur intervention -aussi importante soit-elle.

29Joseph Van der Veken a accumulé, au fil des décennies, un savoir et une documentation considérables. Ses archives regorgent de photographies d’oeuvres, mais aussi d’éléments (pieds, main, visage, détails de vêtements) qu’il articule dans d’habiles patchworks –ou faut-il dire centons? Il supplée son défaut d’imagination par un sens aigu de l’assortiment. Nul doute que chez le madré restaurateur, un plaisir ambigu n’envahisse le champ de sa pratique. Celui qui ne fut jamais artiste, faute de talent et de créativité, prend ici sa revanche. Sa maestria est couronnée par la reconnaissance des éminents spécialistes qu’il dupe: il y a sans doute quelque chose de jouissif à se voir pris pour un Van Eyck, Memling ou Metsys. Il y a, aussi, un plaisir à “compléter” le plus connu des chefs-d'oeuvre, lorsqu’il peint le panneau des Juges intègres pour remplacer l’original volé.

30Au contraire du parvenu Renders, van Caloen est un véritable amateur et esthète, à mille lieues précisément du “maquerellage” de ce dernier. On pressent chez lui le souci de conserver à l’oeuvre une authenticité à ses yeux plus précieuse qu’une attribution fallacieuse. Pour le collectionneur en effet, c’est l’unicité qui prévaut sur la prosaïque “valeur” marchande. L’originalité (liée à la personne de l’artiste), l’originelleté (son caractère “intouché”) sont bien évidemment liées à cette exigence. C’est bien une éthique nouvelle qui tend à se faire jour en matière de restauration; par respect de l’oeuvre, le commanditaire entend que le restaurateur se fasse discret.

31Van der Veken, mi-Faust, mi-Prométhée, n’a nullement compris le scrupule de l’amateur d’art. Producteur prodigue depuis plus de trois décennies, il ne conçoit pas que sa pratique relève d’une époque bientôt révolue. Le procès de van Megeren, dans l’immédiat après guerre, induira des soupçons qui lui donneront un coup fatal; dans le même temps, le développement des sciences permettra d’avérer des stratagèmes que les faussaires, copistes et pasticheurs croyaient indétectables. N’en déplaise au flamand, ce sont bien les savants, intellectuels et scientifiques, les gens de microscope et de radiographie qui ont eu gain de cause, contre les techniciens oeuvrant dans leurs officines. L’ouvrage publié par l’IRPA, La Madeleine Renders, met ainsi sous le feu des projecteurs ce que Van der Veken tramait en coulisse.

Autopsie des restaurations: l’analyse d’une restauratrice d’aujourd’hui

32Le premier cliché montre l’oeuvre dans l’état où Jean van Caloen en fit l’acquisition. Comme nous l’avons signalé précédemment, elle avait été restaurée peu de temps auparavant par une amie de la comtesse de la Boutequière: celle-ci avait mastiqué le panneau fendu et l’avait consolidé avant de procéder à des retouches notamment sur la lèvre et la main de l’enfant. La touche est lourde, sans grâce et pour tout dire, maladroite. La restauratrice avait de surcroît replacé le panneau dans un cadre récent nanti de colonnettes Renaissance.

Fig. 9 La Vierge à l’enfant avant restauration

Fig. 9 La Vierge à l’enfant avant restauration

Ce cliché fut pris par le propriétaire, Jean van Caloen, avant de confier l’oeuvre à Van der Veken. Il date vraisemblablement de 1934, ou tout début 1935.

© Fondation Jean van Caloen.

33Le second cliché garde trace de l’intervention de Van der Veken.

  • 20  H. VEROUGSTRAETE, R. VAN SCHOUTE et T.-H. BORCHERT avec des contributions de E. BRUYNS, J. COUVERT (...)

34Le modelé de la composition est complètement modifié: ainsi, les visages apparaissent plus lisses et doux, ou comme le dit Hélène Verougstraete, le restaurateur en a fait de plus “jolis visages”20. L’intervention vigoureuse porte sur les yeux –en particulier les paupières, le nez, la bouche, le volume du sein de la Vierge. Mais Van der Veken “revoit” également la main et les cheveux de l’enfant. Il ajoute de surcroît un voile entourant le visage de la Vierge à la manière de Quentin Metsys et accentue fortement la couronne. Il supprime ou recouvre les deux étoiles à gauche dans le manteau.

Fig. 10 État de l’oeuvre après restauration par Joseph Van der Veken

Fig. 10 État de l’oeuvre après restauration par Joseph Van der Veken

Nous ne possédons plus que ce cliché, témoin de la transformation opérée par le restaurateur flamand. Il donne une juste idée des méthodes de Van der Veken dans son travail d’”hyperrestaurateur”.

© Fondation Jean van Caloen.

35Le troisième cliché fournit le témoignage d’une étape de la reprise par Poppe. Ce dernier commence par enlever tous les repeints de Van der Veken et autres intervenants antérieurs. Grâce au cliché, nous constatons sans peine l’ampleur des dégâts : en blanc, de très nombreuses lacunes de petite et de grande taille généralement comblées par le mastic ; l’état de surface, anormalement usé, résulte probablement d’un ponçage des soulèvements plutôt que d’une fixation de la couche picturale.

Fig. 11 Dérestauration

Fig. 11 Dérestauration

Le cliché, pris en 1943, fait état de la dérestauration entamée par Poppe. Il marque l’intérêt du propriétaire pour une dimension autre qu’esthétique de l’œuvre.

© Fondation Jean van Caloen.

36L’intervention de Poppe consiste donc en une dérestauration du panneau suivie d’une réintégration de l’image en se référant à l’état initial (sans doute d’après la photo antérieure à l’intervention de Van der Veken). Le résultat final satisfait les attentes du propriétaire, qui regrette néanmoins explicitement qu’un détail qui lui tenait à cœur soit devenu moins visible: les deux étoiles « italiennes » du manteau de la Vierge, occultées suite à la « flamandisation » ou faut-il dire « mestsysation » antérieure. On devine sa réprobation des méthodes de Van der Veken, qui ne devait plus jamais travailler pour lui, d’ailleurs.

Fig. 12 La restauration de Poppe

Fig. 12 La restauration de Poppe

Cet ultime cliché montre la volonté de Poppe de retourner à l’  « état original » de l’œuvre. Nul doute que la documentation précise accumulée par Jean van Caloen n’ait aidé le restaurateur à retrouver une forme d’authenticité.

© Fondation Jean van Caloen.

Fig. 13 La Vierge à l’enfant, état actuel

Fig. 13 La Vierge à l’enfant, état actuel

L’œuvre dont nous avons suivi les transformations est passée, en 1984, dans une nouvelle collection privée. Nous avons pu retracer son itinéraire, et obtenir quelques clichés de son état actuel. Notez que l’œuvre a été replacée à l’envers dans son cadre.

© Collection privée

Fig. 14 Vierge à l’enfant. Détail

Fig. 14 Vierge à l’enfant. Détail

Ce cliché permet d'observer le vieillissement des retouches exécutées plus que probablement à la peinture à l'huile par Poppe, principalement le long du joint d'assemblage du panneau.

© Collection privée

Conclusion

37Le « théâtre du temps » qui fait la part belle à certains acteurs, finit par les renvoyer en coulisse. Il est des effets de style ou de manche qui tôt ou tard fatiguent.

38Van der Veken vécut trop longtemps : sa production de pastiches se démoda, en même temps que le gothic revival et l’historicisme romantique. Les mentalités évoluant, aussi, ses conceptions et sa pratique, jadis tolérées, voire encouragées, devinrent franchement suspectes. Ce n’est toutefois qu’après l’exposition de Londres en 1927, voire même la fin des années trente que l’on peut évoquer une sorte d’ « Omerta » officielle couvrant désormais son commerce. La désapprobation n’est point telle, pourtant, qu’il soit frappé d’ostracisme comme le fut Renders. Tout au plus, son rôle de conseil, voire d’éminence grise lors de la restauration de l’Agneau mystique suscita-t-il quelques chuchotements.

39La désaffection dont sa pratique fut victime tient davantage à l’évolution des mentalités. Le parvenu exhibe ses pièces inestimables, sur lesquelles il aime à poser un prix, donc une signature. Pour le collectionneur privé, en l’occurrence Jean van Caloen, l’unicité d’une pièce, son authenticité n’a pas de prix, au contraire : il conserve, il ne vend pas.

40Dans un marché qui peu à peu se sature, et où les soupçons de falsifications se font persistants, le second aura gain de cause sur le premier : d’autant que l’émergence des institutions scientifiques, l’avènement de nouvelles techniques d’analyse donneront quelque corps à la vertu, en menaçant de dévoiler le vice.

41Au mitan du vingtième siècle, les « erreurs » du passé jouent, n’en doutons pas, un rôle important : elles plaident en faveur de l’élaboration d’une théorie et d’une éthique de la restauration que nous reconnaissons aujourd’hui pour évidentes. Elles sont pourtant le fruit d’une lente évolution, et donc de l’histoire.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet l’article de Hélène Verougstraete, « Vers des frontières plus claires entre restauration et hyper-restauration », CeROArt, 3 | 2009, [En ligne], URL : http://ceroart.revues.org/index1121.html. Consulté le 12 avril 2010.

2  R.H. Marijnissen, « Veken, Josephus Maria (gezegd Jef) van der » ; dans Nationaal biographisch woordenboek, 19, Bruxelles, Paleis der Academiën, 2009, col. 983-990 ; D. Vanwijnsberghe (sous la direction de), Autour de la Madeleine Renders : Un aspect de l'histoire des collections, de la restauration et de la contrefaçon en Belgique dans la première moitié du XXe siècle, Scientia Artis 4, Bruxelles : Institut royal du Patrimoine artistique, 2008 ; H. VEROUGSTRAETE, R. VAN SCHOUTE et T.-H. BORCHERT avec des contributions de E. BRUYNS, J. COUVERT, R. PIETERS et J.-L. PYPAERT, Fake or not Fake. Restaurateurs ou faussaires des Primitifs flamands. [Het verhaal van de restauratie van de Vlaamse primitieven], Gand, Ludion, 2004

3  P.Philippot, « De l’histoire de la restauration comme affaire de famille » dans Autour de la Madeleine Renders : Un aspect de l'histoire des collections, de la restauration et de la contrefaçon en Belgique dans la première moitié du XXe siècle, Scientia Artis 4, Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique, 2008, p.192

4  Le catalogue de ses oeuvres dressé par Jean-Luc Pypaert identifie ainsi une production de 127 pastiches... dont 18% seulement ont pu être localisés.

5  Megan Aldrich, Gothic Revival, London, Phaidon, 1994 ; Christian Amalvi, Le Goût du moyen âge, Paris, Plon, 1996 ; voir aussi Kenneth Clark, The Gothic Revival: An Essay in the History of Taste, 1928

6  Jean-Luc Pypaert, « Early nederlandish painting XV ? Joseph Van der Veken », dans Autour de la Madeleine Renders … p .198

7  Ainsi l’une d’elle se voit léguée au Prado dès 1915. (cfr Pypaert, op.cit, p.198)

8  cfr en particulier J.LUST, « Grandeur et décadence d’Emile Reynders. Chronique mouvementée d’une collection d’art belge », dans Autour de la Madeleine Renders … p.77-146

9  Crédit photographique : emprunté à Speurssite, pazr ErDaSys, on-line, 21/03/2010, http://speurrsite.erdasys.com/Fotoalbum/PersJozefVanderveken.htm

10  L’expression fut employée par P.Philippot, au cours d’un entretien (2009) donné à CeROArt.

11  R.H.MARIJNISSEN, « L’erreur, la faute, le faux : vers une éthique du respect et de la responsabilité » dans CeROArt n°3, on-line (15/04/2009), http://ceroart.revues.org/index1176.html

12  Cfr Véronique van Caloen, « les collections » dans Véronique van Caloen, Jean F.van Cleven, Johan Braet, Le château de Loppem, Stichting Kunstboek, Oostakamp, 2001 p.159

13  IDEM, Ibidem

14  IDEM, Ibidem

15  Ces détails, précisément décrits dans les manuscrits conservés aux archives de la Fondation Jean van Caloen, sont également publiés par J.L.Pypaert, dans D. Vanwijnsberghe (sous la direction de), Autour de la Madeleine Renders : Un aspect de l'histoire des collections, de la restauration et de la contrefaçon en Belgique dans la première moitié du XXe siècle, Scientia Artis 4, Bruxelles : Institut royal du Patrimoine artistique, 2008 

16  R.H.MARIJNISSEN, Op.cit.,  le qualifie d’ailleurs de « self-made primitif flamand ».

17  voir ci-dessous, fig. 9

18  Paul Philippot, Op.cit, p.192

19  Le « gothique idéal » de Viollet-le-Duc est bien plus qu’un gothique rêvé. Il est idéal au sens platonicien du terme, à savoir, il incarne  l’Idée même du gothique, sa forme essentielle, éternelle, immuable, absolue.

20  H. VEROUGSTRAETE, R. VAN SCHOUTE et T.-H. BORCHERT avec des contributions de E. BRUYNS, J. COUVERT, R. PIETERS et J.-L. PYPAERT, Fake or not Fake. Restaurateurs ou faussaires des Primitifs flamands. [Het verhaal van de restauratie van de Vlaamse primitieven], Gand, Ludion, 2004, p.31 et 93.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. JosephVan der Veken
Légende Cette coupure de presse, datée vraisemblablement de 1939, montre Van der Veken travaillant à la copie du panneau “Les juges intègres” de Van Eyck, volé en à la Cathédrale Saint-Bavon de Gand en 1934. Le restaurateur, au faîte de sa maîtrise technique, considéra ce moment comme l’apogée de sa carrière.
Crédits Crédit: voir note9.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2 Jean van Caloen
Légende Portrait (Fusain) du Baron van Caloen en 1949, par Neville Lytton.
Crédits © Oswald Pauwels.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 3 Vierge à l’enfant, provenant de Séville
Légende La photographie montre l’oeuvre telle qu’acquise par Jean van Caloen à la Comtesse de la Boutequière. On peut remarquer le cadre récent, dont seules les colonnettes de style Renaissance sont authentiques.
Crédits © Fondation Jean van Caloen.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 4 La Sainte Famille, de Léonard de Vinci.
Légende Jean van Caloen garde dans ses archives cette reproduction de l’oeuvre de Léonard, à titre d’indice, sinon de preuve de l’ascendance italienne de son acquisition. Il y reviendra plusieurs fois dans ses écrits.
Crédits © Fondation Jean van Caloen.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 5 Vierge à l’enfant, Quentin Metsys
Légende Cette carte postale de l’oeuvre exposée au musée de Gand était conservée par Jean van Caloen, avec la précédente à titre de documentation du tableau qu’il avait acquis.
Crédits © Fondation Jean van Caloen.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 6 “Hyperrestauration”?
Légende À gauche, la peinture originale, confiée par Jean van Caloen à Joseph Van der Veken. À droite, l’oeuvre “restaurée”
Crédits © Fondation Jean van Caloen.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 7 Un château “de style”
Légende Le château Pelzer, à Verviers (Belgique) . Une pure création néogothique.© Collection privée.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 8 Un intérieur « de style »
Légende L’ouvrage La Madeleine Renders, déjà cité, fournit p.79 un cliché intéressant de l’Hôtel-musée Renders à Bruges. Il s’agit là d’un exemple parmi d’autres: ici, le château Pelzer, à Verviers, dans les années trente. Un mobilier, une décoration qui rappellent l’intérieur domestique de Van der Veken ou du banquier.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 9 La Vierge à l’enfant avant restauration
Légende Ce cliché fut pris par le propriétaire, Jean van Caloen, avant de confier l’oeuvre à Van der Veken. Il date vraisemblablement de 1934, ou tout début 1935.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 10 État de l’oeuvre après restauration par Joseph Van der Veken
Légende Nous ne possédons plus que ce cliché, témoin de la transformation opérée par le restaurateur flamand. Il donne une juste idée des méthodes de Van der Veken dans son travail d’”hyperrestaurateur”.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 11 Dérestauration
Légende Le cliché, pris en 1943, fait état de la dérestauration entamée par Poppe. Il marque l’intérêt du propriétaire pour une dimension autre qu’esthétique de l’œuvre.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 12 La restauration de Poppe
Légende Cet ultime cliché montre la volonté de Poppe de retourner à l’  « état original » de l’œuvre. Nul doute que la documentation précise accumulée par Jean van Caloen n’ait aidé le restaurateur à retrouver une forme d’authenticité.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 13 La Vierge à l’enfant, état actuel
Légende L’œuvre dont nous avons suivi les transformations est passée, en 1984, dans une nouvelle collection privée. Nous avons pu retracer son itinéraire, et obtenir quelques clichés de son état actuel. Notez que l’œuvre a été replacée à l’envers dans son cadre.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 14 Vierge à l’enfant. Détail
Légende Ce cliché permet d'observer le vieillissement des retouches exécutées plus que probablement à la peinture à l'huile par Poppe, principalement le long du joint d'assemblage du panneau.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1457/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique van Caloen et Muriel Verbeeck-Boutin, « Une restauration « spectaculaire » », CeROArt [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 14 avril 2010, consulté le 25 mai 2016. URL : http://ceroart.revues.org/1457

Haut de page

Auteurs

Véronique van Caloen

Véronique van Caloen est licenciée en Histoire de l'Art et Archéologie de l’Université catholique de Louvain. D'autre part, elle s'est spécialisée en restauration de tableaux pendant cinq ans à Louvain-la-Neuve, au Laboratoire d'étude des œuvres d'art par les méthodes scientifiques. Actuellement, à côté de son métier de conservateur-restaurateur d'œuvres d'art qu'elle exerce à Bruxelles, elle est également conservateur du château néo-gothique de Loppem. Elle est la petite nièce de Jean van Caloen. Contact : veronique.vancaloen@scarlet.be

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Elle y dispense les cours de déontologie,  théories de la restauration et iconographie. Elle enseigne également à l'École supérieure d'Architecture de Wallonie, dans le cadre de la Formation européenne en restauration du patrimoine architectural.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org