Skip to navigation – Site map
Dossier

La médiatisation comme médiation de la restauration ?

Geneviève Reille-Taillefert

Abstracts

With two restoration cases, the author, wall painting’s conservator, try to explain the influence of the Medias on the people for the understanding and agreement of her work.

Top of page

Full text

Introduction

1En préambule, il me semble important de rappeler que le but fondamental de nos interventions en restauration d’œuvres d’art et de monuments est la conservation des œuvres ; cela passe non seulement par leur sauvegarde, mais également par leur mise en valeur. Or pour y aboutir le restaurateur se trouve confronté à des prises de décisions allant du nettoyage à l’enlèvement des repeints qui sont des actes irréversibles ; même s’ils augmentent la valeur et la lisibilité de l’oeuvre, ils en transforment considérablement l’aspect. Aussi il importe de rendre l’acte de restauration accessible au regard du public, afin de faire comprendre les choix effectués.

Une démarche collaborative

2D'autre part, les lieux et les œuvres passent, lors de leur restauration, de l’ombre à la lumière, de l’obscurité des altérations à la lisibilité des tracés et des couleurs. Afin de justifier l’investissement des pouvoirs publics, il est important de faire connaître au plus grand nombre la découverte ou la redécouverte des œuvres mises à jour ainsi que les œuvres restaurées, afin qu’ils puissent intégrer dans leur culture propre ce nouvel élément de leur patrimoine. Cette communication doit être effectuée pendant le chantier de restauration, avant le démontage de l’échafaudage qui correspond au départ du restaurateur, pour que cette action soit reconnue par tous et qu’elle devienne partie intégrante de l’histoire locale. Car le restaurateur n’est que de passage.

3Mon expérience m’a permis de comprendre que les chantiers de restauration réussis sont le fruit d’un travail d’équipe où chacun a un rôle irremplaçable : architecte en chef des Monuments historiques, conservateurs, maire, restaurateur. Plus les décisions seront prises d’un commun accord, plus chaque intervenant aura participé à cette mise au monde, mieux la restauration sera réussie.

Les rôles de la médiatisation

4La médiatisation est la suite logique de cette démarche d’échange et de partage, car les décisions et les responsabilités administratives centralisées passant aux communes, les chantiers de restauration deviennent ainsi dépendants des politiques culturelles, des budgets des communes, des fabriques d’église… Afin de faire reconnaître son action, de justifier son budget et ses demandes de subventions, le maître d’ouvrage a besoin de médiatiser son projet culturel et d’en montrer les bienfaits retirés par la population locale.

5Dans le cadre d’interventions monumentales, la spectacularisation est d’autant plus nécessaire que le résultat modifiera l’environnement direct de la population et quand il s’agit d’édifices religieux, elle touche directement leur affect. L’instauration d’un dialogue entre les différents partenaires, dont peuvent faire échos les medias, est alors nécessaire.

6Le premier but de la spectacularisation nous semble donc éducatif : éducation du regard, éducation à la culture, éducation à l’éthique de la restauration. Il s’agit de traduire dans un langage accessible à tous la démarche scientifique, historique et esthétique du restaurateur, ainsi que sa déontologie.

7Le second but de la médiatisation me semble être la mise en évidence de l’importance d’une politique culturelle de conservation et de mise en valeur du patrimoine

8Pour illustrer mon propos, je proposerai ci-dessous deux exemples concrets.

Les fresques de Lignières de Touraine

9Le chantier de restauration des peintures murales de Lignières de Touraine constitue un bon exemple de chantier médiatisé, ainsi que de concertation et de communication très efficace entre tous les intervenants.

10Nous sommes arrivés sur ce chantier de restauration dirigé par monsieur Arnaud de Saint-Jouan, architecte en chef des Monuments historiques, après avoir remporté l’appel d’offres lancé par la commune. Le projet initial était un simple nettoyage des peintures murales du XIXe siècle et un traitement des remontées salines et altérations causées par des infiltrations d’humidité.

Fig. 1 Eglise de Lignières de Touraine

Fig. 1 Eglise de Lignières de Touraine

Lignières de Touraine – Vue de la voûte en cul de four avant dé-restauration.

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 2 Eglise de Lignières de Touraine

Fig. 2 Eglise de Lignières de Touraine

Lignières de Touraine – Vue de la voûte en berceau de l’avant chœur avant dé-restauration. L’ensemble néo-gothique apparaît cohérent

Crédit G. Reille-Taillefert

11Lors de l’état des lieux, la présence d’existants sous-jacents médiévaux réalisés à fresco et à secco est apparue clairement, laissant présager un repeint général et une réinterprétation des peintures murales médiévales au XIXe siècle. Aussi l’architecte nous a-t-il demandé d’effectuer une série de sondages afin de déterminer l’intérêt, la limite et l’état de ses existants.

Fig. 3 Sondage

Fig. 3 Sondage

Lignières de Touraine - Voûte en berceau de l’avant chœur – Sondage en recherche d’existants médiévaux sous les repeints du XIXe siècle. Les motifs apparaissent entiers et peu altérés. L’enlèvement des repeints entraîne une modification considérable de l’aspect du lieu et nécessite une explication et une médiatisation.

Crédit G. Reille-Taillefert

12Sur la voûte en cul de four de l’abside, les sondages effectués en limite des peintures murales sur toile marouflées du XIXe siècle, permirent de mettre à jour des éléments de peinture à fresque appartenant à un motif représentant un Christ pantocrator entouré des symboles des quatre évangélistes.

Fig. 4 Sondage sur la voûte en cul de four

Fig. 4 Sondage sur la voûte en cul de four

Lignières de Touraine – Voute en cul de four de l’avant chœur – Sondage en limite des peintures sur toiles marouflées. Les habitants, paroissiens, la commune, attachés à cette décoration néo-gothique, partie intégrante de leur histoire, ont choisi après diffusion de l’information et débats, la proposition de dépose et de transposition des toiles marouflées du XIXe siècle et mise à jour de la fresque médiévale.

Crédit G. Reille-Taillefert

13Ces peintures murales découvertes, datées du XIIe et du XIVe siècle, occupent la totalité de la surface des voûtes de l’avant-choeur et de l’abside et allient le thème central de la Parousie à des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament.

14Sur le côté Nord de la voûte en berceau de l’avant chœur, le registre supérieur dans un pur style roman, est dédié au cycle de la création d’Adam et Eve ; le registre inférieur, plus tardif, illustre un épisode du Nouveau Testament avec la « parabole du mauvais riche. » Le côté Sud de la voûte en berceau de style roman, est dédié à l’humanité du Christ, avec un cycle du Baptême et des Tentations au désert. L’entrée du chœur porte un calendrier roman des mois de l’année presque complet .

15L’ensemble découvert apparaît effectué à fresque et rehaussé de peinture à la chaux, avec une économie de tons et de moyens où le fond blanc et les motifs ocres dominent, enrichis par des rehauts de malachite et de lapis lazuli.

16Ces découvertes passionnèrent rapidement l’ensemble des acteurs et commanditaires, et le délicat problème de modification de cahier des charges s’est alors imposé. Une étude générale appuyée par des documents historiques, un relevé des existants et des analyses approfondies intégrant les examens sous U.V. et de nombreuses coupes stratigraphiques furent alors préparées. Cette étude, conduite par la restauratrice, fut dirigée par l’architecte en chef des Monuments historiques, Arnaud de Saint-Jouan, extrêmement disponible et réceptif au questionnement du restaurateur. Un protocole d’intervention appuyé sur cette étude et très documenté fut ensuite soumis à l’ensemble des partenaires, et permit ainsi de justifier le budget supplémentaire.

17Toutes les personnalités locales furent associées à ce projet, et en particulier monsieur Jean-Pierre Blin, Conservateur  Régional des Monuments Historiques de la région Centre. De nombreuses visites de chantier furent effectuées avec les élus, les membres du conseil municipal, les associations de sauvegarde, le conseil paroissial et diocésain, les architectes des Bâtiments de France, les membres de la DRAC, de la Conservation régionale des Monuments historiques et du Conseil Général.

Fig. 5 La concertation des parties

Fig. 5 La concertation des parties

Lignières de Touraine – Visite du chantier avec le Conseil Municipal, l’architecte en Chef des Monuments Historiques et la restauratrice – Moment d’échange de l’information permettant les explications techniques, historiques, éthiques et scientifiques de notre démarche, une prise en charge de la valeur du patrimoine par la communauté de communes.

Crédit A. de Saint-Jouan

  • 1   Celles-ci avaient été réalisées à l’époque sous la direction de l’abbé Brisacier.

18Très appuyé par l’édition locale de l’organe de presse La Nouvelle République, le chantier fut rapidement médiatisé et chacun prit parti pour la remise en valeur du patrimoine historique et artistique de l’église : c'est-à-dire l’enlèvement des repeints et la remise à jour des peintures médiévales. Cette décision entraîna la libération d’un budget supplémentaire et la mise en place d’un nouvel appel d’offres pour la mise à jour des fresques de la voûte en cul de four de l’abside et la dépose et la transposition des peintures murales sur toile marouflée du XIXe siècle1.

19L’information et la rumeur grandirent jusqu’à la venue d’une équipe de reporters de télévision de France 3 Centre qui vint effectuer un reportage sur place avant la fin du chantier. Ce reportage est toujours consultable en cliquant sur le lien suivant : http://culturebox.france3.fr/​all/​10372/​des-peintures-uniques-dans-le-choeur-d_une-eglise-de-touraine/​4

Fig. 6 Acteurs et intervenants en fin de chantier

Fig. 6 Acteurs et intervenants en fin de chantier

Le curé, l’architecte en chef des monuments historiques, le maire, la restauratrice, le maçon

Crédit A. de Saint-Jouan

20Ce chantier est terminé depuis plus d’un an et a obtenu le Diplôme d’honneur de la Société de Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France. Le but principal de la restauration est atteint, puisque la conservation des œuvres a permis non seulement la mise en valeur de l’église et de la commune, un intérêt local qui engendre un soin et un souci de conservation quotidienne, un projet de publication et de diffusion de la connaissance, mais aussi une augmentation certaine du tourisme.

Fig. 7  La voûte en berceau

Fig. 7  La voûte en berceau

Photo de la voûte en berceau après enlèvement des repeints et mise à jour des peintures murales romanes du XIIe siècle

Crédit G. Reille-Taillefert

Fig. 8 : La voûte en cul de four de l’abside

Fig. 8 : La voûte en cul de four de l’abside

Photo de la voûte en cul de four de l’abside après enlèvement des repeints et mise à jour des peintures murales romanes du XIIe siècle

Crédit G. Reille-Taillefert

Le chemin de croix de Pétange – Luxembourg

21Au contraire du chantier de Lignières de Touraine, celui de l’église de Pétange a été initié par le conseil de fabrique d’église, après une longue discussion sur le budget. Le commanditaire souhaitait enlever les polychromies ajoutées en 1989 sur les bas-reliefs du chemin de croix de E. Hulten, et datés quant à eux de 1969.

22On soulignera, en l’absence d’architecte, la difficulté de communiquer ou de se concerter, et la nécessité d’expliquer pas à pas la déontologie de la restauration.

Fig. 9 Une station du chemin de croix de Pétange.

Fig. 9 Une station du chemin de croix de Pétange.

Détail avant restauration.

Crédit G. Reille-Taillefert

  • 2  L’intervention, si on tient à la qualifier d’artistique,  pourrait être rattachée à certain couran (...)

23C’est le problème du respect de l’œuvre d’art qui a posé question, car on ne peut qu’être choqué du fait qu’en 1989, une « mise en peinture » de ce chemin de croix ait été décidée2. Un retour à l’état premier nous a semblé une bonne décision.

24Après enlèvement des polychromies, les surfaces sont apparues brûlées par endroits, vraisemblablement au chalumeau, mettant ainsi en valeur certaines parties des reliefs. Nous avons décidé de traiter les bois puis d’effectuer un refixage et un vernissage des surfaces afin de laisser à l’œuvre remise à jour toute sa place.

Fig. 10 Le chemin de croix après restauration

Fig. 10 Le chemin de croix après restauration

Détail après restauration

Crédit G. Reille-Taillefert

25Nous avons été très surpris de la réaction très violente des membres du Conseil de fabrique lorsqu’ils ont reçu le chemin de croix en retour. En effet les œuvres sont apparues différentes du souvenir idéalisé. Elles ont heurté par leur caractère moderne les membres du conseil qui aurait souhaité que nous appliquions un vernis uniforme brillant couleur » chêne foncé » pour l’ensemble soit » propre et beau ». Il a fallu une longue argumentation, appuyée par le conservateur des Sites et Monuments, monsieur Patrick Dondelinger, pour faire accepter le projet dans une atmosphère qu’on qualifiera « d’incompréhension culturelle ». Une raison majeure de ces difficultés est l’absence totale d’architecte sur des chantiers d’envergure dont la responsabilité est laissée à des personnes qui souvent n’en ont pas les compétences. La nécessité de convaincre de la justesse de notre intervention se révèle alors d’autant plus grande et difficile à mener à bien que les connaissances techniques et éthiques ne sont pas partagées.

26Aussi par une alliance des compétences du conservateur des Sites et Monuments et du Restaurateur, nous avons pu venir à bout de ce problème de compréhension, en proposant la publication d’un rapport succinct de restauration. Il a mis en évidence l’intérêt de cette intervention et a insisté sur la mise en valeur de l’œuvre qui en résulte. Seule la « médiatisation » par la publication d’une brochure disponible à l’entrée de l’église a permis de résoudre ce problème. Il est certain qu’une intervention de la presse au cours des travaux aurait permis d’éviter ces problèmes de communication et de préparer le public au changement d’aspect de leur église.

Médiation et médiatisation

27La restauration d’oeuvres monumentales engendre, pour le restaurateur, de nombreuses contraintes, parce qu’elle intègre à la fois le projet politique des maîtres d’ouvrage : commune, conseil général, diocèse, associations et le projet culturel des maîtres d’oeuvre, architecte, conservation, direction des affaires culturelles.

28Les différents intérêts mis en jeux s’affrontent donc naturellement à chaque prise de décision, qu’elles soient d’ordre esthétique, historique, pratique ou de durée et ne trouvent une issue aboutie, cohérente et harmonieuse que dans la médiation par le partage de l’information et sa médiatisation.

29Nous avons longtemps vécu la médiatisation comme une contrainte difficile à accepter, et avons subi les visites sur le chantier des commanditaires et de la presse locale comme des incursions étrangères et déplacées.

30 Avec le temps, il me semble maintenant évident que ces visites sont absolument utiles et libératrices, car elles permettent de faire évoluer le projet de chacun et de partager nos découvertes ou nos doutes. Je dirais que la médiation est le « moment » nécessaire où la problématique du restaurateur et de l’architecte rencontre celle des maîtres d’ouvrage.

31C’est pourquoi il me semble que la médiatisation des restaurations monumentales reste une nécessité et même un devoir du restaurateur parce que les espaces publics sur lesquels nous intervenons directement et dont nous modifions l’aspect font partie intégrante de la cité, de l’environnement et de la vie quotidienne d’une communauté.

32 Ces œuvres restaurées seront accessibles non pas à un public de visiteurs qui feront la démarche consciente de se rendre dans un lieu de culture mais à tous les habitants d’une commune, usagers, et passants qui se rendent de manière ordinaire, quotidienne, dans les lieux cultuels ou publics (mairie, théâtre…).

33La parole médiatique a donc un double intérêt puisqu’elle permet de rendre l’ensemble des problématiques de la restauration des œuvres d’art et de monument accessible à tous. En déterminant clairement le rôle de chacun, elle permet de passer par-dessus les égos. Le restaurateur y trouve une caution, de même que le maire, l’architecte et les pouvoirs publics. Par la médiation, le projet devient commun, et par la parole médiatique, il devient celui des citoyens pour qui la restauration cesse d’être une contrainte et devient un intérêt collectif par la valorisation de leur patrimoine.

34Cependant le chantier de restauration est un lieu qui doit rester sécurisé en permanence, ce n’est pas un lieu où chacun peut aller et venir quand il veut, cela détermine naturellement des limites à la médiatisation.

35La médiatisation a entraîné un changement important dans nos habitudes de travail, tout d’abord cette disponibilité nécessaire et cette visibilité de notre travail a entrainé une régularité et un recul permanent sur nos actions ainsi que la mise en place d’une méthodologie très rigoureuse, permettant l’explication quotidienne de l’avancée de la restauration sans mise en scène particulière. En effet nous devons avant tout pouvoir continuer à travailler normalement et respecter les délais d’intervention. Il me semble aussi que nous devons savoir rester à notre place et ne jamais perdre de vue l’objet de notre intervention : la renaissance d’une œuvre d’art intégrée dans son contexte.

Top of page

Notes

1   Celles-ci avaient été réalisées à l’époque sous la direction de l’abbé Brisacier.

2  L’intervention, si on tient à la qualifier d’artistique,  pourrait être rattachée à certain courant de l’Art brut, qui prit une forme spécifique dans le contexte catholique.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Eglise de Lignières de Touraine
Caption Lignières de Touraine – Vue de la voûte en cul de four avant dé-restauration.
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title Fig. 2 Eglise de Lignières de Touraine
Caption Lignières de Touraine – Vue de la voûte en berceau de l’avant chœur avant dé-restauration. L’ensemble néo-gothique apparaît cohérent
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-2.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Fig. 3 Sondage
Caption Lignières de Touraine - Voûte en berceau de l’avant chœur – Sondage en recherche d’existants médiévaux sous les repeints du XIXe siècle. Les motifs apparaissent entiers et peu altérés. L’enlèvement des repeints entraîne une modification considérable de l’aspect du lieu et nécessite une explication et une médiatisation.
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-3.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig. 4 Sondage sur la voûte en cul de four
Caption Lignières de Touraine – Voute en cul de four de l’avant chœur – Sondage en limite des peintures sur toiles marouflées. Les habitants, paroissiens, la commune, attachés à cette décoration néo-gothique, partie intégrante de leur histoire, ont choisi après diffusion de l’information et débats, la proposition de dépose et de transposition des toiles marouflées du XIXe siècle et mise à jour de la fresque médiévale.
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-4.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 5 La concertation des parties
Caption Lignières de Touraine – Visite du chantier avec le Conseil Municipal, l’architecte en Chef des Monuments Historiques et la restauratrice – Moment d’échange de l’information permettant les explications techniques, historiques, éthiques et scientifiques de notre démarche, une prise en charge de la valeur du patrimoine par la communauté de communes.
Credits Crédit A. de Saint-Jouan
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-5.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig. 6 Acteurs et intervenants en fin de chantier
Caption Le curé, l’architecte en chef des monuments historiques, le maire, la restauratrice, le maçon
Credits Crédit A. de Saint-Jouan
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-6.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Fig. 7  La voûte en berceau
Caption Photo de la voûte en berceau après enlèvement des repeints et mise à jour des peintures murales romanes du XIIe siècle
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-7.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 8 : La voûte en cul de four de l’abside
Caption Photo de la voûte en cul de four de l’abside après enlèvement des repeints et mise à jour des peintures murales romanes du XIIe siècle
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-8.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Fig. 9 Une station du chemin de croix de Pétange.
Caption Détail avant restauration.
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-9.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 10 Le chemin de croix après restauration
Caption Détail après restauration
Credits Crédit G. Reille-Taillefert
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1449/img-10.jpg
File image/jpeg, 13k
Top of page

References

Electronic reference

Geneviève Reille-Taillefert, « La médiatisation comme médiation de la restauration ? », CeROArt [Online], 5 | 2010, Online since 12 April 2010, connection on 26 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1449

Top of page

About the author

Geneviève Reille-Taillefert

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, elle a suivi les cours de l’Ecole du Louvre et reçu l’habilitation pour la restauration des biens faisant partie des collections des Musées de France. Spécialisée dans la conservation-restauration des peintures murales, elle a participé à de nombreux chantiers d’envergure en France et au Luxembourg notamment. Elle vient de publier un ouvrage remarqué sur le sujet. Geneviève Reille-Taillefert, Conservation-restauration des peintures murales de l’Antiquité à nos jours, Paris, Eyrolles, 2010.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org