Skip to navigation – Site map
Dossier

Mais je ne suis pas un monument !

Muriel Prieur

Abstracts

The luxemburgish art restorer community is not very large. Most of them have, at one or another moment, had to deal with the press. Mostly it stays an ephemeral apparition in the Medias. The project of the restoration of the Consolatrix Afflictorum, Our Lady of Luxemburg, has been largely turned into a national media event. Trough the newspapers, magazines, TV, radio and internet, a major par of the national population knew about it.

Top of page

Full text

Introduction

1En 2008, la sculpture de la Vierge à l’enfant de la cathédrale de Luxembourg a été restaurée. Cette intervention, peu commune au Luxembourg, a été fortement médiatisée. Représentée dans les journaux nationaux, la télévision luxembourgeoise, deux des stations radios les plus écoutées et internet, cette intervention a été suivie par une majorité de la population. Dans le cadre de ce traitement, le volet communication a fait partie intégrante de la mission du restaurateur d’œuvres d’art.

2La relation avec la presse était voulue et encouragée. Cela ne s’est pas bien sûr limité aux médias, mais a aussi été étendu à la classe politique, au souverain, aux dignitaires ecclésiastiques et à des groupes de personnes choisies. Dans la phase de démarrage du traitement, des visites et entretiens, des interviews et des conférences ont été prévus. Le but était de concilier la décision d’intervention des propriétaires, à savoir la fabrique d’église, avec les prétentions que l’Etat ou la communauté pouvaient avoir sur l’objet. Pour comprendre ces revendications, une petite excursion dans l’histoire est nécessaire.

Une restauration d’intérêt national

  • 1  Le terme allemand qui n’a pas de traduction en français parait le mieux adapté pour désigner ce ty (...)

3La Vierge à l’enfant de la cathédrale de Luxembourg est vénérée depuis le début du 17e siècle comme Consolatrix Afflictorum. Cette sculpture a le statut particulier d’objet de dévotion miraculeux. L’objet de dévotion doit permettre l’accès au divin en favorisant la prière et la contemplation. Dans le cas du « Gnadenbild »1 on peut considérer qu’il y a en plus une dimension de réciprocité, de l’humain vers le divin et de Dieu vers l’homme. Il s’agit d’une religiosité civique, un contrat passé entre un groupe d’individus qui reçoivent la protection de leur Saint Patron en échange d’une dévotion. Grâce à l’intercession, le croyant espère obtenir la miséricorde ainsi que de l’aide dans une situation de crise mentale ou physique. Ces objets se différencient par conséquent des autres représentations religieuses par leur charge émotionnelle. Ils obtiennent leur statut par le peuple qui les met en relation avec des évènements ou des personnes précises.

Fig.1 Notre-Dame du Luxembourg

Fig.1 Notre-Dame du Luxembourg

Vierge à l’enfant, bois (Tilleul) polychromé, XVIIe siècle. La Vierge à l’enfant de la cathédrale de Luxembourg est vénérée depuis 1624 sous le titre de Consolatrix Afflictorum. Cliché avant restauration.

Cliché Muriel Prieur

Fig.2 Notre-Dame du Luxembourg revêtue de ses ornements

Fig.2 Notre-Dame du Luxembourg revêtue de ses ornements

Cette sculpture en tilleul a toujours été habillée « à la mode espagnole ». Au cours du temps, différents attributs sont venus se rajouter comme la clef de la ville, un rosaire ou encore un cœur. Autant d’attributs fixes symbolisant des moments forts de son histoire.

Cliché T. Wagner

4L’œuvre peut être miraculeuse dans deux sens bien différents: soit par ses effets, par exemple des guérisons, soit par son origine, c’est-à-dire non créée par l’homme, mais révélée par le Ciel. Dans le cas de la Consolatrice des Affligés, ces deux critères se rejoignent. Son histoire est marquée par la légende de sa découverte dans un arbre. Comme pour d’autres sculptures de ce type, sa translation prodige remplace au départ les renseignements historiques documentés ou se mélange avec les faits établis. La découverte est ainsi associée à l’idée d’une apparition. De plus, la représentation mariale peut être considérée comme une sorte de « relique » de la Vierge dont la matérialité est enlevée aux humains par son assomption. Cela fait que les fidèles interprètent souvent la sculpture comme un portrait, une incarnation vivante de la Vierge et pas seulement comme sa figuration.

  • 2  Depuis le 20 février 1678, date à laquelle les Etats généraux élurent la Consolatrice des Affligés (...)

5Au départ, cette sculpture est utilisée par les jésuites dans une idée de propagande de la Contre-Réforme, favorisant la dévotion mariale. Viennent ensuite se rajouter des témoignages de miracles à partir de 1652. Jusqu’à la fin du 18e siècle, la Consolatrice est un soutien du peuple et des souverains respectifs, ce qui se traduit par leur participation au culte comme élément d’unification. Des cadeaux officiels en sont les témoignages. La procession à la Vierge sera ensuite interdite sous Joseph II, pour renaître dans le désintérêt du pouvoir politique protestant du 19e siècle. Ce n’est qu’à la fin du siècle que la maison régnante, redevenue catholique, va à nouveau participer à l’Octave2.

  • 3  Ceci avait déjà été le cas dans la guerre contre les protestants, bien que le Luxembourg ait été q (...)

6Un autre moment clé dans l’exploitation politique symbolique de la Vierge est lié à la Deuxième Guerre mondiale. L’iconographie de la Femme de l’Apocalypse en tant que symbole de la victoire3 est reprise par les Luxembourgeois. Conjointement avec la Grande-Duchesse Charlotte, l’image de Notre-Dame de Luxembourg devient alors le symbole de la résistance contre les nazis. Les deux sont identifiées comme « mères » de la nation luxembourgeoise.

Fig.3  Vue de la procession finale de l’Octave, pèlerinage à Notre-Dame de Luxembourg vers 1910.

Fig.3  Vue de la procession finale de l’Octave, pèlerinage à Notre-Dame de Luxembourg vers 1910.

L’évènement draine toujours une importante population de la Grande Région, composée du territoire du Grand-Duché actuel, mais aussi de larges morceaux de la Lorraine, de la Rhénanie et de la Sarre ainsi que de la Wallonie et des cantons rédimés.

Cliché : Collection grand-ducale

7Ainsi, par delà de sa considération comme œuvre d’art, le mélange de ces différents aspects fait que la Consolatrice des Affligés, en plus de ses qualités religieuses et historiques, est devenue une sorte de talisman civique, un symbole national d’indépendance et d’autodécision. La communauté s’est philosophiquement approprié l’objet à travers des cadeaux (bijoux, robes, ex-voto …), les processions et les rites, et s’en sent dépositaire. Il en résulte un amalgame de sentiments et de non-dits qui sont à la base d’une dévotion populaire profonde et d’une religiosité culturelle qui explique le grand intérêt pour cette restauration.

Une communication voulue

8Dès l’étude préalable, lors de la formulation d’une proposition de traitement, nous étions conscients que deux choses pouvaient contrecarrer le succès de l’entreprise. D’abord l’enlèvement de l’œuvre au public pendant une longue période et l’interruption de la coutume qui en résulterait. Ensuite le changement de l’apparence de la sculpture après restauration et le risque qu’elle ne soit pas reconnue. Il était donc primordial de garantir la pérennité du statut de l’objet, peu importe qu’il soit vu comme œuvre d’art, témoin historique ou objet de culte. Un accompagnement semblait nécessaire pour tenir la communauté au courant de l’avancement.

  • 4  En effet, les démarches dans la direction d’un classement de la sculpture n’ont pas abouti par peu (...)

9Il semblait évident d’avoir recours aux médias pour ce faire. D'abord, il fallait s’assurer de la compréhension de la nécessité de la restauration. Ensuite, nous espérions que la « patrimonialisation » de l’objet de dévotion par ce chemin allait garantir sa protection future4. Enfin, il était important de confirmer la reconnaissance de l’objet dans sa nouvelle apparence après restauration.

  • 5  Les démarches ont été coordonnées par Théo Péporté, responsable du service.

10Depuis le début, la communication a été contrôlée. La stratégie a été élaborée par le service « Communication et Presse » de l’évêché, responsable de la cathédrale où la sculpture est conservée5 :

  • annonce du projet, précisant sa nécessité, le résultat escompté ainsi que le timing ;

  • explication de l’absence de l’objet, tout en restant présent sous deux formes : d’une part en photo à l’entrée du chœur, d’autre part physiquement dans la sacristie où le traitement devait s’effectuer à l’abri du regard des fidèles ;

  • suivi de l’évolution du travail à travers des reportages, dont un qui était prévu dans un des deux grands magazines hebdomadaires nationaux ;

  • présentation du travail fini à la presse et à la population, avec une exposition temporaire mettant la sculpture et sa restauration en scène.

  • 6  Annonce de la restauration de la sculpture de la Consolatrix Afflictorum dans le Luxemburger Wort, (...)

11Ceci s’est au départ fait par une conférence de presse et ensuite par un choix des médias et des rédacteurs, contrôlé via une relecture des articles. Les interviews étaient ciblées et les informations coordonnées. Le conservateur diocésain, Michel Schmitt, a souligné à cette occasion l’apport de la restauration dans l’étude matérielle, artistique et historique de l’œuvre. Mais il a aussi insisté sur la revalorisation de l’œuvre : « … La restauration va augmenter la valeur religieuse et historique de la sculpture. Cette restauration va souligner, que la sculpture n’est pas seulement patrimoine à cause de son importance nationale et ecclésiastique, mais qu’elle est aussi le symbole de la vénération et de du message de la Vierge. Elle est plus que du patrimoine culturel. … » 6.

Présentation de panneaux didactiques in situ pour expliquer l’étude préliminaire à la restauration, l’état de conservation avec le détail des dégâts et les interventions de conservation et de restauration.

Cliché Guy Jallay

Le phénomène prend de l’ampleur

12Une fois que les informations ont été publiées de façon structurée, le restant de la presse nationale s’est emparé de la matière. Révélateur à ce sujet, le fait qu’au début du projet, nous avions contacté la télévision dans le but de produire un documentaire en images en guise de suivi du travail. Mais le thème semblait trop long, trop sérieux, pas assez intéressant et aussi la réalisation trop onéreuse. Une fois que les autres médias ont fait le tour de la question, la télévision luxembourgeoise est aussi devenue elle aussi demandeuse, regrettant paradoxalement l’absence d’images filmées lors du début du travail.

13On pourrait partager les communications en deux catégories bien distinctes :

  • celles qui se basaient sur l’intérêt pour l’objet, son histoire et sa signification. Elles étaient caractérisées par une recherche de fond et l’attention se focalisait sur la réflexion derrière le processus de restauration, le contexte culturel et philosophique.

  • Et celles, plus nombreuses, qui s’intéressaient à l’intervention spectaculaire, hors du commun, avec photos avant/après : un fait divers sans le côté tragique.

  • 7  Sous le titre « Mais je ne suis pas un monument ! », l’hebdomadaire WOXX a publié une interview av (...)

14Mais l’orientation politique et philosophique du média qui interrogeait avait aussi son importance : pro-catholiques et sans discernement, car ils étaient sur « leur » territoire, socialistes voulant démontrer le sérieux de leur approche pour ne pas être décriés, gazette se devant de parler du sujet à la mode. Le journal alternatif a probablement eu l’approche la plus créative en laissant prendre la parole à la sculpture à travers un entretien très critique et quelque peu cynique et des photos noir et blanc sous le titre : « Ich bin doch kein Denkmal ! »7.

15Une des spécificités du monde des médias luxembourgeois est que la langue véhiculaire n’est la plupart du temps, pas la langue écrite. Il y a ainsi une différence fondamentale entre les journaux d’un côté et la radio et la télévision, d’un autre côté. La diffusion de l’information dans les premiers se fait principalement en allemand et en français, mélangeant les deux langues dans la même édition, tandis que les seconds utilisent surtout le luxembourgeois. Les médias s’inscrivent donc dans un espace géographique et socioculturel tout à fait particulier dans lequel il faut être polyglotte pour se retrouver.

  • 8  Terminologie adoptée à la conférence triennale à New Delhi en septembre 2008.
  • 9  En effet, il n’y a pas de formation de conservateur-restaurateur de niveau supérieur au Luxembourg (...)

16D’un point de vue du vocabulaire, la problématique est double. Si petit à petit, les différentes nations normalisent leur lexique dans le domaine de la conservation-restauration et que des institutions comme l’ICOM se penchent sur le problème d’une terminologie unifiée multilingue complétant les efforts nationaux8, il n’y a pas de mots spécifiques pour cette terminologie en luxembourgeois. De plus, si un article est écrit en français ou en allemand, l’entretien préalable aura probablement été fait en luxembourgeois. On obtient donc une double approximation. Celle d’une première traduction des termes de conservation-restauration appris dans une autre langue9 en luxembourgeois et ensuite une deuxième traduction lors de la rédaction de l’article par une personne non spécialisée dans le domaine.

17Ceci donne lieu à des termes comme : statue antique, rénover, rafraîchir, refaire, repeindre, décaper, etc. qui sont tout sauf professionnels. Même si la majorité du public néophyte ne fait probablement pas la différence entre conserver, restaurer et rénover, il en va de la responsabilité du conservateur-restaurateur par rapport à la transmission correcte de la philosophie et de la terminologie de son métier. Car comme l’a décrit l’argumentation de l’ICOM-CC pour l’établissement d’une terminologie standardisée et unifiée : « une prolifération quelque peu désordonnée de la terminologie conduit à des confusions et des malentendus ».

Fig.5  Commentaire dans la presse luxembourgeoise.

Fig.5  Commentaire dans la presse luxembourgeoise.
  • 10  La photo / l’image de la statue dans sa nouvelle magnificence de couleurs est quelque chose de rar (...)

 « … Das Bild der Statue in ihrer neuen Farbenpracht hat Seltenheitswert …10 ».

Cliché Photo Magazine Revue du 18.10.2008.

18On pourrait croire que toute publicité est bonne à prendre, mais ne faudrait-il pas rester prudent, car même en pesant ses mots, tous les dérapages sont possibles. La restauration en devient un phénomène culturel lié à la consommation de masse. D’ailleurs dans le cas du traitement de la Consolatrix Afflictorum, la multitude de demandes pour des « visites du chantier en cours » témoigne bien de ce phénomène de « consommation de l’événementiel ».

Et le rôle du restaurateur ?

19Quelle est donc la finalité de la représentation de la restauration dans les médias ? S’agit-il d’un combat pour la reconnaissance de la profession ? D’une volonté d’éducation du public ? Est-ce qu’il en va du bien d’une œuvre, décidé par des spécialistes (peu importe que les novices en comprennent ou non la démarche) ? Le danger est que cela devienne un discours stérile pour professionnels, limité aux revues spécialisées. Mais il faut aussi éviter qu’un article portant sur une restauration ne s’inscrive simplement dans une démarche commerciale.

20Toutes les restaurations ne sont pas médiatisées. Il faut la plupart du temps une composante exceptionnelle pour que l’œuvre d’art et le restaurateur se rencontrent sous les projecteurs. Souvent ce n’est pas la qualité de l’œuvre d’art, ni le travail du restaurateur qui suffisent à ce phénomène. Il faut une intervention spectaculaire marquant l’unicité de l’évènement : catastrophe, vandalisme, redécouverte après un vol, mécénat (argent), ou comme au Luxembourg le chamboulement d’une tradition ou d’une routine. On retrouve l’un ou l’autre de ces éléments dans les restaurations spectaculaires de ces dernières décennies, qui ont été médiatisées à un niveau international. Pour n’en citer que quelques-unes :

  • La restauration de la Ronde de nuit de Rembrandt, lacérée au couteau à deux reprises en 1911 et 1975 avant de subir une attaque à l’acide en 1990.

  • Dans les années 80 : la polémique autour du nettoyage des plafonds de la chapelle Sixtine qui a chamboulé la façon de voir l’œuvre de Michel Ange décrit traditionnellement comme « terrible souverain de l'ombre ».

  • Les interventions après le tremblement de terre ayant détruit une large partie des peintures murales de la basilique Saint François à Assise en 1997,

  • Dans les années 2000, la restauration de la salle des glaces Versailles, sponsorisée par le Groupe Vinci à hauteur de 12 millions d’euros.

21Bien sûr la portée d’une sculpture comme la Consolatrice des Affligés n’est pas aussi importante que ces exemples de réputation mondiale. Mais probablement, les fonctionnements peuvent être comparés à une échelle plus réduite. L’intérêt premier me semble-t-il n’est donc ni l’œuvre, ni sa restauration. L’objet préexistait avec toute son importance et notre métier avait aussi au préalable toute sa complexité. Le croisement de ces deux chemins a porté un coup de projecteur momentané sur les deux sans rien changer ni au statut de l’un ni à la compréhension de l’autre.

Mise en scène pour l’article publié dans le Télécran N° 16, 12-18 avril 2008. Le rédacteur Jean-Louis Scheffen et le photographe Paul Wolff ont suivi le travail, faisant une recherche historique préalable et demandant une participation afin de garantir un vocabulaire et une documentation précises.

Cliché Paul Wolff

22Pourtant, le statut spécifique de l’œuvre d’art par rapport aux objets communs fait de lui un patrimoine. À nous de nous soucier que la société comprenne le cheminement philosophique qui mène à une restauration ou même à une non-intervention : seule la technique restant la connaissance spécifique d’une profession. Le conservateur-restaurateur serait alors une sorte d’éducateur.

  • 11  Même si la ville de Luxembourg seule avait déjà été capitale culturelle en 1995.

23Aujourd’hui au Luxembourg, bien trop souvent encore, tout ce qui touche à l’art est considéré comme réservé à une élite sociale et intellectuelle initiée. Pour beaucoup de gens, le « grand art » est à chercher chez nos voisins. La culture luxembourgeoise, à la frontière entre la germanique et la francophone, est déclassée comme « régionale ». Confronté à l’indifférence de la grande masse, le volet arts et culture de la page internet de la présidence luxembourgeoise du conseil de l’Union européenne en 2005 commence par ces mots « dans le domaine des arts et de la culture, le Luxembourg n’est pas le pays le plus connu parmi les États membres … ». C’est ainsi que le Luxembourg est allé se trouver du renfort dans la grande région pour le projet de capitale européenne de la culture en 200711.

  • 12  http://www.mnha.public.lu Il s’agit ici bien sûr de l’art ancien luxembourgeois.
  • 13  http://www.mudam.lu Entretien du 5 février 2010 avec Enrico Lunghi, directeur.
  • 14  Les frontières actuelles du Grand-Duché datent du Traité de Londres de 1839. Culturellement le Lux (...)

24Cela se ressent d’ailleurs très bien dans les témoignages des acteurs principaux du domaine artistique et culturel. Comme exemple on peut citer un extrait de la page d’accueil officielle du Musée National d’Histoire et d’Art, où l’on peut lire : « … on constate d’ailleurs souvent que l’un des traits de notre art12 est de refléter ce qui ailleurs, dans des régions plus favorisées, s’est fait plus tôt et mieux. » Une des raisons de ce complexe d’infériorité artistique est probablement qu’« historiquement, le pays n’a jamais, jusqu’à une époque récente, cultivé un rapport étroit avec l’art de son temps »13. Il s’agit donc d’un problème d’éducation à la culture qui est, entre autres, dû à notre limite territoriale très restreinte par ses frontières actuelles14.

  • 15  Henri Entringer, Art contemporain et société postmoderne, tendances internationales – situation au (...)

25C’est ainsi que des voix critiques deviennent audibles regrettant le manque de motivation et de combativité de la population luxembourgeoise en faveur de la culture en général et des arts plastiques en particulier15. Même si on peut souligner des points comme l’intégration, l’esprit européen et le partage des cultures comme moyens d’échange dans une société en pleine mondialisation, il ne faut pas oublier que la reconnaissance de son propre patrimoine reste un vecteur d’identité culturelle.

26Comment le conservateur-restaurateur peut-il alors intervenir pour encourager l’accès au patrimoine ? Quel rôle joue-t-il dans la sensibilisation du public ? L’ICOM définit le but de la conservation-restauration comme une « transmission du patrimoine culturel aux générations futures en assurant son usage actuel en respectant sa signification sociale et spirituelle ». Au-delà du simple maintien de la tradition, elle procure une qualité de représentation de l’œuvre d’art en permettant une appréciation et une expérience en accord avec son intention originale.

27Par le biais du restaurateur, le public accède en quelque sorte de façon tangible à l’œuvre l’art. Par sa matérialité, elle semble abordable et appréhendable par tout un chacun. La restauration représente ainsi une facette démocratique de l’art, soutenu par l’affirmation hors contexte de Brandi que seule la matérialité de l’œuvre est restaurable. Mais ne faut-il pas d’abord comprendre l’envergure immatérielle et la portée de l’œuvre afin de délimiter précisément le champ d’intervention du restaurateur - dans l’idée de Pierre Leveau qu’il est impossible de séparer le sensible de l’intelligible16 ? N’est-ce pas justement toutes ces valeurs « ressenties » qui au départ font la reconnaissance de l’œuvre d’art qui va finalement mener à une décision de restaurer plutôt que de réparer ?

La patience et la dextérité combinées à la connaissance technique sont l’une des choses que quasiment tous les articles ont mises en avant.

Cliché Paul Wolff

28Un autre aspect très matérialiste de la présence de la restauration dans les médias est de justifier des budgets souvent importants. Même si ce n’était pas le cas pour cette sculpture, la conservation de l’art religieux est souvent financée par de l’argent public. Parler des restaurations légitime ainsi les dépenses, expliquant leur utilisation et le résultat produit.

29Lors de discussions après un sondage à la télévision, mais aussi au cours d’une séance de questions-réponses avec des auditeurs à la radio sur le bien-fondé d’investir de l’argent public dans l’art religieux alors que l’État et l’Église sont officiellement séparés au Luxembourg, il ressortait clairement que souvent la relation entre la préservation d’un patrimoine spécifique et notre « identité culturelle » n’est pas faite.

30La médiatisation dans ce cas précis a suscité une volonté de participation du public à l’évènement qui s’est traduite dans une collecte de fonds pour un projet étendu aux parures et à la conservation préventive. C’est par ce biais que les robes ont pu être conservées à leur tour et recevoir un nouveau stockage, mieux adapté aux matériaux et à leur manipulation.

Conclusion

31Je ne suis pas sûre que la médiatisation autour de cette restauration ait amélioré la compréhension du large public par rapport à la philosophie d’une restauration ou l’importance de notre patrimoine national, mais elle a eu le résultat escompté au départ : faire accepter l’intervention par la communauté et garder la reconnaissance de l’objet à travers l’évolution de son apparence pendant son traitement. Elle a aussi largement aidé à financer le projet.

32La collaboration avec les médias a donc dans ce cas précis agrandi le champ du travail multi- et pluridisciplinaire cher à notre discipline.

33Mais la publicité a aussi attiré le regard sur la sculpture. L’objet était tellement connu que finalement plus personne ne le regardait. D’ailleurs, il a toujours été publié ou décrit en tant qu’instrument religieux, politique, etc. Mais rares sont les témoignages à travers les siècles parlant vraiment de la sculpture et non de son symbolisme. Si cette médiatisation a recentré le regard sur l’objet qui était en fin de compte devenu invisible dans son culte, elle l’a aussi banalisé à travers sa représentation multipliée.

34Bien que ce regain d’intérêt s’inscrive dans la continuité de la dévotion de l’image, on peut se poser la question de savoir si la sculpture n’a pas été exposée à plus de risques par sa « restauration complète » et médiatisée que si l’idée du départ de « rafraîchir » légèrement le visage avait été retenue. En effet, suite à la présentation au public, la communauté a recommencé à offrir des cadeaux à l’œuvre. Depuis sa restauration en 2008, la Consolatrice des Affligées a déjà reçu trois parures de vêtements, des attributs en forme de cœur, et de nouvelles perruques sont en cours de fabrication.

  • 17  Interdiction d’utiliser des épingles pour l’habillage, présentation des broches sur un coussin lor (...)

35Même si des mesures de précaution ont été instaurées, des couches de protection réalisées17, un nouveau stockage des vêtements mis en place et un protocole d’habillage établi, le fait de faire revivre dans un nouvel élan, les rituels autour de cette sculpture la met aussi paradoxalement en danger. Car même avec toute la prudence possible, nul n’est à l’abri d’un accident.

Top of page

Bibliography

Albert-Llorca,M., Les Vierges miraculeuses, légendes et rituels,Paris, Gallimard, 2002.

BIRCHLER,L., "Das Einsidler Gnadenbild – seine äussere und innere Geschichte", dans Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktiner-Ordens und seiner Zweige, Band 111, St. Ottilien 2000.

Blum,M.,Sammlung von Aktenstücken zur Geschichte des Gnadenbildes Mariä der Trösterin der Betrübten zu Luxemburg, Luxemburg, F. Bourg-Bourger, 1917.

BLUM, M.,Aufzählung der an die Kapelle Unserer Lieben Frau der Trösterin der Betrübten zu Luxemburg während der Jahre 1624 bis 1702 gemachten Geschenke, aus dem Register des Pfarrarchivs der Luxemburger Kathedrale ausgezogen und veröffentlicht, Luxemburg, Sankt-Paulus Gesellschaft, 1912.

Dossier sur le culte de Marie, Forum n° 226, 27e année, Luxembourg, 2003.

Faltz,M.,Heimstätte unserer Lieben Frau von Luxemburg einst und jetzt, 1te Auflage, Luxembourg, Selbstverlag des Verfassers, 1920.

FALTZ,M., "Die Gnadenstatue der Trösterin der Betrübten und ihre plastisch-figürlichen Darstellungen", dans Luxemburger Marienkalender, Jahrgang 85, Luxemburg, 1966.

HEMECHT, 300 Jahre Patronin der Stadt Luxemburg, N° 3, 18, Luxembourg, Imprimerie Saint Paul, 1966.

Histoire de Notre-Dame de Luxembourg, Honorée sous le titre de Consolatrice des Affligés, dans la Chapelle des PP. de la Compagnie de Jésus, Nouvelle édition corrigée par un Père de la même Compagnie, Luxembourg, chez la Veuve Kléber, 1769.

KMEC,S. , "L'Octave mariale au fil du temps", texte d’une conférence tenue pour la nuit des cathédrales à Luxembourg en 2006, mis à disposition par l’auteur.

LANGINI,A., "Notre-Dame de Luxembourg", dans Piconrue, un musée pour le futur, Bastogne 2000, pp. 135-139. PALLEMAERTS,J.-F.,Onze-Lieve-Vrouw van Scherpenheuvel, II, Beelden uit den eik, Mechelen, 1936.

Register der an die Kapelle U. L. F. gemachten Geschenke und gestiftete Aemter, manuscrit, 1624-1702.

SCHMITT,G., La Vierge dans l’art ancien au Luxembourg, exposition du 8 au 23 mai 1954 au Musée de l’Etat, Luxembourg, MNHA, 1954.

SCHMITT,M.,Der Kirchenschatz der Kathedrale im Kontext der Verehrungsgeschichte der Trösterin der Betrübten, Luxembourg, Imprimerie Saint Paul, S.D.

VANBUHREN,R., Kunst und Kirche im 20ten Jahrhundert, Paderborn, Schöningh,2008.
Zeit & Ewigkeit, Erhaltung religiöser Kunst, 21. Tagung des Österreichischen Restauratorenverbands, 7-8.11.2008, Krems-Stein, Wien, Remaprint, 2009.

Top of page

Notes

1  Le terme allemand qui n’a pas de traduction en français parait le mieux adapté pour désigner ce type d’œuvres.

2  Depuis le 20 février 1678, date à laquelle les Etats généraux élurent la Consolatrice des Affligés patronne du duché, les Luxembourgeois et les habitants des régions frontalières se rendent en pèlerinage à la cathédrale de Luxembourg pour prier devant la statue de la vierge. Le pèlerinage qui dure 15 jours commence le 4e dimanche de Pâques et se termine par une procession solennelle de clôture le 6e dimanche de Pâques.

3  Ceci avait déjà été le cas dans la guerre contre les protestants, bien que le Luxembourg ait été quasi épargné par ce conflit.

4  En effet, les démarches dans la direction d’un classement de la sculpture n’ont pas abouti par peur des propriétaires que les rites et processions marquant la dévotion populaire pourraient être interrompus pour des raisons de conservation.

5  Les démarches ont été coordonnées par Théo Péporté, responsable du service.

6  Annonce de la restauration de la sculpture de la Consolatrix Afflictorum dans le Luxemburger Wort, le plus important quotidien luxembourgeois, le 12 janvier 2008 : « … wird sie durch die anstehende Restaurierung in ihrer religiösen und geschichtlichen Dimension unverkennbar an Wert gewinnen. Die Restaurierung wird untersteichen, das die Statue wegen ihrer nationalen und kirchlichen Bedeutung nicht nur denkmalwürdig, sondern auch ihr Bild von der Verehrung und Botschaft der Marienverehrung untrennbar sind. Sie ist mehr als ein Kulturdenkmal. … » (Traduction libre par l’auteur).

7  Sous le titre « Mais je ne suis pas un monument ! », l’hebdomadaire WOXX a publié une interview avec la sculpture, la laissant s’exprimer sur toute une série d’aspects non publiés par les autres journaux, comme le fait qu’elle n’ait pas été classée ou l’ambiguïté de son double symbolisme religieux et national. L’annonce de l’article sous l’intitulé « Relooking Madonna » joue dans la même idée sur l’équivoque entre regarder et avoir l’air.

8  Terminologie adoptée à la conférence triennale à New Delhi en septembre 2008.

9  En effet, il n’y a pas de formation de conservateur-restaurateur de niveau supérieur au Luxembourg. L’enseignement supérieur en général est d’ailleurs relativement récent au Grand-Duché avec la création d’une université qu’en 2003. L’apprentissage se fait donc obligatoirement dans une langue étrangère, le plus souvent en français ou en allemand. L’éducation est traditionnellement tournée vers l’étranger et le Luxembourg est depuis longtemps confronté au problème de la « fuite des cerveaux ».

10  La photo / l’image de la statue dans sa nouvelle magnificence de couleurs est quelque chose de rare et d’inestimable …(traduction de l’auteur).

11  Même si la ville de Luxembourg seule avait déjà été capitale culturelle en 1995.

12  http://www.mnha.public.lu Il s’agit ici bien sûr de l’art ancien luxembourgeois.

13  http://www.mudam.lu Entretien du 5 février 2010 avec Enrico Lunghi, directeur.

14  Les frontières actuelles du Grand-Duché datent du Traité de Londres de 1839. Culturellement le Luxembourg s’inscrit donc dans une région géographique beaucoup plus grande ayant perdu les territoires du sud à la France par le Traité des Pyrénées en 1659, ceux de l’est à l’Allemagne lors du Traité de Vienne en 1815 et enfin l’ouest à la Belgique en 1839.

15  Henri Entringer, Art contemporain et société postmoderne, tendances internationales – situation au Luxembourg, Luxembourg 2004, mais aussi dans des discussions sur des blogs surtout à propos de l’après-2007.

16  http://www.e-conservationline.com/content/view/835

17  Interdiction d’utiliser des épingles pour l’habillage, présentation des broches sur un coussin lors de la procession et non plus sur les vêtements, « sous-vêtements » englobant tout le corps pour protéger la polychromie et les doublures des textiles …

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Notre-Dame du Luxembourg
Caption Vierge à l’enfant, bois (Tilleul) polychromé, XVIIe siècle. La Vierge à l’enfant de la cathédrale de Luxembourg est vénérée depuis 1624 sous le titre de Consolatrix Afflictorum. Cliché avant restauration.
Credits Cliché Muriel Prieur
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-1.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig.2 Notre-Dame du Luxembourg revêtue de ses ornements
Caption Cette sculpture en tilleul a toujours été habillée « à la mode espagnole ». Au cours du temps, différents attributs sont venus se rajouter comme la clef de la ville, un rosaire ou encore un cœur. Autant d’attributs fixes symbolisant des moments forts de son histoire.
Credits Cliché T. Wagner
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-2.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Fig.3  Vue de la procession finale de l’Octave, pèlerinage à Notre-Dame de Luxembourg vers 1910.
Caption L’évènement draine toujours une importante population de la Grande Région, composée du territoire du Grand-Duché actuel, mais aussi de larges morceaux de la Lorraine, de la Rhénanie et de la Sarre ainsi que de la Wallonie et des cantons rédimés.
Credits Cliché : Collection grand-ducale
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-3.jpg
File image/jpeg, 136k
Caption Présentation de panneaux didactiques in situ pour expliquer l’étude préliminaire à la restauration, l’état de conservation avec le détail des dégâts et les interventions de conservation et de restauration.
Credits Cliché Guy Jallay
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-4.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig.5  Commentaire dans la presse luxembourgeoise.
Caption  « … Das Bild der Statue in ihrer neuen Farbenpracht hat Seltenheitswert …10 ».
Credits Cliché Photo Magazine Revue du 18.10.2008.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-5.jpg
File image/jpeg, 276k
Caption Mise en scène pour l’article publié dans le Télécran N° 16, 12-18 avril 2008. Le rédacteur Jean-Louis Scheffen et le photographe Paul Wolff ont suivi le travail, faisant une recherche historique préalable et demandant une participation afin de garantir un vocabulaire et une documentation précises.
Credits Cliché Paul Wolff
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-6.jpg
File image/jpeg, 216k
Caption La patience et la dextérité combinées à la connaissance technique sont l’une des choses que quasiment tous les articles ont mises en avant.
Credits Cliché Paul Wolff
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1406/img-7.jpg
File image/jpeg, 101k
Top of page

References

Electronic reference

Muriel Prieur, « Mais je ne suis pas un monument ! », CeROArt [Online], 5 | 2010, Online since 15 April 2010, connection on 25 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1406

Top of page

About the author

Muriel Prieur

Née en 1968, de nationalité luxembourgeoise, Muriel Prieur a suivi des études de restauration d’oeuvres d’art à La Cambre, Bruxelles. Diplômée en 1993, elle effectue un stage à l’IRPA dans l’atelier de Myriam Serck, puis travaille au Musée National d’Art et d’Histoire du Luxembourg. Elle est actuellement responsable de la collection de SAR le Grand-Duc du Luxembourg et mène de pair un atelier de restauration d’œuvres polychromées et d’étude d’intérieurs historiques. De 1997 à 2002, Muriel Prieur a participé aux pages culturelles d’un journal hebdomadaire luxembourgeois.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org