Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain. Conservation et restauration des œuvres contemporaines

Muriel Verbeeck-Boutin
Bibliographical reference

Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain. Conservation et restauration des œuvres contemporaines. 13es journées d’études de la SFIIC. Paris. Institut national du patrimoine. 24-26 juin 2009, SFIIC, Champ-sur-Marne, 2009

Full text

1Paru, et c’est un tour de force, dans le temps même où débutait le colloque du même nom,  l’ouvrage met à disposition le texte des trente-neuf communications présentées à cette occasion. Les trois journées étaient consacrées à des thématiques diverses, illustrées par des orateurs venus de tous les horizons. La richesse des interventions et leur nombre ne nous permettront pas de nous arrêter à leur détail, et nous proposons ici une introduction, ainsi qu’un bref retour sur les échanges et discussions qui ont animé la rencontre.

2La première journée, inaugurée par R.Gagnier, du Musée des Beaux-Arts de Montréal traitait ainsi de droit, éthique et déontologie. Du problème de l’originalité de l’Art contemporain à celui de l’axiologie en conservation-restauration, les communications et échanges ont souligné d’emblée la complexité du sujet. En fait, de par le statut des œuvres, la multiplicité des matériaux, leur caractère parfois impermanent ou strictement conceptuel, le conservateur-restaurateur se trouve le plus souvent confronté à un « unicus », réfractaire à la théorie et pour lequel la « jurisprudence » pratique n’existe pas. Il lui faut donc faire preuve d’inventivité dans le processus réflexif qui précède l’intervention. L’importance du dialogue avec l’artiste est mise en exergue, ainsi que des exemples de questionnaires d’artistes, utilisés notamment par l’ICN et INCCA. C’est leur validation en tant qu’outil au service de la conservation-restauration qui fait l’objet de la recherche de Vivian van Saaze, tandis que Rebecca Gordon se penche, au travers du cas particulier d’un artiste, sur les identités multiples d’une œuvre contemporaine. Une autre doctorante, Iris Kapelouzou, pose la question de la patrimonialisation de l’art contemporain : celle-ci débouche parfois sur une réévaluation de l’intention de l’artiste, une relecture élargie de l’œuvre. Renée van de Vall, de l’Université de Maastricht souligne que les difficultés évoquées relèvent de la théorie et de l’éthique, et propose le modèle de la casuistique pour approcher les cas complexes. C’est ce que propose en d’autres termes, par le recours à l’axiologie (sciences des valeurs) et la praxéologie (formalisation, théorisation des pratiques), l’intervenante suivante.

3La discussion qui clôt cette première partie rebondira tout au long du colloque. La question du statut et des valeurs à attribuer aux œuvres est extrêmement complexe et ne trouve pas de solution définitive : or, il va de soi qu’au niveau des interventions, il faut échapper à l’empirisme. Une réflexion théorique est impérative mais parviendra-t-elle à échapper aux échanges d’ordre intellectuel, pour se formaliser et donner des pistes, des lignes directrices, si pas directives ?

4La deuxième partie de l’ouvrage concerne les installations et mouvements : les praticiens exposent d’emblée les problématiques complexes qui sont les leurs, comme par exemple, celle des œuvres de Panamarenko, dont Lydia Beerkens est spécialiste. Elle met en évidence la relation particulière qui peut se nouer entre le restaurateur et l’artiste, et, en l’occurrence, la philosophie particulière de ce dernier, adepte du « ne rien faire » : ce qui ne signifie pas nécessairement appliquer une non-intervention radicale. L’importante contribution néérlandaise à la réflexion se poursuit avec l’exposé de Sanneke Stigter, conservatrice du Kröller-Müller-Museum et professeur au Master en conservation d’art contemporain de l’Université d’Amsterdam, qui évoque le cas concret de conservation d’une œuvre de Ger van Elk. Paolo Martore s’intéresse quant à lui à la présentation et la documentation d’installations à base de technologie laser, et Gian Hamidreza Rouhi à des œuvres de Tinguely et Vanarski. La problématique des moteurs s’y voit ainsi posée de façon très pratique –ce sera aussi le sujet de la communication d’un autre praticien indépendant, Olivier Beringuer. Aurelia Catrin enfin aborde le cas de l’exposition et de la restauration de 1000 names, d’Anish Kapoor. Ces exposés ont débouché sur des échanges stimulants, et interpellé nombre de restaurateurs présents dans l’assemblée. Ils ont ainsi pu aborder de façon extrêmement concrète et pointues des questions pratiques.

5La troisième partie, consacrée aux matériaux synthétiques, a été illustrée par Jia Tsang, conservatrice des collections du National Museum of American History, qui a notamment développé les recherches sur la bakélite. Thea van Oosten, de l’ICN, s’est penchée par le biais de cas concrets sur les matériaux susceptibles de protéger les objets d’art en polyester, Alain Colombini, en collaboration avec Nathalie Balcar, sur l’approche multi-analytique du PVC.

6La partie du colloque consacrée à la peinture et aux arts graphiques a rassemblé nombre de cas exmplaire, allant de l’art conceptuel aux vitraux de Wim Delvoye, en passant par une fenêtre de Buraglio, la matière dense d’Eugène Leroy, les Concetto de Fontana, le problème du vandalisme. Elle a été ponctuée par les interventions de Tom Learner, du Getty Conservation Institute, sur le nettoyage des peintures acryliques, celle d’Alain Roche, sur le rôle des châssis à tension auto-régulée, enfin celle de Geraldine Guillaume-Chavannes, portant sur l’évaluation des cadres de transport « MRT ».

7La cinquième partie du colloque et de l’ouvrage s’intéresse à la photographie comme aux nouveaux médias. Clotilde Boust, Matthieu Dubail et Cécile Dazord font part de leurs recherches concernant la numérisation des films argentiques, et en particulier l’impact sur la couleur. Arianne Vanrell Vellosillo détaille le projet Inside installations, mené par INCCA. L’expérimentation en conservation de photographie et le suivi spécifique font également l’objet d’une étude. Eugenia Stamatopoulou enfin s’intéresse de son côté aux œuvres photographiques sur ciment. La sixième partie de l’ouvrage reprend les communications consacrées à l’art monumental et de plein air : les études de cas sont nombreuses et particulièrement variées.

8Apport non négligeable, enfin, celui des posters présentés pendant tout le colloque, et détaillés ici en une ou deux pages. Travaux de fin de master, de doctorat ou post-doctorat, cas concrets traités par des restaurateurs indépendants : il s’agit là d’une matière riche, introduisant à une problématique très variée, et qui témoigne de l’aisance de plus en plus grande des restaurateurs à intégrer les modes traditionnels –et innovants à la fois- de communication scientifique

9Sur le plan des discussions, on notera l’importance prise par la problématique des valeurs, et en particulier l’  « appliquabilité » de Cesare Brandi à l’Art Contemporain. Nous nous réjouissons en particulier que les échanges parfois vifs mais toujours stimulants aient trouvé une suite,  et que le développement autour de Genette et Goodman ait porté ses fruits : nous remercions l’auditeur très attentif que fut Georges Brunel de nous avoir offert, dans la rubrique Electron libre du présent numéro, une réflexion inspirée de ces débats, et éclairée par sa très grande compétence en la matière.

10La prise de parole des praticiens, la confrontation de leurs expériences fut extrêmement révélatrice de la complexité intellectuelle et matérielle des problèmes posés à la restauration par l’Art Contemporain : cette évidence est à même de décomplexer les approches les plus tâtonnantes, sur les problématiques les plus hardies.

11On saluera en dernier lieu l’importante contribution internationale, notamment américaine et néerlandaise, à cette rencontre au cœur de la francophonie : approches et démarches témoignent d’un extrême dynamisme, et de points de vue originaux.

12Le recueil d’Actes, nous l’avons souligné, a été disponible le premier jour du colloque. C’est un tour de force qui a une contrepartie, dont le lecteur prendra la mesure. On regrettera que le texte de l’intéressante communication de Monsieur Gagnier n’ait pu être imprimé, que quelques posters aient été oubliés dans l’édition, qu’il demeure des coquilles, des approximations de traduction et que, plus dérangeant sans doute, certains auteurs n’aient pu relire les épreuves modifiées avant publication. La qualité du contenu et de l’impression, l’opportunité de se référer, pendant ou après une communication, au texte détaillé, et donc la possibilité de rebondir d’emblée sur des points du débat constituent néanmoins des atouts non négligeables, et qui rendront ces maladresses mieux excusables, au vu des délais serrés impartis à la publication.

13Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain se profile d’ores et déjà comme un ouvrage incontournable en matière de restauration.

14L’ouvrage est disponible sur le site de la SFIIC.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain. Conservation et restauration des œuvres contemporaines », CeROArt [Online], 4 | 2009, Online since 21 October 2009, connection on 21 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1387

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org