Skip to navigation – Site map
Coup de projecteur

Poser et reposer des choix

Réflexions autour d’un ensemble de quatre panneaux du XVIe siècle
Corinne Van Hauwermeiren- Echement

Editor's notes

Le coup de projecteur du présent numéro aborde les aléas de la conservation, restauration et exposition d’un retable daté du XVIe siècle. Comme souvent, les volets ont connu des sorts différents. Sectionnés et réencadrés à une époque indéterminée, ils furent rassemblés par un collectionneur généreux dont le leg fut malencontreusement réparti entre différentes institutions. Les panneaux supérieurs ont été traités et exposés dans l’ignorance des parties inférieures, entretemps égarées dans les méandres de réserves muséales. La réapparition de ces dernières pose la délicate question du maintien ou de la révision des choix, antérieurs, notamment concernant l’exposition.

Full text

Introduction

1En 1955, le legs de la collection Franckignoul – composée notamment d’un ensemble de quatre panneaux du XVIe siècle – vient enrichir les collections du Musée des Beaux-Arts de la Ville de Liège (Belgique). La fermeture de ce dernier en 1976 débouche sur  la scission des collections. Une partie est donnée au Musée de l’Art Wallon, l’autre partie allant au Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain (Mamac). Toutes les œuvres n’entrant pas dans ces deux collections sont reléguées en réserve, c’est-à-dire un grand nombre de tableaux flamands et étrangers datant du XVIe siècle au XIXe siècle. Cela occasionne une curieuse répartition des quatre panneaux qui nous concernent: la partie supérieure attribuée alors à l’école flamande est remisée dans les réserves du Mamac tandis que les deux panneaux inférieurs, attribués au peintre Lambert Lombard, sont remisés à l’Art Wallon. De toute évidence ces quatre panneaux comprenant  six scènes formaient les volets d’un retable ou d’un polyptique. Ils ont été ensuite sectionnés en deux parties, la partie supérieure étant réinsérée dans un cadre noir et or.

2Appartenant vraisemblablement à un retable ou à un triptyque de la Passion, les deux volets présentent, en position fermée, le Baptême du Christ sur le volet de gauche et la Transfiguration sur le volet de droite. La présence du Baptême sur un retable de la Passion s’explique surtout par la figure de Dieu le Père. En effet, le Baptême et la Transfiguration sont les deux seules scènes de la vie du Christ dans lesquelles Dieu le Père apparaît pour affirmer la double nature de son Fils.

3Ouvert, le volet de gauche présente l’Arrestation du Christ superposée à l’Entréedu Christ à Jérusalem tandis que la face interne du volet de droite présente le Christ sorti du tombeau au-dessus de la Rencontre sur le chemin d’Emmaüs. Sans doute une moulure peinte ou sculptée devait-elle séparer les deux scènes intérieures de chaque volet. L’élément central devait être occupé soit par une partie sculptée, soit par un panneau peint illustrant une scène majeure de la Passion telle que, par exemple, une Crucifixion.

Une résurrection progressive

4L’ouverture du complexe muséal du Grand Curtius à Liège (Belgique) au mois de mars 2009 fut l’occasion de redécouvrir une partie des collections en réserve , dont les deux panneaux du retable conservés au Mamac. La face visible montre deux scènes de la Passion du Christ.

Fig.1 Panneau du Mamac inventorié BA 370 : face interne des volets gauche et droit

Fig.1 Panneau du Mamac inventorié BA 370 : face interne des volets gauche et droit

Le Christ sorti du tombeau et l’Arrestation du Christ.

5Le revers présente les parties supérieures d’un Baptême du Christ et d’une Transfiguration.

Fig.2 Panneau du Mamac inventorié BA 370 : face externe des volets gauche et droit

Fig.2 Panneau du Mamac inventorié BA 370 : face externe des volets gauche et droit

Baptême du Christ et  Transfiguration

6Le revers du panneau manifeste clairement le sectionnement. Si le traitement de conservation-restauration de ces panneaux a bien été effectué sur l’avers et le revers, le choix fut fait de ne présenter aux cimaises du Curtius que le côté présentant des compositions complètes : les figures tronquées de la face externe témoignaient en effet outrageusement du sectionnement dont les panneaux furent victimes.

… et une remise en question

7La présentation des deux fragments supérieurs des volets doit aujourd’hui être repensée puisque les deux panneaux du Musée de l’Art Wallon viennent d’être retrouvés.

Fig. 3 a/b Panneaux du Musée d’Art Wallon MAW 562 et MAW 563

Fig. 3 a/b Panneaux du Musée d’Art Wallon MAW 562 et MAW 563

Partie inférieure, face externe, volet gauche : le Baptême du Christ

Partie inférieure, face externe, volet droit : Transfiguration

8Quant à la face interne des mêmes panneaux, elle se présente ainsi :

Fig. 4 a/b Panneaux du Musée d’Art Wallon MAW 562 et MAW 563

Fig. 4 a/b Panneaux du Musée d’Art Wallon MAW 562 et MAW 563

Face interne du volet droit: Les pèlerins d’Emmaüs

Face interne du volet gauche : L’Entrée du Christ à Jérusalem

  • 1  Docteur en Histoire, Pierre-Yves Kairis est actuellement chef de section à l’IRPA. Il a directemen (...)

9Les deux panneaux inférieurs font aujourd’hui l’objet d’une étude archéométrique ainsi que d’un traitement de conservation-restauration, en vue d’une présentation unifiée de l’ensemble des quatre panneaux. L’ensemble serait désormais daté à partir du deuxième tiers du XVIe siècle. Pierre-Yves Kairis1 propose par ailleurs de revoir  l’attribution de ces panneaux (initialement attribués à un inconnu puis à l’entourage de Lambert Lombard), en les associant à l’entourage de Pieter Coeck Van Aelst.

10A l’heure actuelle, les interrogations sont encore nombreuses quant à la technique d’exécution de ces volets, leur histoire matérielle mais également quant à leur mode de présentation.

11Sachant que les parties supérieures ont été traitées sans connaître l’état de conservation des panneaux inférieurs, il y a-t-il encore un choix possible quant au degré d’intervention à proposer pour ces derniers ? Comment assurer une présentation double face de ces panneaux qui tienne compte de l’histoire matérielle de l’ensemble et ce malgré l’absence des parties médianes de chaque panneau ? En effet, le sectionnement des panneaux a entraîné une perte d’une petite dizaine de centimètres, à savoir la quasi-totalité du visage du Christ et les épaules de saint Pierre.   

Technique d’exécution

12Les panneaux inférieurs mesurent environ 52,5 de haut pour 46 cm de large. Débités sur quartier, chaque panneau est composé de deux planches disposées verticalement. Les planches du panneau de la Rencontre sur le chemin d’Emmaüs ont toutes deux une largeur de 23 cm. Quant au panneau de l’Entrée à Jérusalem, la largeur des planches oscille également aux alentours de 23 cm avec un joint légèrement en oblique.

13L’assemblage des planches est à joint vif. Les radiographies n’ont pas permis de déterminer la présence de moyen de renfort tels que des tourillons. La présence de composition sur les deux faces des panneaux rendant malaisé la lecture des documents.

14Les bords latéraux et inférieurs présentent un bord non peint recouvert ultérieurement par une peinture noire et/ou de la bronzine débordant sur la couche picturale. Afin de pouvoir constater la présence de barbe et confirmer l’embrèvement dans un cadre à rainure, un dégagement des bords a été entamé sous microscope sans fournir de résultats concluants. Par contre, la couche picturale et la préparation présentent une limite au profil dentellé, irrégulier, avec une épaisseur allant s’affinant vers l’extérieur

Fig. 5 Détail de la limite du bord non peint.

Fig. 5 Détail de la limite du bord non peint.

 La couche préparatoire se poursuit au-delà de la limite de la préparation (tracé rouge) et elle ne présente pas de barbe.

15Un autre détail curieux des bords non peints est le tracé courbe de la couche picturale.

Fig.6 Détail du bord non peint inférieur d’un des panneaux.

Fig.6 Détail du bord non peint inférieur d’un des panneaux.

A noter la présence d’une fine ligne marquée au ciselet traceur le long de la limite supérieure du bord non peint

16Cette limite courbe pourrait traduire la recréation d’un bord non peint après découpe des volets afin de les embrever dans un nouveau cadre.

17Les bords non peints supérieurs des deux panneaux adoptent un profil ondoyant par suite de la découpe des volets. Il est curieux de constater que la découpe n’a provoqué aucun éclats de la couche picturale, mais au contraire une surface lisse coupée de biais.

Fig. 7 Profil de l’Entrée du Christ à Jérusalem.

Fig. 7 Profil de l’Entrée du Christ à Jérusalem.

Le profil semble ondoyant et la matière semble avoir été taillée dans le frais.

18La préparation, de couleur blanche et d’épaisseur fine laissant transparaître le fil du bois, présente une particularité technique. De nombreuses zones présentent une série de stries en creux, disposées en série de façon parallèle et rapprochée. Ces zones sont présentes tant sur le pourtour du panneau qu’au milieu de la composition. Jusqu’à présent, aucune explication satisfaisante n’a pu être trouvée quand à leur nature ou leur cause.

Fig.8 Détail du panneau L’Entrée du Christ à Jérusalem

Fig.8 Détail du panneau L’Entrée du Christ à Jérusalem

Détail de la main du garçon le long du bord droit de L’Entrée du Christ à Jérusalem. Bien qu’emplie de saletés, ces stries comportent par endroits des restants de laque rouge posée sur une couche de rouge minium.

19La couche picturale est réalisée avec de très légères demi-pâtes rehaussées, notamment dans les ombres, par des glacis. Plusieurs zones d’ombre de la couche picturale comportent des empreintes digitales donnant un relief particulier aux effets de matière.

L’état de conservation

20L’état de conservation des deux panneaux inférieurs est globalement satisfaisant. Les supports présentent une très légère convexité située principalement dans la partie supérieure plus épaisse. Malgré une coupe sur quartier, on peut supposer que cette légère courbure soit la résultante de tension entre un panneau plus épais en partie supérieure qu’en partie inférieure. En effet, un panneau de cette époque est élégi sur son pourtour avant d’être embrevé dans un cadre à rainure. Plus épais en son centre, il voit son épaisseur diminuer vers les extrémités. La découpe du volet en deux parties a mis au jour cette particularité technique.

21Les joints des panneaux se devinent plus qu’ils ne se voient.

22Les panneaux ne présentent, sur leurs deux faces, que quelques lacunes préalablement retouchées sur un masticage un peu grossier et un vernis légèrement oxydé.

23On notera toutefois la décoloration du bleu de la tunique du Christ ainsi que l’usure des glacis rouges dans les vêtements. Cette usure est très probablement la résultante d’un traitement quelque peu invasif.

L’histoire matérielle

24Les couches picturales présentent également de très nombreuses reprises. Celles-ci sont principalement situées dans les zones d’ombres des vêtements et des carnations.

25Au vu de l’étendue de ces reprises – insoupçonnée pour celui qui n’a pu observer ces panneaux de manière prolongée et minutieuse –, il m’apparaît aujourd’hui difficile de pouvoir poursuivre de manière objective l’analyse stylistique et l’attribution de ces quatre panneaux.

  • 2  Que Cécile Oger (ULg) soit ici remerciée d’avoir accepté de collaborer à cette étude.

26Seul l’examen par réflectographie infrarouge – en cours – permettra peut-être de déceler un tracé révélateur de la main d’un artiste2.

Quelques mots du traitement de conservation restauration

27Le traitement proposé et en cours d’exécution ne présente aucune particularité qui mérite d’être signalée. Excepté toutefois l’élimination des inscriptions d’inventaire faites au revers des panneaux, sur la couche picturale à l’aide d’un marqueur noir. Ces inscriptions ont pu être ôtées par le biais de compresses à base d’attapulgite mêlée d’un solvant organique déposées sur un fin papier japonais. La capacité absorbante de cette argile a permis l’élimination des inscriptions tout en évitant la pénétration de l’encre solubilisée au sein de la couche picturale.

28Le traitement se poursuit par

  • l’élimination de la couche protectrice et des anciennes restaurations,

  • le dégagement des bords non peints sous microscope binoculaire afin de distinguer les éventuelles particularités matérielles. Notons que ce dégagement minutieux révéla par exemple des restes de glacis de laque de garance presque intact ou encore la présence sur le bord non peint de couleur identique à celle de la couche picturale.

  • Le masticage des quelques petites lacunes

  • La retouche dont le degré d’intervention est à choisir non seulement en fonction de l’état de conservation et de l’histoire matérielle des deux faces des panneaux mais également par rapport au degré de réintégration choisi pour les deux panneaux supérieurs. L’état de conservation des deux faces des panneaux inférieurs permettra-t-il le même degré de réintégration que celui choisi pour la partie supérieure ?

  • La pose d’une couche de protection

  • La mise en œuvre d’un mode unique de présentation

Proposition de présentation

29A l’heure actuelle, la réflexion n’en est qu’à ses débuts et demande encore quelques recherches (bibliographiques notamment) afin de rencontrer des situations similaires et de pouvoir enrichir notre décision d’exemples concrets.

30Dans un premier temps, il serait heureux de procéder à la dépose du cadre entourant les deux parties supérieures des volets et de procéder au dégagement des bords bronzinés de ces panneaux.

31Quelle présentation choisir pour l’ensemble des panneaux ? La solution qui paraît aujourd’hui  la plus concluante sur le plan déontologique et esthétique est d’opter pour une présentation « contemporaine » affirmant l’histoire matérielle de ces panneaux. Soit un cadre maintenant les panneaux par les bords non peints mais laissant libre les morceaux de composition manquant au sein de chaque volet.

32Une autre solution consisterait à prévoir une occultation du manque de matière entre chaque partie de volet. Cette occultation pourrait être de couleur neutre ou comporter un fin tracé prolongeant les lignes de la composition existante. Elle devrait faire également partie de la structure du cadre afin de laisser les panneaux « libres » de toute contrainte.

33Il est par contre admis qu’il est souhaitable de présenter ces panneaux ensemble aux cimaises du musée et permettre une lecture des deux faces de l’œuvre.

Conclusion

34S’il est vrai qu’il ne s’agit pas de panneaux de grande valeur plastique, leur histoire matérielle est intéressante à plus d’un titre.

35Cette histoire matérielle, qui a conditionné leur état de conservation, pose tout d’abord la question de la réintégration des lacunes et des usures de la couche picturale. Quel degré de réintégration choisir ? Soit on respecte l’histoire matérielle et l’état de conservation des panneaux inférieurs sans se soucier du degré d’intervention choisi pour les parties supérieures. Ce qui engendrera une présentation hétérogène de panneaux ayant fait partie d’un même ensemble. Soit on adopte le même degré d’intégration que les parties supérieures, pour donner à voir des volets ayant clos un même retable. Le critère esthétique prime alors sur le critère « archéologique ». Mais une œuvre peinte, a fortiori religieuse, n’est-elle pas d’abord une image à lire et à contempler avant d’être un objet « archéologique » ?

36Il est intéressant de voir également comment un choix de traitement, pris dans un contexte donné, conditionne le traitement d’une autre partie de l’œuvre venant se rapporter a posteriori à l’ensemble initial. Le choix d’un traitement dans le cas de panneaux que l’on sait incomplets doit-il tenir compte d’un éventuel « retour » des éléments manquants qui sont susceptibles de présenter un état de conservation différent ? Une optique minimaliste de la retouche permettrait de faciliter l’intégration des parties qui se rapportent a posteriori et par conséquent de limiter le déséquilibre esthétique entre les diverses parties de l’œuvre.

37Et enfin, le choix du mode de présentation. S’il est convenu d’exposer ces panneaux réunis et leurs deux faces visibles, la réflexion doit encore être étoffée quant au système de présentation compte tenu du manque de matière entre les deux scènes externes.

Top of page

Notes

1  Docteur en Histoire, Pierre-Yves Kairis est actuellement chef de section à l’IRPA. Il a directement contribué à la « redécouverte » de ces deux panneaux dans les réserves du musée d’Art Wallon.

2  Que Cécile Oger (ULg) soit ici remerciée d’avoir accepté de collaborer à cette étude.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Panneau du Mamac inventorié BA 370 : face interne des volets gauche et droit
Caption Le Christ sorti du tombeau et l’Arrestation du Christ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-1.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig.2 Panneau du Mamac inventorié BA 370 : face externe des volets gauche et droit
Caption Baptême du Christ et  Transfiguration
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-2.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 3 a/b Panneaux du Musée d’Art Wallon MAW 562 et MAW 563
Caption Partie inférieure, face externe, volet gauche : le Baptême du Christ
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-3.jpg
File image/jpeg, 36k
Caption Partie inférieure, face externe, volet droit : Transfiguration
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-4.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 4 a/b Panneaux du Musée d’Art Wallon MAW 562 et MAW 563
Caption Face interne du volet droit: Les pèlerins d’Emmaüs
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-5.jpg
File image/jpeg, 32k
Caption Face interne du volet gauche : L’Entrée du Christ à Jérusalem
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-6.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Fig. 5 Détail de la limite du bord non peint.
Caption  La couche préparatoire se poursuit au-delà de la limite de la préparation (tracé rouge) et elle ne présente pas de barbe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-7.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig.6 Détail du bord non peint inférieur d’un des panneaux.
Caption A noter la présence d’une fine ligne marquée au ciselet traceur le long de la limite supérieure du bord non peint
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-8.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig. 7 Profil de l’Entrée du Christ à Jérusalem.
Caption Le profil semble ondoyant et la matière semble avoir été taillée dans le frais.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-9.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig.8 Détail du panneau L’Entrée du Christ à Jérusalem
Caption Détail de la main du garçon le long du bord droit de L’Entrée du Christ à Jérusalem. Bien qu’emplie de saletés, ces stries comportent par endroits des restants de laque rouge posée sur une couche de rouge minium.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1334/img-10.jpg
File image/jpeg, 37k
Top of page

References

Electronic reference

Corinne Van Hauwermeiren- Echement, « Poser et reposer des choix », CeROArt [Online], 4 | 2009, Online since 14 October 2009, connection on 25 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1334

Top of page

About the author

Corinne Van Hauwermeiren- Echement

Titulaire d’un Master en Archéologie – Histoire de l’art (Université Catholique de Louvain) et d’un Master en Conservation Restauration des Biens Culturels (Paris I-Panthéon Sorbonne), l’auteur mène en parallèle une fonction de conservateur-restaurateur au sein des Musées de la Ville de Liège et une activité professionnelle au sein de la société Conservart. Contact : Chaussée d’Alsemberg, 975 – B – 1180 Bruxelles. Tél. +32.2.332.25.38 ou +32.498.77.24.67. Courriel : corinnevanhau@yahoo.fr ou via le site www.conservart.be

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org