Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Raffaello – Lo Sposalizio della Vergine restaurato

Aurélie Minet
Bibliographical reference

BANDERA, S. ; BERTELLI, C. ; BORGHESE, P. et al., Raffaello – Lo Sposalizio della Vergine restaurato, Milano, Edizioni Electa Mondadori, 2009, 84p.

ISBN : 978-88-370-7040-3

Full text

1Ouverte pour la première fois au public le 15 août 1809, en l'honneur de Napoléon Bonaparte qui fêtait alors son 40e anniversaire, la Pinacothèque célèbre cette année son bicentenaire. A cette occasion elle propose de redécouvrir l’un des principaux chef-d’œuvres de sa collection, Le Mariage de la Vierge de Raphaël (1483 – 1520). Au regard de la campagne de conservation-restauration qui a été effectuée sur cette œuvre et dans un souci de transparence et de partage des connaissances, les directeurs du projet de restauration, Matteo Ceriana et Emanuela Daffra ont choisi de publier les résultats des recherches et traitements effectués dans un ouvrage complet et richement illustré : Raffaello. Lo Sposalizio della Virgine restaurato.

2Sandrina Bandera, directrice de la Soprintendenza per i Beni Storici Arstici ed Etnoantropologici di Milano  et directrice de la Pinacothèque de Brera, introduit l’ouvrage en resituant Le Mariage de la Vierge de Raphaël dans son temps. Elle insiste tout particulièrement sur l’influence que le premier traité d’architecture de la Renaissance,  Re Aedificatoria de Leon Battista Alberti eut sur le jeune Raffaello Sanzio : dans le cas présent sur sa représentation du temple à l’arrière-plan de la composition. Elle évoque ensuite le parallèle évident qui existe entre la version du Mariage de la Vierge du Pérugin, maître de Raphaël et celle de son élève. L’œuvre acquiert ainsi une importance historique puisqu’elle reflète « l’itinéraire mental » de Raphaël ainsi que son « itinéraire au sein de l’atelier ». Enfin, elle aborde brièvement l’acquisition de l’œuvre par le gouvernement napoléonien pour l’Accademia di Belle Arti de Milan en 1805 et l’importance de préserver ce témoignage artistique essentiel à la compréhension de la Renaissance italienne.

3Le corps de l’ouvrage offre aux lecteurs d’une part une vision historique et muséographique du Mariage de la Vierge  et de l’autre, un état de conservation de l’œuvre ainsi que la description des traitements de conservation-restauration effectués.

4La première partie débute par la réédition d’un article de 1993 de Carlo Bertelli, ancien directeur de la Pinacothèque de Brera, rédigé à l’occasion de la publication du catalogue des collections. Il propose une introduction iconographique, historique et technologique à l’œuvre étudiée ainsi qu’une bibliographie riche et mise à jour. Du même auteur, l’article Les couleurs du temps retrace le parcours et le contexte dans lesquels le Mariage de la Vierge arriva à la Pinacothèque de Brera. Il invite ainsi à la réflexion concernant le transfert du patrimoine national vers l’étranger, sujet d’actualité quand on pense au futur musée du Louvre d’Abou-Dhabi. Enfin, il fournit une étude iconographique détaillée en comparant les versions du Mariage de la Vierge du Pérugin et de son élève Raphaël.

5Matteo Ceriana, directeur de la photothèque et du laboratoire de restauration pour la Soprintendenza à Milan, clôt cette première partie en envisageant le Mariage de la Vierge d’un point de vue muséographique. L’auteur retrace l’histoire de cette exposition dans la Pinacothèque de Brera et les questions qui en découlent, tout en proposant au lecteur un ensemble iconographique riche illustrant son propos. Comment l’œuvre a-t-elle été exposée dans la pinacothèque au cours du temps ? Quelle a été la réception du public vis-à-vis des changements ? Quels problèmes demeurent irrésolus?

6Paola Borghese, Andrea Carini et Sara Scatragli, professionnels de la conservation-restauration chargés du projet, initient la seconde partie de l’ouvrage. Le projet a été concrétisé entre janvier 2008 et février 2009, sous le regard des visiteurs de la Pinacothèque, l’institution s’étant dotée d’un laboratoire de restauration entièrement vitré et intégré dans le parcours muséal. Les nombreuses analyses scientifiques réalisées (réflectographie infrarouge avec caméra digitale, fluorescence X, colorimétrie, …) ont permis d’une part d’effectuer un constat d’état de l’œuvre détaillé et d’autre part d’établir un relevé et une meilleure compréhension des interventions précédentes de conservation-restauration. Parmi celles-ci, il faut noter celle du restaurateur Giuseppe Molteni, qui laisse le détail écrit de ses interventions, témoignage irremplaçable sur les pratiques de la profession au milieu du XIXe siècle. Dès avant Cesare Brandi, il appuie l’importance de l’équilibre entre le fond et la figure et évoque la notion de patine en suggérant un nettoyage progressif maintenant « un voile  de vernis en contact avec la couleur, garantie de l’intégrité des couches peintes ». On relèvera également la restauration réalisée en 1958 par Mauro Pelliccioli à la suite d’un acte de vandalisme : l’œuvre avait été percée par une pointe métallique. L’état de conservation de l’œuvre avant les récentes interventions était, selon les restaurateurs, dans l’ensemble très bon. Néanmoins, sa lisibilité était biaisée par diverses détériorations telles qu’un jaunissement du vernis, des soulèvements de la couche picturale ainsi qu’un changement de couleurs au niveau des retouches réalisées lors de la restauration de 1958. L’article s’achève par un compte-rendu des interventions actuelles.

7La restauration du cadre attaché au  Mariage de la Vierge depuis son entrée à l’Accademia en 1805 ponctue cette seconde partie. Pour cette restauration réalisée par Patrizia Fumagalli, Fabio Frezzato, Antonella Ortelli et Luca Quartana, on remarquera particulièrement l’utilisation de diverses méthodes de nettoyage parmi lesquelles la technologie laser. L’utilisation de cette méthode a permis aux restaurateurs de travailler uniquement en superficie sans altérer la partie interne de la matière et d’effectuer ainsi un « nettoyage calibré, sélectif et précis sans contact physique direct avec l’œuvre d’art ».

8L’ouvrage comprend encore une retranscription des notes d’interventions sur Le Mariage de la Vierge, datées de 1858, du restaurateur Giuseppe Molteni, document d’intérêt au regard de l’histoire de la conservation-restauration d’œuvres d’art.

9On saluera l’initiative ambitieuse et menée à terme de la Pinacothèque de Brera ainsi que du Ministère des Biens et Activités Culturelles : proposer un ouvrage scientifique complet et précis offrant aux visiteurs et aux professionnels, un outil de savoir, de recherche et de réflexion sur Mariage de la Vierge de Raphaël.

Top of page

References

Electronic reference

Aurélie Minet, « Raffaello – Lo Sposalizio della Vergine restaurato », CeROArt [Online], 4 | 2009, Online since 14 October 2009, connection on 21 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1310

Top of page

About the author

Aurélie Minet

Titulaire d’un Master II en conservation-restauration d’œuvres d’art (finalité approfondie), Aurélie Minet poursuit actuellement ses recherches. Elle envisage une thèse de doctorat en Arts et sciences de l’Art sur la technique des Succhi d’erba.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org