Skip to navigation – Site map

Editorial

Muriel Verbeeck-Boutin

Full text

Version française

1La vie n’est pas un long fleuve tranquille. On peut s’agripper au rivage, ou regarder, par dessus les remous, l’estuaire et la haute mer. C’est la voie qu’a choisie voici deux ans déjà CeROArt. Embarquée dans l’aventure électronique avec des moyens de fortune, elle a hissé la voile et pris le large, soutenue par Revues.org et encouragée par un lectorat qui n’a cessé de s’élargir et de se diversifier. Nous comptons désormais des abonnés sur quatre continents, et avons accueilli récemment parmi les membres de notre comité scientifique international Monsieur Richard Gagnier, du Musée des Beaux-Arts de Montréal.

2Le présent numéro entend tenir le cap précédemment défini: proposer une revue bilingue consacrée aux problématiques de Conservation, Restauration, exposition d’Objets d’Art; toucher les différents domaines d’application de ces disciplines; maintenir le caractère original et intégral des articles proposés gratuitement en ligne; favoriser le dialogue interdisciplinaire; enfin, et surtout, encourager les conservateurs-restaurateurs  à investir le champ des publications scientifiques, dans une dynamique positive de partage de leurs connaissances et expériences de terrain.

3Le numéro du printemps 2010 sera consacré à “La restauration mise en scène”, donc au regard porté sur le métier et ses “acteurs”. Ceux-ci  sont de plus en plus fréquemment invités à jouer dans un scénario médiatisé, que ce soit par le biais de la presse traditionnelle, d’émissions télévisées, de podcasts ou encore d’expo-réalité. Nous donnerons la parole aux muséographes, aux scénographes, mais aussi aux artistes mis en scène, pour mieux approcher ce phénomène et tenter de comprendre les implications d’une telle “représentation”  de la restauration. Vos articles sont d’ores et déjà bienvenus.

4Notre publication suivante, à l’automne 2010, prendra la forme d’un numéro spécial, exclusivement réservé aux jeunes praticiens de la restauration. La réforme de Bologne en effet porte ses fruits, et la plupart des Ecoles de Restauration européennes ont décerné l’an dernier les premiers diplômes de masters. Formés selon les principes d’ECCO, ils sont appelés à opérer la synthèse des théories et de la pratique, et à devenir les hérauts d’une discipline qui conquiert sa légitimité, que ce soit dans le champ académique ou celui de la reconnaissance de la profession.  Nous voulons les inciter à prendre la parole, à communiquer l’objet et les résultats de leurs travaux. Nous souhaitons que par le biais d’une première publication naisse l’intérêt pour ce qui se fait ailleurs, que se tissent des liens, que se programment des échanges. C’est une Europe sans frontières qui se construit, dans un commun souci du patrimoine et le brassage des connaissances et des expériences qui s’y rapportent. CeROArt invite à tenter l’aventure, sans complexes ni arrière-pensées: elle propose un encadrement tout spécifique pour cette première publication des restaurateurs fraichement émoulus des Ecoles supérieures et des Universités. Cette entreprise sera la première étape vers un projet plus ambitieux encore: la rencontre, sous forme de congrès international, de jeunes diplômés de la Conservation-restauration. Nous regardons là vers l’horizon 2011.

5En attendant, et pour ce qui concerne le présent numéro, nous vous invitons d’ores et déjà à prendre pied sur le forum que nous avons réactivé. Notre dossier s’intéresse aux dilemmes de la conservation-restauration: il rejoint ainsi nombre de problèmes soulevés lors du colloque SFIIC-INP, à Paris, tout comme lors du récent symposium de Londres. Il contribue à mettre en évidence la multiplicité des valeurs qui s’offrent au restaurateur, ainsi que la difficulté du choix qui lui incombe au moment de l’intervention. En filigrane, c’est encore, c’est toujours le problème de la responsabilité qui affleure: vis-à-vis de l’objet, vis-à-vis du commanditaire, vis-à-vis, plus largement, de la société.

6Quoi qu’il en soit, ces interrogations réflexives montrent que c’est avec beaucoup de modestie, donc de maturité, que la restauration accède à l’autonomie: et que loin de s’enfermer dans un carcan de règles, elle se montre apte plus que jamais au questionnement et au dialogue interdisciplinaire.  Quoi de plus salutaire? Rappelons qu’il n’est de dilemme que dans les lieux clos: ouvrir portes et fenêtres, c’est dégager d’autres perspectives, et inviter à prendre des chemins alternatifs... CeROArt vous invite au  voyage!

7L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

Fig. 1 Plan de voyage

Fig. 1 Plan de voyage

Planisphère de Rumold Mercator, 1587

Cliché Wikimedia common

English version

8Life is not a long quiet river. You can cling to the shore, or look, over the eddies, towards the estuary and the high sea.  This is the path that CeROArt chose already two years ago now. Embarked on an electronic adventure with makeshift means, it has hoisted the sails and taken to the sea, supported by revues.org and encouraged by a readership that has continued to grow and diversify. We now count on subscribers from all over the world and have recently welcomed Mr Richard Gagnier from the Montreal Museum of Fine Art among the members of our international scientific committee.  

9This issue aims to continue on the previously defined course: to offer a bilingual review devoted to issues concerning the Conservation, Restoration and exhibition of works of Art; to take a look at the different areas of application for these disciplines; to maintain the original and complete character of the articles available online free of charge; to favour inter-disciplinary dialogue; finally, and above all, to encourage conservators-restorers to commit to the field of scientific publications in a positive dynamic of sharing knowledge and experience from the field.

10Our April 2010 issue will be devoted to “Restoration on the stage and behind the scenes”, thereby exploring the profession and its “actors”. These actors are increasingly invited to participate in staged media events, whether in the traditional press, television broadcasts, podcasts, or reality exhibitions.  We will be talking to museographers, scenographers and staging artists in order to gain a better insight into this phenomenon and attempt to understand the implications of such a “representation” of restoration. You can already send in your articles today.

11Our following publication, in autumn 2010, will be a special issue reserved exclusively for young restoration practitioners.  The Bologna Reform has borne fruit and, last year, most European Restoration Schools awarded the very first Master’s degrees.   Trained following the principles of ECCO, they are called upon to combine theories and practices and to become the heralds of a discipline in the process of earning its legitimacy, whether it is in the academic field or in the profession’s recognition. We want to encourage them to speak out, to communicate the object and the results of their work to us.  We hope that, through an initial publication, interest grows in what is being done elsewhere, that connections are formed and that exchanges are programmed.  We are building a Europe without borders with a common interest in heritage and an intermingling of related knowledge and experiences. CeROArt invites you to take part in this venture, free of any complexes or any ulterior motives. And, with this first publication it offers a very specific framework for new graduates from Academies and Universities.  This enterprise will be a first step towards an even more ambitious project: the meeting, at an international congress, of new conservation-restoration graduates. This is planned for 2011.

12In the meantime, and in terms of this issue, we invite you to participate in the forum which we have reactivated. Our report looks at the dilemmas of conservation-restoration. Therefore, it covers a number of problems raised at the SFIIC-INP colloquium in Paris, as well as at the recent symposium in London.  It contributes to highlighting the multitude of values available to the restorer, as well as the difficulty of the choices available to him when he intervenes.  Between the lines, it is still the same old problem of responsibility that rises to the surface: in terms of the object, in terms of the the principal, in terms, more widely, of society.

13Be that as it may, these reflexive doubts show that it is with great modesty, and, therefore, maturity, that restoration leads to autonomy, and that, far from closing itself within the constraints of rules, now more than ever, it is open to questions and to inter-disciplinary dialogue.  What could be more beneficial? Remember that dilemmas only exist within confined spaces: opening doors and windows means unblocking different perspectives and encouraging the use of alternative paths.  CeROArt invites you along on this exciting journey!

14Access to the journal is free. Please register for the CeROArt Newsletter, which will notify the next issue. To register, click the link.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Plan de voyage
Caption Planisphère de Rumold Mercator, 1587
Credits Cliché Wikimedia common
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1308/img-1.jpg
File image/jpeg, 34k
Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Editorial », CeROArt [Online], 4 | 2009, Online since 15 October 2009, connection on 21 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1308

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'Ecole supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Elle y dispense les cours de déontologie,  théories de la restauration et iconographie. Elle enseigne également à l'Ecole supérieure d'Architecture de Wallonie, dans le cadre de la Formation européenne en restauration du patrimoine architectural.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org