Skip to navigation – Site map
Dossier

Réflexions sur la restauration du patrimoine paléontologique à travers  la réhabilitation scientifique d'un fossile d'ichthyosaure

Romanella Bosseau

Abstracts

The restoration of an ichthyosaur fossil (Lias, Holzmaden) as post-graduate work has shown relevance of a specific, multiple approach when dealing with this type of piece. Since the fossil is at the same time a paleontological tool, a cultural asset and a historical collection “object”, we chose to carry out a scientific rehabilitation. The article describes our approach, the balance that was achieved among all three dimensions and the imperatives related to the conservation of the fossil.

Top of page

Full text

Contexte de la restauration

1Le fossile d'ichthyosaure (reptile marin du Jurassique) qui nous a été confié pendant dix-huit mois dans le cadre de notre diplôme de fin d'études en conservation-restauration des œuvres sculptées de l'École des beaux-arts de Tours, est issu de la collection géologique de l'Université Claude-Bernard Lyon I, actuellement sous la direction d'Abel Prieur, paléontologue. Ce fossile provient de la région des gisements allemands de Holzmaden (Bade-Wurtemberg), datés du Toarcien inférieur (vers 180 millions d'années).

2Notre travail s'est inscrit dans le cadre d'une demande précise d'Abel Prieur : celle de pouvoir mouler le spécimen après restauration, la prise d'empreinte et la reproduction étant des pratiques fréquentes en paléontologie. En dehors de cet impératif, nous avons eu le champs libre pour aborder ce type de pièce, nouveau pour nous et développé de façon encore limitée en conservation-restauration.

Description de la pièce

3À son arrivée dans les ateliers, le fossile se présente sous la forme d'un squelette d'ichthyosaure beige dans une dalle de schiste gris, rectangulaire et encadrée

Fig. 1. Le fossile FSL 532 351 avant restauration

Fig. 1. Le fossile FSL 532 351 avant restauration

© R. Bosseau, 2008.

  • 1 Afin de lui donner un contour géométrique rectangulaire.

4La dalle, fragmentée, est complétée par de larges bouchages de plâtre1 et des mastics teintés restituent localement certains os. Un adhésif protéinique chargé en pigment noir solidarise certains fragments. Le squelette, complet et en connexion anatomique, est dégagé sur la moitié de l'épaisseur des os. Il est également recouvert d'une importante couche de vernis à base de nitrate de cellulose. Plusieurs badigeons gris (huileux) et noirs sont appliqués localement sur les bouchages en plâtre, le schiste et les os.

5La dalle est percée et fixée par de larges vis à un fond de deux planches, qui, solidaires de deux cadres en bois (un cadre bleu ancien, dissimulé à une date récente par un cadre vernis), forment un coffrage autour de l'ensemble.

État de conservation

6La surface des parties naturelles du fossile (schiste et squelette) présente dans l'ensemble une bonne cohésion. Nous relevons seulement quelques éclats d'os.

7Les altérations sont beaucoup plus importantes dans l’épaisseur de la roche : la dalle est fissurée et fragmentée.

Fig. 2. Relevé des fractures et des fissures

Fig. 2. Relevé des fractures et des fissures

© R. Bosseau, 2008

8Au niveau des fractures principales, la pierre est délitée, tendre et pulvérulente.

 Fig. 3. Détail d'une zone de schiste altéré

 Fig. 3. Détail d'une zone de schiste altéré

© R. Bosseau, 2008

  • 2 Ce processus est naturel et basé sur l'oxydation de la pyrite, qui à travers plusieurs réactions c (...)

9Nous observons également un changement de coloration important (passage à l'ocre jaune). Cette altération est caractéristique de ce type de roche (correspondant à une marne indurée compactée, riche en pyrite). Elle est liée à la disparition de la pyrite (à l'origine de la teinte grise de la pierre), laissant réapparaître principalement celle de la fraction argileuse de la roche (ocre jaune)2.

  • 3 Certainement lié au vieillissement du nitrate de cellulose qui entre dans sa composition.
  • 4 De type alcool de polyvinyle. Le fossile a été moulé au silicone au cours des années 1970.

10L'assemblage du fossile comporte ensuite plusieurs décalages, et la couche de vernis qui le recouvre l'assombrit fortement et empâte les détails du squelette en lui conférant un aspect jaune-verdâtre3. Des résidus d'un agent de démoulage4 accentuent l'assombrissement. Les autres ajouts sont dans un mauvais état de conservation : oxydation des vis de maintien ; fissures, délitage de surface et retrait des bouchages et des mastics…; usure des badigeons ; et fort gauchissement des planches du fond, à l'origine de contraintes mécaniques sur la dalle.

Quelles « valeurs » pour aborder la restauration d'un fossile ?

11Gardant à l'esprit le principe des instances de Cesare Brandi, notre démarche a d'abord été celle d'une réflexion sur les angles d'approche à développer afin de cerner, de la façon la plus pertinente et complète possible, la nature de la pièce et par là même, tous ses intérêts à préserver.

12Les fossiles étant situés en dehors du domaine artistique, les instances « historique » et surtout « esthétique » telles que les a définies C. Brandi pour les œuvres d'art, ne pouvaient pas s'appliquer directement à notre cas. Sans les écarter d'emblée, nous avons cherché à voir dans quelle mesure elles pouvaient être utilisées et complétées par de nouvelles catégories, telles que les dimensions scientifique, utilitaire, technique ... C'est ainsi que notre travail a été orienté par quatre grands axes, aussi bien lors des recherches bibliographiques que dans la mise en pratique lors des propositions de traitement : axes que nous appelleront ici dimensions « scientifique », « utilitaire », « historique », « esthétique » et « patrimoniale ».

Les dimensions scientifique et utilitaire

13La dimension scientifique d'un fossile est induite par la définition de sa nature : chaque fossile est considéré en premier lieu comme un outil de recherche, en tant que témoignage d'un spécimen vivant ancien unique (disparu ou non) que des processus complexes de fossilisation ont transformé et préservé. Et pour cette raison, les fossiles sont recherchés, étudiés (observés, analysés, reproduits, etc.) et stockés. Ils sont l'outil scientifique principal du paléontologue, et complémentaire dans des disciplines voisines telles que la géologie ou les sciences du vivant.

14Dans le cas du fossile d'ichthyosaure de Lyon I, ce point est apparu particulièrement important en raison d'un contexte de conservation au sein d'une collection universitaire, donc adressée en priorité à un public de chercheurs. D'une façon générale et indépendamment de ces grandes dimensions (240 x 65 cm), ce fossile est à considérer comme « en usage », allant être manipulé et étudié. Cet aspect s'est retrouvé renforcé par la demande de moulage exprimée par Abel Prieur, demande à but scientifique.  

  • 5 Au sens de lisibilité de la signification de l'œuvre, de ses remaniements, de son histoire, des in (...)

15D'un point de vue pratique, ces considérations ont conduit à une réflexion sur la lisibilité de l'information scientifique (à l'instar de la question de la lisibilité d'une œuvre d'art5) puis sa transmission par un tirage. De là, deux constats se sont étroitement enchaînés :

  • d'une manière générale, les interventions successives subies par le fossile ont entraîné la constitution d'un état dans lequel la distinction des contours naturels (de la dalle et du squelette) et les ajouts ultérieurs est particulièrement difficile (auquel nous pouvons ajouter les empâtements liés au vernis, les décalages dans le remontage et l'encrassement général),

  • sur un tirage issu d'un moulage, les éventuels ajouts liés à la restauration doivent être facilement discernables des parties naturelles du fossile (celles qui intéressent le scientifique).

16Dans l'optique de retrouver, conserver, transmettre ou étudier une information scientifique juste, la question de la lisibilité nous apparaît primordiale.

17D'un point de vue plus théorique, la dimension scientifique de la pièce nous a fait nous poser plusieurs questions que nous résumerons en une interrogation générique sur la « qualité » du fossile. En effet, bien que chaque fossile soit unique par son mode de constitution, les spécimens peuvent être plus ou moins exceptionnels (par leurs dimensions, leur qualité de fossilisation, l'espèce à laquelle ils appartiennent, le nombre d'individu similaires connus, etc). Arriver à déterminer cette qualité nous a semblé important pour déterminer la portée du fossile en tant que pièce de collection, et nous permettre ainsi, selon le résultat, d'insister sur cet aspect ou sur des spécificités propre à l'individu.

  • 6 Sont ainsi désignées les parties non minéralisées ou faiblement indurées d'un organisme (tissus, f (...)

18L'étude des conditions de fossilisation des gisements de Holzmaden (considérées comme excellentes), puis celle de l'espèce des ichthyosaures nous ont permis de cerner la très grande qualité de ce spécimen, notamment conservé en complète connexion anatomique et possédant des traces de parties molles6 fossilisées, précieuses en terme d'information et de conservation.

La dimension historique

  • 7 Dégagement, nettoyage, collage, etc, englobés sous le terme de « préparation ».

19Au-delà de leur rôle utilitaire spécifique, une des richesses des fossiles, nous a-t-il semblé, est la multiplicité des approches historiques dont ils peuvent être le support et le témoignage. Mis en collection avec un parcours propre à chaque pièce, nécessitant des opérations techniques7 avant de pouvoir être étudiés, porteurs parfois de croyances (selon les cultures, la période ou les connaissances scientifiques), ou conservés pour des raisons purement esthétique ou d'apparente originalité, les fossiles sont aussi des « objets », à la fois anthropiques, témoignant de pratiques techniques variés et s'inscrivant dans une histoire des sciences naturelles et de l'avancée des connaissances scientifiques par le regard adopté au moment de leur préparation et du choix de leur présentation. Selon la pièce, ce sont donc autant de valeurs possibles auxquelles sera confronté le restaurateur.

20Dans nos recherches contextuelles propre au spécimen de notre diplôme, ces aspects se sont traduits  en différentes synthèses orientées sur :

21l'historique proprement dit de l'objet, avec la reconstitution de son parcours, depuis son gisement d'extraction (Holzmaden) jusqu'à sa mise en restauration, ce qui a permis de mettre au jour des informations plus globales sur des collections paléontologiques anciennes (Clermont-Ferrand, Lyon),

  • 8 Constitué par dépôts successifs, le schiste se délite naturellement et parallèlement aux feuillets (...)

22une approche technique avec les techniques d'extraction et de préparation développées depuis la fin du 19e siècle pour ce type de fossile (en plaque car en schiste8),

23les modalités de présentation de ce type de fossile au sein des collections (de la fin du 19e siècle à aujourd'hui), notamment celle du musée de Holzmaden.

24Ce dernier point, mêlant technique, histoire et muséographie, a été développé avec deux objectifs : tout d'abord, constituer un éventuel outil de datation et d'identification relatif (en l'absence de source historique sur la date et le lieu de préparation) ; ensuite, permettre une réflexion sur les choix de restauration récents des quelques précédents existants. Un des résultats supplémentaire de ce travail fut la mise en avant de la possible valeur esthétique des « objets » fossiles.

La dimension esthétique

25Notre point de départ vis-à-vis de l'« instance » esthétique comme angle d'approche d'une pièce paléontologique a été de ne pas établir de relation directe. Dans le cadre d'une collection universitaire, les fossiles ne sont pas définis prioritairement par cette dimension. L'étude des modes de présentation a cependant révélé que celles-ci n'étaient pas exemptes de considérations purement esthétiques.

  • 9 Que nous placerons dans une fourchette chronologique large «  fin du 19e siècle – première moitié (...)

26Les présentations anciennes9 des fossiles en plaque sont en effet caractérisées par le choix de donner à voir le spécimen comme un tableau. Préparé à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, c'est le cas du fossile étudié (cfr. Fig.1)

27Les fossiles sont présentés à la verticale et encadrés, mais surtout, ils sont préparés de façon à pouvoir être encadrés : la gangue naturelle de schiste conservée autour des squelettes est systématiquement complétée par du plâtre ou des pièces rapportées de schiste. L'ensemble est ensuite travaillé (polissage de la pierre, badigeons plus ou moins illusionnistes sur le plâtre dont la surface a été lissée …) de manière à former un fond volontairement uni gris et donner un contour rectangulaire à la dalle

Fig. 4. Stenopterygius quadriscissus. (Paris, MNHN, 1909-29)

Fig. 4. Stenopterygius quadriscissus. (Paris, MNHN, 1909-29)

© R. Bosseau, 2008

28De plus, ce fond évoque la nature morte, qui met en avant par le principe d'un fond uni le sujet de la peinture.

29Les spécimens peuvent aussi être vernis (afin de les mettre en valeur par des teintes plus soutenues et par la brillance obtenue), et peints plus ou moins largement. Dans notre cas, l'ensemble du fossile a été vernis avec une insistance sur le squelette, et plusieurs badigeons gris et noirs (correspondant à différentes interventions) ont eu pour vocation de dissimuler de façon plus ou moins illusionnistes les zones ocre jaune du schiste et les bouchages de plâtre, toujours dans l'optique d'un fond gris.

30Les vis traversant la dalle des fossiles et permettant généralement leur maintien à un système de présentation vertical sont aussi systématiquement dissimulées selon les mêmes techniques.  

31Enfin, dans le cas de certains fossiles préparés à Holzmaden par Bernhard Hauff (1866-1950), inventeur officiel du site, une signature datée pouvait être gravée sur la face visible du spécimen, telle une signature d'artiste.

32Les présentations plus récentes montrent des fossiles affranchis de l'usage d'un cadre ou exposés dans un état naturel, « archéologique » : les contours irréguliers de la dalle sont laissés apparents et l'aspect de surface de la pierre apparaît brut.

Fig. 5. Steneosaurus (Mystriosaurus) bollensis Cuv. (Holzmaden, Urwelt-Museum Hauff, s. n.)

Fig. 5. Steneosaurus (Mystriosaurus) bollensis Cuv. (Holzmaden, Urwelt-Museum Hauff, s. n.)

© R. Bosseau, 2008

  • 10 Les fossiles ont en effet la particularité de posséder une présentation indissociable de leur prép (...)

33Mais dans certains cas d'extractions récentes, lorsque le spécimen est monolithe, la préparation10 reprend le principe d'un fond uni gris, travaillé volontairement selon des critères esthétiques (surface finement polie, absence de fissures et de toute irrégularité, affranchissement en une dalle rectangulaire …). Certains spécimens dont la dalle est particulièrement altérée sont aussi détourés et extraits de leur gangue de schiste, pour être réintégrés dans une dalle en bon état et dont le potentiel esthétique est également plus grand.

Fig. 6. Pelagosaurus typus Br. (Holzmaden, Urwelt-Museum Hauff, s. n.)

Fig. 6. Pelagosaurus typus Br. (Holzmaden, Urwelt-Museum Hauff, s. n.)

© R. Bosseau, 2008

34 Ainsi, la valeur esthétique peut constituer une véritable entrée à considérer lors d'une  restauration.

La dimension patrimoniale

  • 11 Sigle anglais pour « Confédération Européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs ». (...)

35Les fossiles sont aujourd'hui classés parmi les « biens culturels » à préserver, en tant que « patrimoine naturel » et « universel », selon les définitions établies par la Convention pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel adoptée par l’UNESCO en 1972, puis par le code éthique d’E.C.C.O11 dans sa version de 2004. Les biens culturels sont les « objets auxquels une société attribue une valeur artistique, historique, documentaire, esthétique, scientifique ou religieuse particulière » et qui « constituent un patrimoine matériel et culturel pour les générations à venir ».

36Leur conservation ou leur restauration procèdent donc des devoirs déontologiques de la conservation-restauration, tels que la réversibilité, la stabilité et l'inertie des matériaux employés, ainsi que la lisibilité des interventions et une réflexion systématique sur le niveau d'intervention par  la considération des différentes dimensions de l'objet dans le choix du traitement.

Propositions de traitement

37Au regard de toutes les remarques émises précédemment et de la prise en compte de l’opération de moulage, trois propositions ont été faites. Dans les trois cas, l'état de conservation des matériaux à mouler doit être bon, c’est-à-dire stable d’un point de vue physique et chimique, et l'ensemble doit  être manipulable sans risque de dommages.

38En accord avec les principes déontologiques de la profession de conservateur-restaurateur, la première proposition fut celle d'une intervention minimale, qui considère sur un pied d’égalité toutes les dimensions du fossile (témoignage historique, outil scientifique, dimension esthétique ...), impliquant dans la mesure du possible la préservation de tous les constituants qui nous sont parvenus (plâtre, badigeons, vis, cadres, restitutions anciennes …) et leur stabilisation par des interventions de consolidation, de refixage et de nettoyage.

39Il est apparu toutefois difficile de retenir cette option car elle ne supprime pas les causes des problèmes de conservation et complique l’opération de moulage par une hétérogénéité des matériaux à protéger. Enfin, le manque de lisibilité scientifique demeure, et sera reproduit par le moulage.

40Le second choix envisagé a été basé sur la mise en avant de l’intérêt historique avec un retour à l’état de préparation le plus ancien, c’est-à-dire à l’aspect original du fossile en tant qu’objet. En terme de conservation, ce choix amène à éliminer une partie des ajouts. Les facteurs de dégradation ne sont donc que partiellement supprimés. Et l’état le plus ancien peut se révéler plus ou moins bien conservé, ou difficile à documenter à l'issue d'une étude stratigraphique.

41C'est pourquoi la proposition retenue fut celle d'un traitement plus interventionniste, permettant de rétablir de bonnes conditions de conservation, et orienté en priorité vers la valorisation de l’information scientifique. Une présentation nouvelle, plaçant le fossile sur un fond rectangulaire adapté à ses dimensions et destiné à mettre en valeur l'aspect naturel du fossile (avec ses altérations caractéristiques visibles et une surface mise à nue), est proposée et doit faciliter l'opération de moulage.

Fig. 7. Proposition de présentation

Fig. 7. Proposition de présentation

© R. Bosseau, 2008

42Pour des raisons de conservation toutefois, nous accompagnons également notre proposition d'un rappel des risques que peut représenter un moulage au silicone, notamment par la pénétration irréversible d'huile de silicone dans les matériaux.

Les interventions

43Nos interventions ont d'abord consisté en un démontage complet, puis au dégagement du fossile de tous les ajouts (vernis, badigeons, plâtre, mastics, vis, cadres, fond …) par voie chimique (solvants organiques uniquement, sans eau, en raison de la pyrite) et mécanique.

  • 12  En raison du risque d'assombrissement du schiste et de sa sensibilité aux imprégnations (risque (...)

44Afin de rétablir de meilleures conditions de conservation du schiste, les zones altérées ont été consolidées à l'aide d'un silicate d'éthyle (Rhodorsil RC 70®). Cependant, devant les difficultés rencontrées aux cours des tests réalisés pour la sélection d'un produit et d'une méthode de consolidation12, l'absence d'intervention a été momentanément envisagée, avec pour conséquence directe de formuler un argument supplémentaire important pour ne pas mouler un fossile trop fragilisé.

45La structure a ensuite été conçue de façon à réutiliser les percements anciens du fossile et surtout, de limiter les collages au regroupement de certains fragments entre eux (selon le principe déontologique d'intervention minimale). Pour cela, des systèmes de fixation mécanique réglables en métal ont été réalisés afin de permettre un remontage directement à la verticale, le réglage précis de la position des fragments puis leur maintien définitif. Pour le fond, nous avons sélectionné un panneau nid d'abeille époxy/aluminium, permettant d'allier des qualités de grande résistance mécanique avec un poids léger. La teinte donnée à la structure a été déterminée de manière à être proche mais distincte de celle du  schiste.  

46À l'issue du remontage et afin de satisfaire à la demande de moulage, un matériau de bouchage a été sélectionné pour combler les contre-dépouilles formées par les écarts entre les fragments non jointifs. Cependant, à la vue de l'aspect final obtenu, jugé très satisfaisant, et des risques importants induits pour le fossile par un moulage, ce dernier a été finalement écarté par Abel Prieur.  

Conclusion

47La restauration du fossile d'ichthyosaure de la collection de Lyon I a ainsi permis de retrouver une partie inaccessible de l'intérêt scientifique de la pièce (par la remise au jour d'informations précieuses pour le paléontologue telles que les traces de parties molles fossilisées notamment, ou l'aspect des matériaux ...), et d'en améliorer les conditions de conservation.

48Elle a aussi été l'occasion d'entreprendre une large réflexion sur les termes en lesquels peut être pensée une pièce paléontologique en matière de restauration.

49Il ressort de ce questionnement que le matériel paléontologique se définit tout d'abord par sa dimension scientifique, dans une acceptation qu'il convient de définir précisément pour chaque pièce selon son contexte de conservation, son « utilisation » pratique, sa qualité, son état de conservation, etc. Mais cette dimension n'est pas la seule et n'est pas incompatible avec les valeurs de référence utilisées dans des domaines plus développés car plus anciens de la conservation-restauration (dimension historique et esthétique, impératifs liés à la conservation et à des considérations patrimoniales).  

50Cette richesse des approches des objets fossiles se traduit par une multiplicité possible des propositions de restauration, selon la finalité recherchée, les limites techniques et la dimension mise préférentiellement en avant (historique, scientifique, utilitaire, conservation …). La responsabilité du restaurateur réside alors dans cette vision multiple de la pièce dont il doit être l'inventeur et la voix.

51Dans le cas d'une pièce à dimension utilitaire, elle peut également passer par une sensibilisation du public scientifique à la conservation de son outil de travail au quotidien (port de gants lors des manipulations, matériaux utilisés pour le stockage, conditions de conservation générale …).

52Notre responsabilité s'exprime enfin par le questionnement de la signification de nos interventions face à des contextes nouveaux. Dans le cas d'un fossile, ce que l'on désigne traditionnellement comme une altération du matériau pierreux, est ici une des informations scientifiques de l'objet (dans le cas du schiste, l'altération de la pyrite est une transformation naturelle géologique caractéristique). Les fossiles font aussi l'objet de prélèvements pour analyse géologique. Ces appréciations offrent alors un champ nouveau de questions sur l'impact d'une consolidation des matériaux par exemple.

Top of page

Notes

1 Afin de lui donner un contour géométrique rectangulaire.

2 Ce processus est naturel et basé sur l'oxydation de la pyrite, qui à travers plusieurs réactions chimiques, se transforme en acides (essentiellement sulfurique, sous forme de gaz) et en gypse (parfois, accompagné d'autres minéraux).

3 Certainement lié au vieillissement du nitrate de cellulose qui entre dans sa composition.

4 De type alcool de polyvinyle. Le fossile a été moulé au silicone au cours des années 1970.

5 Au sens de lisibilité de la signification de l'œuvre, de ses remaniements, de son histoire, des interventions de restauration, etc. selon les réflexions menées par C. Brandi.

6 Sont ainsi désignées les parties non minéralisées ou faiblement indurées d'un organisme (tissus, fluides, cartilage, matières protéiniques variées …).

7 Dégagement, nettoyage, collage, etc, englobés sous le terme de « préparation ».

8 Constitué par dépôts successifs, le schiste se délite naturellement et parallèlement aux feuillets qui le composent.

9 Que nous placerons dans une fourchette chronologique large «  fin du 19e siècle – première moitié du 20e  siècle ».

10 Les fossiles ont en effet la particularité de posséder une présentation indissociable de leur préparation : la première est matériellement déterminée lors de la seconde.

11 Sigle anglais pour « Confédération Européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs ». E.C.C.O. réunit toutes les organisations européennes vouées à la définition, au développement et à la reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur et de sa déontologie.

12  En raison du risque d'assombrissement du schiste et de sa sensibilité aux imprégnations (risque de dilatation des feuillets qui le constituent).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Le fossile FSL 532 351 avant restauration
Credits © R. Bosseau, 2008.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-1.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Fig. 2. Relevé des fractures et des fissures
Credits © R. Bosseau, 2008
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-2.jpg
File image/jpeg, 28k
Title  Fig. 3. Détail d'une zone de schiste altéré
Credits © R. Bosseau, 2008
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-3.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig. 4. Stenopterygius quadriscissus. (Paris, MNHN, 1909-29)
Credits © R. Bosseau, 2008
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-4.png
File image/png, 154k
Title Fig. 5. Steneosaurus (Mystriosaurus) bollensis Cuv. (Holzmaden, Urwelt-Museum Hauff, s. n.)
Credits © R. Bosseau, 2008
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-5.png
File image/png, 145k
Title Fig. 6. Pelagosaurus typus Br. (Holzmaden, Urwelt-Museum Hauff, s. n.)
Credits © R. Bosseau, 2008
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-6.png
File image/png, 150k
Title Fig. 7. Proposition de présentation
Credits © R. Bosseau, 2008
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1249/img-7.png
File image/png, 70k
Top of page

References

Electronic reference

Romanella Bosseau, « Réflexions sur la restauration du patrimoine paléontologique à travers  la réhabilitation scientifique d'un fossile d'ichthyosaure », CeROArt [Online], 4 | 2009, Online since 10 October 2009, connection on 20 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1249

Top of page

About the author

Romanella Bosseau

Diplômée en mai 2009 en conservation-restauration des œuvres sculptées de l'École des beaux-arts de Tours. Auparavant, a mené des études en Histoire (DEUG Histoire mention archéologie et histoire de l'art) puis en archéologie (titulaire d'un DEA).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org