Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

M.Buyle, Le mythe du retour à l’origine. Le conservateur face à l’authenticité et l’interprétation

Bruxelles, Vlaams Instituut voor het onroerend Erfgoed, 2008
Référence(s) :

De mythe van de retour à l’origine. Authenticiteit en interpretatie in de conservatie-restauratie. Le Mythe du retour à l’origine. Le conservateur face à l’authenticité et l’interprétation. Postprints des journées d’étude internationales APROA-BRK, 4, édité par Marjan Buyle, Bruxelles, Vlaams Instituut voor het onroerend Erfgoed, 2008.

Texte intégral

1Bel ouvrage que vient de publier l’Association professionnelle des Restaurateurs d’Oeuvres d’Art, APROA-BRK (ce second acronyme pour l’intitulé en langue flamande, soit Beroepsvereniging voor conservators-restaurateurs van kunstvoorwerpen): il s’agit en fait des postprints des quatrièmes journées d’étude qui se sont tenues à Bruxelles,  les 22 et 23 novembre 2007.

2Celles-ci ont rassemblé un public nombreux et attentif, à l’écoute des orateurs venus de France (Segolène Bergeon, Matei Lazarescu, Jean Perfettini et Elena Duprez), des Pays-Bas (Anne van Grevenstein, Paul Leblanc), de Grande Bretagne (Elisabeth Hirst, Cathrien Van Hak) et bien sûr de Belgique. Les communications, en français, néérlandais et anglais étaient traduites simultanément pour les auditeurs.

3L’ouvrage présente l’essentiel des communications en alternant auteurs francophones et néérlandophones en un subtil dosage. Celui-ci a par ailleurs conduit à traduire la communication d’Anne van Grevenstein, qui avec beaucoup de tact avait choisi, pour ménager les susceptibilités linguisitiques, de présenter son texte en anglais: il est présenté ici dans la langue de Vondel, tandis que la communication d’Elisabeth Hirst, Karen Morrissey, Alison Aynesworth a conservé sa langue originale, à savoir l’anglais. Bref, avec un clin d’oeil, nous saluerons la performance éditoriale qui satisfait la chèvre et le chou, donne un résumé bilingue des textes, les nantit d’une très belle iconographie et témoigne de plus de richesses que de confusion, même si la lecture n’est certes pas facilitée par l’alternance des langues. Le Belge s’y retrouvera, mais quid du lecteur international?

4Quand au contenu, il se présente comme une variation sur le mythe -irréalisable- du retour à l’oeuvre d’art originelle, auquel introduit Marjan Buyle. La communication inaugurale de Ségolène Bergeon revient sur la notion d’état original  et sur la notion complexe de patine. Elle souligne l’insuffisance de la stricte conservation dans la tâche de transmission patrimoniale, et les exigences de la compréhension qui débouchent parfois sur de nécessaires interventions esthétiques. Surtout, au travers de définitions concises, elle clarifie nombre de notions dont celles de reconstruction ou de réfection. A sa suite, Marjan Buyle propose un “badinage” autour des notions d’authenticité, d’interprétation, de restauration et de reconstruction, abondament illustrées par des exemples.

5En terme d’études de cas, Marianne Decroly et Muriel Prieur nous présentent leur recherche en vue de la reconstitution de la polychromie originale de l’église Saint-Pierre de Melreux, Aletta Rambaud s’attache à la problématique particulière des vitraux. Claire Fontaine de son côté pose la question de “L’idéal perdu” en matière de sgraffites, et plus particulièrement au travers de l’exemple concret de l’hôtel Ciamberlani, de Paul Hankar. La sensitométrie, les techniques employées, notamment pour approcher les couleurs à partir des clichés noir et blanc, l’usage de chambre noire numérique sont quelques uns des éléments qui ont permis une restitution spectaculaire et particulièrement réussie de l’ensemble.

6Cathrien Van Hak s’intéresse à la notion d’authenticité ou de fausse recréation dans les “musées de l’habitat”, un peu partout en Europe, tandis que Dominique Driesmans pose la question des limites de la conservation-restauration des décors architecturaux en céramique. Toujours dans le domaine de la restauration des intérieurs (qui se sera taillé la part du lion lors de ce colloque), Anne van Grevenstein présente la reconstruction de la décoration originale du Rijksmuseum d’Amsterdam, dont les avatars fournissent un bel exemple de l’évolution du goût et des conceptions de la conservation-restauration. Dans la même veine, Eléna Duprez et Jean Perfettini exposent la restauration des boiseries du salon des Fables de l’hôtel Dangé, conservées au Musée des Arts décoratifs de Paris. Paul Leblanc s’attache quant à lui à l’idée trompeuse d’un “éclat ancien”, en ce qui concerne les peintures médiévales aux Pays Bas, sujet qu’aborde également Matei Lazarescu, en interrogeant les techniques de conservation-restauration les mieux appropriées dans le cas d’un château, d’une cathédrale, d’une église.

7Nathalie Cleeren aborde quant à elle l’authenticité contextuelle d’un objet archéologique, et souligne l’aspect évolutif de la valeur et de la signification de celui-ci. Elisabeth Hirst, Karen Morrissey, Alison Aynesworth exposent leurs recherches sur les peintures de la tour d’horloge du chateau de Cardiff, et leur entreprise de restitution des polychromies du XIXe siècle. Enfin, Georges Dewispelaere et Françoise van Hauwaert s’interrogent sur l’authenticité et l’interprétation dans le cas d’objets ethnographiques, tandis que Ria Fabri et Herman van den Bossche posent la question de l’évocation historique du jardin de Balthasar Moretus sous forme virtuelle ou matérielle.

8La publication prolonge un colloque d’une grande richesse, parfois hétérogène mais d’une belle tenue. Elle donne l’image en quelque sorte caléidoscopique d’une conservation-restauration en pleine mutation, et qui admet désormais sans réserve le concours de la réflexion théorique pour éclairer et justifier les options des interventions pratiques, toutes disciplines confondues.

9M.V.B.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« M.Buyle, Le mythe du retour à l’origine. Le conservateur face à l’authenticité et l’interprétation », CeROArt [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 31 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1206

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org