Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Cesare BRANDI (1906-1988). Sa pensée et l'évolution des pratiques de restauration

Actes du colloque Université Libre de Bruxelles, 25 octobre 2007
Bibliographical reference

Cesare BRANDI (1906-1988). Sa pensée et l'évolution des pratiques de restauration, Actes du colloque Université Libre de Bruxelles, 25 octobre 2007, édités par N. Gesché-Koning et C. Périer-D'Ieteren, Série spéciale des Annales d'Histoire de l'Art et d'Archéologie de l'ULB, Cahier d’études X, ULB, 2008, 182 p.

Full text

1L’ouvrage reprend les Actes du colloque tenu à l'Université Libre de Bruxelles le 25 octobre 2007 dans le cadre du programme européen "Cesare Brandi : sa pensée et le débat en Europe au XXIe siècle" organisé autour du centenaire de la naissance de cette figure emblématique de la restauration et de l'histoire de l'art.

2Les communications portent sur différents types de patrimoine : archéologie, architecture, art contemporain, céramique, ethnographie, peinture, sculpture, vitrail, ceci afin d'apprécier l'actualité et la validité des démarches méthodologiques du théoricien italien dans plusieurs domaines d'expression artistique.

3A retenir tout particulièrement les textes de Paul Philippot et de Guiseppe Basile, ainsi que l’hommage appuyé que le second rend au premier : Paul Philippot demeure en effet, incontestablement, le vulgarisateur de la pensée de Brandi en langue française. Rappelons que la traduction intégrale de la Teoria ne remonte qu’au début de ce siècle.
Très riche également, l’exposé de Marie Berducou qui ose montrer les limites de la pensées brandienne appliquée à un patrimoine ethnographique, archéologique, industriel et technique. Elle propose ainsi une reformulation intelligente des axiomes du maître, qui permet d’ouvrir à des perspectives élargies.

4Jean Barthelemy s’intéresse à la notion d’authenticité en architecture, tandis que Françoise Rosier et Hélène Dubois se penchent sur les peintures. La première s’arrête notamment au support, que la distinction brandienne entre structure et aspect a contribué à valoriser; la seconde remonte de l’étude matérielle des peintures de chevalet à l’interprétation des concepts issus de la Theoria.

5Myriam Serck pose ensuite des questions sur les restitutions formelles et picturales en sculpture. Si l’œuvre tridimensionnelle présente de grandes pertes ou lacunes formelles, elle perd de son unité organique. L’oeuvre peut en outre y perdre sa signification, sa lisibilité ou son aspect esthétique. En revanche et contrairement aux œuvres picturales, les lacunes de surface, des couches de finition et de la polychromie ne sont pas « destructrices » de l’image. L’intervention peut dès lors être moindre. Suivent des exemples bien connus, empruntés à la sculpture antique (Temple d’Egine, Faune Barberini…), à la sculpture médiévale (Sedes de Walcourt, comparée à Il Volto Santo à Lucques), enfin, à la sculpture baroque et notamment au traitement de la statuaire de Jean Delcour. On regrettera que l’éditeur n’ait eu le loisir de présenter une iconographie de cette dernière, ce qui eut étoffé l’exposé sur ce point d’autant plus intéressant que l’IRPA venait de traiter 14 œuvres en vue d’une rétrospective à Liège.

6Remarquable de clarté et de concision, le texte d’Yvette Vanden Bemden porte sur la conservation des vitraux et montre la spécificité de ces œuvres, souvent transformées et remplacées au cours des siècles. Elle met également en évidence les conflits esthétiques qui peuvent voir le jour entre spécialistes du vitrail et architectes, lorsque la conservation impose des mesures parfois drastiques.

7Le public du colloque et le lecteur des actes se sont montrés dubitatifs néanmoins quand au caractère « exemplaire » de certaines restaurations de céramiques, sensées illustrer les théories de Brandi. Ainsi, la reconstitution du Vase planétaire d’origine gallo-romaine reconstitué malgré son état extrêmement lacunaire, selon la forme qui lui avait été infligée voici quelques décennies, peut difficilement se revendiquer de la valeur esthétique et encore moins historique.–sauf à préciser qu’il a une valeur historique relativement à certaines pratiques, en passe d’être obsolètes, de la restauration. Le lecteur en jugera (fig.2 du livre, et non comme erronément noté dans la légende d’illustration, fig.3), et aussi le visiteur du Musée Curtius auquel « l’œuvre » est présentée sans cartel explicatif de son état actuel.

8Un compte rendu de la table ronde pluridisciplinaire et un 'Glossaire' en français des termes les plus utilisés par Brandi dans les domaines de la philosophie et de la pratique de la restauration clôturent la publication. Les panneaux de l'exposition itinérante consacrée à la Vie de Brandi et à ses publications, conçus par les responsables italiens du programme, sont présentés in extenso. L'Institut royal du Patrimoine artistique y a ajouté deux panneaux révélant le rôle joué par Brandi en 1950, dans le choix des interventions de restauration sur l'Agneau mystique de Jan van Eyck.

9L'ensemble constitue un ouvrage qui permet de mieux comprendre les implications pratiques de la pensée de Brandi et donne quelques pistes  d’application dans le contexte élargi de la conservation restauration du patrimoine.

10M.V.B.

Top of page

References

Electronic reference

« Cesare BRANDI (1906-1988). Sa pensée et l'évolution des pratiques de restauration  », CeROArt [Online], 3 | 2009, Online since 22 April 2009, connection on 26 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1202

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org