Navigation – Plan du site

Editorial

Muriel Verbeeck-Boutin

Texte intégral

Version française

1Il ne saurait y avoir de vérité première. Il n’y a que des erreurs premières. Qu’un des pères fondateurs de l’épistémologie, Gaston Bachelard, énonce le rôle prioritaire de l’erreur par rapport à la vérité scientifique est de nature, semble-t-il, à décomplexer un débat. Si nous avons choisi d’aborder dans notre dossier ce thème un brin provocateur et résolument anticonformiste, c’est parce que nous sommes convaincus que la conservation-restauration est entrée, avec le siècle, dans une nouvelle ère: celle où l’erreur n’est plus nécessairement une faute, mais devient une occasion d’apprentissage. Encore n’est-ce possible qu’à certaines conditions: il importe de définir lesquelles.

2La première consiste en un passage du métier de la restauration en une discipline de la restauration. Dans l’exercice d’un métier, défini comme habileté technique conférée par l’expérience, l’erreur fait figure de “ratage” dans le déroulement d’un processus mal maîtrisé. Dans l’exercice d’une discipline qui est prioritairement liée à la connaissance, l’erreur est d’abord intellectuelle et a quelques chances de rester à ce stade. Du moins, précisons-le, si la méthodologie est respectée: celle-ci tend en effet à l’objectivation de la pratique par un relevé systématique de l’état, l’énoncé de la problématique et celui des modes opératoires avant l’action. L’erreur qui n’a pas eu de conséquences matérielles est moins stigmatisée, mais surtout, le processus qui a pu y conduire est remis en question.

3La deuxième condition est le passage de l’exercice individuel d’un talent parfois garanti par le secret d’une technique, à une pratique ouverte, relevant de plus en plus d’une collaboration entre acteurs d’une même équipe. Dans ce contexte s’instaure un nécessaire partage des connaissances et des expériences. Plusieurs se trouvant impliqués, plusieurs jouent le rôle de garde-fou. En cas d’erreur, la responsabilité se trouve répartie et l’équipe est davantage portée à l’analyser de façon positive, en l’utilisant comme symptomatique d’un dysfonctionnement au sein d’un groupe.

4La troisième condition de la mélioration de l’erreur  relève de l’emploi d’un même langage, donc d’une précision des termes –tant au niveau du vocabulaire que des concepts. Il faudra distinguer dès lors les notions d’erreur invincible, d’erreur vincible, enfin de faute et de faux, et s’accorder sur leur usage. Nous nous attellerons à cette tâche dans notre introduction mais elle exigerait pour s’affiner une discussion plus approfondie. Car il importe, bien sûr, que nulle faute ne se cache sous l’alibi d’une erreur, pour fuir responsabilité et réparation.

5Peur du jugement, même moral, et peur des conséquences ont de sinistres incidences comme, par exemple, la réitération d’erreurs qui auraient pu être évitées si elles avaient été avérées et étudiées. Il faut donc à tout prix favoriser leur manifestation qui permet de prévenir autant que guérir. Les enseignements de la restauration ont ici un rôle important à jouer. Eux seuls peuvent pour les nouvelles générations de restaurateurs accentuer l’aspect de discipline (au sens de connaissance, quête intellectuelle, recherche scientifique), instiguer des démarches de collaboration et d’échanges, enfin et surtout, susciter chez le futur restaurateur le sentiment de la responsabilité vis à vis de l’oeuvre, bien sûr, mais aussi envers la restauration conçue comme métier et branche de savoir, et appelée en tant que telle à évoluer.

6Plus précisément, il faut valider la recherche scientifique dans le cadre des formations de restaurateurs, y compris au sein des écoles artistiques. Le processus est en cours, notamment dans la foulée de la réforme de Bologne. En Belgique un master à finalité approfondie permet désormais à l’étudiant de se confronter aux exigences de la recherche universitaire, avant d’entamer un doctorat en restauration codirigé par l’université et l’école artistique. Bien sûr, il faut là aussi dépasser les craintes, celles de la perte d’un “métier”, habileté technique, au profit d’une approche désormais plus théorique. Faisons confiance pourtant aux restaurateurs qui ont un pied dans chacun des deux mondes pour définir un équilibre entre savoir et savoir-faire, faisons confiance à ceux que la restauration passionne, simplement, et qui vont trouver les moyens d’assouvir leur curiosité de comprendre pour mieux entreprendre leur tâche.

  • 1  Augustin d’Hippone, Sermons (164, 14) : « Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in (...)

7CeROArt est heureuse de contribuer à cette évolution en offrant à de jeunes restaurateurs l’occasion d’une première publication, encadrée par un comité scientifique de haute tenue. Il n’existait pas avant elle d’espace réservé à ces nouveaux chercheurs qui se perçoivent trop souvent encore comme les produits hybrides d’un enseignement écartelé entre art et savoir, pratique et théorie. Nous sommes conscients de la difficulté inhérente à tous les premiers pas mais demeurons convaincus que, parce que la communication et l’échange demeurent les meilleurs garde-fous contre la témérité, un dialogue constructif doit s’établir sous une forme à la fois respectueuse des spécificités de la restauration  et usuelle à la communication scientifique. Affirmons-le donc haut et fort, en préparant dès à présent le prochain numéro de CeROArt consacré aux Dilemmes de la conservation-restauration : Perseverare (non semper) diabolicum est1.

8Nous saisissons enfin l’occasion de remercier une fois encore les membres du comité scientifique qui consacrent un peu de leur temps et beaucoup de leurs compétences à cette initiative éditoriale. Elle ne serait pas possible sans le soutien financier et logistique de nos partenaires internationaux, le CICRP (Marseille) et le SRAL (Maastricht), rejoints aujourd’hui par l’Ecole Supérieure des Arts  Saint-Luc de Liège. Cette adhésion effective au projet témoigne du souffle nouveau qui parcourt aujourd’hui les Ecoles d’Arts qui, en Belgique, en France et partout en Europe, esquissent des pistes de collaboration avec le monde universitaire et, dans le cas de la restauration, avec la recherche scientifique de pointe.


***************

English version

9There is no original truth, only original error. That one of the founding fathers of epistemology, Gaston Bachelard, defined the priority role of error with regard to scientific truth seems to open up and give new impetus to the debate. If we have chosen to deal with this slightly provocative and resolutely anti-conformist topic in our special report, it is because we are convinced that, with the new century, conservation-restoration has entered a new era: one where errors are not necessarily a mistake but an opportunity to learn. However, this is only possible under certain conditions: it is necessary to define which.

10The first consists of moving from a profession of restoration to a discipline of restoration. When practising a profession, defined as a technical skill gained through experience, an error is a “failure” in the execution of a poorly-controlled procedure. When practising a discipline, which, as a priority, is related to knowledge, an error is, first of all, intellectual and has a chance of remaining as such. At least, it should be emphasised, this is the case if the methodology is observed: this aims to objectivise the practice through a systematic review of the condition and the assessment of the problem and of the operational methods to be deployed prior to action. An error which has not had any tangible effect is less stigmatised, and, above all, the procedure which may have led to it is, subsequently, put into question.

11The second condition involves moving from a personal exercise requiring a talent sometimes guaranteed by secret knowledge of a technique, to an open practice increasingly involving cooperation between players from the same team. In this context, a need to share knowledge and experience is established. Several people find themselves involved. Several people play the role of safeguard. In the event of an error, responsibility is divided and the team is more inclined to approach it positively, taking it as a sign of a dysfunction within the group.  

12The third condition for the melioration of error involves using the same language, therefore requiring precision in the terms employed – as much on the level of the vocabulary as the concepts. It is necessary to distinguish the notions of invincible error, vincible error, fault and falsehood and to agree on their use. We will focus on this task in our introduction, but it will require more in-depth discussion in order to be refined. Of course, it is important that no fault hides behind the pretext of an error in order to avoid responsibility and reparation.  

13Fear of being judged, even on a moral level, and fear of the consequences have serious effects such as, for example, a repeat of errors which could have been avoided if they had been admitted and researched. Therefore, it is necessary, at all costs, to encourage that they be revealed, which helps just as much to prevent them as to cure them. Restoration teaching has an important role to play here. On its own, it may emphasise for new generations of restorers, the aspect of discipline (in the sense of knowledge, intellectual questioning, scientific research), incite collaboration and exchanges and, above all, encourage among future restorers a feeling of responsibility with regard to the work itself, as well as with regard to restoration, designed to be a profession and a branch of knowledge and, as such, called upon to evolve.

14More precisely, it is necessary to validate scientific research within the framework of training courses for restorers, including at art schools. The process is already under way, in particular in the wake of the Bologna Reform. In Belgium, an in-depth Masters degree now enables students to understand the requirements of university research before undertaking a doctorate in restoration jointly managed by the University and the Art school. Of course, it is also necessary to overcome the fears, of losing a “profession”, a technical skill to an overly theoretical approach. Let us place our trust in restorers, who have a foot in both worlds, and let them define a balance between knowledge and know-how. Let us trust in those who, quite simply, are passionate about restoration and who are going to find the means to satisfy their curiosity for understanding in order to better complete their task.  

  • 2  Augustine of Hippo, Sermons (164, 14): “Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in er (...)

15CeROArt is happy to contribute to this evolution by offering young restorers an initial publication, supervised by a high-quality scientific committee. Until now, there has been no space reserved for these new researchers who, all too often, have seen themselves as hybrid products of teaching, torn between art and knowledge, practice and theory. We are aware of the inherent difficulty of taking the first steps, but we are convinced that, because communication and exchanges are the best safeguards against temerity, a constructive dialogue should be established in such a way as to be respectful to both the specific features of restoration and the commonplace aspects of scientific communication. Let us affirm loud and clear, with this current issue of CeROArt devoted to the Dilemmas of conservation-restoration: perseverare (non semper) diabolicum est.2

16Finally, we would like to take this opportunity, once again, to thank the members of the scientific committee who have devoted some of their time and a great deal of their skills to this editorial initiative. It would not have been possible without the financial and logistical support of our international partners, CICRP (Marseilles) and SRAL (Maastricht), as well as the Saint-Luc Higher School of Arts in Liège. This real support for the project is proof of the breath of fresh air which, today, is blowing through Art Schools, in Belgium, France and elsewhere in Europe, which are defining new methods of collaboration with the university world, and, in the case of restoration, with cutting-edge scientific research.  

Haut de page

Notes

1  Augustin d’Hippone, Sermons (164, 14) : « Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in errore manere » (littéralement : « Commettre des erreurs est le propre de l’humain, mais il est diabolique de persister dans l’erreur par orgueil »).

2  Augustine of Hippo, Sermons (164, 14): “Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in errore manere” (literally:  “To err is human, but to persist in error out of pride is diabolical”).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Verbeeck-Boutin, « Editorial », CeROArt [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 21 avril 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1180

Haut de page

Auteur

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'Ecole supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Elle y dispense les cours de déontologie,  théories de la restauration et iconographie. Elle enseigne également à l'Ecole supérieure d'Architecture de Wallonie, dans le cadre de la Formation européenne en restauration du patrimoine architectural.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org