Skip to navigation – Site map
Dossier

Eviter l’erreur : le choix de matériaux stables pour le stockage et l’exposition des collections muséales

Carole Goffard

Abstracts

The aim of this paper, without going into more technical or chemical detail, is to increase people in charge of presentation and conservation of museum collections awareness of harmful or polluting nature of some materials and products used for presentation and storage of collections, decoration, packing, etc. Damage caused by contact with an object or because of volatile compound emissions and preventive interventions are also briefly consider.

Top of page

Full text

L’environnement muséal

1Dans le domaine de la conservation préventive, on peut définir l’environnement muséal comme l’ensemble des éléments dont le contrôle permet de prévenir ou de ralentir la dégradation des biens culturels. Cet environnement comprend notamment des facteurs physicochimiques, tels que les polluants atmosphériques ou les émanations nocives ainsi que des éléments relatifs à la mise en réserve ou à l’exposition des biens culturels, comme l’emballage, les systèmes de rangement, les revêtements, les peintures ou encore les supports.

2Tous ces éléments nécessitent d’effectuer des choix judicieux concernant la qualité et la stabilité chimique des matériaux. Toutefois, ils doivent être replacés dans un contexte plus large où interviennent également le programme muséographique, la scénographie, les gestes de mise en exposition ou en réserve et les messages que doivent faire passer les objets auprès des visiteurs. Dès lors, une salle de musée apparaît comme une sorte d’ « écosystème » où tout – mobilier, éléments scénographiques, objets… – interagit et nécessite de trouver des compromis entre les fonctions de conservation et d’exposition. Ces compromis, selon les exigences de chacun ou s’ils sont guidés uniquement par des critères esthétiques ou financiers, peuvent amener les musées à faire des choix inappropriés et engendrer des erreurs en terme de conservation.

3L’usage erroné de matériaux et de produits « polluants » abordé dans cet article peut également s’expliquer par la méconnaissance de la problématique relative à la pollution dans les musées. En effet, malgré un intérêt croissant pour le concept de conservation préventive, les problèmes relatifs à la présence, dans l’environnement muséal, de substances dangereuses pour la conservation des collections restent encore largement méconnus des personnes en charge de collections mais aussi des personnes travaillant dans les institutions muséales. Si on a conscience que l’humidité, la température, la lumière ou encore la présence de champignons et d’insectes représentent une menace pour les objets exposés et conservés dans le musée, on a en revanche rarement conscience des polluants présents dans le musée, de leurs sources et de leurs effets1. Sujet complexe, manque de diffusion des informations, manque d’intérêt … à qui la faute ?

4Quoiqu’il en soit, tout espace muséal regorge d’un certain nombre de polluants ou plutôt de substances nocives présentes en concentrations suffisantes pour causer une certaine altération des objets. Les polluants qui nous intéressent dans ce contexte (acides2 , formaldéhyde3, chlore, ammoniac4, peroxydes 5ou additifs divers comme des plastifiants, des solvants et des antioxydants constitués de composés acides) sont émis directement à l’intérieur du musée et proviennent de divers matériaux et produits utilisés à des fins très variées dont la décoration, le nettoyage, l’aménagement d’une salle, la construction de vitrines, la présentation et le stockage des objets… Ces matériaux et produits qualifiés d’ « instables » sont particulièrement problématiques lorsqu’ils sont utilisés dans un environnement proche des objets, s’ils sont utilisés dans des endroits confinés (vitrines, caisse de rangement) permettant la concentration de polluants ou s’ils entrent en contact direct avec eux, situations inévitables dans de nombreux cas (supports, suspensions, emballages, etc.).

5Outre ces considérations, plusieurs autres facteurs doivent être envisagés.

6En premier lieu, il faut considérer la composition chimique des produits et la nature des matériaux constitutifs des objets. Il faut également s’interroger sur la sensibilité physique et chimique des objets (les polluants auxquels ils sont les plus sensibles, leur vitesse de dégradation…), la stabilité et l’âge des matériaux choisis (en règle générale, plus le matériau est âgé et moins il émettra de substances nocives) ainsi que les types et les concentrations de composés volatils émis.

7Dans un second temps, il faut envisager les facteurs environnementaux, c’est-à-dire relatifs à l’espace dans lequel se trouvent le matériau et l’objet. Il s’agit du degré de confinement de l’endroit, de la proximité de l’objet et du matériau, de la durée éventuelle du contact, des types de composés volatils présents, du taux d’échange d’air dans l’espace ainsi que des catalyseurs potentiels (humidité, température, lumière). Ces facteurs climatiques, s’ils présentent des taux inadaptés, peuvent augmenter considérablement la quantité des émanations. Or, il est prouvé qu’une brève exposition à des taux très élevés peut être autant si pas plus dommageable qu’une exposition à long terme mais à des taux très bas.

8Une fois ces facteurs examinés, il sera possible de déterminer les risques ainsi que les matériaux ou produits adéquats à l’emploi. S’il n’est pas impératif d’utiliser le matériau le plus stable, il faut absolument veiller à utiliser des matériaux compatibles avec les objets – c’est-à-dire coexistants avec les objets sans leur causer de dommage – et faire preuve de prudence face à l’utilisation courante de certains matériaux et produits (peintures, détergents, etc.). En effet, il est important de se rendre compte que ces derniers peuvent émettre des substances nocives (polluants) et sont, de ce fait, une source potentielle de dégradation pour les objets de musée. Ces dégradations prennent des aspects variables : corrosions diverses des métaux (efflorescence colorée, ternissure, rouille…), souillure et fêlure du verre, efflorescences à la surface des coquillages, des céramiques et de la pierre, décoloration des pigments et des textiles, jaunissement et fragilisation du papier, affaiblissement de la résistance des fibres textiles, viscosité et décomposition des plastiques dues à la dégradation chimique du matériau lui-même, pourriture et effritement du cuir. L’énumération rapide de ces principaux risques permet déjà de se rendre compte, à ce stade, de la dangerosité et de l’universalité de cette problématique puisque les matériaux mentionnés se retrouvent dans la plupart des musées.

Les matériaux problématiques

9Les matériaux et produits « instables » (bois, plastiques, colles, vernis, peintures, papier, tissus, produits d’entretien, additifs corrosifs et dans certaines conditions les métaux…)6 peuvent se révéler problématiques à différents niveaux. Dans certains cas, c’est le contact direct avec un objet qui va provoquer la migration de certains composants nocifs du matériau vers cet objet7. Dans d’autres cas, ce sont les émissions de composés volatils provenant des matériaux ou des produits utilisés qui vont attaquer les objets, même s’il n’y a aucun contact direct entre eux.

10Même si certaines informations reprises dans ce chapitre peuvent sembler banales au quotidien, des erreurs d’utilisation sont fréquentes dans les musées et peuvent devenir des fautes importantes de conservation.

Le bois

11Le bois est un des matériaux les plus communément utilisés dans les musées alors qu’il se révèle également un des plus nocifs pour les collections. En effet, de nombreuses structures fabriquées à partir de bois (vitrines, matériel de rangement, panneaux de présentation, supports, etc.) émettent une quantité importante d’aldéhydes (dont le formaldéhyde)8et d’acides organiques volatils, causant la majorité des altérations dues aux polluants. Le dégagement de ces substances est dû à l’hydrolyse9 de certains groupes chimiques présents dans la cellulose. La quantité ainsi que le type de polluants libérés varient toutefois en fonction de l’espèce boisée, de la partie de l’arbre employée (le cœur étant le plus acide), de la période où il a été coupé, de la durée et de la méthode de séchage. L’humidité contenue dans le bois a également un rôle majeur dans le dégagement d’acide. Le bois sec est donc plus approprié. Les concentrations sont particulièrement alarmantes dans les espaces réduits et isolés. En effet, le dégagement, même s’il peut s’atténuer dans des conditions favorables, reste variable en fonction des facteurs précités. Il ne s’arrête pas et les polluants peuvent s’accumuler intensivement.

12D’une façon générale, les feuillus sont plus acides que les conifères. Il faut fortement se méfier du chêne (pourtant un grand nombre de fournitures en sont constituées : armoires de rangement, tiroirs, vitrines, planchers, etc.), du châtaignier, du frêne, de l’orme blanc, du hêtre, du cèdre rouge occidental ainsi que du sapin de Douglas et du bouleau, ces deux dernières espèces étant considérées comme modérément acides.

13Le tableau qui suit reprend les principales espèces de feuillus et conifères avec leur pH 10 respectif. Cela permet de juger des espèces à privilégier ou éviter mais sans oublier que la capacité d’endommager les objets varie suivant les facteurs décrits précédemment.

pH de feuillus et connifères

Feuillus

pH

Conifères

pH

Chêne, européen et américain

Chêne blanc

Chêne rouge

Châtaignier

Teck

Acajou

Hêtre

Orme blanc

Erable

Bouleau européen

Noyer

Frêne

Peuplier

Peuplier noir

Cerisier

Frêne noir

Frêne blanc

Sycomore

Saule

3,3-3,9

3,5-5,5

3,3-5,7

2,6-3,65

4,5-4,9

2,75-6,65

3,3-6,05

3,6

3,6-5,87

4,3-5,7

3,2-5,8

3,55-5,3

4,65-5,8

4,2

3,5-4,5

3,7

4,5

4,1

4,4

Cèdre rouge occidental

Cèdre oriental

Sapin de Douglas

Sapin

Pin maritime

Mélèze blanc

Yellow pine

Pin blanc

Epicéa européen

Cyprès

Séquoia

2,9-4

3,5

3,1-4,4

3,4

3,8-4,5

3,6

4

3,4-5,4

4,8-5

3,9

3,6

Tableau tiré de : Hatchfield, Pamela, Pollutants in the Museum Environment - Practical Strategies for Problem Solving in Design, Exhibition and Storage, Getty Conservation Institute, Londres, 2002.

14Les produits finis à base de bois tels que le contreplaqué, l’aggloméré, le MDF, le carton dur… sont constitués de fibres de bois assemblées avec des colles ou des résines de type urée-formol qui dégagent, en plus des acides libérés par le bois, une grande quantité de composés volatils, principalement du formaldéhyde. C’est le cas du MDF traditionnel (panneaux de fibres à densité moyenne par opposition aux panneaux de fibres de bois durs) dont la colle d’urée-formaldéhyde représente jusqu’à 9 % du poids. Ce type de panneau dégage beaucoup plus de formaldéhyde que les panneaux de particules classiques et est, même à des taux très bas,11 considéré comme cancérigène pour l’homme. Le MDF est pourtant couramment utilisé dans les musées à cause de son aspect très compact et en raison de son prix très accessible. Il s’agit d’une des erreurs les plus courantes dans le choix d’un matériau et sans conteste d’une faute de la part des architectes.

15Si des structures de ce type sont en place dans le musée, des pare-vapeurs ou des revêtement protecteurs existent : des feuilles d’aluminium stratifiées collées sur les matériaux (polyéthylène / feuille d’aluminium / nylon ou polypropylène), des couches de peinture, de vernis (à choisir tous deux avec précaution suivant leur composition) ou de plastique (le polyéthylène) isolantes. Toutefois, si on a le choix ou si on veut renouveler le mobilier, des substituts en métal ou en verre sont préférables ainsi que du MDF « écologique » comme on en trouve actuellement sur le marché. Ce produit de bonne qualité est fabriqué sans addition de formaldéhyde et s’adapte de façon idéale aux armoires, vitrines, meubles, mobilier et moulures conçus pour des environnements sensibles tels que les musées. Malheureusement, il est beaucoup plus coûteux.

Les plastiques

16Les plastiques sont omniprésents dans les musées (toile acrylique utilisée dans les vitrines d’exposition, sacs, conteneurs ou films pour le stockage, papier peint, fournitures, décoration, etc.). Il faut savoir que certains polymères sont plus stables que d’autres et que certains ne conviennent pas pour être utilisés à proximité des objets. De ce fait, la première question à envisager face aux plastiques est leur tendance à libérer des composés chimiques dangereux comme des acides ou des plastifiants (additionnés aux plastiques afin de les rendre flexibles) pouvant migrer des plastiques et laisser les surfaces poisseuses.

17Sachant cela, les plastiques à privilégier pour une utilisation à long terme sont : le polyéthylène, le polypropylène, le polystyrène (plus stable que le polyéthylène et le propylène lorsqu’il est soumis à la chaleur ou à la lumière), le téflon, les acryliques et le nylon. Par contre ceux à éviter dans l’environnement proche des objets sont : l’acétate et le nitrate de cellulose, le polychlorure de vinyle ou PVC (dégagement important d’acide chlorhydrique et, s’il est plastifié, de plastifiants huileux), l’urée-formaldéhyde (libération de formaldéhyde, d’acide chlorhydrique, d’ammoniac), le caoutchouc vulcanisé et en général tous les plastiques chlorés ou plastifiés. La réutilisation des plastiques est également déconseillée car s’ils ont été exposés au préalable à des vapeurs toxiques qu’ils ont absorbées, ils peuvent les relâcher plus tard dans un autre endroit (c’est par exemple le cas du Plexiglas qui absorbe le dioxyde de soufre).

18Il ne faut pas non plus négliger le caractère corrosif de certains objets de collection constitués de plastique. Ceux-ci peuvent également émettre des substances polluantes ou présenter une mauvaise stabilité et donc une rapidité de détérioration très impressionnante. Stocker ou exposer des objets à proximité de plastiques peut devenir une faute de conservation.

Les métaux

19Les métaux sont assez couramment consacrés à la fabrication de rayons de stockage ou de mobilier de rangement et de présentation. Cette solution paraît assez propice puisque tous les métaux semblent convenir dans l’environnement des objets à condition qu’ils soient inoxydables ou qu’ils soient recouverts d’une peinture émaillée cuite.

20Il faut particulièrement être vigilant dans le cas du soclage, où le contact entre deux métaux (par exemple au point de contact d’une griffe et de l’objet qu’elle maintient) peut engendrer une « corrosion galvanique » qui atteint un des deux métaux.

Les vernis et les peintures

21Ces types de revêtements sont généralement utilisés comme barrière au dégagement de vapeurs acides provenant du bois. Cependant, certains vernis et peintures produisent eux-mêmes des quantités importantes de composés nocifs aux collections. Les revêtements contenant de l’acrylique sont généralement stables tandis que les peintures à base d’huile ou de résines alkydes et les vernis cellulosiques et uréthanes libèrent des gaz acides en séchant mais également par la suite puisqu’ils se dégradent en vieillissant. Les peintures au latex non acryliques sont potentiellement dangereuses en raison des additifs qu’elles renferment. De plus, il vaut mieux isoler l’objet du revêtement par un matériau isolant comme des feuilles d’aluminium ou un film polyester.

22La pose d’un revêtement adéquat sur des murs en béton ou en ciment permet d’éviter que ces surfaces soient abrasives ou qu’elles créent de la poussière alcaline. Cependant, cette action (qui concerne également les autres types de murs, les sols, les vitrines ou les caisses de transport et de stockage) nécessite d’écarter les objets pour que les vapeurs acides présentes au départ se diffusent et atteignent un taux acceptable d’émissions gazeuses. Par exemple, dans le cas d’un nouveau bâtiment, il faut laisser sécher le revêtement au minimum trente jours pour les endroits confinés et quatre jours pour les salles aérées avant de réintégrer les collections.

23De plus, avant leur utilisation, il faut toujours vérifier la composition des joints d’étanchéité, des mousses isolantes (il faut exclure la mousse de polyuréthane), des matériaux de calfatage, des colles (qui ne doivent jamais être appliquées sur les objets), etc. Les solvants, les plastifiants, les plastiques ou encore le caoutchouc servant à leur fabrication peuvent être incompatibles avec les objets qu’ils sont censés côtoyer.

Le papier, le carton et les tissus

24L’élément le plus important à prendre en compte dans le choix des papiers, des cartons et des tissus présents dans les vitrines (pour recouvrir les fonds) ou comme support de présentation est le pH, autrement dit leur acidité. Ils occupent généralement des surfaces assez importantes et de ce fait, peuvent réagir par contact direct avec les objets. Les papiers adaptés à la conservation préventive sont des papiers sans acide (également appelés neutres ou permanents) pouvant éventuellement contenir une réserve alcaline (par exemple du carbonate de calcium ou de magnésium) capable de s’opposer à l’acidification. Les tissus utilisés (prioritairement le coton, le lin ou le polyester) doivent être préalablement lavés, non traités et de préférence de couleur claire (les constituants des teintures foncées étant généralement une source de polluants gazeux). Les tissus contenant de la laine dégagent du soufre et ne doivent pas être utilisés en contact direct avec des métaux ou dans les endroits confinés.

Les produits d’entretien et additifs divers

25Les produits et les procédés d’entretien peuvent contribuer à la pollution interne mais, tout comme pour les additifs divers (colles, solvants, plastifiants…), il n’est pas possible à l’heure actuelle de prédire les effets de chacun de ces agents. L’utilisation de nettoyants à l’ammoniac, de produits contenant des huiles siccatives pour les sols, le rafraîchissement des murs et des boiseries, doivent également être considérés comme néfastes pour les raisons évoquées plus haut. Dans le cas des additifs, il faut consulter attentivement leur composition, demander conseil et bannir les produits libérant des composés volatils acides au contact ou dans l’environnement immédiat des objets.

26Bien qu’il soit quasiment impossible de n’utiliser aucun matériau instable, la meilleure solution concernant tous ces « mauvais » matériaux est de les éviter dès que possible s’ils doivent être en contact rapproché avec les objets.

27Il n’est pas non plus envisageable financièrement de remplacer toutes les structures en place. Toutefois, une utilisation répétée d’un matériau instable, la négligence ou encore le refus de recourir aux alternatives existantes peuvent être considérés comme des fautes.

Les dégradations les plus courantes

28Les phénomènes d’altération liés aux polluants résultent généralement de processus variés et complexes ne pouvant être expliqués en détail ici. Cependant, il est important de se familiariser avec les dégradations les plus courantes et de se rendre compte de l’étendue de la problématique envisagée dans cet article. Les dégâts, en grande partie causés par les émissions de produits volatils ou la migrations de certains composants provenant des matériaux problématiques envisagés au point 2, amènent à la perte partielle ou totale de l’objet. 12

Les matériaux inorganiques

29D’un point de vue général, les matériaux inorganiques sont essentiellement sensibles aux acides, aux aldéhydes et aux peroxydes. Les dégâts provoqués par ces composés se caractérisent par diverses formes d’efflorescences ou de taches sur la surface des objets.

Les métaux

30L’attaque du métal par les acides s’accompagne d’une production de sulfures colorés ou de sels blancs floconneux mais les réactions dépendent du type de métal. Les objets contenant du plomb ont pour principal ennemi corrosif les vapeurs d’acides carboxyliques (acide formique, acétique) qui peuvent notamment provenir des matériaux en bois ou des produits d’entretien. La corrosion qui en résulte se présente sous forme de traces d’efflorescences blanches. La corrosion du cuivre et de ses alliages (bronze et laiton) se traduit sous la forme d’une ternissure ou plutôt de taches verdâtres et bleuâtres sur la surface des objets. Celles-ci sont manifestement dues à une réaction avec des acides organiques s’évaporant de matériaux employés à proximité des objets. L’argent est extrêmement sensible aux composés contenant du soufre ; sa corrosion est typique puisqu’il s’agit d’une ternissure noire. Le fer subit les attaques des chlorures et des acides carboxyliques. Son produit de corrosion (formé en présence d’humidité) est la rouille, caractérisée par sa couleur rouge-orangée.

Le verre

31Les émaux et les verres fragiles s’altèrent semblablement. Outre des taches brunâtres déclenchées par un environnement acide, le verre peut se fissurer s’il est agressé par des acides carboxyliques ou des aldéhydes.

Les coquillages, les coquilles d’œufs et la céramique

32Ces matériaux à base de calcaire développent, dans une atmosphère contenant des acides carboxyliques, une efflorescence blanche sur leur surface. Cette couche poudreuse est connue sous le terme de « maladie de Byne ». Il s’agit de cristaux de sels qui peuvent, lorsque le phénomène est assez avancé, prendre la forme d’aiguilles. Cette forme de corrosion peut amener à la pulvérisation complète de l’objet.

Les images argentiques en photographie

33Toutes les images photographiques constituées de particules d’argent sont sensibles aux substances polluantes, particulièrement les composés soufrés qui engendrent la formation de sulfures d’argent. Ces sels initialement incolores vont, suite à leur exposition à des gaz tels que les acides carboxyliques ou le formaldéhyde, devenir bruns. Les photographies se couvrent de taches puis d’un voile opaque qui masque progressivement l’image.

Les matériaux lithiques

34Les roches sédimentaires comme les calcaires ou les marbres sont particulièrement sensibles à l’acidité et peuvent rapidement se dégrader. Le résultat de l’attaque polluante se présente sous la forme d’une croûte de nature gypseuse. En outre, les matériaux lithiques réagissent aux sels atmosphériques activés par l’humidité. Les dégâts habituels sont une ternissure noirâtre et une desquamation du matériau.

Les pigments inorganiques

35Le blanc de plomb, le lapis-lazuli, l’azurite, la malachite et le vert-de-gris sont particulièrement sensibles aux acides. Ils peuvent perdre leur coloration initiale ou se ternir irréversiblement.

Les matériaux organiques

36Les matériaux organiques, extrêmement vulnérables aux acides, sont de résistances fort diverses : certains pourrissent, d’autres s’effritent ou deviennent cassants. Mais de manière générale, c’est plutôt la structure interne des objets qui est touchée et qui conduit à leur décomposition.

Le papier et les textiles

37Les acides sulfurique et acétique provoquent une fragilisation de la structure fibreuse ainsi qu’une perte de souplesse du matériau. La sensibilité du papier aux polluants peut également être mise en relation avec les éventuelles « impuretés » acides entrant dans sa composition ainsi qu’à la présence de lignine qui absorbe fortement les composés acides. Ces caractéristiques provoquent le jaunissement et l’effritement du papier (pouvant toutefois se produire même sans la présence de polluants).

Les plastiques cellulosiques

38Le nitrate de cellulose et l’acétate de cellulose, matériaux de base des supports photographiques et cinématographiques mais aussi d’autres objets de collection provoquent leur propre décomposition. L’altération liée à l’acétate de cellulose est connue sous le nom de « syndrome du vinaigre ». Elle consiste en un rétrécissement du film ou du négatif et s’accompagne d’un dégagement d’acide acétique sous la forme d’une odeur de vinaigre. Outre la décomposition des objets, d’autres dégâts sont prévisibles puisqu’en se désintégrant les supports répandent des gaz acides. Le reste des collections, s’il est situé à proximité, est de ce fait en danger.

Le cuir

39Le cuir présentant un tannage végétal est le plus sensible aux attaques polluantes car il absorbe de grandes quantités de dioxyde de soufre. La transformation de ce dernier en acide sulfurique dans le cuir va provoquer la réaction connue comme « pourriture rouge ». Ce phénomène présente différentes phases. Initialement le cuir devient ramolli et gonflé, puis il va devenir sec et poudreux, facilement friable au toucher. D’autres phénomènes sont observables, par exemple lorsque des matériaux tels que des métaux (rivets, œillets) sont incorporés dans le cuir. Dans ce cas, les métaux peuvent être corrodés par l’acide sulfurique qui s’est formé et, inversement, les sels des métaux peuvent être corrosifs pour le cuir.

Les pigments

40Les pigments organiques sont très sensibles aux oxydes d’azote et sont susceptibles de présenter un noircissement ou une décoloration.

41Les points qui suivent prolongent la réflexion sur l’erreur et la faute par rapport aux matériaux constitutifs des vitrines et en suggérant des précautions supplémentaires à adopter dans la gestion quotidienne des collections.

La protection des objets dans les vitrines

42Les objets de taille réduite sont très couramment exposés dans des vitrines. Si d’un point de vue fonctionnel, pas toujours compatible avec les intentions du scénographe, cette solution est satisfaisante, il ne faut pas sous-estimer le problème lié aux substances polluantes migrant des matériaux constitutifs des vitrines. Les vitrines les plus hermétiques sont, dans ce cas, les plus dangereuses puisqu’elles accumulent les polluants sans les évacuer. Il faut donc protéger les objets présents dans les vitrines à l’aide de pare-vapeurs posés à la surface des matériaux et de produits adsorbants, capables d’enlever les impuretés des gaz ou des liquides en faisant adhérer la substance polluante à leur surface. L’application d’un pare-vapeur sur les vitrines en bois permet de bloquer les émissions acides plus ou moins efficacement suivant le revêtement imperméable utilisé. Un film de peinture peut réduire les émissions de 60 à 95% mais peut être source de produits volatils lorsqu’il vient d’être appliqué tandis qu’une feuille d’aluminium stratifié permet d’arrêter pratiquement toutes les vapeurs si elle est posée soigneusement. Concernant les produits adsorbants, le carbone activé est le plus efficace.

43Toutefois, il est possible qu’il devienne saturé en polluants et les relâche dans l’environnement. Ce phénomène de désorption apparaît essentiellement lors d’une forte élévation de température ou d’humidité relative. Il vaut donc mieux prévoir une surveillance régulière, par exemple en mesurant les taux de polluants. D’un point de vue pratique, deux méthodes d’adsorption sont applicables. Celle dite passive, implique que l’adsorbant reste dans le fond de l’espace clos. L’autre, active, exige qu’un flux d’air traverse l’adsorbant. Dans les vitrines de musées, l’adsorbant est généralement placé sous la plaque du fond, dans laquelle sont ménagées des ouvertures qui laissent pénétrer l’air. Mais cela ralentit de manière notable la vitesse d’adsorption.

Le carbone activé

44Le carbone peut être fabriqué à partir de diverses sources allant de la houille grasse, aux enveloppes des noix de coco ou aux produits ligneux. Il est produit en traitant des matériaux carbonés bruts soit avec de la chaleur ou des produits chimiques pour enlever les composés volatils ou non-carbonés (sa « méthode d’activation » se fait par des moyens chimiques ou gazeux). Tous les types de carbone activé sont poreux. Comme 75 % de leur structure consistent en vides, ils ont une surface d’adsorption très importante. Toutefois, le degré auquel une substance est adsorbée par le carbone actif dépend de sa taille et de son poids moléculaires vis-à-vis du volume des pores.

45Les aldéhydes, les cétones, les alcools, les acides volatils, les éthers, les esters, les composés nitrés et soufrés sont extrêmement bien adsorbés. Le formaldéhyde, l’ammoniac, le chlorure d’hydrogène ainsi que le sulfure d’hydrogène sont, eux, moins bien fixés.

46Les carbones activés peuvent se présenter sous la forme de poudres, de granulés ou encore de pastilles. On peut éventuellement les imprégner d’autres réactifs (hydroxyde de potassium, hydroxyde de sodium) pour accroître leur efficacité.

Prévention et précautions supplémentaires

47La connaissance des objets que l’on stocke ou que l’on expose et de leur sensibilité aux polluants va permettre, dans un premier temps, de prendre les bonnes décisions en terme de conservation préventive. Dans un second temps, c’est la prise de conscience de la dangerosité des matériaux et produits évoqués, additionnée à la surveillance régulière des taux de pollution intérieure qui contribueront au bon maintien des collections muséales.

48En ce qui concerne les moyens préventifs complémentaires, on peut les résumer comme suit :

  • Eviter l’utilisation de bois acide pour les vitrines et les structures de stockage ; privilégier le métal ou les plastiques rigides adéquats.

  • Ne pas peindre l’intérieur des vitrines.

  • Connaître et éviter les matériaux dégageant des composés volatils nocifs.

  • Isoler les matériaux instables.

  • Ne pas appliquer de colles, papier collant, etc. sur les objets.

  • Utiliser des adsorbants ou des pare-vapeurs.

  • Contrôler les taux d’humidité, de température et d’UV afin de ne pas favoriser ou augmenter le dégagement de polluants.

  • Réguler la ventilation selon les espaces afin de diminuer les taux de polluants.

  • Prendre les précautions nécessaires avant le montage d’une exposition (choix des matériaux, délai de séchage des peintures, etc.).

  • Tester les matériaux avant leur utilisation et déterminer leur nature chimique (ingrédients figurant sur les étiquettes, informations du fabricant, aide d’un conservateur-restaurateur).

  • Mesurer les taux de pollution et, le cas échéant, les diminuer.

49Ces différentes interventions, appliquées selon les possibilités de chacun et parfois au cas par cas, permettent d’offrir un environnement plus sain aux collections et de réduire significativement les attaques polluantes en combinant plusieurs opérations.

Conclusion

50Comme j’ai tenté de le démontrer tout au long de cet article, les exigences de la mise en exposition et de la conservation des collections en relation avec l’instabilité chimique de différents matériaux peuvent générer bon nombre d’erreurs et de fautes.

51Ces deux notions prêtent à discussion et l’on peut se demander où se situe la barrière entre une erreur et une faute, spécialement en matière de conservation préventive.

52Pour ma part, je considère que les erreurs commises par rapport à la pollution dans les musées sont souvent non intentionnelles mais doivent dès à présent susciter des réflexions et une remise en question par rapport aux choix opérés dans les institutions muséales.

53Toutefois, il me semble que ces erreurs peuvent devenir des fautes professionnelles si elles sont répétées, si elles deviennent banales ou si elles proviennent d’une négligence volontaire.

54Il revient donc à chacun d’évaluer objectivement sa position et d’agir dans l’intérêt des collections.

Top of page

Bibliography

Blackshaw S., M., Daniels V., D., The testing of materials for use in storage and diplay, The Conservator (UKIC), 1979, n° 3, p. 16-19.

Carpenter, J. & Hatchfield, P., Formaldehyde:How Great is the Danger to Museum Collections?, Centre for Conservation and Technical Studies, Harvard University Art Museums, Cambridge, M.A, 1987.

Clarke, S. G. and Longhurst, E. E., The corrosion of metals by acid vapours from wood, Journal of Applied Chemistry 11, 435-43, 1961.

Goffard Carole, Les polluants atmosphériques dans les musées : descriptions, sources, effets et prévention, mémoire de licence, Université de Liège, juin 2004.

Hatchfield, Pamela, Pollutants in the Museum Environment - Practical Strategies for Problem Solving in Design, Exhibition and Storage, Getty Conservation Institute, Londres, 2002.

Hatchfield P. B., Carpenter J M, The problems of formaldehyde in museum collections, Int. J. Museum Management and Curatorship, 1986, n° 5, p. 183-188.

Hopwood W. R., Choosing materials for prolonged proximity to museum objects, A I C Preprints, Toronto, 1979, p. 44-49.

Koob, S. P., The instability of cellulose nitrate adhesives, The Conservator 6, 31-4, 1982.

Tetreault, J. and Stamatopoulou, E., Determination of concentration of acetic acid emitted from wood coatings in enclosure, Studies in conservation 42, 141-156, 1997.

Tétreault, Jean, Coatings for display and storage in museums, Canadian Conservation Institute technical bulletin, n. 21, 1999, p. 1-46.

Tetreault, Jean, Display materials: the good, the bad and the ugly, Exhibitions and conservation: preprints of the SSCR conference held in Edinburgh 21-22 April 1994, Edinburgh: SSCR, 1994, p.79-87.   

Tétreault, Jean,Guidelines for selecting materials for exhibit, storage and transportation, ICC, 1993.

Tétreault, Jean, Lignes directrices pour la sélection et l'utilisation de revêtements, ICC, 2001.

Tétreault, Jean,Vitrines en chêne: problèmes de conservation et solutions, ICC, 1999.

Thomson, Garry, The Museum Environment., Butterwoth-Heinemann, Londres, 1986 (seconde édition).

Williams, R. S., Plasticized PVC in museums: don’t use it!, CCI Newsletter 12, 4-5, 1983.Image1

Top of page

Notes

1  Plusieurs études réalisées depuis les années 1960 prouvent que de nombreux matériaux couramment utilisés pour la présentation ou la conservation des objets libèrent des composés chimiques volatils pouvant dégrader ces objets irréversiblement.

Garry Thomson a largement contribué aux recherches dans le domaine de la conservation préventive et notamment celles liées au problème de la pollution dans les musées. The Museum Environment reste un livre de référence incontournable

2  Les acides organiques particulièrement concernés dans notre domaine sont les acides formique et acétique. Ils émanent de certaines peintures et encres, des colles, des tissus et plus généralement des matériaux constitutifs des vitrines d’exposition, des armoires de stockage ou des panneaux de présentation fabriqués avec des produits dérivés du bois. Ces acides corrodent notamment le plomb et les objets en cuivre. Les acides non organiques tels que l’acide chlorhydrique, l’acide sulfhydrique et l’acide nitrique attaquent et détériorent la plupart des matériaux. L’acide chlorhydrique est formé lors de la dégradation de certains polymères contenant du chlore ; l’acide sulfhydrique est produit lors de la décomposition des protéines contenant du soufre tandis que l’acide nitrique provient de la dégradation du nitrate de cellulose.

3  Les émissions de formaldéhyde proviennent essentiellement du mobilier et des matériaux isolants ; elles ont pour origine les constituants des colles et des mousses mais aussi certaines espèces de bois. Le formaldéhyde s’oxyde aisément en acide formique et attaque la plupart des matériaux.

4  Le chlore et l’ammoniac sont considérés comme des substances nocives en raison de leur capacité à former rapidement des sels très corrosifs.

5  Les peroxydes et surtout le peroxyde d’hydrogène ou eau oxygénée (H2O2) sont particulièrement dangereux à cause de leur caractère oxydant. Ils proviennent pour l’essentiel des peintures à base d’huile dans lesquelles on a incorporé des alkydes et se révèlent les plus corrosifs vis-à-vis des documents photographiques.

6  Les matériaux instables envisagés dans cet article font l’objet de plusieurs études menées par Jean Tétreault (chercheur à l’Institut Canadien de Conservation).

7  En cas de contact direct entre le matériau et l’objet, il faut également prévenir l’usure mécanique provoquée par des matériaux rugueux ou électrostatiques.

8  Les aldéhydes sont des composés organiques qui renferment le groupement CHO. Ce sont des composés très réactifs. Le plus nuisible pour les collections muséales est le formaldéhyde (HCHO) qui s’oxyde aisément en acide formique.

9  Le phénomène d’hydrolyse est une réaction chimique déclenchée par l’humidité en présence d’un acide conduisant à la décomposition d’une substance et à la formation d’autres produits.

10  Le degré d’acidité et d’alcalinité se mesure en valeur de pH sur une échelle logarithmique allant de 0 à 14 ; 7 étant le point neutre. Les chiffres inférieurs à 7 indiquent le degré d’acidité et les chiffres supérieurs à 7 le degré d’alcalinité. Un acide est en fait un composé qui, dans l’eau, libère des éléments « hydrogène » tandis qu’une base est, elle, capable de capter des éléments « hydrogène ».

11  L’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser des taux supérieurs à 0,1 ppm, voire 0,01 ppm dans le cas des personnes à risque. Malgré cela, le MDF est un matériau de construction courant, même dans les habitations.

12  Le site http://www.iaq.dk propose une galerie de photos où l’on peut observer certaines des dégradations décrites dans l’article. D’autres illustrations sont notamment disponibles sur le site http://dhr.dos.state.fl.us/museum

Top of page

References

Electronic reference

Carole Goffard, « Eviter l’erreur : le choix de matériaux stables pour le stockage et l’exposition des collections muséales », CeROArt [Online], 3 | 2009, Online since 21 April 2009, connection on 25 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1150

Top of page

About the author

Carole Goffard

Doctorante au sein du Séminaire de Muséologie de l’Université de Liège, Carole Goffard est licenciée en Histoire de l’art et Archéologie et diplômée du DES en Etude et gestion du patrimoine culturel. Ses recherches actuelles portent principalement sur la conservation préventive et la pollution dans les musées, sujet auquel elle a consacré son mémoire de licence.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org