Skip to navigation – Site map
Coup de projecteur

Repeint et falsification

Barbara Greindl

Full text

1Le cas que nous évoquons ici a été abordé dans le cadre d’un travail de fin d’études en conservation-restauration. Nous nous sommes plus particulièrement arrêtée à la problématique essentiellement déontologique que posait un surpeint datant vraisemblablement du XIXe siècle.

2L’œuvre qui nous a été confiée est une nature morte du 17ème siècle provenant du Musée des Beaux-Arts de Tournai. Elle est réalisée à la peinture à l’huile sur un panneau de bois. Le panneau est composé de deux morceaux débités chacun en coupe de faux quartier, assemblés ensuite l’un à l’autre à l’aide de colle. Les dimensions sont de 61,4 cm x 41,2 cm.

Fig.1 Tableau avant restauration

Fig.1 Tableau avant restauration

Nature morte, Anonyme, Musée des Beaux-Arts de Tournai.

Photo : Barbara Greindl ©

  • 1  N.R.A., Vroom, A modest message as intimated by the painters of the « monochrome Banketje », Schie (...)
  • 2  Élève de N. Gillis et, sans doute, de Floris Van Dyck, Heda fut inscrit à la gilde de Saint-Luc de (...)

3L’oeuvre n’est pas signée, mais l’ouvrage de N.R.A., Vroom, A modest message as intimated by the painters of the « monochrome Banketje »1 permet de la rapprocher d’une composition de Willem Claesz Héda2 (1593-1680/1682), peintre hollandais réputé du 17ème siècle. Ce n’est pas la seule information que fournit l’auteur. Selon lui, il existe plusieurs répliques de cette œuvre à un détail près : une flûte de champagne remplie d’un liquide rouge à l’arrière plan gauche du tableau. Elles pourraient être l’œuvre d’un peintre et copiste contemporain de Willem Héda : Isaac Wigans (1615-1662/63).

  • 3  C. Duits, « A still life by Isaac Wigans. 1615-1622/3 », in The Art Quarterly, I, 2, 1963, p. 15.
  • 4  E. Greindl, Les peintres flamands de nature morte au XVIIe siècle, Bruxelles, 1983, pp. 166, 387.

4On connaît peu de chose de cet artiste si ce n’est qu’en 1631 il est apprenti dans l’atelier anversois de Vincent Malo. On le retrouve vingt ans plus tard, en 1651, promu maître de la gilde de Saint-Luc à Anvers. C.Duits étudie une de ses œuvres3 et E.Greindl le cite comme l’un des spécialistes flamands des natures mortes4. Le style de celles-ci - tables chargées de victuailles et de pièces de vaisselle - s'apparente à celui des maîtres hollandais qui sont ses contemporains, mais il est connu également par ses copies, qu’il signe du fameux verre au liquide rouge. Vroom fournit d’ailleurs une photographie noir et blanc d’une des répliques « perdues » réalisée selon lui par Wigans.

5A l’examen, le soupçon naît que l’œuvre qu’il nous est demandé de restaurer soit précisément l’une de ces répliques. Une radiographie du tableau est alors envisagée : elle permet de découvrir, sous le surpeint, le verre caractéristique des copies de Wigans. Toutefois les mensurations de l’œuvre nous invite à la considérer comme une version différente de celles répertoriées par Vroom.

  • 5  Les fenêtres de sondages sont des tests de petites dimensions qui permettent de décider si un déga (...)

6Le tableau a subi plusieurs opérations de restauration auxquelles nous ne nous sommes pas attardée ici. Différentes fenêtres de sondages5 ont été effectuées en vue d’évaluer l’état et la qualité de la couche sous-jacente. La couche picturale originale présente sous le surpeint permettait bien d’ôter celui-ci. En accord avec le musée, la décision a été prise de le retirer.

Fig.2 Isaac Wigans, Nature morte

Fig.2 Isaac Wigans, Nature morte

L’œuvre après traitement

Photo : Musée des Beaux-Arts de Tournai ©

7Employer pour cette opération le terme de « dérestauration » serait ici un euphémisme. On pouvait souligner l’éventuelle valeur historique du surpeint, en tant que témoin des pratiques, sinon de la restauration, du moins des applications possibles de celles-ci : la falsification.

8Cependant l’intention de tromper est manifeste, et conserver ce badigeon aurait été une façon d’approuver celle-ci: peu concevable pour le restaurateur contemporain et le conservateur de musée.

9Le dégagement de la couche originale a donc été réalisé après une recherche portant sur les solvants les plus adéquats. Isaac Wigans a retrouvé la paternité de son œuvre, et sa copie, son intégrité –dans tous les sens du terme.

Top of page

Notes

1  N.R.A., Vroom, A modest message as intimated by the painters of the « monochrome Banketje », Schiedam, Interbook International B.V., 1980

2  Élève de N. Gillis et, sans doute, de Floris Van Dyck, Heda fut inscrit à la gilde de Saint-Luc de Haarlem en 1631, c'est à peu près tout ce que nous savons de son existence. Il peignit quelques portraits et tableaux religieux, mais il est surtout connu pour ses natures mortes, qui consistent presque exclusivement en d'austères collations, apprêts de repas ou repas interrompus, ordonnés selon une typologie très étudiée. Heda, par sa prédilection pour les tons blonds et argentés, se rattache au courant " monochromiste " des années 1620-1640

3  C. Duits, « A still life by Isaac Wigans. 1615-1622/3 », in The Art Quarterly, I, 2, 1963, p. 15.

4  E. Greindl, Les peintres flamands de nature morte au XVIIe siècle, Bruxelles, 1983, pp. 166, 387.

5  Les fenêtres de sondages sont des tests de petites dimensions qui permettent de décider si un dégagement du surpeint est possible ou non.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Tableau avant restauration
Caption Nature morte, Anonyme, Musée des Beaux-Arts de Tournai.
Credits Photo : Barbara Greindl ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1097/img-1.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig.2 Isaac Wigans, Nature morte
Caption L’œuvre après traitement
Credits Photo : Musée des Beaux-Arts de Tournai ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/1097/img-2.jpg
File image/jpeg, 14k
Top of page

References

Electronic reference

Barbara Greindl, « Repeint et falsification », CeROArt [Online], 3 | 2009, Online since 21 April 2009, connection on 26 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/1097

Top of page

About the author

Barbara Greindl

Diplomée en conservation-restauration, Barbara Greindl s'est perfectionnée lors de  stages en atelier avant de s’installer  en tant que restauratrice indépendante. Elle exerce dans la région bruxelloise, et travaille sur des tableaux de collections tant privées  que publiques.   Adresse e-mail: barbaragreindl@live.be

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org